Cinéma et Histoire Culturelle – Robert Mandrou

« L’art du cinéma, l’industrie du film ne sont que les parties émergées à notre conscience d’un phénomène qu’il nous faut essayer de saisir dans sa plénitude »

Edgar Morin, Le cinéma ou l’homme imaginaire, Essai d’anthropologie, Éditions de Minuit, 1956, p. 11

Publié tout juste dix ans avant le premier texte important de Marc Ferro dans les Annales, l’article de Robert Mandrou Histoire et Cinéma est aujourd’hui considéré comme l’acte fondateur de l’histoire culturelle du cinéma en France. L’auteur – historien de la période moderne – qui sera l’un des fondateurs de l’histoire des mentalités (avec G. Duby entre autres) est alors  le secrétaire de rédaction de la revue. Dans ce texte, dès son introduction, il critique l’histoire du cinéma, au sens classique des histoires cinéphiles,  qui  « anecdotiques [sont] de faible utilité pour nous »  (p. 140), puis, plus loin, note « tous ces historiens du cinéma, artisans de solides monographies plus ou moins étoffées, ne nous permettent guère d’appréhender le rôle de cet art dans la civilisation de ce premier vingtième » (p. 142) et indique clairement sa préférence pour une histoire sociale et une histoire des mentalités : « les mentalités des hommes du XXe siècle sont directement – et de plus en plus – filles du cinéma, de ses mirages, de ses réalismes » (p. 140).

Le texte n’est pas à proprement parler un article, mais une longue recension de l’ouvrage d’ Edgar Morin, Le cinéma ou l’homme imaginaire (publié en 1956), recension qui prend dans sa dernière partie des accents programmatiques. Il résume d’abord les enjeux du livre, considérant tour à tour son auteur comme un sociologue, puis comme un philosophe, il écrit, « Edgar Morin présente son interprétation pénétrante et originale. Quel est donc l’homme (de 1925 ou de 1955) tel que le façonne la pratique – assidue ou non – du cinéma? Comment cet homme, participant au spectacle, va-t-il peser sur ce dernier par ses choix, ses besoins, et à son tour, créer le cinéma? (…) D’un mot : Edgar Morin explique, exprime la magie sociale du cinéma » (p. 143). Ce dernier étudie, en effet, le cinéma comme un rite, le lieu de projection et d’identification du spectateur, le moment d’une survivance de la magie, etc.

L’historien introduit, sa dernière partie, celle qui est plus programmatique, en notant son différend avec Edgar Morin, « un voile d’incompréhension vient se glisser au milieu même de notre approbation : dans la création du cinéma d’autres forces sont en jeu, celle de sociétés avec leurs tensions, leurs poussées collectives » et il appelle alors à étudier une nouvelle question « comment se répand le cinéma? » (p. 145). Il se propose ensuite d’examiner comment et avec quelle ampleur le cinéma s’est diffusé en France.  Il insiste sur les différences à partir d’une étude de l’implantation des salles. Il oppose alors villes et campagnes, petites villes et zones urbaines, mais également les différentes régions du pays, et ce à l’aide d’une cartographie de la répartition des cinémas (basée sur des sources communiquées par le CNC). Il conclut sur ce point en identifiant le succès sans commune mesure du cinéma dans le Sud et se demande « quelle formule invoquer? une vie collective traditionnellement plus ardente que dans le Nord? le goût du spectacle? Assurément l’essor du cinéma paraît lié à l’animation antérieure de la vie publique » (p. 149).

On retiendra également les dernières lignes de son texte ou il résume les enjeux d’un histoire du cinéma à venir1

« Que conclure ? Sinon que le très bon livre d’ Edgar Morin nous incite à envisager une histoire large, ambitieuse, du cinéma. Ce serait d’abord une psychologie sociale, une reconnaissance des croisements de ces multiples forces au travail, de l’économique au spirituel. Toute une problématique est à insérer là comme un échafaudage entre le réel et la recherche. Et pour édifier celle-ci, il serait même nécessaire de regarder très loin en arrière : le théâtre, la littérature sont aussi au croisement de telles forces mobiles, agissantes. Au vrai, le cinéma pose à son tour tous les problèmes jamais résolus et jamais abordés de front, des superstructures de la vie sociale, pour employer ce beau mot, dangereux mais nécessaire »

Robert Mandrou, « Histoire et Cinéma », Annales ESC, Année 1958, vol. 13, n.1, p. 149.

  1. soit le même passage que celui qui est retranscrit par Philippe Poirrier dans son chapitre « Le cinéma : de la source à l’objet culturel », Les enjeux de l’histoire culturelle, Seuil, 2004, p. 162. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *