MOOC et méta-MOOC sont sur le réseau…

En ce moment, les cours en ligne ouverts à tous (MOOC) ont la cote et provoquent par-là même des éloges disproportionnés (enfin le savoir est mis à disposition de tous!) et des critiques plus ou moins argumentées (par exemple ou encore et pour une veille active). Les principales critiques portent à la fois sur le fait que ces cours reproduisent en ligne la domination des grandes universités anglophones et sur le fait qu’ils perpétuent le principe d’une transmission unidirectionnelle du professeur-expert (les « têtes parlantes ») vers des étudiants-ignorants. Malgré leur succès (lié dans cette perspective à leur gratuité, à la convergence des médias numériques et à un effet de mode), les MOOC constitueraient en quelque sorte une régression par rapport aux tentatives précédentes de cours en ligne. Il manquerait à ces projets une réflexion sur ce que signifie enseigner en ligne à une cohorte composée de plusieurs milliers d’étudiants.

Cette note ne porte pas sur les MOOC en général, mais sur un cas particulier, le cours E-Learning and Digital culture (Université d’Édimbourg, hébergé sur Coursera) qui me semble apporter une réponse – certes partielle – à ces critiques. Conçu et coordonné par un groupe de cinq enseignants (Jen Ross, Christine Sinclair, Hamish Macleod, Sian Bayne et Jeremy Knox), celui-ci s’est déroulé entre fin janvier et début mars 2013 (5 semaines). Selon les informations qui ont été communiquées aux participants, environ 40 000 personnes se sont inscrites et 7 000  personnes ont suivi l’enseignement de manière active (connexion sur la plateforme toutes les semaines). Bien qu’il s’agisse d’un cours d’introduction, il a aussi été expliqué que la plupart des participants avaient un niveau d’étude supérieur (étudiants ayant un master, professeurs, jeunes professionnels qualifiés, etc.). La gratuité ne signifie donc – évidemment – pas une ouverture de la connaissance à tous.

Cette note constitue aussi un retour sur expérience. Entre le premier courriel reçu et la fin du processus d’évaluation, j’ai consacré environ 25 heures à cet enseignement (ce qui correspond plus ou moins à ce qui était attendu 5 à 7 h./ semaine). Elles se divisent ainsi: Google Hangout avec les enseignants (2 h.), consultation des données sur la plateforme Coursera (8 h. à 10 h.), consultation et échange d’informations sur le site et sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) (4 h.), conception de l’artefact numérique pour l’évaluation finale (5 h.), évaluation des pairs (2 h.). Nous étions également invités à bloguer nos réactions et nos questionnements, ce que je n’ai pas fait pour une raison de temps (et de choix en terme d’investissement). J’ai par contre lu plusieurs billets de blogs des autres participants (2 h. environ).

Un tiers du temps est consacré à l’acquisition de connaissances (8-10 h.), un autre tiers aux échanges avec les autres participants (8-10h.) et le reste se divise entre les Hangout et la conception de l’artefact. Le constat qui peut être fait au regard de cette répartition en termes de volume horaire des activités est que le temps passé à écouter les enseignants est très limité. De plus, les deux Hangout sur Google (mis en ligne par la suite sur Youtube ici et ) ont porté presque exclusivement sur la manière de s’approprier les données partagées. Il n’y a donc pas de transmission de connaissances sous forme de « têtes parlantes ». Il y a par contre eu des choix de thèmes à aborder: Utopie/ Dystopie : regarder vers le passé (semaine 1) et regarder vers l’avenir (semaine 2); Être humain: « réitérer l’humain » (semaine 3) et redéfinir l’humain (semaine 4); préparation de l’évaluation (semaine 5). Chacun de ces cinq blocs était introduit par un court texte des enseignants (environ 4000 signes), puis il nous était possible de consulter une série de courts métrages (4 à 6 pour une durée totale d’environ 30 min./ semaine; cf. capture ci-dessous) et de textes obligatoires (en moyenne deux). Des textes et des vidéos facultatifs (entre deux et quatre) étaient également donnés à consulter. Très rapidement les enseignants nous ont contacté par courriel afin de nous inviter à rejoindre le groupe Facebook du cours (4700  membres), les forums sur la plateforme Coursera et les conversations engagées sur Twitter. Le principe est donc bien celui de l’enseignement participatif. La plateforme est le lieu où se trouvent toutes les orientations méthodologiques et les documents à consulter, le cours se déroule ailleurs. Chacun est libre de choisir quand et comment il travaille et s’investit dans les échanges avec les autres membres. Les enseignants proposent eux la création d’un artefact facultatif (semaine 3) et précisent régulièrement ce qui est attendu des participants pour valider le cours. Ils jouent le rôle de modérateurs et de médiateurs.

L’exercice demandé n’est pas simple. « [We have to create] a digital artefact which expresses, for you, something important about one or more of the themes we have covered during the course. This artefact should be published somewhere on the web which is publicly accessible. (…) By Digital Artefact we mean something that is designed to be experienced digitally, on the web. It will have the following characteristics: it will contain a mixture of two or more of: text, image, sound, video, links. (…) 1/ The artefact addresses one or more themes for the course. 2/ The artefact suggests that the author understands at least one key concept from the course. 3/ The artefact has something to say about digital education. 4/ The choice of media is appropriate for the message. 5/ The artefact stimulates a reaction in you, as its audience, e.g. emotion, thinking, action. » Atteindre de tels objectifs prend du temps et nécessite un réel investissement. Il peut cependant être réalisé sans véritablement avoir suivi le cours. Il s’agit-là d’une limite de ce type d’enseignement (bien que cela soit aussi vrai de la plupart des enseignements en présence).

Cela revient à poser que le succès ou l’échec du cours repose sur l’investissement des participants. Sachant que les personnes engagées n’ont aucune contrainte (personne n’est forcé de suivre un MOOC) et qu’elles ont peu de choses à gagner (un certificat), il est possible de faire l’hypothèse que ceux qui choisissent tout de même de s’investir espèrent en retirer quelque chose en termes de savoir-faire (et peut-être de réseau professionnel). La curiosité et la volonté de se former tout au long de la vie sont également des critères qui me semblent décisifs. Le parcours pédagogique conseillé est le suivant. 1/ Les connaissances acquises par la consultation des documents sont renforcées par les échanges de points de vues entre les participants (lors des discussions sur les forums et les réseaux sociaux). 2/ Ces connaissances et ces échanges débouchent également sur la création d’un artefact numérique, véritable mise en pratique des compétences acquises. Rapidement, les échanges ont aussi porté sur la création de cette forme (évaluée) et elle est devenue un objet à part entière du cours. 3/ Le fait d’évaluer le travail des autres permet une nouvelle fois de considérer l’approche que l’on a eu comme un choix (au niveau formel et du contenu) parmi d’autres. 4/ En fait, l’ensemble du cours conduit les participants à s’interroger sur ce que signifie apprendre à l’époque du numérique. Le cours devient en lui-même un objet d’étude discuté par les membres du groupe.

Les concepts clefs sont donc ceux de l’appropriation collaborative et de la mutualisation des compétences. Prenons l’exemple des logiciels utilisés pour concevoir l’artefact numérique demandé. Une courte liste a d’abord été postée par les enseignants. Sur les réseaux sociaux, de nombreux échanges ont eu lieu entre les membres, chacun proposant de nouveaux outils et d’autres manières de faire. Les enseignants ont complété la liste à partir de ces échanges. Ils jouent alors le rôle de centralisateur des données partagées. Ils n’interviennent cependant presque jamais pour proposer des synthèses des débats engagées. Celles-ci sont proposées par des membres du groupe (sur la base de volontariat). Cette absence de transmission de connaissances de la part des enseignants est rapidement devenue un sujet de conversation entre les participants (ainsi qu’entre les participants et les enseignants). Le sujet du cours, le E-learning, était particulièrement propice à ce type de développement. Le cours a ainsi rapidement pris la forme d’un méta-cours. Quel type d’enseignement nous est proposé? En quoi celui-ci est-il adapté aux technologies numériques? Qu’est-on en train de faire? Comment interpréter la profusion de données produites sur les réseaux sociaux? Comment s’y retrouver? Comment hiérarchiser les informations et dans quels buts? Quels usages a-t-on de la plateforme Coursera? Comment contourner les limites imposées par celle-ci? Qu’apportent les réseaux sociaux? Quelles en sont les limites?

L’enthousiasme partagé par ceux qui se sont le plus investis dans le cours était assez communicatif. Pour ma part, j’ai été surpris et intéressé de découvrir de nouvelles approches de sujets somme toute assez classiques. Je n’avais jamais suivi un cours relevant du domaine des sciences de l’éducation dans une université anglophone et cela m’a beaucoup intéressé. La présence de différents médias sur une même plateforme (textes, sons, vidéos…) et la complémentarité entre les diverses interfaces mobilisées (blog, réseau social, vidéoconférence…) permettent un enseignement en ligne dynamique et opérationnel. Il n’a pas une seule fois été question de débugger le cours durant ces cinq semaines. Techniquement, les choses sont prêtes (ce qui n’était pas le cas, il y a 20 ans ou même 2 ou 3 ans), ce qui restent maintenant à se demander c’est: comment est-il possible d’améliorer ce type de propositions? Comment éviter de reproduire en ligne le modèle des cours en présence? Quelles complémentarités peuvent être pensées entre ces deux modes d’enseignement? Ces questions étaient au nombre de celles que nous avons abordé durant ce cours. Je me permets donc de vous laisser avec un des documents facultatifs du cours. Cette conférence me semble particulièrement bien résumer les enjeux actuels du E-learning et les propositions concrètes formulées dans la seconde partie sont particulièrement intéressantes (uniquement pour avoir entendu ces propos, je suis satisfait d’avoir suivi ce cours en ligne).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kIzA4ItynYw[/youtube]


13 réflexions au sujet de « MOOC et méta-MOOC sont sur le réseau… »

  1. ou… Calvin chez les MOOC… La faculté de théologie de l’université de Genève ouvre un cours « Calvin – Histoire et Réception d’une Réforme » http://www.unige.ch/theologie/actualites/mooc.html
    Genève, appelée parfois la ‘Mecque protestante, et son alma mater nous enjoignent à explorer les apports de Calvin à l’économie et à la vie sociale, ou enocre les problématiques de la prédestination, de l’intolérance religieuse… Il faudrait vérifier si le cours s’intéresse à la place de l’image religieuse, un des cheval de bataille de la Réformation.

    Là encore et si tous les intitulés de MOOC rappellent qu’il ne faudrait pas de prérequis, il demeure que l’accès aux études universitaires restera problématique et fondées sur des habitudes locales. Ici en Suisse, par exemple, les universités désirent restreindre plus fermement l’accès à leurs filières aux détenteurs des bacs français littéraires. Et dans la région romande, il ne vous sera pas possible de suivre à distance le moindre cours de préparation à la maturité suisse (équivalent du bac), il vous faudra en passer par les cours du soir ou tenter l’entrée en faculté « sans matu ».

    On pourrait dire encore et toujours que ‘les voies du Seigneur (et des formations d’excellence) sont impénétrables’ !

  2. Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. Comme je suis un MOOC prototype (Leuhphana Digital School, Lüneburg) sur la ville idéale du XXIème siècle.

    Sans faire une évaluation aussi fine du temps consacré à l’apprentissage, je dois dire que je suis enchantée. Oui, il vaut mieux avoir un bon niveau d’anglais. Oui, la maîtrise du fonctionnement de la plateforme ne se fait pas en quelques minutes.

    Comme l’apprentissage se fait en groupes multidisciplinaires, avec des personnes de tous les continents, j’ai vécu quelques expériences fatigantes qui m’ont fait changer de statut de participante à celui d’auditrice. Tout en suivant l’enseignement, je n’aurai pas de certificat. On ne peut rendre que des travaux de groupe.

    Le premier bénéfice est la remise à plat de mes références acquises dans l’université française en arts. Comme on bénéficie de professeurs internationaux, triés sur le volet, j’y ai trouvé tout ce que je cherchais et n’avais pas trouvé ailleurs.
    Le nombre de vidéos, au contenu ciblé, en ligne (près de 200), me permet de naviguer dans des sujets interdits dans de petits départements d’arts où par exemple l’enseignement de l’anglais (Lansad) est abandonné par faute de participants.

    Cela me pose la question de la préparation de certains étudiants dans un monde que l’on dit globalisé. Je suis étonnée.

    Comme je prépare une installation en plein air, grâce à ce cours en ligne, je peux réfléchir à maints paramètres, sans me censurer: que sont les flux qui traversent l’espace que j’ai choisi (circulations, déambulation, biens et services, plans d’aménagement…). Cela perdait et fâchait énormément les enseignants plus habitués à l’analyse en ‘White Cube’, à l’écart du monde quotidien et jusqu’à en faire un combat idéologique (qui m’indiffère) – et là – on ne sait vraiment pourquoi. En effet, il est largement admis aujourd’hui que l’art se développe aussi hors des lieux prévus pour lui, ce n’est plus une nouveauté et donc qui doit se dresser contre un fait déjà historique? Si nous sommes presque au delà du ‘spatial turn’ et déjà pris dans un ‘global turn’…

    Queques références:
    Brian O’Doherty sur Wikipedia
    http://en.wikipedia.org/wiki/Brian_O'Doherty#Inside_the_White_Cube:_The_Ideology_of_the_Gallery_Space
    En français, Brian O’Dohery, « White Cube – L’espace de la galerie et son idéologie »
    Jane Jacobs sur Wikipedia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jane_Jacobs

    Si on aime les arts et la culture, on trouve d’excellentes interventions de :
    Scott Lash, Directeur du dpt Cultural Studies, Goldsmiths University, Londres
    http://www.youtube.com/playlist?list=PLLHVYQa1xCXcw-aEiu3tBUy2Dd3MqNu1e
    Jeffrey Shaw, ancien directeur du ZKM (centre d’art et de nouvelles technologies) de Karlsruhe
    http://www.youtube.com/playlist?list=PLLHVYQa1xCXfYJLKo6a0rz9a0AOfX0saD
    et bien d’autres

    Et que faire ensuite de ces références ‘étrangères’ dans un cursus de recherche que l’on ressent éventuellement comme excessivement linéaire? Certaines approches de l’université de masse – se vantant d’être ouverte au monde – réactiveraient alors une manière de censurer des contenus pourtant reconnus et accessibles? Une chatte n’y retrouverait pas ses petits…

    Enfin, le monde de l’enseignement ne sera plus jamais comme avant internet (et les MOOC), certains ne l’ont pas compris encore.

  3. Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. D’une façon générale, votre remarque sur le niveau d’étude de ceux qui choisissent de suivre les Mooc jusqu’au bout me semble cruciale. L’enthousiasme pour l’apprentissage dont vous faites à raison une des clés du succès de l’entreprise n’est évidemment pas une caractéristique possédée par les seuls détenteurs de diplôme – les fervents autodidactes existent – mais ceux-là ont au moins fait la démonstration de leur ferveur avant leur inscription éventuelle à un cours en ligne.
    Du coup, et à plus forte raison avec des contenus en anglais, j’ai le sentiment que le fantasme de démocratisation masque sans doute un investissement lourd bénéficiant avant tout à certaines élites internationales, tant du côté des producteurs que des récepteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *