Archives et enjeux de société

Je me permets de partager ici les première lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, car elle porte sur les rapports entre archives et société (un thème que j’ai notamment abordé lors d’un récent colloque à Rennes).

Culture et Recherche, la revue du Ministère de la Culture et de la Communication, consacre un numéro aux liens entre « Archives et enjeux de société. » Celui-ci dresse un état de la question à travers quarante-sept courts textes rédigés à la suite d’un appel à contribution largement diffusé auprès des professionnels et des chercheurs du secteur (une première pour la revue). Le dossier se divise en trois parties où voisinent des écrits d’archivistes et de conservateurs, d’universitaires (doctorants, professeurs, techniciens, ingénieurs de recherches) et de responsables de structures culturelles. Une première partie, assez classique, est consacrée aux usages des documents d’archives comme sources pour les sciences sociales, ainsi que pour les artistes contemporains. L’accent est alors mis sur des fonds encore à exploiter (Cité des mémoires étudiantes, Pôle de conservation des Archives de Jeunesse et d’Éducation Populaire, musée des Arts et Traditions populaires), ainsi que sur la façon dont les chercheurs intègrent à présent à leur travaux une réflexion sur la matérialité des documents (Roseline Claerr). La deuxième partie, plus originale, aborde les défis posés par le numérique aux pratiques des professionnels de l’archive. Enfin, une troisième partie questionne les modalités de valorisation des fonds d’archives en dehors des contextes historiens et artistiques. Alternants retours sur expériences (parfois sous la forme de signalements, plus que de véritables analyses), présentations de projets en cours, études sectorielles (art contemporain, danse, musique, télévision et théâtre) et questions d’actualité, les auteurs soulignent une autonomisation de leurs méthodes. Comme cela est précisé par les coordinateurs du dossier, l’enjeu principal des textes réunis est, en effet, de rendre compte d’un processus d’émancipation de l’archivistique, vis-à-vis de l’histoire, dont elle a longtemps été considérée comme une science auxiliaire (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *