Edgar Morin et le cinéma

Le 19 juin 2015 aux Cinoches de Ris-Orangis (18h30-23h), je vais présenter une soirée consacrée à l’intellectuel majeur, penseur de la complexité, Edgar Morin, qui a entretenu au fil de son œuvre une relation intime avec le cinéma. Cette soirée est pensée autour du film de Céline Gailleurd et Oliver Bohler intitulé Edgar Morin, Chronique d’un regard (auquel j’ai consacré un article sur le site Regard.fr). A l‘occasion de la projection de ce film en présence des deux réalisateurs, nous diffusons également un film méconnu de 1964 dont Edgar Morin a écrit le scénario. Il s’agit de LHeure de vérité d’Henri Calef.
Edgar Morin, Chronique d’un regard, Céline Gailleurd et Oliver Bohler (2015). Ce film rend compte du rapport singulier que le sociologue et philosophe engagé, Edgar Morin a entretenu avec le cinéma pendant son adolescence et ses premières années de recherche (1951-1960). Il revient ainsi sur son rapport au cinéma-vérité, sur le scénario qu’il a écrit pour Henri Calef et sur des articles peu connus qu’il a rédigé à cette période. Il dessine ainsi, par petites touches, l‘image d’un penseur qui voit dans le cinéma un rituel permettait à l‘homme de devenir plus fraternel.

LHeure de vérité d’Henri Calef (1964). Dans le scénario de ce film Edgar Morin avait imaginé, un ancien nazi ayant pris l’apparence d’une victime juive qui se voyait offrir la possibilité d’une complexe rédemption. Le film n’a pas retenu complètement cette idée,  mi-bourreau, mi-victime le personnage principal constitue une figure moins subversive que celle imaginée par le philosophe. Il est aujourd’hui passionnant de pouvoir découvrir sur grand écran ce film quasiment jamais diffusé en France, en connaissant les écarts entre le scénario et le film diffusé.

Image mise en Une est une capture d’écran issue de la bande-annonce de L’heure de vérité (légèrement recadrée).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *