« Les Aventuriers de l’art moderne » : un objet pluridisciplinaire

Ce billet pour vous annoncer le programme du colloque que je co-organise à McGill avec Karine Abadie dans le cadre de l’ACFAS le 12 mai 2017. Celui-ci a pour titre, « Les Aventuriers de l’art moderne » : un objet pluridisciplinaire. Cette journée sera l’occasion de considérer cette production audiovisuelle originale réalisée par Amélie Harrault, Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux comme un point de départ permettant de développer une réflexion d’ordre méthodologique axée sur les enjeux de l’intermédialité. Ainsi souhaitons-nous donner à voir comment une variété  d’approches disciplinaires — approches culturalistes de la littérature et de l’art, histoire de l’art, étude des archives audiovisuelles, étude du cinéma d’animation, etc. —, éclairent certains aspects du film tout en en sous-estimant d’autres. De fait, en multipliant les points de vue, une compréhension plus fine de ce faisceau de productions artistiques (créations datant de la première moitié du 20e siècle, livres de Dan Franck, court-métrage d’Amélie Harrault et série télévisée) émergera et enrichira leur appréciation. Une publication est prévue par la suite.

9h30 : Introduction par Karine Abadie (Memorial University) et Rémy Besson (Université de Montréal).
10h45: Les archives dans Les Aventuriers de l’art moderne par Anne Klein (Université Laval).
11h15: « L’usage des archives dans Les Aventuriers de l’art moderne : la nostalgie du décor par Nina Barada (Université de Montréal).
11h45: Penser le (re)montage d’archives comme une écriture de l’histoire par Rémy Besson (Université de Montréal).
Pause repas
13h30: Les Aventuriers de l’art moderne, un récit entre histoire de l’art, documentaire et création par Sandrine Hyacinthe (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).
14h00: Le libre jeu des images par Stéphanie Croteau (Université de Montréal).
14h45: « Posture » littéraire et artistes : comment circulent les figures par Marie-Hélène Constant (Université de Montréal).
15h15: La figure de Max Jacob dans « Les Aventuriers de l’art moderne » : mémoire ou réinvention de l’histoire littéraire? par Karine Abadie (Memorial University).
16h00: Synthèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *