Forrest Gump de Robert Zemeckis – Archéologie et circulation des scènes pseudo-historiques

C’est avec plaisir que j’ai lu les travaux des étudiants du cours de bac (licence en Europe) Histoire et cinéma (Université de Montréal). Le travail consistait à mener une enquête documentaire pour une analyse de l’archéologie d’un film (approche génétique) et/ou une étude de la circulation du film. Certains devoirs ont été particulièrement convaincants (j’ai déjà mis en ligne l’un d’entre eux). Je partage avec les lecteurs de Cinémadoc le texte de Ben Hoscheit qui a pour titre: Forrest Gump de Robert Zemeckis – Archéologie et circulation des scènes pseudo-historiques. J’insiste ici sur le fait que ce texte doit donc être lu comme un travail étudiant.

————————————

En 1995, une année après sa sortie, le film Forrest Gump a gagné six Oscars dont celui pour les meilleurs effets visuels. Le réalisateur du film, Robert Zemeckis, avait déjà connu avant un beau succès avec ses films très innovateurs au niveau de la technologie digitale, comme par exemple la trilogie de Back to the Future (1985-1990) et Who Framed Roger Rabbit (1988). Dans Forrest Gump, l’équipe du film a réussi à faire parler et interagir des célébrités déjà décédées comme John F. Kennedy, Richard Nixon, Lyndon B. Johnson ou John Lennon avec l’acteur principal Tom Hanks. On voit notamment Kennedy donner la main à Hanks et réagir adéquatement à la remarque de ce dernier qu’il doit aller « pisser ».

Ce travail constitue principalement une étude génétique, donc de démarche archéologique, de la réalisation du film en question et de ces scènes en particulier, en abordant vers la fin quelques questions liées à la circulation du film. Les éléments analysés par rapport à la genèse sont l’utilisation d’archives dans le film ainsi que le tournage, le montage et la technique, qui ont tous contribué à la reconstitution de ces scènes pseudo-historiques. En ce qui concerne la circulation, je vais thématiser la mobilisation du film lors de débats dans l’espace public ainsi que son appropriation dans les sciences sociales parce qu’au-delà de leur réalisation, les scènes mentionnées posent aussi certains problèmes éthiques.

Dans une synthèse, je vais d’abord décrire ma recherche documentaire réalisée pour mieux comprendre comment ces scènes particulières ont été faites. En deuxième partie, je vais aborder d’un point de vue plus critique les questions morales liées aux méthodes technologiques utilisées dans Forrest Gump.

La toute première étape de ma recherche documentaire sur la genèse des scènes pseudo-historiques s’est déroulée sur Internet. Sur Wikipedia, IMDb et Youtube, j’ai trouvé assez vite des réponses expliquant la création de ces scènes. Je me suis concentré dès le départ sur tout ce qui est en rapport avec les effets visuels du film, concrètement ceux qui utilisaient des images d’archives réelles. Ensuite, sur Youtube, j’ai visionné des reportages et des extraits de making-of pris des bonus du DVD du film. Comme le disent Bourget et Ferrer, dans les bonus des DVD, « le véritable généticien y trouvera cependant son compte » et il pourra profiter de ces documents.[1] Sur Youtube, on trouve aussi quelques vidéos intéressantes de personnes privées qui expliquent et essayent eux-mêmes la technique utilisée. Ces vidéos m’ont énormément aidé à comprendre comment les scènes ont été réalisées. Dans une prochaine étape complémentaire, toujours par rapport à la création de ces scènes, j’ai recherché des articles à l’aide du catalogue bibliothécaire Atrium de l’Université de Montréal. Cette recherche était moins efficace, dans le sens où elle ne m’apportait rien de nouveau. Puisqu’à ce point-là, ayant déjà bien compris la méthode utilisée et étant ainsi en mesure de répondre à ma question de départ, j’ai essayé par la suite de trouver encore des commentaires plus personnels du réalisateur et de Ken Ralston, le superviseur d’effets visuels, dans des interviews écrites éventuelles. Ainsi, je suis tombé sur l’aspect éthique souvent mentionné en rapport avec les méthodes innovatrices présentées dans Forrest Gump. Cela m’a alors amené à m’intéresser aussi à la période de la circulation du film, notamment aux questions morales et à la présence d’un discours éthique dans l’espace public et dans les sciences sociales. Finalement, grâce à quelques recherches, j’ai trouvé sur Google et dans le catalogue Atrium encore quelques articles et interviews parlant de ce dernier aspect.

En général, pour créer les scènes pseudo-historiques, on a d’abord dû parcourir des heures d’images d’archives pour trouver des scènes qui correspondaient plus ou moins à celles imaginées dans le scénario. Ensuite, pendant le tournage, on a filmé les scènes envisagées avec Tom Hanks utilisant un « bluescreen ». On lui a montré et indiqué précisément dans quelle direction il devrait regarder et comment il devrait par exemple tenir sa main pour que, avec du « rotoscoping », son image puisse après être mélangée correctement et de façon crédible avec les images des archives. A quelques occasions, l’équipe a aussi recréé les décors, essayant d’avoir la même lumière et de filmer avec le même matériel que dans les images d’archives. Plus tard dans le montage, on a superposé digitalement la tête de la célébrité sur celle d’un acteur qui l’avait imitée sur le plateau. Aussi en post-production, on a ajouté des effets et des filtres sur les images tournées afin de reconstruire l’aspect légèrement vétuste et usé des archives. Finalement, grâce à la technique du « mouthmorphing », le mouvement des lèvres des célébrités dans les images d’archives a été digitalement adapté aux nouvelles paroles enregistrées par un acteur.[2] George Murphy, superviseur des graphiques digitales, a résumé leur travail ainsi : « [It was] just an incredible feed of not so much pushing new technologies, as really pushing the limits of doing some things we knew how to do, and doing them very very well ».[3]

Comme je l’ai déjà mentionné, pendant ma recherche documentaire par rapport à ma première question sur la création des scènes pseudo-historiques, je suis tombé sur un autre aspect intéressant, plutôt lié à la circulation, plus concrètement à la réception critique de Forrest Gump. En recherchant dans le catalogue Atrium des articles ou interviews parlant des effets visuels du film, une question éthique et critique par rapport à ces méthodes technologiques et innovantes s’est posée régulièrement : Est-ce que de telles méthodes ne permettront et n’encourageront pas à l’avenir, de manipuler chaque image d’archive selon des besoins spécifiques ? Est-ce que les images d’archives pourraient perdre tout caractère de preuve et de vraisemblance ?

Michel Arsenault dit que quand Gump serre la main de Kennedy, « l’invisibilité du montage effectue là un saut ‘quantique’ vers la transparence parfaite d’une manipulation idéologique ».[4] Les méthodes du film jouent ainsi un rôle critique dans l’articulation de mythes historiques.[5] Quelques critiques prédisent même que les spectateurs ne seront plus à même de faire la différence entre des images réelles et truquées.[6] Jaimie Baron résume que lors de sa sortie, le film a en même temps été beaucoup apprécié pour son travail digital, mais il a aussi fait naître des doutes par rapport aux conséquences épistémologiques et historiographiques de ces technologies innovatrices.[7] Dans un entretien de la revue de cinéma Positif de 1994, Robert Zemeckis avoue qu’il s’agit d’un problème éthique. Il pense cependant que les gens prennent de plus en plus conscience qu’on ne peut plus tout croire ce qu’on voit et que « nous sommes à l’aube d’une ère nouvelle où n’importe qui créera n’importe quelle image sur n’importe quoi ».[8]

Lors de cette enquête, j’ai constaté que cette problématique était davantage traitée dans des sources écrites, comme des livres, articles scientifiques ou entretiens, que dans les vidéos comme le making-of. Malheureusement, je n’ai trouvé ni témoignages ni indices de l’équipe pour pouvoir vérifier si elle s’est déjà posée ces questions pendant le tournage et le montage. On pourrait donc supposer qu’il s’agit plutôt d’un discours mené après la sortie du film dans des cercles académiques et que le réalisateur par exemple n’a réagi que par après à ces critiques et questions soulevées.

Dans Forrest Gump, l’équipe du film a réussi à créer des scènes pseudo-historiques utilisant des méthodes digitales innovantes pour combiner des images d’archives historiques réelles avec de nouvelles séquences tournées. Leur genèse peut facilement être retracée et étudiée grâce à des vidéos accessibles sur le DVD ou sur Youtube. Ces méthodes soulèvent en outre une question éthique concernant la vraisemblance et la possibilité de manipulation d’images d’archives au futur. Cette problématique est plutôt thématisée dans des sources écrites et académiques. Une autre question intéressante pour des travaux futurs serait celle d’analyser ou de rechercher comment les spectateurs ont réagi face à ces scènes après la sortie du film et à quel point ils ont soit cru soit mis en question les images.

Bibliographie :

Arsenault, Michel. « De la synthèse au synthétique. Histoire de transparence ». Cinémas : Revue d’Etudes Cinematographiques = Journal of Film Studies, vol. 7/ 3 (printemps 1997) : 147-158.

Baron, Jaimie. The Archive Effect: Found Footage and the Audiovisual Experience of History. London et New York : Routledge, 2014.

Bourget, Jean-Loup, et Daniel Ferrer. « Introduction ». Genesis, 28 : Cinéma (2007) : 7-27.

Ciment, Michel. « Entretien avec Robert Zemeckis : ‘On ne peut plus regarder une image et penser que c’est vrai’ ». Positif – Revue mensuelle de cinéma (novembre 1994) : 27-31.

Wang, Jennifer Hyland. « ‘A Struggle of Contending Stories’: Race, Gender and Political Memory in ‘Forrest Gump’ ». Cinema Journal, vol. 39/ 3 (printemps 2000) : 92-115.

Youtube. « The Visual Effects of Forrest Gump (1994) ». Consulté le 12 novembre 2017. https://www.youtube.com/watch?v=KBJwq0DBjyo&t=683s.

[1] Jean-Loup Bourget et Daniel Ferrer, « Introduction », Genesis, 28 : Cinéma (2007) : 8.

[2] « The Visual Effects of Forrest Gump (1994) », Youtube, consulté le 12 novembre 2017, https://www.youtube.com/watch?v=KBJwq0DBjyo&t=683s.

[3] Ibid., (44:05).

[4] Michel Arsenault, « De la synthèse au synthétique. Histoire de transparence », Cinémas : Revue d’Etudes Cinematographiques = Journal of Film Studies, vol. 7/ 3 (printemps 1997) : 149.

[5] Jennifer Hyland Wang, « ‘A Struggle of Contending Stories’: Race, Gender and Political Memory in ‘Forrest Gump’ », Cinema Journal, vol. 39/ 3 (printemps 2000) : 95.

[6] Ibid. : 96.

[7] Jaimie Baron, The Archive Effect: Found Footage and the Audiovisual Experience of History (London et New York : Routledge, 2014), 58.

[8] Michel Ciment, « Entretien avec Robert Zemeckis : ‘On ne peut plus regarder une image et penser que c’est vrai’ », Positif – Revue mensuelle de cinéma (novembre 1994) : 30.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *