Tous les articles par Rémy Besson

Postdoctorant au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

« Les Aventuriers de l’art moderne » : un objet pluridisciplinaire

Ce billet pour vous annoncer le programme du colloque que je co-organise à McGill avec Karine Abadie dans le cadre de l’ACFAS le 12 mai 2017. Celui-ci a pour titre, « Les Aventuriers de l’art moderne » : un objet pluridisciplinaire. Cette journée sera l’occasion de considérer cette production audiovisuelle originale réalisée par Amélie Harrault, Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux comme un point de départ permettant de développer une réflexion d’ordre méthodologique axée sur les enjeux de l’intermédialité. Ainsi souhaitons-nous donner à voir comment une variété  d’approches disciplinaires — approches culturalistes de la littérature et de l’art, histoire de l’art, étude des archives audiovisuelles, étude du cinéma d’animation, etc. —, éclairent certains aspects du film tout en en sous-estimant d’autres. De fait, en multipliant les points de vue, une compréhension plus fine de ce faisceau de productions artistiques (créations datant de la première moitié du 20e siècle, livres de Dan Franck, court-métrage d’Amélie Harrault et série télévisée) émergera et enrichira leur appréciation. Une publication est prévue par la suite.

9h30 : Introduction par Karine Abadie (Memorial University) et Rémy Besson (Université de Montréal).
10h45: Les archives dans Les Aventuriers de l’art moderne par Anne Klein (Université Laval).
11h15: « L’usage des archives dans Les Aventuriers de l’art moderne : la nostalgie du décor par Nina Barada (Université de Montréal).
11h45: Penser le (re)montage d’archives comme une écriture de l’histoire par Rémy Besson (Université de Montréal).
Pause repas
13h30: Les Aventuriers de l’art moderne, un récit entre histoire de l’art, documentaire et création par Sandrine Hyacinthe (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).
14h00: Le libre jeu des images par Stéphanie Croteau (Université de Montréal).
14h45: « Posture » littéraire et artistes : comment circulent les figures par Marie-Hélène Constant (Université de Montréal).
15h15: La figure de Max Jacob dans « Les Aventuriers de l’art moderne » : mémoire ou réinvention de l’histoire littéraire? par Karine Abadie (Memorial University).
16h00: Synthèse.

Encyclopédie TECHNÈS et design des connaissances

Le 6 avril 2017 à l’Université de Montréal, j’ai eu la chance de prendre part à une table ronde sur Le projet encyclopédique à l’époque du numérique avec Emmanuel Chateau (UdeM) et Benoît Melançon (UdeM). Lors de celle-ci, j’ai présenté le projet d’Encyclopédie des techniques et technologies du cinéma mis en place dans le cadre du partenariat TECHNÈS.

Celle-ci a été suivie d’une conférence plénière de la part de Jeffrey Schnapp (Havard) portant sur le Knowledge Design. Elle est également consultable en vidéo.

Les Paper Prints de la Bibliothèque du Congrès

C’est avec plaisir, que je partage ici la présentation d’André Habib (Université de Montréal) qui a eu lieu le 22 mars 2017 dans le cadre du séminaire Préservation audiviosuelle et numérique. Celle-ci porte sur les Paper Prints de la Bibliothèque du Congrès. Cette séance a ainsi porté sur les usages sociaux et les usages artistiques de ce fonds. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le diaporama ci-dessous:

Cette séance a également été l’occasion d’une présentation d’Annaëlle Winand (doctorante à l’Université de Montréal), sur les Archives Prelinger (cf. billet antérieur).

Shoah, une double référence?

C’est avec un réel plaisir que je partage ici quelques informations relative au livre que je viens de publier. Il s’intitule Shoah, une double référence? Des faits au film, du film aux faits. Vous trouverez ci-dessous sa présentation par les Éditions MkF:

Shoah de Claude Lanzmann est aujourd’hui considéré comme une référence. Le film a en grande partie défini la manière dont est traité et représenté le génocide des juifs, au point d’imposer l’usage du terme Shoah dans la langue courante.

Pendant des années, il a été quelque peu difficile de contenir l’émotion que procure le film, et de tenter une approche distanciée, voire parfois critique. Dans les années 2000, un événement va notablement modifier la situation : la mise à disposition des rushs de Shoah au Musée Mémorial de l’Holocauste (Washington), c’est-à-dire de toutes les images non retenues dans la version finale du film, ainsi que les transcriptions et résumés annotés des entretiens. Il devenait ainsi possible de se confronter au film de l’intérieur.

Fabrication du film et choix au montage, modes de diffusion, appropriations successives dans les médias et par les intellectuels, ou encore influence du projet sur le travail d’autres réalisateurs, l’étude de Shoah permet de mieux comprendre comment le film est devenu un monument.

Sans prendre le film comme un mythe qu’il faudrait déconstruire, mais en révélant la dynamique des places qu’occupent le réalisateur et ses équipes, ainsi que les protagonistes et les spectateurs, Rémy Besson, historien et spécialiste des cultures visuelles, retrace ici la genèse de Shoah. Consulter le communiqué de presse.

 

Les Archives Prelinger – réemploi, archive(s), préservation

C’est avec plaisir, que je partage ici la présentation d’Annaëlle Winand (doctorante à l’Université de Montréal), qui a eu lieu le 22 mars 2017 dans le cadre du séminaire Préservation audiviosuelle et numérique. Celle-ci porte sur les Archives Prelinger. Cette séance a ainsi porté sur les usages sociaux et les usages artistiques d’une collection de films éphémères en partie accessibles en ligne. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le diaporama:

Je me permets également de vous conseiller la lecture de:
Winand, A. (2016). Archives et réemploi dans les films expérimentaux. Archives, 46(1),  35-45.

Cette séance a également été l’occasion d’une présentation d’André Habib (Université de Montréal) sur les Paper Prints de la LofC et de leurs usages par des cinéastes expérimentaux.

Public History. A Textbook of Practice – Thomas Cauvin

C’est avec plaisir, que je diffuse ici un compte rendu récemment publié dans le second numéro de la revue Mémoire en jeu. Il porte sur l’ouvrage de Thomas Cauvin, Public History. A Textbook of Practice, New York, Routledge, 2016 (extrait en ligne). J’espère qu’il retiendra l’attention des lecteurs de ce carnet, car s’il n’aborde pas prioritairement des questions d’ordre (audio)visuel, ceux qui s’intéressent aux relations entre Histoire et cinéma y retrouveront des thématiques qu’ils connaissent bien.

Public History est un manuel à destination des étudiants en histoire qui est orienté vers la maitrise de compétences professionnelles s’exerçant en dehors de l’université. Il y est question de l’identification de sources pertinentes pour une exposition, de la mise en série de documents archivés pour la réalisation d’un film ou encore de la maitrise de langages informatiques nécessaires à la conception d’un site web. Le rôle de l’historien dans la cité est alors moins envisagé comme celui d’un sage qui prend position depuis sa chaire, que comme un acteur parmi d’autres de la fabrique de représentations tout à la fois culturelles, sociales et politiques portants sur le passé. Il est ainsi moins figuré comme un intellectuel pris au cœur de débats historiographiques, que comme étant aux prises avec des limitations légales, des décisions techniques, des arbitrages politiques, des contraintes économiques, des demandes politiques et des exigences de résultats concrets. L’historien de formation est alors présenté comme exerçant ses compétences dans le cadre du métier de recherchiste, de documentaliste, d’éditeur, de commissaire d’exposition, d’assistant-réalisateur, d’administrateur d’une structure culturelle, de développeur d’un site web ou encore de médiateur travaillant au sein d’un site patrimonial. À ce titre et par la multiplication de cas d’études principalement nord-américains, l’ouvrage désorientera peut-être les lecteurs européens. Ce choix est cependant tout à fait cohérent avec la définition du domaine de la Public History adoptée par Thomas Cauvin. Celui-ci rappelle, en effet, qu’aux États-Unis cette perspective a émergé durant les années 1970, au moment où une crise de l’emploi dans les universités a conduit à repenser les débouchés professionnels des étudiants en sciences humaines (p. 8). Des domaines d’activité non-académiques ont alors commencé à être considérés comme digne d’intérêt au sein des départements d’histoire. Pour résumer à grands traits, si l’université n’était alors plus à même d’être l’horizon d’attente indépassable pour l’insertion des jeunes historiens, ceux-ci devaient être formés aux métiers liés au patrimoine, aux médias, aux musées et à l’édition. La Public History est ainsi, en quelque sorte, le symptôme ainsi que l’agent, d’une tentative de (ré)appropriation par l’académie, d’un ensemble de domaines économiques ayant pour objet la représentation du passé, qui se sont développés sans le concours actif des historiens universitaires.

Les deux principales parties de l’ouvrage s’inscrivent dans la continuité de ce constat. Il ne s’agit ainsi pas d’une présentation diachronique des différents courants de pensée qui composent la Public History, ni d’une tentative de théorisation de tensions épistémologiques (certains aspects éthiques sont cependant présentés dans une courte partie conclusive), mais bien plus d’un essai de cartographie problématisée des institutions, des compétences et des métiers du domaine. Les premiers chapitres portent ainsi sur le rôle des historiens dans la gestion des collections muséales et dans la préservation des archives. Tout l’intérêt revient alors à montrer en quoi les connaissances et les méthodes des historiens sont complémentaires vis-à-vis de celles des archivistes et des autres acteurs des domaines culturel et patrimonial. Il n’est alors pas question d’aborder de nouvelles compétences que l’historien pourrait acquérir afin de s’insérer professionnellement, mais de démontrer en quoi les méthodes acquises sur les bancs de l’université sont mobilisables en dehors de celle-ci. L’accent est notamment mis sur la capacité des historiens à contextualiser les informations et à réinscrire les usages sociaux de l’histoire dans le temps long de pratiques et normes héritées du passé. Les chapitres suivants abordent eux le rôle de l’historien comme acteur de divers types de mises en récit du passé. Il est alors question de la réalisation de films, de la conception d’expositions, de la rédaction d’ouvrages grand public, de créations radiophoniques, d’émissions télévisées ou encore de mises en ligne de visualisations du passé. L’historien est non seulement présenté comme un conseiller sollicité ponctuellement, mais aussi comme un assistant qui peut suivre l’ensemble d’un processus de création ou comme un porteur de projet qui va adapter son discours en fonction du public visé. S’il est possible de regretter que certains passages ne soient pas suffisamment critiques vis-à-vis des pratiques abordées[1], la façon dont la notion de public est problématisée constitue l’intérêt principal de l’ouvrage. En effet, au-delà de la dimension stratégique susmentionnée (réponse à une crise de l’emploi), l’auteur insiste particulièrement sur la présence du passé dans nos sociétés contemporaines. Le principe est ici que le terme de Public renvoie moins au fait de « rendre public » un discours, qu’au rôle des usagers des diverses productions culturelles portant sur le passé. Ce sont ainsi les individus qui se saisissent du passé (et non plus le récit portant sur le passé pour lui-même) qui sont considérés par l’auteur. Le champ d’étude est ainsi articulé avec la volonté propre à l’histoire orale d’entrer en dialogue avec des acteurs de l’histoire, à la dimension politique de l’histoire sociale des minorités et à la manière dont les pratiques amateurs font usage du passé pour faire groupe. A titre de contre-exemple, Cauvin explique qu’un projet en humanité numérique (Digital History dans ce cas) qui débouche sur la création d’un site web accessible à tous peut très bien ne pas relever du domaine de la Public History (p. 177). Le critère discriminant n’est ainsi pas tant celui de l’accessibilité potentielle, mais le fait que le rôle du public a été pensé comme étant constitutif du projet. Prenons un autre cas. Au sujet de l’édition, l’auteur explique que ce n’est pas une volonté de vulgariser un travail préalablement conçu par un historien qui va constituer un critère d’inclusion ; il s’agit plutôt du fait que l’ouvrage aura été conçu dès le départ pour un public qui n’est pas principalement composé d’universitaires. La Public History est alors pensée comme une réponse à l’hyperspécialisation des recherches académiques, qui tend parfois au fait que seuls les universitaires sont capables de comprendre les contenus publiés de leurs paires. De même, dans le domaine de la muséographie, l’historien n’est ainsi pas présenté comme étant celui qui saura avant tout transmettre au plus grand nombre un état des connaissances les plus actuelles, mais comme étant celui qui, ayant constaté les usages du passé des visiteurs, saura créer des contenus adaptés à leurs attentes réelles. Mais bien plus que sur un public perçu comme un groupe homogène (le singulier du terme Public est ici trompeur) qui reçoit un contenu adapté à ses usages, Cauvin insiste sur le rôle des usagers comme coproducteurs des connaissances. Les projets collaboratifs sont alors particulièrement analysés dans l’ouvrage. L’auteur mentionne ainsi des exemples de redocumentarisation de fonds de photographies par des internautes aussi bien que la reconstitution de batailles ou de bâtiments par des amateurs. La fonction de l’historien se rapproche alors de celle du médiateur, tout en préservant certaines spécificités liées à ses capacités à valider et à contextualiser les informations et documents partagés.

La notion de « spécificité » propre à l’exercice du métier historien n’est jamais débattue frontalement, ni peut-être suffisamment problématisée, elle est cependant partout présente en filigrane. L’historien travaillant en dehors de l’université est sans cesse présenté comme celui qui apporte un plus à des pratiques professionnelles existantes dans lesquelles il semble que tout puisse fonctionner sans sa présence. Un film ou une exposition, une émission de télévision ou un site web portant sur le passé peuvent, en effet, très bien être conçus sans faire appel à un historien (ou en cantonnant celui-ci au rôle d’expert qui vient valider la véracité des faits présentés, ce qui revient peu ou prou au même). Par contre, chapitre après chapitre, c’est-à-dire milieu professionnel après milieu professionnel, Cauvin démontre en quoi l’historien à un rôle à jouer dans la préservation et la diffusion des connaissances portant sur le passé telles qu’elles sont conçues en dehors de l’université. Si quelques parties sont moins abouties, comme celle portant sur le cinéma documentaire et de fiction[2], et que quelques oublis sont discutables (l’articulation entre histoire et journalisme semble notamment rester tabou[3]), l’auteur dresse au fils des pages un panorama de ces pratiques historiennes non-académiques qui est particulièrement impressionnant. Il en ressort que l’historien peut, dans chacun de ces milieux professionnels parfois très différents, apporter quelque chose de spécifique. Il ne se substitue jamais aux professionnels déjà en place, mais il est toujours en mesure d’apporter des gains d’intelligibilité qui sont utiles aux publics. L’ouvrage permet ainsi de comprendre en quoi ses compétences sont liées à des métiers précis qu’il est en mesure d’exercer en dehors de l’université afin d’avoir une influence renouvelée sur l’écriture de l’histoire dans l’espace public.

[1] A titre d’exemple, on aurait souhaité que la présentation de la notion d’interactivité dans le domaine muséal soit moins considérée comme quelque chose d’unilatéralement positive car elle permet l’inclusion du visiteur (p. 144-145) et plus présentée de manière critique, c’est-à-dire aussi à titre de mot valise mobilisé au sein de discours relevant bien souvent plus de la communication institutionnelle que de la recherche en histoire.

[2] Celle-ci fait à peine cinq pages et semble principalement basée sur une référence – le par ailleurs très intéressant dossier « History, Historians, and Cinematic Media » (The Public History, 2003) – alors qu’un développement plus long et des références bien plus diversifiées auraient pu être mobilisées.

[3] En effet, si la presse magazine spécialisée est mentionnée, le rôle des historiens comme éditorialiste, auteurs ou journalistes dans la presse généraliste, qu’elle soit mensuelle ou quotidienne, nationale ou régionale, papier ou en ligne, n’est pas abordé.

Témoigner en images – École d’été (22-27 mai 2017)

Vous trouverez ci-dessous le programme complet de l’École d’été du CÉRIUM: Témoigner en images – intermédialité, institutionnalisation et politiques visuelles. Cette école a été conçue depuis le CRIalt. Elle est codirigée par Claudia Polledri et Rémy Besson.

Elle a pour objet différents modes de médiation du témoignage et, plus spécifiquement, leur dimension visuelle (archives, cinéma, entretien filmé, installation, photographie). Les relations entre images et témoignages seront ainsi interprétées dans une perspective intermédiale (rapport aux technologies et aux institutions notamment). Nous prendrons en compte plusieurs contextes historiques et géographiques (Québec, France, Sénégal, Liban), afin de faire ressortir la dimension politique de ce sujet.

Elle peut être créditée (3 crédits, PLU6917 A-D). Les inscriptions sont ouvertes. Contactez crialt.informations@gmail.com  pour plus d’informations.

Lundi 22 mai 2017

9h- 12h: Introduction par Claudia Polledri et Rémy Besson (UdeM).
Sur la notion d’intermédialité: Philippe Despoix (UdeM).
Conférence d’ouverture de Bacary Sarr (U. Cheikh Anta Diop, Dakar) modérée par Vincent Bouchard (U. of Indiana) et Abdoulaye Diouf (U. Cheikh Anta Diop, Dakar) portant sur la notion de témoignage dans Camp Thiaroye (Ousmane Sembène et Thierno Faty Sow, 1988) et Moolaadé (Ousmane Sembène, 2002).

14h- 17h: Table ronde sur les limites de la représentation
Arnaud Rykner (U. Paris 3), avec Jean-Marc Larrue (UdeM) et Rémy Besson (UdeM). Cette table aura pour objets des oeuvres issues de différents domaines (théâtre, littérature, cinéma) dont des extraits seront présentés.

Mardi 23 mai 2017

9h30-12h30: point méthodologique sur les concepts associés à la notion d’intermédialité par Marion Froger (UdeM) et Caroline Bem (UdeM).
Point méthodologique sur la notion de témoignage par Claudia Polledri (UdeM).

14h-17h: conférence de Vincent Bouchard (U. of Indiana) sur les rapports entre technique et témoignage au cinéma autour du cas de l’ONF. Séance modérée par Rémy Besson.

Mercredi 24 mai 2017

9h30- 12h30: point méthodologique sur la notion de médiation par Silvestra Mariniello (UdeM) modéré par Suzanne Beth (McGill).

14h- 17h: atelier avec l’artiste libanaise Lamia Joreige autour de la série Objects of War et de son rapport au témoignage. Séance modérée par Claudia Polledri.

Jeudi 25 mai 2017

9h30- 12h30: point méthodologique sur la notion d’image et d’études portant sur le visuel par Rémy Besson (UdeM) et Philippe Despoix (UdeM). Séance modérée par Karine Abadie (Mémorial University).

14h- 17h: atelier avec la réalisatrice québécoise Catherine Hébert autour du film en cours de tournage Ziva Postec (du nom de la monteuse du film Shoah). Séance modérée par Rémy Besson.

Vendredi 26 mai 2017

9h30- 12h30: conférence/projection autour de la figure du témoin au croisement du cinéma et de l’histoire par Matthieu Péchenet (U. Lille 3). Séance modérée par Rémy Besson (UdeM).

14h- 17h: conférence autour de la figure du témoin dans Chronique d’un été (Jean Rouch et Edgar Morin, 1961) par Frédérique Berthet (U. Paris 7).

Samedi 27 mai 2017

9h30-12h30: conférence de clôture autour des relations entre témoignage et intermédialité par Johanne Villeneuve (UQÀM). Séance modérée par Claudia Polledri (UdeM).

14h-16h30: conclusion générale par Claudia Polledri (UdeM) et Rémy Besson (UdeM) ainsi que les participants!

 

Enjeux actuels de la préservation (et audiovisuel)

Dans le cadre de la séance  du 22 février 2017 du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique (EBSI, Université de Montréal), j’ai eu le plaisir d’accueillir Anne Klein qui est professeur adjoint en archivistique de l’Université Laval. Elle  a présenté une communication passionnante portant sur les enjeux actuels de la préservation. Cette intervention a constitué un complément ainsi qu’un contre-point vis-à-vis de l’intervention de Marina Gallet portant sur la gestion des fonds audiovisuels d’origine numérique de la Cinémathèque québécoise. Elle a notamment insisté sur la permanence de certains questionnements et sur la non-spécificité de certaines problématique de ce cours portant sur l’audiovisuel. Vous trouverez ci-dessous le diaporama lié à cette présentation.

Fonds audiovisuels numériques de la Cinémathèque québécoise

Dans le cadre de la séance  du 15 février 2017 du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique (EBSI, Université de Montréal), j’ai eu le plaisir d’accueillir Marina Gallet de la direction de la préservation et de l’accès aux collections de la Cinémathèque québécoise, qui a présenté une communication passionnante portant sur les enjeux de la préservation et de la gestion des fonds audiovisuels d’origine numérique de cette institution. Elle a notamment montré en pratique comment la plupart des questions de ce domaine se sont transformées depuis une demi-douzaine d’années. Vous trouverez ci-dessous le diaporama lié à cette présentation.

Limites de la représentation et usages créatifs des archives

Jeudi 9 février 2017, j’ai eu l’occasion de donner une séance du cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal qui est donné cette année par Pierre Chemartin. Cette séance a porté sur Limites de la représentation et usages créatifs des archives. Il n’y a pas là de grandes nouveautés pour les lecteurs de Cinémadoc, mais comme toujours, quelques reformulations et précisions, qui me conduisent à partager, ci-dessous, la présentation en question. L’idée est moins de travailler les limites de la représentation à partir du principe d’un interdit ou d’un limite relative à l’objet étudié, mais plutôt à partir d’une sensibilité dans l’espace public et d’usages créatifs des archives qui permettent de reconfigurer ces limites.