Archives de catégorie : Billets

L’intermédialité dans les dispositifs narratifs

Le jeudi 9 avril 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude intitulée Design, Art et Narration : l’intermédialité dans les dispositifs narratifs organisée par Carole Nosella et Irène Dunyachle, sous la direction scientifique de Fabienne Denoual (LLA-CREATIS, Université de Toulouse). L’objectif principal est « d’explorer les rapports qu’entretient la narration avec les pratiques actuelles d’art et de design. En se concentrant de manière dont artistes et designers investissent la dimension narrative de leurs productions, elle a pour but d’analyser la mise en récit au prisme de l’intermédialité. »

Dans le cadre de cette journée, je vais présenter une première version de mon travail sur Amos Gitaï engagé dans le cadre du cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle que je co-organise actuellement à l’Université de Montréal. Cela constitue pour moi une occasion de revenir sur les résultat du workshop qui s’est tenu à Montréal le 11 février 2015 et d’en tirer de premiers enseignements. J’espère, par la suite, donner à ces réflexions la forme d’un article.

Vous pouvez consulter le programme complet de la journée : Programme de la journée [PDF – 5 Mo]

Le dernier des injustes

Mercredi 1er avril 2015, j’aurai le plaisir d’être le répondant d’Anna Hájková (Assistant Professor of Modern European Continental History, University of Warwick ), dans le cadre du séminaire du Centre de Recherches Historiques (EHESS), intitulé Histoire et historiographie de la Shoah (Florent Brayard, Ivan Ermakoff, Nicolas Mariot, Claire Zalc).

En amont de cette séance, vous pouvez consulter des extraits de l’entretien original (USHMM), l’article The Last of the Self-Righteous: Claude Lanzmann’s version of Benjamin Murmelstein publié par Anna Hájková dans la revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po Histoire@politique; ainsi que le papier que j’avais publié sur Nonfiction.fr :

Claude Lanzmann est seul dans la synagogue Pinkas à Prague. Une caméra le suit dans ses moindres mouvements, puis effectue un panoramique, découvrant ainsi une longue liste de noms inscrits à même les murs. La voix du réalisateur se fait entendre : « Il y a tellement de noms, si pressés, serrés, les uns contre les autres qu’on est dans l’illisibilité même. » Il y a un cut. La caméra est maintenant placée au plus proche de ce mur des noms (qui représente symboliquement 80 000 victimes juives), effectuant toujours le même mouvement de balayage de gauche à droite. La voix off poursuit : « Soudain ça devient lisible, des noms se distinguent. » Cette courte séquence fonctionne à la manière d’un indice, qui peut être articulé avec d’autres éléments dispersés avec soin tout au long du film. Rendre lisible, rendre visible, rendre interprétable, sans pour autant rendre compréhensible et explicable, voilà ici illustrée une constante du cinéma de Lanzmann (lire la suite).

Introduction à une sociologie du cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage de Pierre Sorlin, Introduction à une sociologie du cinéma publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Sur ce sujet, je me permets de vous rappeler la note publiée sur ce même carnet: Questions à la sociologie des publics du cinéma, qui portait sur l’ouvrage d’Émanuel Éthis, Sociologie du cinéma et de ses publics (2005, rééd. 2009).

Telle que définie par Pierre Sorlin, la sociologie du cinéma se compose de trois champs d’études complémentaires, qui correspondent à peu de choses près aux trois parties de cet ouvrage. Premièrement, il s’agit d’analyser les modes de production dans l’industrie cinématographique. Cette sociologie des métiers du cinéma (producteur, acteur, scénariste, technicien, etc.) revient à poser qu’une conception uniquement centrée sur le rôle du réalisateur manque quelque chose de la complexité du cinéma. Pour Sorlin, en plus d’être l’œuvre d’art d’un auteur le film est issu d’un milieu « privilégié pour étudier la diversité des oppositions latentes ou manifestes et les effets réciproques que les individus produisent les uns sur les autres dans un domaine où l’argent a le dernier mot et où sont mises à l’épreuve des aptitudes différentes, incommensurables, qu’elles soient intellectuelles, techniques ou purement manuelles » (p. 90). Le sociologue étudie ainsi les conflits de travail, les conséquences du corporatisme sur les manières de faire des films, ou encore la place des rapports de force entre différents métiers. Deuxièmement, Sorlin pose que la manière dont les films sont reçus dans une société donnée est à prendre en compte (lire la suite).

De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux

Le vendredi 13 mars 2015, j’ai eu le plaisir de participer à la journée d’étude Visibilité et légitimité de l’information : Comment être « bien vu » dans le contexte numérique ? organisée par le Département archives et médiathèque (DAM) de l’université Toulouse. La communication présentée a été un retour sur expérience problématisé, portant sur les usages des carnets de recherche en SHS. Elle s’intitulait, De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux : repenser les modes de médiation de la recherche en SHS. J’ai articulé la question du carnet avec une réflexion sur l’identité numérique des chercheurs. Il s’est ainsi agi de réfléchir sur la place des carnets au sein d’un ensemble de modes de médiation en ligne (réseaux sociaux dits académiques et non-académiques, archives ouvertes, sites des revues en ligne ou non, pages des laboratoires, pages des éditeurs, sites des médias traditionnels, site personnel, etc.). Le carnet a été considéré, à la fois comme un espace de convergence d’informations qui resteraient sinon dispersées et comme un lieu à partir duquel la dispersion des contenus produits en ligne était à penser.

Je partage ici le diaporama correspondant à cette communication.

Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film

Le jeudi 12 mars 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film organisée par le LLA-CREATIS à la Maison de la recherche (salle D30) de l’Université Toulouse 2. Ma communication aura pour sujet Du texte théâtral comme référence appropriée au livre comme objet contondant : un regard intermédial sur L’Esquive (A. Kechiche, 2003). Il s’agira de s’éloigner progressivement d’une approche intertextuelle (comment un texte est rejoué dans un autre, ici Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux dans le film de Kechiche), pour aller vers une approche intermédiale sensible à la question de la matérialité du livre. Une scène en particulier sera analysée. Il s’agit de l’apparition des forces de l’ordre dans le quartier et de l’usage qu’ils font du livre (et non plus du texte) de Marivaux. D’un point de vue méthodologique, l’objectif est de comprendre en quoi l’intermédialité se distingue des manières de faire plus classiques et de réfléchir à la manière dont elle permet de renouveler/ déplacer le point de vue du chercheur en études cinématographiques ou littéraires. Continuer la lecture de Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film

Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Le numéro 46 de la revue Eduquer|Former co-dirigé par Daniel Jacobi & Michael Bourgatte a pour sujet les « Innovations pédagogiques et usages de la vidéo ». J’ai publié dans celui-ci un article intitulé « Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne » qui est accessible en ligne sur le site de la revue. Continuer la lecture de Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Imagination et Histoire

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage co-dirigé par Marie Panter, Pascale Mounier, Monica Martinat et Matthieu Devigne, Imagination et Histoire : enjeux contemporains publié dans La Vie des idées, car il porte notamment sur les enjeux de la narrativité en histoire, ainsi que sur les rapports entre histoire et cinéma, thèmes qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Continuer la lecture de Imagination et Histoire

Le temps des humanités digitales

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage dirigé par Olivier Le Deuff, Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur les rapports entre culture et numérique, thème qui ne devrait pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Il s’articule ainsi avec un texte publié il y a quelques semaines déjà sur Sens Public.

La notion d’humanités digitales (souvent appelées également humanités numériques) correspond à l’intégration des technologies de l’information et de la communication aux différents stades de l’activité de recherche en sciences humaines et sociales (SHS), depuis la veille documentaire jusqu’à la diffusion des résultats scientifiques en passant par le recueil, le traitement et l’archivage des données. Mais les humanités digitales (DH) ne se résument pas à l’utilisation de technologies : elles constituent un véritable champ de recherche qui conjugue une dimension appliquée (développement d’outils et de méthodologies spécifiques) et une dimension plus réflexive, d’ordre épistémologique, dans la mesure où le numérique bouleverse non seulement les savoir-faire de l’activité scientifique, mais aussi ses perspectives heuristiques. L’ouvrage collectif dirigé par Olivier Le Deuff appréhende les humanités digitales à travers les mutations qu’elles induisent auprès des institutions et des différents acteurs impliqués dans la recherche en SHS, soulevant notamment la question de leur statut et de leur place dans le cadre académique, tout comme celle des compétences et des nouveaux métiers qu’elles mettent en jeu. Si une partie introductive réinscrit ce mouvement dans le temps relativement long des liens entre SHS et informatique, c’est par la suite une réflexion sur un processus en cours qui est menée (lire la suite).

Image mise en une Sarah Zhiri, [Hugo Arcier] Mutation # 1 (légèrement recadrée).

Représentation de la Shoah au cinéma

Je partage ici le programme d’une journée d’étude organisée à Bruxelles, le mardi 27 janvier 2015, à laquelle je vais participer. Il s’agit d’une journée de formation destinée aux enseignants belges intéressés par Les représentations de la Shoah au cinéma. Elle prend place au moment des commémorations du soixante-dixième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Montrer comment le cinéma, art du visible se confronte à un tel événement qui se singularise en tant qu’entreprise de disparition radicale sera un des enjeux de ce colloque. Par ailleurs, le regard critique des intervenants nous amènera à nous interroger sur l’influence qu’exerce la représentation cinématographique de la Shoah sur notre vision historique de l’événement. Cette journée alliera exposés théoriques sur le sujet et ateliers pratiques d’analyse de l’image (source: Enseignement.be).

Programme de la journée :

9h30 : Accueil des participants par l’équipe de Démocratie ou barbarie
10h : Ouverture de la journée par le Professeur Thomas GERGELY (ULB) : ‘De l’éviction des Juifs à leur destruction’

10h30 : ‘La résistance juive au cinéma’ par Rémy BESSON (Université de Toulouse)

11h15 – 11h30 : pause café

11h30 : ‘Interdépendance entre images documentaires et images de fiction’ par Anne ROEKENS (Université de Namur)

12h15 : ‘Paroles d’archives’, présentation des documentaires de la collection par Frédéric CRAHAY (Mémoire d’Auschwitz asbl)

14h – 16h : Deux ateliers autour des représentations cinématographiques de la Shoah seront proposés aux enseignants. Ils seront animés par :
– Ophir LEVY (Mémorial de la Shoah – Paris)
– Marc MALCOURANT (C.A.V. Liège)

Lieu : Salle Wallonie-Bruxelles (6A 101) au Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Boulevard Léopold II, 44 – 1080 Bruxelles.

Une iconographie en devenir: Charlie Hebdo (7-11 janvier 2015)

La troisième (et dernière) demi-journée du cours sur la Culture Visuelle (Master Art&Com, Toulouse 2) a été consacrée à un atelier pratique. Après une approche historiographique et une étude de cas, les étudiants ont planché sur une iconographie en devenir, celle de l’attentat ayant visé Charlie Hebdo (7-11 janvier 2015).

Sur la base d’une dizaine de propositions d’images (la composition graphique Je suis Charlie, la Une du numéro 1170 de Charlie Hebdo, la photographie de Stéphane Mahé…), de thèmes visuels (l’arrivée au paradis des caricaturistes, la référence au 11 septembre, la représentation de la foule ou des forces de l’ordre…), de détournements (le fameux Tumblr Je suis Nico), de jeux de référence (le lien avec Où est Charlie?, par exemple), ils ont eu à constituer des petits corpus visuels (une dizaine d’occurrences éditoriales). Il s’agissait surtout de réfléchir aux modes de circulation de ces images d’actualité et de savoir comment s’y retrouver au sein de cette profusion d’images. Voir diaporama ci-dessous:

Pour ce faire, ils ont notamment  été invité à utiliser Tineye, Kiosko.net, ou encore, SPQR. Quelques étudiants avaient également apporté des journaux papiers que tous ont pu consulter. L’objectif était aussi qu’ils partagent ces petits corpus d’images entre eux via Flickr, Zotero, Scoop.it, Issuu ou Slideshare. Le cours a permis de présenter ces différentes interfaces.

L’image mise en Une est libre de droit.