Archives de catégorie : Billets

Culture visuelle – éléments de cours

Ce semestre j’ai la chance de donner quelques heures de cours dans le cadre du master Art&Com (Université de Toulouse) sur la Culture visuelle. La première séance plutôt théorique ou tout du moins historiographique a eu lieu ce matin (mardi 6 janvier 2014). L’objectif était notamment de distinguer/rapprocher la culture visuelle (Visual culture Studies), de l’histoire de l’art, mais aussi des études visuelles (Visual Studies), de l’histoire visuelle, de l’anthropologie et de la sociologie visuelle, des études des images (Bildwissenschaft), et des études culturelles (Cultural Studies) de manière générale. Je partage ici quelques références à destination des étudiants en me disant que cela intéressera peut-être d’autres. Il ne s’agit aucunement d’un ensemble de références représentatif, mais des titres/illustrations mobilisés dans le cadre du cours. Continuer la lecture de Culture visuelle – éléments de cours

Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité

Pour une intervention dans le cadre d’un séminaire du LLA-CREATIS (cf. annonce sur ce carnet), j’ai été amené à revenir sur la notion  d’intermédialité et à la définir par rapport à d’autres notions connexes comme l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité ou l’hypermédialité.

Une façon de présenter les choses communément admise est de classer ces notions par leur date d’émergence. L’intertextualité arrive avant l’interdiscursivité, puis l’intermédialité, avant que d’autres termes ne soient proposés. Ces moments de conceptualisation peuvent aisément être datés, respectivement la fin des années 1960, la seconde partie des années 1970 et la seconde partie des années 1990. Cette conception (teintée d’un certain progressisme pas très réflexif) est à la fois indiscutable et, en même temps, ne permet pas de bien comprendre la coexistence de ces termes jusqu’à aujourd’hui. En somme on a tendance – un peu naïvement – à penser qu’un terme chasse l’autre.

Pour rendre cette coexistence des termes visible, je me suis replongé dans l’interface NGram viewer de Google (voir sa présentation TEDx en 2011). Elle est ici utilisée comme un indicateur de tendance (dont on connaît par ailleurs les limites, notamment pour les termes peu utilisés, sur ce sujet lire l’article de Patrick Peccatte sur le carnet Déjà vu)1. NGrams permet, par exemple, de faire ressortir un décalage temporel entre le début de l’usage du terme interdiscursivité et celui d’intermédialité (Cf. les débuts des deux courbes sur le graphique ci-dessous). Cela est bien connu de tous les chercheurs s’intéressant un peu à cette question. Moins connu, cela permet de voir que les deux termes sont autant utilisés à partir de 2005 et que depuis celui d’intermédialité semble plus utilisé.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.09.46

(n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour un affichage plein écran) Continuer la lecture de Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité

  1. Il faudrait aussi pouvoir moissonner les articles publiés dans les revues, une notion se développant certainement plus là que dans les ouvrages []

Séminaire Intermédialidades

Le mardi 9 décembre de 16h à 18h30 sur le campus du Mirail de l’Université Jean Jaurès (salle OBM2), je vais présenter une synthèse de mes travaux sur l’intermédialité dans le cadre du séminaire Intermedialidades (LLA-CREATIS). Cette séance sera  ainsi l’occasion de revenir sur la notion même d’intermédialité et de la définir par rapport à d’autres notions connexes comme l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité (une version plus dense d’un billet partagé sur ce carnet il y a quelques semaines). Un état des lieux des principaux axes de recherche du CRIalt (Université de Montréal) depuis une dizaine d’années sera effectué. On reviendra ici sur les notions de coprésence, de transfert, d’émergence et de milieu. Enfin, la revue Intermédialités, la bibliographie collaborative  (groupe Zotero) et les fiches notions mises en place par ce laboratoire seront discutées.

Euriell Gobbé-Mévellec, MCF au LLA-CREATIS, présentera dans un second temps les pistes méthodologiques qu’elle explore et de premiers résultats qu’elle a obtenus à partir d’une lecture intermédiale d’albums pour enfants. Tout en continuant d’utiliser l’outil critique du dispositif, elle s’appuie en même temps sur les recherches développées au CRIALT autour de la formation des nouveaux médias pour penser l’émergence du livre numérique pour enfant en relation avec l’album imprimé et questionner l’apparition d’un potentiel nouveau média.

S’amuser avec les images

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Sens Public, car il porte sur les rapports entre éducation aux images et numérique, thème qui ne devrait pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. A titre d’ex-responsable associatif (Paroles d’images), je ne peux qu’être sensible au fait que de telles thématiques émergent dans ce domaine.

Début 2014, la revue du réseau d’action culturelle cinématographique Passeurs d’images intitulée Projections a consacré son trente-cinquième numéro au fait de s’amuser avec les images1. Il rend ainsi compte d’une tendance actuelle, qui, des usages créatifs des réseaux sociaux à l’émergence d’un art audiovisuel en ligne en passant par le mouvement Do it yourself et la multiplication des Fablabs, replace les individus au centre de la fabrique des images et des imaginaires. Ce choix est, en soi, intéressant dans un paysage socioculturel français dans lequel l’éducation aux images rime bien souvent avec critique des mass médias (Arrêt sur images, Le Monde diplomatique, etc.). L’idée résumée par l’artiste Michaël Borras est que dans ce domaine en particulier on « parle trop rarement du web de manière positive » (p. 55). Le traitement du thème est également original, car l’idée d’amusement conduit aussi les auteurs du numéro à éviter des sujets strictement cinéphiles. En effet, la seconde tradition française dans le domaine revient encore à poser comme un préalable rarement questionné, l’idée que le cinéma digne d’intérêt est celui fait par des auteurs. Enfin, ce numéro sort la question de la technique – puisqu’il s’agit bien ici de s’interroger sur la place du numérique –, de la problématique de l’acquisition de compétences nouvelles. Bien souvent prise entre réception critique et approche artistique, la manipulation des outils liés à la production d’images (de la caméra aux logiciels de montage, du pinceau à la publication assistée par ordinateur) est considérée uniquement dans sa dimension instrumentale (elle est au service de ce qui compte vraiment, une idée ou un message). Au contraire, sans a priori technophile, ni présupposés technophobes, ce numéro questionne ce qu’une nouvelle technique change à la pratique contemporaine des images (lire la suite).

Essai de typologie des billets sur Cinémadoc (2009-2014)

Actuellement, avec un camarade doctorant à Toulouse, Sébastien Poublanc, nous essayons de définir les différents types de publication de chercheurs en sciences humaines (plus particulièrement en histoire), qui ont lieu directement en ligne. Cela m’a conduit à faire un petit retour en arrière et à consulter les billets publiés sur Cinémadoc au cours des cinq dernières années et notamment les plus vus. Je vous propose donc ici une typologie basée sur les cinquante billets de ce carnet qui ont dépassé les 1000 vues ; au total Cinémadoc comptabilisant 150 000 vues (oct. 2009- oct. 2014). Cette mesure en termes d’audience est très critiquable. En effet, pour le dire certes trop rapidement, les contenus les plus vus sont loin d’être les plus intéressants. Cependant, quand on anime un carnet de recherche c’est aussi pour rencontrer un lectorat plus large que celui de nos seules publications universitaires. A titre d’exemple, un de mes articles préférés a été publié en ligne dans une revue d’UCLA. Il totalise aujourd’hui 150 vues. Il y a donc bien dans ce critère de la visibilité des publications quelque chose qui se joue et qui a à voir avec la fonction de la recherche dans l’espace public. Pour le dire simplement, tenir un carnet c’est aussi vouloir être lu.1  Continuer la lecture de Essai de typologie des billets sur Cinémadoc (2009-2014)

  1. Cependant, cela ne revient pas à écrire pour être lu. Je n’entre pas ici dans les détails, mais ce que je trouve particulièrement appréciable, c’est la manière dont un carnet s’inscrit dans le temps, les billets continuant, sur long terme, d’être découverts, amenant à des prises de contact et autres discussions (en ligne ou non). []

Retour sur: Que faire des archives sonores?

L’atelier Que faire des archives sonores ? a réuni, pendant environ deux heures, une vingtaine de personnes – chercheurs, artistes, professionnels des archives et des musées, responsables associatifs et représentants d’institutions culturelles – autour de problématiques introduites par Véronique Ginouvès (MMSH Aix). Les échanges ont ainsi porté à la fois sur les enjeux de la numérisation des archives au début du vingt-et-unième siècle, sur le rôle du chercheur dans ce processus et sur les modes d’exposition possibles de ces sources singulières1. Un accent particulier a été mis sur la complémentarité entre une prise en compte de contraintes juridiques fortes quand il est question d’entretiens enregistrés et une nécessaire réflexion éthique. Par exemple, si les bonnes autorisations ont été signées rien n’empêche la mise en ligne d’entretiens réalisés durant une période antérieure à la démocratisation du web. Cependant, cela ne va pas sans poser de questions, car le témoin ne pouvait pas imaginer l’existence d’une telle diffusion de ses propos dans l’espace public. Continuer la lecture de Retour sur: Que faire des archives sonores?

  1. Cette question de l’exposition devait initialement être abordée dans un atelier autonome intitulé Exposer/publier. Ce point a principalement été abordé par le biais d’une réflexion liée à l’usage de sources sonores, quand celui qui en est le médiateur n’en a pas été le producteur. Le risque d’erreurs factuelles, ainsi que la nécessaire adaptation du contenu verbal et de la forme au parcours muséographique ont été soulignés. Enfin, la richesse des usages artistiques des archives a également été identifiée lors de cet atelier. []

Les voisins de l’intermédialité

Dans le cadre du cours que je donne cette année en licence sur l’intermédialité, j’ai été amené à définir ce concept. Cela m’a conduit à le distinguer d’autres termes proches : l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité, la transmédialité, voire l’hypermédialité. Ces définitions sont pensées comme de premiers éléments qui sont ensuite à approfondir afin que nous partagions a minima un vocabulaire commun. L’objectif principal est de mieux comprendre la singularité de l’intermédialité dans le champ de ces termes concurrents. Je reproduis ces quelques notes en espérant qu’elles vous seront utiles et qu’elles vous donneront surtout envie d’aller plus loin. Continuer la lecture de Les voisins de l’intermédialité

Les images de la science

Je me permets de partager avec vous les premières lignes d’un compte rendu publié dans la revue Lectures portant sur l’avant-dernier numéro de la trop méconnue revue Poli (Politique de l’image) qui porte sur Les images de la science.

Résolument pluridisciplinaire, le huitième numéro de la revue Poli, codirigé par Maxime Boidy, Marion Coville et Catherine Derieux, est consacré aux relations entre univers scientifique et représentations visuelles. Composé de sept articles et de deux portfolios, le dossier s’articule autour d’un entretien central mené avec le théoricien américain de la culture visuelle, W.J.T. Mitchell (Université de Chicago). Si celui-ci est trop court pour lui permettre de présenter en détail son propre discours sur les images, il le conduit à soulever deux problématiques centrales pour le sujet : comment représenter visuellement une activité scientifique et/ou ses résultats ? Et quels usages les scientifiques font-ils des images ? Tout l’intérêt de numéro est de proposer un brouillage constant des limites entre ces deux interrogations. Les deux portfolios, grinçantes variations sur les limites des visualisations scientifiques (« Incertitude », de Nicolas André et Laurence Bordenave) et sur l’usage d’images de la science dans les jeux vidéos (« Cobaye ou joueur ? », de Simon Bachelier et Heather Kelley), viennent d’ailleurs redoubler ces questionnements (lire la suite).

 

Que faire des archives sonores ?

Vendredi 21 novembre de 14h à 15h30, je co-anime avec Véronique Ginouvès (MMSH Aix), un atelier dans le cadre de la journée d’étude La fabrique des patrimoines musicaux. Cette rencontre aura lieu à Villeurbanne au Rize, Centre mémoires,  cultures, échanges. Elle est organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le Centre Georg Simmel (EHESS).

Que faire des archives sonores?
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, au- jourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’ate- lier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dis- sémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et   éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?

Pour plus d’informations sur la journée elle-même vous pouvez consulter le Carnet de la Phonothèque sur Hypothèses.

Archives et enjeux de société

Je me permets de partager ici les première lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, car elle porte sur les rapports entre archives et société (un thème que j’ai notamment abordé lors d’un récent colloque à Rennes).

Culture et Recherche, la revue du Ministère de la Culture et de la Communication, consacre un numéro aux liens entre « Archives et enjeux de société. » Celui-ci dresse un état de la question à travers quarante-sept courts textes rédigés à la suite d’un appel à contribution largement diffusé auprès des professionnels et des chercheurs du secteur (une première pour la revue). Le dossier se divise en trois parties où voisinent des écrits d’archivistes et de conservateurs, d’universitaires (doctorants, professeurs, techniciens, ingénieurs de recherches) et de responsables de structures culturelles. Une première partie, assez classique, est consacrée aux usages des documents d’archives comme sources pour les sciences sociales, ainsi que pour les artistes contemporains. L’accent est alors mis sur des fonds encore à exploiter (Cité des mémoires étudiantes, Pôle de conservation des Archives de Jeunesse et d’Éducation Populaire, musée des Arts et Traditions populaires), ainsi que sur la façon dont les chercheurs intègrent à présent à leur travaux une réflexion sur la matérialité des documents (Roseline Claerr). La deuxième partie, plus originale, aborde les défis posés par le numérique aux pratiques des professionnels de l’archive. Enfin, une troisième partie questionne les modalités de valorisation des fonds d’archives en dehors des contextes historiens et artistiques. Alternants retours sur expériences (parfois sous la forme de signalements, plus que de véritables analyses), présentations de projets en cours, études sectorielles (art contemporain, danse, musique, télévision et théâtre) et questions d’actualité, les auteurs soulignent une autonomisation de leurs méthodes. Comme cela est précisé par les coordinateurs du dossier, l’enjeu principal des textes réunis est, en effet, de rendre compte d’un processus d’émancipation de l’archivistique, vis-à-vis de l’histoire, dont elle a longtemps été considérée comme une science auxiliaire (lire la suite).