Archives de catégorie : Agenda

annonces, programmes de colloques et autres manifestations, soutenances, dates de cours, etc.

Capitaine Conan

Le mardi 16 septembre le cycle de projections autour des rapports entre cinéma et histoire se poursuit avec Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (1996). La séance aura lieu à 20h aux Cinoches de Ris-Orangis.

Adapté du livre de Roger Vercel (1934), Capitaine Conan (1996) est aujourd’hui un film référence concernant la Première Guerre mondiale. Portant sur la toute fin du conflit, il présente notamment deux problématiques chères aux historiens, la physicalité des combats et la sortie de guerre. Il met ainsi en scène la question des violences extrêmes en temps de guerre et de l’acculturation à cette violence en temps de paix. Portant une attention toute particulière à la représentation des combats, aux gestes des combattants et aux positions du corps, ce film constitue à la fois une proposition artistique aboutie et une forme culturelle qui dialogue particulièrement bien avec la manière dont les historiens appréhendent le conflit aujourd’hui. Il sera donc abordé à la fois pour les choix formels effectués par le réalisateur, pour la cohérence de ces choix par rapport à la réalité du conflit et pour le lien entre les choix esthétiques opérés et la façon dont l’histoire de ce conflit a été écrite.

En amont, vous pouvez vous replonger dans le débat animé entre Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Jean-Jacques Becker, « Capitaine Conan de Bertrand Tavernier, 1996″, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n. 54, avril-juin 1997, p. 128-131.

Guerre et cinéma : perspectives historiographiques – 23 janvier 2014

Coordonné par Raphaëlle Branche et Olivier Wievorka, le séminaire de Master histoire, intitulé Guerre et cinéma (Paris 1), vise à faire connaître les grandes problématiques relatives aux représentations de la guerre dans le cinéma. La première séance, le 23 janvier 2014 de 9h à 13h, sera l’occasion d’une présentation historiographique des rapports entre Histoire et cinéma. Les deux autres séances porteront sur la Fabrique du documentaire: du livre au film, autour de Palestro, Algérie. Histoires d’une embuscade (R. Branche) et Dans les coulisses de la réalisation, avec Gabriel Le Bomin, qui est notamment le réalisateur des Fragments d’Antonin (cf. sur Cinémadoc).

Informations pratiques: : Guerre et cinéma: perspectives historiographiques (Rémy Besson), la première séance du séminaire se déroulera en salle 159 au 59-61 rue Pouchet dans le 17ème arrondissement.

Les fragments d’Antonin – 7 janvier 2014

Le mardi 7 janvier 2014 une soirée débat est organisée à partir de 20h30 aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film de Gabriel Le Bomin, les Fragments d’Antonin (2006, 90 min.) sera diffusé. Il s’agit de l’ouverture d’un nouveau cycle après celui de 2013, qui portera – en ces temps de commémoration – sur la mémoire de la Première Guerre mondiale. Vincent Auzas (docteur en histoire) et Aude-Marie Lalanne-Berdouticq (doctorante en histoire à Paris Ouest) présenteront, par la suite, La Grande illusion (Jean Renoir, 1937) et La Vie et rien d’autre (Bertrand Tavernier, 1989).

Présentation du film:

Un soldat assis frappe convulsivement le sol avec son pied gauche, un homme couché sur une civière laisse entrevoir une jambe tremblante, un individu apeuré s’échappe à la vue d’un képi, des hommes nus aux dos arqués marchent d’un pas lent. C’est par huit courtes séquences d’archive de ce type que s’ouvre le film de Gabriel Le Bomin. Issues des fonds de l’ECPAD celles-ci renvoient à des thérapies expérimentales qui ont été menées avec des soldats traumatisés par la guerre de 14-18. Entre 1917 et 1920, il s’agit des premières tentatives de prise en compte de blessures d’un nouveau genre. En effet, ces soldats ne sont pas blessés physiquement, mais mentalement. Immédiatement après ces plans, le protagoniste principal du film apparaît. Il s’agit d’Antonin, un poilu mutique à peine revenu du front. Ce dernier fait des gestes, puis après quelque temps prononce quelques mots, quelques noms pour être tout à fait juste, toujours les mêmes. Il y a là une énigme initiale redoublée. D’abord documentaire: quelle est la signification de ces plans tournés à la fin du conflit? Quelles ont été leurs conditions de production et surtout leurs fonctions? Fictionnelle ensuite: quel est le trouble donc souffre ce personnage en particulier? A quels mystères ces gestes et ces paroles renvoient-ils? Le film s’attache à répondre à cette seconde série de questions, éclairant par la même la première. Un montage enlevé faisant alterner des séquences renvoyant à différentes temporalités: le front, la vie à l’arrière-front, l’hôpital militaire pendant le conflit, l’immédiat après-guerre, conduit à dénouer chacun des fils d’une intrigue qui semble d’abord très embrouillée. Les images d’archive ont pour fonction d’ancrer le récit dans un rapport à des faits authentiques. La fiction nous invite à un supplément d’imagination en représentant ce qui a pu se passer dans un cas précis. Dans la fiction, le carnet intime tenu consciencieusement par Antonin est un nouvel objet médiateur. Il écrit, « combien de temps faut-il pour faire un homme, combien de temps faut-il pour le détruire ». Le plan durant lequel il écrit ses mots, lui aussi monté au tout début du film accompagne le spectateur tout au long de la séance. Antonin est un homme sans mémoire. Il est en fragment. Il est détruit, comment cela est-il arrivé? Peut-il se reconstruire? Comment cela est-il possible? Arrivera-t-il à retrouver la signification des gestes qu’il reproduit sans cesse? Pourra-t-il associer une histoire aux noms qu’il répète sans discontinuer? A ces questions chacune des séquences – sans que cela ne devienne jamais didactique – viennent répondre, jusqu’au plan final qui signe son retour parmi les vivants (cf. ill. ci-dessus).

Présentation du cycle:

Héroïque et patriotique dès les années 1920, antimilitariste et critique à partir des années 1960, la Première Guerre mondiale a donné lieu à de nombreuses représentations cinématographiques aux enjeux extrêmement différents. Depuis la fin des années 1980, un nouveau tournant a été pris. Il conduit à accorder une place centrale à la mémoire des poilus et aux commémorations. Le film de Bertrand Tavernier, La vie et rien d’autre (1989) a ouvert ce nouveau genre en posant la question: qu’est-ce qu’un soldat disparu? Le film de Gabriel Le Bomin, les Fragments d’Antonin (2006), qui porte sur un soldat ayant perdu la mémoire et la parole, en constitue une des formes les plus abouties. Ce nouveau cycle des mardis de l’histoire nous conduira également à projeter un classique incontournable, La Grande Illusion (Jean Renoir, 1937).

Ill. capture d’écran issue des Fragments d’Antonin, recadrée.

Faire quelque chose – 10 décembre 2013

Entre 18h et 23h, le mardi 10 décembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film désormais classique d’Armand Gatti sur la solidarité entre un résistant politique et un interné juif dans un camp de concentration nazi, L’Enclos (1961) sera diffusé à 20h. Avant celui-ci, le documentaire basé sur des entretiens menés avec d’anciens résistants Faire quelque chose (2013) de Vincent Goubert sera projeté. Il s’agit de la troisième séance d’un cycle de ciné-débats sur les Résistances, qui a vu se succéder jusque-là Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) et Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann (2013, 228 min.). Les films diffusés aujourd’hui seront comparés avec ces deux productions afin de s’interroger sur l’histoire et l’actualité de la notion de résistance aussi bien au cinéma que dans l’espace public en général.

L’image ci-dessus est une capture d’écran représentant Jacqueline Olivier-Timbaud devant la Maison des Métallos (Paris) issue du film de Vincent Goubert, Faire quelque chose (2013).

Le Dernier des injustes – 26 novembre 2013

Entre 18h et 22h, le mardi 26 novembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film de Claude Lanzmann Le Dernier des injustes (2013, 228 min.) sera diffusé. Il s’agit de la seconde projection – après Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) – d’un cycle sur le thème des Résistances. Les deux films seront mis en parallèle et critiqués.

Pour plus d’information au sujet du film, je vous rappelle la critique que j’ai publiée sur Nonfiction.fr : Claude Lanzmann est seul dans la synagogue Pinkas à Prague. Une caméra le suit dans ses moindres mouvements, puis effectue un panoramique, découvrant ainsi une longue liste de noms inscrits à même les murs. La voix du réalisateur se fait entendre : « Il y a tellement de noms, si pressés, serrés, les uns contre les autres qu’on est dans l’illisibilité même. » Il y a un cut. La caméra est maintenant placée au plus proche de ce mur des noms (qui représente symboliquement 80 000 victimes juives), effectuant toujours le même mouvement de balayage de gauche à droite. La voix off poursuit : « Soudain ça devient lisible, des noms se distinguent. » Cette courte séquence fonctionne à la manière d’un indice, qui peut être articulé avec d’autres éléments dispersés avec soin tout au long du film. Rendre lisible, rendre visible, rendre interprétable, sans pour autant rendre compréhensible et explicable, voilà ici illustrée une constante du cinéma de Lanzmann. Le choix d’une courte focale centrée sur un nombre restreint d’acteurs de l’histoire, afin d’appréhender un phénomène beaucoup plus large et complexe, est également quelque chose de récurrent chez le réalisateur depuis quarante ans (et le film Pourquoi Israël, 1973). (lire la suite)

Art contemporain : musées, mémoriaux et monuments. – 24 janvier 2013

Je vous signale la conférence Art contemporain : musées, mémoriaux et monuments car celle-ci pourrait notamment intéresser les personnes qui avaient participé à la séance du séminaire L’histoire vue par les historiens lors de l’exposition d’Esther Shalev-Gerz au Jeu de Paume.

Depuis une trentaine d’années, les artistes contemporains, qui abordent la Shoah dans leurs travaux, étendent leur réflexion à l’espace public, concevant des œuvres pour des lieux ou musées de mémoire et d’histoire. Leurs œuvres sont devenues incontournables à toute réflexion sur la transmission de l’histoire, dans la manière dont elles abordent les sources de l’histoire (lieux, images, films, documents, récit).

En présence des artistes Pascal Convert, Michal Rovner et Esther Shalev-Gerz. Animée par Raphaël Zagury-Orly, philosophe, directeur d’études à l’école des beaux-arts et de design de Bezabel, Jérusalem.

Art contemporain : musées, mémoriaux et monuments. – 24 janvier 2013, 19h. au Mémorial de la Shoah (17 Rue Geoffroy l’Asnier,  Paris). Entrée libre.

Visual Cultures and the Writing of History

Coordonnée par Nadège Ragaru, la conférence Visions of Socialism(s) in Eastern Europe: Visual Cultures and the Writing of History, se tiendra les 13 et 14 décembre 2012 à Sciences-po (56, rue Jacob, 75006 Paris). Le nombre des interventions et la qualité des intervenants (Thomas Lindenberger, Caroline Moine, Valérie Pozner, Anne Kerlan, entre autres), laissent présager une série de discussions très riches. Dans tous les cas, le choix d’une aire géographique, d’une période donnée et la volonté de questionner l’écriture de l’histoire à travers l’étude de la Culture Visuel, ne peuvent que retenir notre attention. Pour plus d’informations.

Observatoire – 19 octobre 2012

La première séance de l’Observatoire, organisé conjointement par le Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (Université de Montréal), le Lhivic (EHESS) et le groupe de recherche La figuration cinématographique de l’histoire (Paris 8-IHTP), se tiendra dans les locaux du CRIalt1 entre 10h et 12h (heure de Montréal) et dans les bureaux du CEHTA (INHA) entre 16h et 18h (heure de Paris), le vendredi 19 octobre 2012.

Après la présentation du programme de l’année, Rémy Besson, Marie-Hélène Constant, Marc-Antoine Lévesque et Emma Roufs proposeront d’examiner une série d’entretiens réalisés dans le cadre de la constitution de l’archive numérique d’une troupe de théâtre montréalaise. Ils expliqueront comment furent menés ces entretiens et quelles normes furent suivies pour leurs montages. Florence Descamps (chercheure à l’EPHE) interviendra aux termes de ces interventions liminaires.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le carnet de recherche, Chroniques médiatiques, sur Culture Visuelle et/ou communiquer avec Karine Abadie (karine.abadie@umontreal.ca) et Lydie Delahaye (delahaye.lydie@gmail.com).

Au plaisir de vous y rencontrer,

Karine Abadie (doctorante, Université de Montréal), Rémy Besson (post-doctorant, Université de Montréal), Lydie Delahaye (doctorante, Paris 8 ) et Valentina Grossi (doctorante, EHESS).

  1. CITÉ, porte V‑13‑1, pavillon Roger Gaudry, Montréal []

Adresses au tiers – 26-28 avril 2012

L’atelier scientifique (sur invitation) organisé par Marion Froger (Histoire de l’art et études cinématographiques) et Djemaa Maazouzi (Littératures de langue française) l’Adresses au tiers et postures des tiers dans le partage des mémoires se tiendra à l’Université de Montréal et à la Cinémathèque Québécoise entre le 26 avril et le 28 avril 2012.

Programme

Jeudi 26 avril 2012

Salle C-3061, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

13h00    Accueil

13h15    Présentation du thème

Marion Froger (Université de Montréal) et Djemaa Maazouzi (Université de Montréal)

14h00    Séance I. La posture de tiers du scientifique : retour sur un type d’engagement

14h00    Giulia Fabbiano (ÉHÉSS). Lieux et milieux mémoriels : la recherche comme espace du témoignage

14h30    Garine Papazian-Zohrabian (Université de Montréal). À la recherche du sens perdu : Témoignage d’un « tiers impliqué »

15h00    Marie-Joëlle Zahar (Université de Montréal). Miroir, mon beau miroir ! Les acteurs non-étatiques armés vus par la science politique

15h30    Q&A / Synthèse / Discussion

Salle C-2081, Laboratoire civilisations et cultures Marius-Barbeau, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

16h30    Pause et repas

Salle Fernand-Seguin, Cinémathèque québécoise, 355 boul. De Maisonneuve Est

19h30    Rencontre avec Marie-France Collard (Cinéaste invitée)

20h00    Projection : Bruxelles-Kigali, Marie-France Collard, (118 min, Belgique, 2011)
Discussion

Vendredi 27 avril 2012

Salle C-3061, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

9h00    Séance II. Toucher, rallier, concerner (un tiers) : stratégies et dispositifs (1)

9h00    Marion Froger (Université de Montréal). Le concernement du tiers : entre forme clinique et responsabilisation collective

9h30    Lucie Szechter (Université de Montréal). Le Tiers Serti dans les Stries des Rites

10h00    François-Xavier Destors (Arte, Canal + et France Télévision; groupe de recherche R3D – Paris 8). Le regard de l’Autre, enjeu de représentation et de mémoire du génocide des Tutsi du Rwanda

10h30    Madelaine Hron (Wilfrid Laurier University). Feeling It & Reaching Out: Sentimentalism & Bystanderism

11h00    Q&A / Synthèse / Discussion

Salle C-2081, Laboratoire civilisations et cultures Marius-Barbeau, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

12h00    Pause et repas

Salle C-3061, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

14h00    Séance III. Toucher, rallier, concerner (un tiers) : stratégies et dispositifs (2)

14h00    Sophie Wahnich (CNRS). Témoigner en historien d’un événement historique malheureux : le 17 juillet 1791

14h30    Suzanne Beth (Université de Montréal). Le cinéma d’Ozu : dispositif cinématographique et figuration de la proximité

15h00    Daniel Weinstock (Université de Montréal). Une éthique pour les espaces commémoratifs en milieux urbains

15h30    Berthe Kayitesi (Université d’Ottawa). Possibilités et limites du témoignaire à transmettre le génocide

16h00    Q & A / Synthèse / Discussion

Café-Bar de la Cinémathèque québécoise, 355 boul. De Maisonneuve Est

17h00    Pause et repas

Salle Fernand-Seguin, Cinémathèque québécoise, 355 boul. De Maisonneuve Est

19h30    Rencontre avec Habiba Djahnine (Cinéaste invitée)

20h00    Projection Lettre à ma sœur, Habiba Djahnine, (68 min, France/Algérie, 2006)
Discussion

Samedi 28 avril 2012

Salle C-3061, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

9h00    Séance IV. Le Tiers entre les parties : figuration du tiers et construction des espaces symbolique et dialogique du partage mémoriel (1)

9h00    Catalina Sagarra (Trent University). À la croisée des mémoires

9h30    Djemaa Maazouzi (Université de Montréal). Du tiers et de l’exemplarité

10h00    Sébastien Ledoux (New York University). Le « devoir de mémoire » comme formule-tierce

10h30    Karine Bertrand (Université d’Ottawa). Du tiers absent au passeur de mémoire : la présence autochtone et la figure du médiateur blanc dans le cinéma des Premières ­Nations

11h00    Q&A / Synthèse / Discussion

Salle C-2081, Laboratoire civilisations et cultures Marius-Barbeau, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

12h00    Pause et repas

Salle C-3061, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, UdeM

14h00    Séance V. Le Tiers entre les parties : figuration du tiers et construction des espaces symbolique et dialogique du partage mémoriel (2)

14h00    Éric Méchoulan (Université de Montréal). L’historien et le tiers inclus

14h30    Frédérique Berthet (Université Paris Diderot Paris 7). « On était témoins, elle ne jouait pas »

15h00    Alexandre Dauge-Roth (Bates College). The Autodocumentary Gesture within the National Reconciliation Process in Post-Genocide Rwanda?

15h30    Catherine Coquio (Université Paris 8). Tiers impossibles, tiers empêchés. La transmission brisée dans « L’Agonie d’un peuple » de Toroyan/Essayan

Q & A / Synthèse / Discussion

17h00    Synthèse et réflexion

17h00    Rémy Besson (Université de Montréal). Retour sur les trois jours de l’atelier

18h00    Perspectives de publication

18h30    Remerciements et conclusion de l’atelier


Comité scientifique :

  • Rémy Besson (Centre de recherche sur l’Intermédialité)
  • Marion Froger (Histoire de l’art et études cinématographiques)
  • Djemaa Maazouzi (Littératures de langue française)
  • Eric Méchoulan (Littératures de langue française)
  • Daniel Weinstock (Philosophie).

Avec le soutien de :

  • Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Vice-rectorat – Recherche et relations internationales, UdeM
  • Faculté des arts et des sciences, UdeM
  • Centre de recherche sur l’Intermédialité (CRI)
  • Chair de recherche en éthique, UdeM
  • Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, UdeM
  • Département des littératures de langue française, UdeM

Master class Patricio Guzmán au Jeu de Paume, 3/02

La 4ème master class du séminaire “Figurations cinématographiques de l’histoire” se déroulera ce vendredi 3 février 2012, dans l’auditorium du Jeu de Paume, de 16h à 18h30.

Pour cette séance, l’invité sera Patricio Guzmán, réalisateur chilien.

Actif depuis les années 1970, Patricio Guzmán s’est surtout intéressé à l’Histoire de son pays. Ses documentaires, comme La Bataille du Chili ou Le Cas Pinochet participent à la construction d’une mémoire nationale, si fragile dans ce pays qu’il qualifie parfois d’amnésique.
Dans son dernier film, Nostalgie de la Lumière, le cinéaste met en parallèle les astronomes qui, dans le désert d’Atacama, scrutent l’univers et cherchent son origine, aux femmes qui creusent ce même désert, recherchant des fragments d’os et de vêtements de leurs disparus. Le film, poétique et contemplatif, met face à face deux immensités et deux quêtes qui finissent par se faire écho. Cette séance sera l’occasion de réfléchir aux voies originales et particulières qu’un réalisateur emprunte pour figurer l’Histoire, le temps et la mémoire.

La séance sera coordonnée par Constance Ortùzar, étudiante-chercheuse.

Informations complémentaires sur le site du Jeu de Paume.
Photographie : « Patricio Guzm
án sur le tournage de Nostalgie de la lumière »
Crédits : Real Fiction