Archives de catégorie : En images

billet principalement ou exclusivement appuyé sur l’illustration.

Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne

Le 26 mai dernier, j’ai participé à la première séance du séminaire Fabriques de mémoires organisé au CNAM par Claire Scopsi. Cette séance a eu pour objet : L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ? Mon intervention portait sur le thème suivant: Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. Celle-ci est à présent en ligne.

Pour avoir toutes les informations concernant cette intervention consultez le billet de Claire Scopsi sur le carnet de Passerelle de mémoires.

La petite prairie aux bouleaux

À l’occasion de la journée nationale du souvenir de la déportation, le 26 avril 2015 à 16h, une projection du film de Marceline Loridan-Ivens, La petite forêt aux bouleaux (2003, 90 min.) aura lieu aux Cinoches de Ris-Orangis. La réalisatrice sera présente et un débat, que je vais introduire, aura lieu avec les spectateurs présents.

Ce film retient l’attention à plusieurs titres. D’un point de vue cinématographique, on notera qu’il s’agit d’une fiction autobiographique, Anouk Aimée interprétant le rôle de Marceline Loridan-Ivens, tournée (en partie) dans l’enceinte du camp d’Auschwitz-Birkenau. Le lieu (principal) de la Destruction des Juifs d’Europe est ainsi habité et c’est par l’évocation de souvenirs (sans reconstitution, mais pas le truchement de la fiction) qu’une représentation du passé émerge. Le film est également intéressant d’un point de vue mémoriel, car c’est plus de cinquante ans après les faits que l’intrigue se déroule. Ainsi, c’est à travers des retrouvailles et des rencontres,  qu’un regard rétrospectif sur le passé prend forme sous nos yeux. Le film n’évite alors pas la question de l’oubli, puisque l’héroïne, à plusieurs reprises, ne se souvient plus de ce qu’elle a vécu. Il est donc question, non seulement du retour du souvenir (vécu sur un mode heureux et sur mode douloureux), mais aussi de ce qui échappe. Le film est aussi politique, car il met en scène l’incompréhension entre Juifs revenant sur les lieux et Polonais catholiques exploitant ce tourisme de la Catastrophe en plein développement, sans pour autant éviter de mettre en scène la dureté parfois trop grande des victimes envers ceux-ci.  La muséification du camp d’Auschwitz est aussi présenté de manière critique.  Enfin, d’un point de vue historiographique, il est intéressant, car la réalisatrice est, elle-même, une ancienne déportée. Ainsi, à l’heure où il est de plus en plus question de l’avènement d’une ère post-mémorielle ou du rôle de la mémoire de 2ème/3ème génération, un autre point de vue est ici porté à l’écran. Ainsi, fiction sur la mémoire et l’oubli, La prairie aux bouleaux rend visible une imbrication de rapports au temps à la fois complémentaire et contradictoire, vécue à la première personne. Cela en fait un film très riche, sensible et qui ouvre à de multiples réflexions.

Photographie en Une de Sylvie ESTELIN pour DPM.

Archives, intermédialité et numérique

Archives, intermédialité et numérique.
Cette présentation a porté sur la manière dont les archives sont mises en ligne. Au-delà des seules archives numériques et autres sites documentaires, il s’agit ici de questionner l’émergence de modes de médiation nouveaux : expositions en ligne, webdocumentaires, encyclopédies, MOOC, etc. Cela conduit à s’intéresser à des productions culturelles qui s’éloignent du mythe de la transparence du support médiatique, afin de gérer la nécessaire coprésence de diverses formes dans un même espace virtuel. Resituée dans une perspective intermédiale, marquée par l’omniprésence du numérique, et dans les nouvelles configurations des rapports entre présent, passé et futur, entre mémoire et histoire, entre témoignage, trace et document, l’archive ne nous apparaît, en effet, plus seulement comme une trace du passé qui a été institutionnalisée, mais aussi comme une forme de médiation dont il s’agit de comprendre le rôle dans l’espace public.

Rémy Besson, 16 octobre 2014, colloque Processus de création et archives du spectacle vivant, Rennes 2.

Dans le cadre de ce colloque, dont j’étais membre du comité scientifique,  j’ai également eu l’opportunité de présenter avec Jean-Marc Larrue (Université de Montréal), l’archive numérique de la troupe Dora Wasserman (17 octobre, cf. Programme complet).

Archiver à l’époque du numérique – l’autre coprésence

Vous trouverez ci-dessous la présentation correspondant à une intervention portant sur le projet Archiver à l’époque du numérique, intitulée « un défi épistémologique » (13 juin 2014). Celle-ci prend place dans le cadre de l’atelier international L’autre coprésence co-organisé par Giusy Pisano et Jean-Marc Larrue à l’Université de Montréal.

L’enjeu de cette présentation est de réinscrire ce projet dans le cadre d’un tournant historiographique – dont il est à la fois un symptôme et un vecteur – qui voit un retour de l’archive s’articuler avec ce qui est souvent désigné comme l’ère du témoin (ou de la victime). Cette communication propose donc de relier une réflexion sur des enjeux mémoriels avec un questionnement portant sur les formes de médiation du passé (ici à partir de l’étude de cas d’une archive en ligne).

La Voleuse de livre – une représentation consolante

Je me permets de publier ici les premières lignes d’une analyse du film La Voleuse de livre de Brian Percival (2013).

Adapté du Bildungsroman (roman d’apprentissage) éponyme de Markus Zusak, La Voleuse de livres est un film qui ne fait pas mystère de ses intentions humanistes. L’intrigue se déroule entre 1938 et 1945. Fille d’une communiste, la jeune Liesel (Sophie Nélisse) est, dès le début du récit, accueillie par un couple résidant dans un village du sud de l’Allemagne. Ses parents adoptifs, les Hubermann (interprétés par Geoffrey Rush et Emily Watson), n’adhèrent pas au Parti national-socialiste (NSDAP) alors au pouvoir. Au contraire, malgré les autodafés qui ont lieu sur la place publique, Hans Hubermann transmet à la jeune fille le goût de la lecture. Enfant, puis adolescente, l’héroïne passe ainsi progressivement du statut d’illettrée moquée par ses camarades de classe à celui de lectrice passionnée, réconfortant par ce moyen ses condisciples apeurés par les conséquences de la guerre. Un peu didactique par moment, le film vise ainsi à transmettre l’idée que c’est par l’acquisition d’un savoir livresque et d’une forme de sensibilité artistique qu’il est possible de résister au totalitarisme. La voleuse de livres est, en quelque sorte, une allégorie des bienfaits de la littérature en période de crise sociétale. (lire la suite)

Quelle archive numérique?

Vous trouverez ci-dessous le support d’une communication intitulée, Quelle archive numérique pour la troupe de Dora Wasserman?, donnée le 10 février 2014 dans le cadre du séminaire de recherche « Approches intermédiales des archives », dirigé par André Habib (Université de Montréal).

La création de l’archive numérique de la troupe de théâtre yiddishophone Dora Wasserman constitue l’étude de cas placée au centre du projet réflexif Archiver à l’époque du numérique. Cette communication reprend les principaux enjeux théoriques et pratiques abordés lors de ce projet de recherche. Sans a priori technophile ou technophobe, les acquis et les limites du projet sont également soulignés. Elle rend ainsi compte des tournants les plus récents aussi bien dans le domaine de l’archivistique, que dans celui des usages de l’archive par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels du théâtre. Ainsi, les questions relatives à l’indexation sociale et à l’histoire orale, à la convergence entre les médias et à l’interopérabilité, sont placées au centre de cette présentation qui vise à rendre compte de la structure informationnelle complexe qui a été mise en place pour créer l’archive numérique de cette troupe de théâtre.

Ravensbrück : un regard tourné vers le présent

Le vendredi 7 février à 14h30, j’ai le plaisir de présenter à Montréal une communication portant le titre, Ravensbrück : un regard tourné vers le présent, dans le cadre du séminaire du groupe de recherche Mémoire musicale et résistance dans les camps (dir. Philippe Despoix).

Résumé des enjeux de la communication:

Quel(s) référent(s) est désigné par le terme Ravensbrück ? Dans quel(s) contexte(s) celui-ci devient-il compréhensible ? Quelles connotations sont associées à ce mot ? Afin de répondre à ces questions, la communication sera le lieu d’incessants aller-retours entre le temps des faits – celui de l’univers concentrationnaire nazi (1933-1945) – et celui du devenir de l’événement (1945- ). Il s’agira ainsi de faire dialoguer des traces hétérogènes (documents scripturaires, écrits historiens, photographies et films, notamment) renvoyant à différents régimes de temporalité. À la croisée d’une histoire des totalitarismes et d’une étude intermédiale des représentations, l’objectif sera de rendre compte de la complexité des enjeux à considérer afin d’appréhender Ravensbrück en historien du temps présent. (pour en savoir plus).

Le Dernier des injustes – 26 novembre 2013

Entre 18h et 22h, le mardi 26 novembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film de Claude Lanzmann Le Dernier des injustes (2013, 228 min.) sera diffusé. Il s’agit de la seconde projection – après Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) – d’un cycle sur le thème des Résistances. Les deux films seront mis en parallèle et critiqués.

Pour plus d’information au sujet du film, je vous rappelle la critique que j’ai publiée sur Nonfiction.fr : Claude Lanzmann est seul dans la synagogue Pinkas à Prague. Une caméra le suit dans ses moindres mouvements, puis effectue un panoramique, découvrant ainsi une longue liste de noms inscrits à même les murs. La voix du réalisateur se fait entendre : « Il y a tellement de noms, si pressés, serrés, les uns contre les autres qu’on est dans l’illisibilité même. » Il y a un cut. La caméra est maintenant placée au plus proche de ce mur des noms (qui représente symboliquement 80 000 victimes juives), effectuant toujours le même mouvement de balayage de gauche à droite. La voix off poursuit : « Soudain ça devient lisible, des noms se distinguent. » Cette courte séquence fonctionne à la manière d’un indice, qui peut être articulé avec d’autres éléments dispersés avec soin tout au long du film. Rendre lisible, rendre visible, rendre interprétable, sans pour autant rendre compréhensible et explicable, voilà ici illustrée une constante du cinéma de Lanzmann. Le choix d’une courte focale centrée sur un nombre restreint d’acteurs de l’histoire, afin d’appréhender un phénomène beaucoup plus large et complexe, est également quelque chose de récurrent chez le réalisateur depuis quarante ans (et le film Pourquoi Israël, 1973). (lire la suite)

Masterclass Diary de David Perlov (en images)

La séance de Masterclass autour du Diary de David Perlov s’est déroulée le 16 novembre au Jeu de Paume en présence de Yaël Perlov, et Shalev Vayness en présence d’un public nombreux. Vous pouvez consulter ci-dessous une série de capture d”image réalisées par Ilana Paterman et une série de photographies prises par Fanny Lautissier. Nous vous invitons également à consulter le compte rendu en image diffusé sur le blog Pendant le Week-end.
Un entretien effectué avec les intervenants sera bientôt mis en ligne sur le Magazine du Jeu de Paume. La séance a également été filmée par Julien Leclercq et Aurélien Rigaud. Un montage sera mis en ligne.


Blow Up – en images


Montage de captures d’écran issues du film Blow Up de Michelangelo Antonioni et al., 1966.
Séminaire : pratiques historiennes des images animées, 13 octobre 2011.

Le format de mise en ligne rend difficile la consultation de ce document, mais vous pouvez le télécharger au format pdf.
Référence complémentaire : Beate Ochsner, « L’Entre des images ou les stratégies intermédiatiques dans Blow Up de Michelangelo Antonioni », in Jean-Louis Déotte (dir.), Appareils et formes de la sensibilité, L’Harmattan, 2005.