Gérard documenté

Un film de fiction est toujours un documentaire sur ses propres conditions de réalisation, est une phrase qui a maintes fois été citée et qui est souvent reprise comme une évidence. Si on s’en tient à une étude du discours présentant le film Mammuth (B. Delépine, G. Kervern, et al. 2010), cette fiction serait alors un film semi-professionnel tourné en 16mm , ses réalisateurs insistant sur le fait que les acteurs n’ont pas ou peu été payés, que le tournage a été très court, que le budget était restreint, etc.

MAMMUTH – EXTRAIT 1 – Gérard Depardieu, Yolande Moreau…
envoyé par baryla. – Regardez des web séries et des films.

Pourtant dès les premiers instants du film ce présupposé explose, le personnage principal étant interprété par un monstre sacré du cinéma français : Gérard Depardieu (accompagné d’Isabelle Adjani, de Yolande Moreau…). De plus, on comprend très vite que le grain de l’image et l’usage d’une caméra 16mm  résultent de la recherche d’un effet.1

En fait, le film se joue des codes du film amateur et joue plus encore avec les codes du film à petit budget – comme dans Groland, émission de Canal + conçue par les mêmes réalisateurs.

Dans cette émission, le même Gérard Depardieu avait déjà incarné un Gérard : « un gros monsieur » au verbe haut qui conseillait aux enfants pour lutter contre la grippe A de ne pas aller à l’école, de manger beaucoup de porc, « de boire beaucoup de vin et puis surtout de beaucoup fumer… pour être fort comme papa » (extrait filmé).

Le Gérard est un personnage récurrent de l’émission, apparemment bête, un peu demeuré qui se révèle souvent comme plus malin qu’il n’y paraît. C’est un personnage souvent socialement déclassé, qui n’entre dans aucune case et qui est stigmatisé par la société bien pensante. Benoît Délépine présentait d’ailleurs ainsi le parcours du personnage principal de Mammuth (extrait filmé):

« [Le film dit] qu’il n’y a pas que cette connerie là… qu’il y a souvent autre chose ; que cette connerie là, elle peut cacher des choses plus intéressantes. Souvent quand on te dit que tu es con, c’est que tu es inadapté pour la période donnée… c’est ça le problème, c’est pas la connerie, c’est que tu es inadapté à ce moment là… quelqu’un qui aurait pu être considéré comme un génie ou comme un surhomme un millénaire avant est considéré comme un abruti total (…) c’est la connerie du monde qui évolue »

Dans Mammuth, pour autant, c’est à mon avis moins cette figure du Gérard que les réalisateurs ont cherché à représenter, que la manière dont le corps de  l’acteur Gérard Depardieu entrait physiquement en résonance avec ce type de personnage.  Pour le dire autrement :  quand le personnage tombe, c’est Gérard qui tombe; quand le personnage tourne en rond, c’est Gérard qui tourne en rond; quand le personnage boit c’est Gérard qui boit…  Ainsi, le script du film n’a pas été écrit puis présenté à l’acteur, le script c’est l’acteur. Gustave Kerven explique : « On voulait que ce soit Depardieu dans sa nudité, au sens propre comme au figuré. Depardieu, tu peux lui dire de s’asseoir sur un talus, tu le filmes et c’est déjà plus intéressant que n’importe quelle course-poursuite » (Le Monde). Dans une scène d’anthologie, au début du film, on voit même Gérard respirer.  Je veux dire qu’on ne le voit pas seulement respirer, mais que le fait qu’il respire est à ce moment là l’action principale du film. Filmé en très gros plan dans un lit, visage face caméra, il inspire et expire lourdement, ses deux joues se contractant et se décontractant avec une lenteur infinie. Telle une baleine échouée sur un plage, Gérard, le personnage, finit douloureusement sa première journée de retraite (fiction), alors que dans le même temps  Gérard, le corps jouant, lui, vit devant la caméra (rapport au réel). Si ce film touche donc à quelque chose du réel, c’est bien à la perception que l’on peut avoir du corps de l’acteur Gérard Depardieu. Mais une nouvelle fois il faut se méfier des simplifications, car en fait, c’est moins ce corps filmé sous toutes les coutures qui est atteint, que le corps  de l’acteur en tant qu’il est une image – celle du monstre cinématographique Depardieu.

  1. Les réalisateurs présentent d’ailleurs également cette dimension de leur travail :

    « On était la recherche de notre pellicule suprême (…) du super-16 inversible. Elle servait aux actualités dans les années 60-70. Elle n’avait jamais été utilisée dans un long-métrage » (Benoît Délépine, Le Monde, 21 avril 2010). []