Séance du 3 novembre 2010

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire

Séance du 3 novembre 2010 avec André Gunthert, INHA bibliothèque du CEHTA, 17h.-19h.

Cette séance sera divisée en deux temps. Tout d’abord, je profiterai de celle-ci pour vous présenter les nouveaux enjeux (ils sont nombreux) et les séances à venir (vous pouvez consulter le pré-programme). Ce sera aussi l’occasion de revenir rapidement sur les billets historiographies mis en ligne entre le 3 juin et le 8 août 2010 sur Cinémadoc.

Dans un second temps, cette séance sera surtout l’occasion d’entrer directement dans le vif du sujet avec une intervention d’André Gunthert autour des rapports entre images et textes dans la presse et en ligne. On travaillera donc la question du lien entre valeur a priori documentaire et illustration. Je me permets citer le chercheur, « En mettant systématiquement l’accent sur la dimension documentaire, l’histoire et la théorie de la photo ont soigneusement effacé l’autre usage de l’image, à savoir l’illustration, qui préexiste à la photo, et que la pratique magazine (Life) va largement amplifier. Ce qui compte dans l’illustration, ce n’est plus la photo, c’est le *rapport* entre texte et image (…) autre point sous-évalué: la dimension de structuration éditoriale de l’image, qui sert aussi à indiquer une hiérarchie de l’information, à souligner un énoncé, ou à mémoriser une information. Plus on joue de l’éditorialisation visuelle, plus on recourt à l’illustration de préférence au document. Or le web, dont les caractères éditoriaux sont beaucoup plus frustes, joue énormément de l’image comme facteur structurant. » (source : André Gunthert, commentaire du profil « a tout (enfin) tout compris! », sur Facebook, 26 septembre 2010 à 13h14).

Linguistic turn – Christian Delacroix

Le linguistic turn (LT) est d’abord une expression qui s’est popularisée dans le domaine de la philosophie avant d’être appliquée à partir du début des années quatre-vingt à l’histoire. Il s’agissait alors de réhabiliter le rôle du langage en sciences sociales et d’opter pour une écriture postmoderne de l’histoire.1 Ce mouvement dont Dominick LaCapra et Steven Kaplan sont considérés comme les fondateurs a conduit dans ses formes extrêmes à une contestation de l’histoire par déconstruction de ses bases méthodologiques. L’intégration à l’histoire de la dimension langagière, le l’histoire est aussi un récit, est alors devenu pour certains auteurs, l’histoire est avant tout un récit. Dans ce cadre, une équivalence est posée entre récits historiens et récits littéraires et, là où les premières critiques venaient réinstaurer le rôle du langage, les derniers développements insistaient sur l’impossibilité de dépasser la clôture textuelle (= il n’y a que des textes appréhendables par d’autres textes). La figure devenue symbolique, en France, de cette posture est le chercheur Hayden White (dont le Metahistory n’a toujours pas été traduit). Ainsi, « ses partisans, au premier rang desquels Hayden White, prônent l’indistinction entre histoire et fiction, sapant ainsi toute base « référentielle » stable au projet de vérité de l’histoire, le LT est surtout perçu comme une remise en cause radicale d’un manière dominante de « faire de l’histoire » encore largement empiriste, « antithéorique » et attachée à l’idéal d’objectivité »2.

En septembre 2008, lors de la création de l’atelier que je coordonne, portant sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, j’avais écrit un petit texte afin d’en présenter le sujet et les objets. Un peu maladroitement, la formule suivante se trouvait inscrite. Les problèmatiques que l’on souhaite aborder « renvoient directement à celles de l’écriture de l’histoire, discipline dont on interroge particulièrement depuis le tournant linguistique les modes de mise en récit. » Il s’agissait de souligner que régulièrement les questions qui seraient soulevées pour des films dits documentaires seraient mises en regard de celles relatives aux écrits des historiens. L’idée était également d’insister sur le fait que, si l’évidence de l’histoire avait été remise en cause, il était possible de questionner l’évidence du documentaire à travers des prismes similaires (bien qu’adaptés à des objets différents). Ce qui était visé, c’était la prise en compte du linguistic turn et en même temps le maintien d’un rapport au référent réel appréhendé.

Il y a une quinzaine de jours lors d’une communication pour un colloque, j’écrivais encore à ce sujet « cela (le LT) a mené à de multiples publications qui ont significativement participé à enrichir les écrits théoriques sur la discipline histoire, ce qui a débouché, pour le dire positivement sur l’avènement de la postmodernité en histoire ou pour le qualifier de manière négative, sur la généralisation de positions relativistes. » Quelques heures avant la prise de parole, sur la version papier, je cédais à une compulsion de gribouillage nerveux et barrai résolument l’avènement de la post-modernité en histoire, pour y substituer, une écriture de l’histoire plus consciente de ses présupposées. Ce changement est essentiel, car il s’agit là d’identifier ce qu’est le résultat positif du linguistic turn. Est-ce l’avènement de la postmodernité en histoire ? ou le fait que les écritures de l’histoire soient plus conscientes de leurs présupposés ? Dans le premier cas – de manière trop simpliste – de façon provocante, il s’agissait de poser une équivalence entre postmodernité et relativisme ; le linguistic turn est vu alors comme une parenthèse négative à refermer. Dans le second cas, il y a une opposition entre les deux parties de la phrase ; certains perçoivent le linguistic turn comme ayant permis une écriture de l’histoire plus consciente de ses présupposées alors que d’autres ne le considèrent que comme équivalent au triomphe du relativisme.

Un récent article, intitulé, le « Linguistic turn », publié dans l’ouvrage collectif Histographies dirigé par C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt vient apporter une réponse claire à cette question.

La première clarification revient à poser le fait qu’effectivement, le concept n’est pas clair et les positions qu’il recouvre sont multiples. « En histoire l’expression finit cependant par  désigner un faisceau de positions et de travaux très diversifiés autour de l’affirmation du rôle du langage dans la construction des identités et des réalités sociales, par opposition avec l’idée que le langage ne servirait qu’à « représenter » la réalité, ne serait qu’un médium neutre entre la réalité et ses représentations » (p. 478).

Dans cet article, Christian Delacroix, invite très simplement à « dédramatiser » le rapport que les historiens ont au linguistic  turn. Il écrit, « il reste que, dans les polémiques, la distinction entre ce qui relève des acquis des approches langagières et ce qui relève du radicalisme « textuel » et relativiste n’a pas toujours été faite (ni perçue) et que les usages de l’expression LT ressortissent encore souvent à un processus de construction d’un adversaire théorique ad hoc indiférencié par ses détracteurs ». C’est de cette tendance à la caricature qu’il faut se méfier, car elle revient en fait à une caricature de la position de l’historien lui-même (équivalent souvent à un repli sur des positions positivistes surannées).

L’auteur prend ensuite l’exemple de G. Noiriel et de G. S. Jones, dont les positions au départ opposées se sont à travers les années révélées être plus proches. Il écrit « (…) une position médiane de plus en plus partagée, qui, sous contrainte des exigences méthodologiques propres à l’histoire et tout en reconnaissant l’importance de la construction « discursive du social », refuse les aspects relativistes du LT et rejette tout oubli du référent externe au langage, proche en ce des positions de P. Ricoeur. Si ce dernier, en effet, n’accepte pas chez H. White son absence de « quête de référentialité » (i. e. de visée du réel historique extérieur au discours), il tient, à la différence de nombreux historiens, à reconnaître sa « contribution majeure à l’exploration des ressources proprement rhétoriques de le représentation historique ». » (p. 486-487). On soustrait ici positivement à cette définition. Le tournant linguistique, en tant que mouvement de contestation du positivisme et de l’objectivisme a eu un rôle essentiel, et doit être pris en compte, sans pour autant céder à une posture « textualiste ».

.

  1. « L’appellation « postmodernisme » souvent associée à celle de LT (voire proposée comme un de ses synonymes) ajoute encore aux difficultés à identifier conceptuellement cette galaxie intellectuelle » Christian Delacroix, « Linguistic turn », coll. Historiographies, t.1, p. 477. On revient plus loin sur cet article. []
  2. idem, p. 481. []