Histoire, mémoire et culture visuelle – Andreas Huyssen

« The geographic dissemination of the culture of memory is both extensive and varied in terms of its political uses, and mobilises myths from the past. For example, the heroic French myth of the Resistance went through a crisis in the 1980s when the past of president Mitterrand came to light. History had been reinvented, and since this reinvention, public debates on memory have been decisive. There is no historiography that does not have a mythical component. Historiography depends on its narrative, although the differences between historical materials and fiction should be made clear: it is one of the dilemmas that arise in all policies of memory. What is real can be « mythologized, » in the same way as what is mythical can create strong effects of reality. In short, memory has become an obsession of monumental proportions in the entire world. »

Andreas Huyssen, entretien avec Sergi Doria (consultable en ligne), Barcelona Metropolis, mars 2010

Fondateur de la revue New German Critique et professeur à Columbia, Andreas Huyssen a beaucoup écrit sur les rapports entre culture visuelle, histoire et mémoire. Il s’est en particulier intéressé à la place que la mémoire des événements traumatiques du vingtième siècle occupe dans les sociétés du début du vingt-et-uniéme siècle. En 2000, dans un article intitulé Present Pasts: Media, Politics, Amnesia (qui constituera le premier chapitre de son ouvrage de 2003, Present Pasts : urban palimpsests and the politics of memory), il expose la manière dont il perçoit le développement de ce qu’il identifie comme un muséalisation des société occidentales,  l’avènement d’une véritable obsession mémorielle. Sans entrer dans les détails de sa thèse, les idées défendues sont proches de celles de Paul Ricoeur (qui publie la même année: La Mémoire, l’histoire, l’oubli), à la différence que la réflexion menée par l’auteur américain est moins philosophique et que les corpus qu’il étudie sont issus des cultures populaires (terme que je reprends ici de l’auteur et qui est à prendre dans un sens large). L’article consiste également en une réflexion sur les régimes de temporalités ; Andreas Huyssen faisant le constat qu’à un temps orienté vers le futur et le progrès a succédé un temps tourné vers le passé, d’où le titre Present Pasts1. On se propose ici simplement de reprendre une longue citation qui présente une position, encore aujourd’hui considérée comme hétérodoxe (au moins en France).

« Whatever the social and political causes of the memory boom may have been, one thing is certain: We cannot discuss personal, generational, or public memory separate from the enormous influence of the new media as carriers of all forms of memory. Thus it is no longer possible, for instance, to think of the Holocaust or of any other historical trauma as a serious ethical and political issue apart from the multiple ways it is now linked to commodification and spectacularization in films, museums, docudramas, Internet sites, photography books, comics, fiction, even fairy tales (Roberto Benigni’s La vita è bella) and pop songs. But even if the Holocaust has been endlessly commodified, that does not mean that each and every commodification inevitably banalizes it as historical event. There is no pure space outside of commodity culture, however much we may desire such a space. Much depends, therefore, on the specific strategies of representation and commodification and on the context in which they are staged. Similarly, the presumably trivial Erlebnisgesellschaft of mass-marketed life styles, spectacles, and fleeting events is not devoid of a substantive lived reality that underlies its surface manifestations. My argument here is this: The problem is not solved by simply opposing serious memory to trivial memory, the way historians sometimes oppose history to memory tout court, memory as the subjective and trivial stuff out of which the historian makes the real thing. We cannot simply pit the serious Holocaust museum against some Disneyfied theme parks. For this would only reproduce the old high/low dichotomy of modernist culture in a new guise, as it did in the heated debate that pitted Claude Lanzmann’s Shoah as a proper representation (i.e., as nonrepresentation) of Holocaust memory against Stephen Spielberg’s Schindler’s List as commercial trivialization. For once we acknowledge the constitutive gap between reality and its representation in language or image, we must in principle be open to many different possibilities of representing the real and its memories. This is not to say that anything goes. The question of quality remains one to be decided case by case. But the semiotic gap cannot be closed by the one and only correct representation. To argue that amounts to Holocaust modernism. Indeed, phenomena such as Schindler’s List and Spielberg’s visual archive of Holocaust survivor testimonies compel us to think traumatic memory and entertainment memory together as occupying the same public space, rather than seeing them as mutually exclusive phenomena. Key questions (p. 29) of contemporary culture are precisely located at the threshold between traumatic memory and the commercial media. It is too easy to argue that the fun events and spectacles of contemporary media societies exist only to provide relief to a social and political body haunted by deep memories of violence and genocide perpetrated in its name, or that they are only mounted to repress such memories. For trauma is marketed just as much as the fun is, and not even for different memory consumers. (p. 30) »

Andreas Huyssen, « Present Pasts : Media, Politics, Amnesia », Public Culture, vol. 12, n°1, hiver 2000, p. 29-30.

  1. en cela, son approche est différente de celles d’auteurs comme Koselleck et Hartog, qui articulent les régimes d’historicité en trois temps : 1/ temps orienté vers le passé et la tradition, 2/ temps orienté vers le futur et le progrès, 3/ omniprésence du présent. []

Séance du 15 décembre 2010

La séance du 15 décembre 2010 (INHA, Bibliothèque du Cehta, 17h.-19h.) est commune aux différents ateliers du Lhivic. Ce sera l’occasion de faire un point historiographique sur les différents rapports entre écriture de l’histoire et mise en image du passé, soit pour le dire plus simplement entre Histoire et Cinéma-Photographie. Dans ce cadre, je vous présenterai une première version de l’introduction d’un ouvrage méthodologique que nous écrivons actuellement avec Marie Chominot. Cette séance constituera également l’occasion de vous présenter et de discuter autour de la première partie du livre, qui suivant le cahier des charges de la collection Repères (La Découverte), portera sur l’historiographie du champ. Lors d’une seconde séance, le 16 février 2010, Marie Cheminot présentera un état de l’avancée de la seconde partie du livre qui s’articule autour d’études de cas et d’une approche plus pratique.

Dans cette perspective je vous invite à relire les notes mises en lignes entre juin et début août 2010 sur Cinémadoc (Une page dédiée a été conçue à cet effet). Comme convenu lors de la dernière séance, je vous conseille trois ou quatre textes en particulier. Premièrement la note portant sur les articles de Georges Sadoul publiés dans L’histoire et ses méthodes en 1961. Ces articles constituent un état de la recherche avant que les historiens ne s’intéressent au film comme un objet. Deuxièmement la note portant sur l’introduction à L’historien et le film, de Christian Delage et Vincent Guigueno et/ ou la note sur L’histoire par la photographie d’Ilsen About et Clément Chéroux. Troisièmement, je vous conseille le texte Image et Contexte – Christian Delporte, qui propose une méthode différente de celle que l’on pratique.

Cinéma et Temps Présent

Entre 18h et minuit le vendredi 17 décembre 2010 est organisée une soirée débat aux Cinoches de Ris-Orangis. En partenariat avec Les Rendez-vous de l’histoire de Blois, deux films seront projetés et accompagnés d’un débat.  Le premier est Inglourious Basterds et le second Vincere qui a remporté cette année le prix du film de fiction de l’Institut d’Histoire du Temps Présent. La soirée sera introduite par Jean-Marie Génard. Vous trouverez la programme et la présentation des films ci-dessous :

Inglourious Basterds :  L’action du dernier film de Quentin Tarantino se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, mais il ne s’agit pas d’un film respectueux des faits historiques passés. Tout au contraire le réalisateur, cinéphile fou et amateur de séries B, propose une histoire bourrée d’anachronismes et de séquences décalées. Dans ce cadre, le groupe de soldats juifs américains qu’il met en scène, venus en Europe pour tuer un maximum de nazis avant la fin de la guerre, peut être vu comme un symbole d’une volonté d’affirmer la réappropriation de la violence par les Juifs. (Rémy Besson)

Vincere : Marco Bellocchio met en scène l’histoire de la femme et du fils cachés de Mussolini. Mêlant documents d’archive et fiction, il orchestre un mélodrame furieux, porté par l’actrice Giovanna Mezzogiorno qui renoue avec la démesure des héroïnes de la tragédie grecque. Un regard en biais sur le fascisme et son pouvoir de fascination (Anne-Violaine Houcke)

Une seconde soirée sera organisée fin janvier 2011 autour des films Hunger et Des Hommes et des dieux en présence de Christian Delage, Fanny Lautissier et Stéphanie Louis.
Ciné débat les RDV de l'histoire déc 2010