Séance du mardi 1er février avec Henry Rousso

La séance du mardi 1er février 2011 sera consacrée à la diffusion et à la présentation du film Pétain (Arte, 2010) dont l’historien Henry Rousso (directeur de recherche au CNRS-IHTP) est le co-auteur. Vous pouvez trouver plus d’informations sur la page dédiée au film sur le site de la chaine Arte. Henry Rousso interviendra à partir de 19h afin de présenter les choix historiographiques et les différentes étapes de la mise en récit du film. Il s’agira moins d’un exposé magistral que d’une discussion ouverte avec les participants de l’atelier.

Pour que la séance soit plus riche, il serait souhaitable que chacun puisse voir le film. Pour ceux qui le souhaitent, le film, présenté par Vincent Auzas (doctorant à Nanterre et Laval, associé à l’IHTP), sera diffusé dans la bibliothèque du CEHTA à partir de 17h.

Enfin, ce même jour, entre 13-15h., le chapitre de l’ouvrage d’Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (Seuil, 1987, rééd. 1990) portant sur le film de Marcel Ophuls et al. Le Chagrin et la Pitié sera discuté dans le cadre du séminaire Théories des images (document joint à ce mail). Sur ce dernier sujet, vous pouvez consulter une courte note historiographique sur Cinémadoc: le film comme symptôme

Ces séances sont, comme toujours, ouvertes aux auditeurs libres. Pour ce qui est du séminaire Théories des images (CRAL), il est préférable de me prévenir par mail (remybesson(a)gmail.com) avant et d’avoir lu le texte (qui sera introduit lors d’une séance précédente, 26 janvier). Ce séminaire se tient de 13 h à 15 h (INHA, salle Walter Benjamin, 6 rue des Petits-Champs 75002 Paris).



Entre fiction et documentaire. Du reportage au long-métrage de fiction – 4 février 2011

Figurations cinématographiques et régimes d’historicité
le 04 février 2011 16h00 – 18h00
Auditorium, Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris

Pour l’historien, un film ne s’inscrit presque jamais dans un univers déconnecté de toute référence. Il possède même de nombreuses marques d’historicité, signes, entre autres, du caractère collectif de sa production, de sa mise en œuvre et de ses usages. Les efforts effectués, ici ou là pour favoriser une approche méthodique de lecture des films, ont contribué à leur appropriation par les chercheurs. Leur usage se répand désormais dans des travaux dont ils ne sont pas la source principale, tout en privilégiant, dans leur lecture, les exigences d’une analyse scientifique.

Les Masterclass procèdent de deux principes : inviter des artistes et des professionnels ; trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion qui, tout en se situant à un niveau d’exigence universitaire, offre un espace de rencontre informel. Il s’agira de montrer, à partir de ce dispositif, la manière dont le cinéma peut donner une place au spectateur, sans pour autant opposer démarches documentaires et créations fictionnelles, et comment, en retour, nous pouvons exercer une activité réflexive sur les régimes d’historicité des films.

Masterclass Séance n°1

> Séance 1 : « Entre fiction et documentaire. Du reportage au long-métrage de fiction : variation de la prise de vues »
Avec Luciano Tovoli, directeur de la photographie.
Coordination : Chun-Chun Wang, avec Valentina Grossi, Andrea Marcolini et Sophie Moreau (étudiants-chercheurs).

Comment la prise de vues intervient-elle dans la création d’un documentaire et d’une fiction ? L’approche technique et artistique varie-t-elle dans les deux cas ? La collaboration entre Luciano Tovoli et Michelangelo Antonioni peut nous éclairer sur ces questions. Né en 1936 en Toscane, Luciano Tovoli a signé la photographie de deux films d’Antonioni : le documentaire Chung Kuo, Cina (1972) et la fiction Profession : reporter (1975). Le premier est l’un des rares films étrangers réalisé en Chine continentale dans les années soixante-dix. Il fait montre d’une grande beauté esthétique et humaine. Le deuxième est qualifié par le cinéaste lui-même comme étant l’un de ses films les plus aboutis en termes esthétiques, alors qu’il a constamment recours à la technique du reportage. Le revers du procédé habituel serait-il une porte ouverte à l’innovation artistique ? Les échanges réciproques entre Tovoli et de grands cinéastes italiens tels que Dino Risi, Dario Argento, Marco Ferreri, Ettore Scola, Luigi Comencini, ainsi que ses multiples expériences documentaires peuvent enrichir la discussion sur l’approche de la photographie dans un cinéma sans frontière entre les genres.

En attendant la séance, vous pouvez lire ou relire  sur Critikat les articles d’Anne-Violaine Houcke sur La Chine.

> »Figurations cinématographiques et régimes d’historicité : séminaire organisé, sous la direction de Christian Delage, historien et professeur à l’université Paris 8, par les étudiants-chercheurs Rémy Besson, Stéphanie Louis, Constance Ortuzar, Aurélien Rigaud et Pier-Alexis Vial.

Ce cycle de 5 séances est réalisé en partenariat avec EHESS, Paris 8, IHTP-CNRS, Culture visuelle, Cinémadoc.

Séance du 26 janvier 2011 – Marie Voignier

Séance du 26 janvier 2011 avec Marie Voignier et Stefanie Baumann, INHA, Bibliothèque du CEHTA, 18h.-20h.

La première séance de l’atelier de cette année 2011 constituera l’occasion de s’interroger avec Marie Voignier (réalisatrice) et Stefanie Baumann (son assistante et doctorante à Paris8) sur le montage de son dernier film; L’hypothèse du Mokele-Mbembé (2011). Celui-ci a été tourné en 2010 au Sud du Cameroun et le montage vient d’être terminé (il va être présenté pour la première fois le 21 janvier à Roubaix). Nous consulterons ensemble les rushes d’une ou de deux séquences (une vingtaine de minutes par séquence), puis une étape intermédiaire du montage, jusqu’au montage final (deux à sept minutes par séquence). Ce film est particulièrement intéressant à étudier dans le cadre de l’atelier, car la vidéaste questionne depuis maintenant plusieurs années la porosité entre fiction et documentaire, imaginaire et réalité, construction et captation du réel, Marie Voignier présentant en ces termes son film :

Le Mokélé-Mbembé est décrit par les Pygmées comme une sorte de grand rhinocéros avec un très long cou, une petite tête et une large queue puissante, capable de renverser les pirogues. Certains Pygmées affirment avoir vu des empreintes de pattes munies de trois griffes dans le sol. Cet animal terrifiant qui ressemble à un dinosaure est présent dans les récits des Pygmées Baka depuis plus de deux siècles. Cependant, son existence n’est pas reconnue scientifiquement. Aucun spécimen, aucun squelette ni aucune dent n’ont à ce jour été portés à la connaissance des zoologistes, qui ne croient pas en l’existence de cette espèce autrement que sur un plan mythologique. Michel Ballot est quant à lui convaincu que les récits de cette région de l’Afrique ont un fond de vérité et que cette bête existe bel et bien. Pour tenter de le prouver, il organise régulièrement des expéditions dans les zones où elle aurait été aperçue. J’ai proposé à Michel Ballot de faire un film de l’une de ses expéditions. L’intention n’est surtout pas de prendre parti pour ou contre l’existence du Mokelé-Mbembé.
Je souhaite plutôt faire corps avec l’expédition menée par Michel Ballot, me mettre au service de sa recherche et suivre sa logique aussi loin que possible, jusqu’à ce que le spectateur puisse, en le suivant dans sa recherche et en écoutant les récits des Pygmées, imaginer la bête, la distinguer tapie derrière un buisson ou immergée au fond de la rivière. Le sujet du film n’est donc pas le Mokele-Mbembé. Le sujet du film est la croyance : la croyance d’un homme dans sa quête ; la croyance des Pygmées dans cet animal; et la croyance éprouvée du spectateur.

Cette séance s’articule avec une autre séance qui aura lieu le mardi 1er février entre 17 et 20h et qui constituera une occasion d’échanger avec l’historien Henry Rousso qui est le co-auteur du film Pétain (2010, Arte). Ce dernier viendra également présenter plusieurs séquences et plans de travail. Dans les deux cas, il s’agira concrètement de s’interroger ensemble sur la manière dont un film se construit et sur l’étape essentielle que constitue le montage.

Cinéma et Temps Présent (2)

Entre 18h et minuit le dimanche 16 janvier 2011 est organisée une soirée débat aux Cinoches de Ris-Orangis. En partenariat avec Les Rendez-vous de l’histoire de Blois, deux films seront projetés et accompagnés d’un débat. Le premier est Hunger – qui a remporté l’année dernière le prix du film de fiction de l’Institut d’Histoire du Temps Présent – et le second Des Hommes et des dieux . J’introduirai la soirée et les deux films seront introduits respectivement par Fanny Lautissier (EHESS) et Stéphanie Louis (EHESS). Vous trouverez la programme et la présentation des films ci-dessous :

Ciné-débats Ris-Orangis 2