L’atelier Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire prend fin aujourd’hui, mercredi 20 avril 2011. Il aura été intimement lié à son lieu, la bibliothèque du CEHTA. Il s’agit d’une petite pièce  arrondie, tout en longueur, lovée  au premier étage de l’Institut national d’histoire de l’art et qui sert de bureau au Lhivic. Au centre de celle-ci une inamovible table ovale, une dizaine de chaises, des livres, des papiers partout, le grand écran d’un, puis de deux Mac, les bureaux des Professeurs au fond, les pas des collègues dans le couloir adjacent, etc. L’atelier aura également dépendu de ses participants venant parfois en foule – s’asseyant ici sur un bureau ou là sur le rebord d’une fenêtre- et d’autres fois se comptant sur les doigts d’une ou de deux mains. Si le lieu et les membres – communauté de passage composée d’une centaine de personnes informées via la liste Cinémadoc – furent décisifs, l’atelier aura également correspondu à un temps : une fin d’après-midi partagée, deux heures souvent largement dépassées, les trois années d’une allocation.

Entre novembre 2008 et avril 2011, trente-deux séances auront été organisées autour d’études de cas portant sur des films (Apocalypse, Le cas Pierre Rivière, Chronique d’un été, Port of Memory, Shoah, etc.), des expositions (Fellini, La grande parade ; Ton image me regarde!? et Filmer les camps), des articles ou des ouvrages (de Duby, Kracauer, Lenclud, Ricoeur, de Baecque, etc.). Ces séances auront permis de faire dialoguer aussi bien des professionnels des images, réalisateurs et vidéastes entre autres (J. Hadjithomas et K. Joreige, O. Raffin, E. Shalev Gertz, M. Voignier, A. Dauer et M. Rougeron), que des historiens confirmés (C. Delage, A. Gunthert, C. Ingrao, L. Joly, S. Loriga, H. Rousso, L. Véray, D. Vezyroglou) ou de jeunes chercheurs (V. Auzas, S. Baumann, F. Botello, F. Brandi, A.V. Houcke, L. Jouve-Villard, F. Lautissier, L. Fourest, A. Leblanc, S. Louis, S. Milquet, C. Nédélec, F. Riou, S. Roffat). Contemporain de la naissance de Culture Visuelle, Cinémadoc, le blog associé à l’atelier, aura été le lieu de toutes les prolongations et des rebonds les plus divers. Au total, un peu plus de 120 billets auront été publiés, dont une cinquantaine de notes historiographiques. En plus de cela, un numéro de la revue Conserveries Mémorielles, co-dirigé avec Audrey Leblanc, sera né de la première année d’atelier, une journée d’étude co-organisée avec Anne-Violaine Houcke de la seconde, et la troisième année aura été le lieu de la gestation d’un projet non-encore abouti qui verra le jour en 2012.

Un axe, toujours le même, aura été au centre de chacune des séances : la question du documentaire. Ce film est-il documentaire? Question matricielle. Qu’est-ce que ce « document » nous apprend sur ce film? Question un peu plus intéressante en fait. Une certitude qui s’est construite doucement, une image ne devient documentaire que dans la mesure où elle est documentée. Le déplacement de l’image -dont on essaye de déterminer la part de documentaire et la part de fiction – au processus de documentation comme lieu du documentaire aura constitué le chemin principal qui structura les déambulations permises par chaque séance. Chaque nouvelle réunion aura correspondu à des coups de sonde qui, tour à tour se répondant, permirent d’avancer. Des thématiques aussi se sont développées petit à petit : l’historiographie et la question du lieu depuis lequel on parle ou on filme;  la question du montage et des mises en récit; la prise en compte de la matérialité des images et de l’hétérogénéité des sources visuelles ; le cinéma d’animation comme forme limite ; le rapport au contemporain et à l’inactuel ; l’exposition comme lieu d’une autre configuration possible, etc. Une résolution : celle de refuser tout autant le jargon, que les simplifications abusives. Une volonté  : celle d’associer une réflexion sur les images, une dimension réflexive sur l’écriture de l’histoire et des échanges permanents avec ceux dont faire des images est le métier. Un souci inchangé, ne rien accepter comme étant naturel, transparent, évident. Une exigence enfin, qui nous a amenés à décortiquer de nombreuses formes visuelles sans pour autant jamais se retrouver dans une position de surplomb.

Bibliothèque du CEHTA - bureau du Lhivic

L’année prochaine, si l’atelier cesse d’exister, le blog Cinémadoc va continuer et la liste associée va tenter de persister. Surtout, les problématiques qui animaient ce lieu se retrouveront intégrées au séminaire Approches historiennes des images animées que je vais co-organiser avec Christian Delage. Il faut savoir quitter cette forme avant qu’elle ne s’institutionnalise trop et se glisser dans d’autres configurations.

L’heure n’est pas pour autant à l’introspection, ni à l’essai d’égo-histoire, mais bien plus aux remerciements et aux brillants souvenirs. Une pensée en premier lieu pour Fanny Lautissier qui a accompagné la vie de ce blog depuis ses premiers tâtonnements. Un grand merci également à Christian Delage et André Gunthert pour leur soutien inébranlable et la grande liberté dont ils m’ont permis de bénéficier pendant ces trois années. La liberté d’écrire sur le football, de parler de la Cité de la peur,  des Breaking News, mais là je m’écarte un peu de l’atelier.1 Lucas aussi qui a participé à toutes les expérimentations informatiques (ces quelques live streaming que nous aurons réussi à assurer), Gaby, Audrey et Valentina pour l’harmonieuse articulation avec les autres ateliers du Lhivic, Cécile pour son aide précieuse, Vincent pour ses attentions, Anne pour l’été historiographique, Laura dont j’entends encore et toujours la petite voix qui me dit de me décaler encore un peu plus, Felipe pour ses messages de soutien, Julia pour ses reprises détaillées, Aurélien pour ses questions sans cesse renouvelées, Caroline pour ses messages amusés, etc.

Il y a donc aussi des moments inoubliables : la première séance à laquelle je m’étais présenté tremblant, un long texte introductif rédigé en main, la studieuse soirée sous les arcades de l’entracte suite à la visite de l’exposition Fellini, les rencontres auxquelles la séance autour du film Je veux voir a donné lieu, la séance historiographie au 54 bvd Raspail avec Esther Shalev Gertz, le jour où l’on manqua tous de passer la nuit à l’INHA (la séance ayant duré jusqu’à plus de 22h), les récentes venues d’Henry Rousso et de Marie Voignier, la projection de Chronique d’un été à Paris8, les discussions avec Felipe, Florence et Christian Delage autour de Ricoeur, la discussion avec André Gunthert en ce début de dernière année, le déplacement de l’atelier à l’IHTP pour dialoguer avec Christian Ingrao, etc. Je me souviens aussi de la première année de l’atelier, de ces journées entières consacrées à préparer telle ou telle séance, des nuits d’insomnie et de l’épuisement physique ressenti après chaque séance, puis j’ai appris à être plus rapide, plus calme, la cohérence entre les séances s’est aussi renforcée, mais je ne vais pas vous refaire chaque séance…2.

Il est grand temps de marquer trois petits points de suspension et de vous dire à l’année prochaine!

  1. Une pensée aussi pour Giovanni Carerri et Christian Ingrao qui ont été présents au moments décisifs. []
  2. Ce n’est pas pour cela qu’il n’y a pas également des regrets. Celui de ne pas avoir réussi à faire venir Peter Watkins au Lhivic, de ne pas être allé au BAL, de ne pas avoir visité la Gaïté Lyrique, de ne pas avoir fait de séance avec Patrick Peccatte ( ce qui se tiendra bientôt dans un autre atelier du Lhivic ), etc. []

La fabrication des images de guerres à l’époque contemporaine (signalement)

Appel à communications : « La fabrication des images de guerres à l’époque contemporaine »

Séminaire de recherches mensuel organisé par le Centre de recherches « Mondes Modernes et Contemporains » de l’Université Libre de Bruxelles.
Année académique 2011-2012

La dimension « totale » que la guerre acquiert au XXe siècle implique que les conflits contemporains soient caractérisés par une production et une circulation d’images particulièrement intenses. Explosion d’activités propagandistes et de  enseignement, les guerres contemporaines représentent également des moments clés dans la mise au point de nouvelles techniques d’enregistrement. Les recherches sur les représentations ont analysé en profondeur la question des imaginaires de guerre, avec une attention particulière pour les images « de propagande ». En  revanche, on a moins interrogé d’autres types d’images et les contextes de réalisation, de diffusion et de réception contemporains de leur fabrication. Dans le sillage du workshop mensuel « De la « prise » à la « reprise » : la fabrication des images d’archives et leurs usages dans la recherche historique » qui s’est déroulé à l’Université Libre de Bruxelles l’année académique 2010-2011, l’objectif de cette deuxième édition du séminaire de recherches est de recentrer le cadre d’analyse sur le « fait » photographique ou cinématographique, autrement dit sur le moment clé de la « prise », via la thématique de La fabrication des images de guerres à l’époque contemporaine. En ce sens, le séminaire portera sur les axes de recherches suivants :

1) Production, producteurs et techniques. Identification et analyse socio-historique de la production et des producteurs d’images (professionnels et amateurs) intriquée à une histoire des techniques photographiques et cinématographiques. Comment l’évolution des techniques intervient-elle dans la production d’images et dans la définition fluctuante du statut des producteurs ? Quels sont les enjeux et objectifs qui concourent à la fabrication des images de guerres ?

2) Guerres en images. Quelles images pour quelles guerres ? Quelle est l’évolution des représentations des  événements liés à la guerre (combats, combattants, ennemis, mort, violences, exactions, situations à l’arrière du front…) ?

3) Images et publics. Quelles images pour quels publics ? Quelles sont les modalités d’édition et de diffusion contemporaines de la fabrication des images ?

4) Emprunts, transferts et influences. La perspective à la fois synchronique et diachronique du séminaire permettra d’interroger la création et la filiation des techniques, des pratiques ainsi que des imaginaires de guerres.

Les propositions de communication (une page environ) sont à adresser, au plus tard, pour le 1er juin 2011 au comité d’organisation.

Les langues de communication du séminaire sont le français et l’anglais. Comité d’organisation : Irene Di Jorio (idijorio[at]ulb.ac.be), Julie Maeck (jmaeck[at]ulb.ac.be), Jihane Sfeir (jsfeir[at]ulb.ac.be).

Andreas Huyssen – 21 avril 2011 (signalement)

Le 21 avril à 18h30, dans le cadre d’un programme de conférences organisé par le centre de l’Université Columbia à Paris, Andreas Huyssen (Columbia University) dont j’avais ici présenté un article, proposera une communication intitulée : Transnational Uses of Holocaust and Colonialism Discourses. Cette intervention se fera en anglais au Columbia Global Centers, dans la grande salle du Reid hall (4 rue de Chevreuse, Paris 6°). Pour réserver votre place il suffit de cliquer ici.

Séance du 20 avril : conclusion autour de la réception de Shoah

La dernière séance de l’atelier se tiendra ce mercredi 20 avril, de 18h à 20h, au bureau du CEHTA, à l’INHA.

Je vous présenterai la manière dont j’appréhende – dans le cadre de mon travail de thèse – les productions de récits dans la presse française et américaine portant sur le film Shoah, entre avril 1985 et juillet 19871. Le principe à la base de ce travail est de ne pas considérer ces écrits comme des sources permettant d’appréhender le processus de création du film, mais de les étudier comme des récits à analyser en tant que tels. La première borne chronologique correspond à la première diffusion du film en salle et la seconde à sa première diffusion à la télévision en France. Entre ces deux dates, le film a également été diffusé aux États-Unis.

Il s’agira de comprendre et de discuter ensemble l’influence de ce premier temps de la réception sur la construction du récit du film. Ainsi la question de l’articulation entre fiction et documentaire se déplacera de la forme cinématographique aux productions de récit postérieures à la diffusion du film. On se demandera ainsi quels termes ont été choisis par les journalistes pour désigner le film : documentaire ? non-fiction ? fiction de réel ? œuvre d’art ? chef-d’œuvre ?  Ces termes constituent autant de désignations concurrentes du film Shoah. Au-delà de cette question, on s’interrogera sur ce dont parlent les journalistes qui ont à rendre compte du film.  Au sujet de quels protagonistes  du film écrivent-ils ? Quelle place accordent-ils au réalisateur dans leurs récits ? Quels thèmes ont particulièrement retenu leur attention ? Quels micro-récits circulent entre les différents articles ? Quels différences existent entre la France et les États-Unis? Des lignes éditoriales singulières peuvent-elles être identifiées et avec quelles significations ?

On abordera ces questions à partir d’articles publiés aussi bien dans Libération et Le Monde, que dans le Washington Post et le New York Times. Ces publications sur le film, dont il m’a été possible de reconstituer l’intégralité durant cette période, seront mises en regard avec d’autres journaux français (des Cahiers du Cinéma à Télé 7 jours) et américains. J’apporterai des copies de ces articles et vous présenterai la manière dont je les ai collectés, puis les choix opérés dans le cadre du dépouillage de ces sources.

  1. mises en regard avec les cas allemands, polonais et italiens si nous avons le temps []