Masterclass autour du film Diary – 16 novembre 2011

Yael et David Perlov lors du montage de Diary« Les Masterclass qui se dérouleront au Jeu de Paume entre novembre 2011 et février 2012 procèdent de deux principes : inviter des professionnels du cinéma et trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion. Au cours de ce cycle, cinq professionnels évoqueront la manière dont leurs expériences, artistiques et personnelles, ont contribué à la construction d’une figuration cinématographique de l’histoire, à travers des dispositifs différents. » (C. Delage)

Le mercredi 16 novembre entre 16h et 18h, la première séance aura pour invitée Yael Perlov, monteuse, et sera consacrée au film Diary 1973-1983 (312 min.) de David Perlov. Yael Perlov travaille à la conservation et à la valorisation des films et photographies de son père. Plusieurs extraits du film seront diffusés et commentés. Une attention particulière sera portée à la manière dont les séquences ont été tournées, le commentaire écrit et le film monté.

En attendant cette séance vous pouvez consulter, l’article d’Ilana Feldman et Cleber Eduardo intitulé Affective Sceneries – Diaries of David Perlov ( consultable en ligne) et plus largement le site dédié au réalisateur.

Cette séance est coordonnée par Christian Delage, Simone Paterman, Rémy Besson et Fanny Lautissier. Elle se déroulera à l’auditorium du Jeu de Paume (1 place de la Concorde, Paris), le mercredi 16 novembre à 16 heures.

Le cinéma sensuel, la caméra absente et le papier amer

Le mercredi 26 octobre 2011, Le Monde a consacré un tout petit bout du contenu éditorial de sa Une au cinéma (ill. 1). Un rectangle de texte de trois centimètres par six, qui occupe moins d’un tiers de l’espace couvert par la publicité qui se trouve à sa droite (ill. 2).

Le titre racoleur est fait pour retenir l’attention : La politique au cinéma, cruelle et sensuelle. Celui-ci renvoie à un article, en fait relativement consensuel.

Page 22, Thomas Sotinel propose une critique croisée de L’Exercice de l’Etat, de Pierre Schoeller et des Marches du pouvoir, de et avec Georges Clooney. Les deux films portent sur les coulisses de la politique. Ils sortent en salle le même jour. Cela explique tout à la fois le titre mis en une et le choix d’une critique commune. L’accroche de l’article est la suivante:

« Nous aussi, dans les salles de cinéma, nous avons notre primaire. Elle oppose Olivier Gourmet et Michel Blanc à George Clooney et Ryan Gosling. Cette compétition franco-américaine, organisée par le hasard du calendrier des sorties, somme de choisir son film politique à la porte du multiplexe. »

Référence explicite à l’actualité politique, les « primaires ». Référence au sport aussi. La sortie de ces deux films produit une « compétition ». Il va falloir choisir. Référence implicite à la télé-réalité ?

En fait, le résultat du match est connu avant même le début de l’article (ill. 3). Les étoiles du Monde sont des carrés. Trois pour le film français: excellent, un pour l’américain : pourquoi pas.

Le corps du texte est, lui, consacré aux quatre cinquièmes au premier film, alors que le second est rapidement expédié en conclusion. L’argumentaire proposé par le critique vise à démontrer en quoi le « film d’auteur français » est bien plus complexe et subtil que le trop clinquant et trop efficace film à gros budget américain.

A cet article s’ajoutent une capture d’écran du film de Pierre Schoeller et un entretien avec ce dernier, mené par Jacques Mandelbaum (ill. 4). Pour filer la métaphore sportive, et même footballistique, en termes d’exposition médiatique, on s’éloigne du 3-1 et on se rapproche sensiblement du 5-0. La maquette est implacable. Le choix effectué a été de défendre le-petit-film-français-d’art-et-d’essai, face au grand-film-américain. Il y a un gagnant et un perdant. En dehors de l’espace réservé à la publicité, les neuf dixièmes de la page ont été consacrés à l’un des deux films.

En tant que lecteur, je n’ai pas vraiment  compris pourquoi la question devait être posée en ces termes. Par contre, ce qui semble clair, c’est que dans ce numéro du Monde, il y avait aujourd’hui d’un côté un film bien, dont il fallait parler et, de l’autre, un film pas vraiment bien, qu’il n’était pas forcément nécessaire d’évoquer. Pourtant, je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi Les Marches du pouvoir n’a pas eu le droit à une critique. Pourquoi un entretien avec George Clooney n’a pas été publié et je reste avec le sentiment qu’il s’agit quand-même d’une drôle de critique croisée.

A ce moment-là de ma lecture, je me surprends à vouloir inviter les critiques du journal à venir explorer Culture Visuelle et à leur proposer de s’extraire d’un format dans lequel le nombre de signes est limité. De leur demander d’arrêter de fabriquer  des oppositions comme ça, pour le plaisir de construire un ring sur lequel le match doit forcément se terminer par un K.O. D’espérer qu’ils n’aient plus à choisir entre reproduire une capture d’écran d’un film ou de l’autre. J’ai envie de leur donner un peu plus de place, un peu d’air, de leur prêter quelques-uns des liens hypertextes dont on peut faire usage sur la plateforme. Je me dis aussi que s’ils pouvaient intégrer à leurs articles les bandes annonces des deux films, cette opposition paraîtrait moins tranchée.

Et puis, il y a Jacques Mandelbaum qui semble presque s’adresser directement au lecteur. Il écrit, à la fin du chapeau de l’entretien :
« Rencontré au retour d’une tournée de premières aussi fructueuse qu’épuisante, le réalisateur devance la première question en sortant un album de photographies de presse soigneusement découpées et consignées qui lui ont servi de document de travail. Elles vont du cliché d’une réunion de cabinet sous la IIIe République pris en 1931 par le père du photojournalisme, Erich Salomon, aux acteurs politiques contemporains de Nicolas Sarkozy à Barack Obama, tels que Le Monde, Le Figaro ou Libération les ont représentés dans des circonstances très variées. L’image et son commentaire, indissolubles, font amèrement regretter l’absence de caméra… »

La première question suit immédiatement cet incipit habilement formulé (bien que relevant d’une rhétorique relativement simple). Tout en écrivant qu’il n’a pas à sa disposition les moyens techniques de montrer les images, le critique présente celles-ci. Mais au-delà de cette première interprétation, ce qui apparaît dans ces lignes, c’est un symptôme. Le chroniqueur de la presse écrite quotidienne nationale de référence jette l’éponge.

« L’image et son commentaire, indissolubles, font amèrement regretter l’absence de caméra… »

Les trois points de suspension semblent en dire long. Une certaine forme d’épuisement. Le critique est amer. Il regrette. Il note qu’il manque quelque chose. La caméra est absente. Et si la caméra était présente ? Le papier ne permettrait pas de présenter les images. Il se trouve face au réalisateur qui lui montre un certain nombre de documents, dont des photographies. Celui-ci ne veut pas vraiment qu’on lui pose des questions. Il veut parler. Il veut montrer. Mais le critique ne peut pas lui proposer un dispositif qui permette de rendre compte de cette forme de démonstration.

Il écrit ainsi qu’aujourd’hui, Le Monde n’est pas le support le mieux à même de rendre compte de la rencontre avec le réalisateur. Plus justement, qu’il aurait, lui, préféré faire autre chose. Il arrête d’écrire. Il constate, que là, maintenant, pour lui, ça ne marche pas. Il n’a pas envie d’envoyer le nombre de signes qui permettra de remplir les quatre petites colonnes de texte de la maquette du journal. Le critique partage avec son lecteur une sensation. Hé mince si j’avais eu une caméra !

Il exprime la prise de conscience d’une limite. Jusque-là, il n’avait pas eu à l’écrire cette phrase. La sensation de ce manque n’avait pas été assez forte. Des réalisateurs, il en a rencontré des dizaines, des centaines sans avoir à les écrire ces mots. Mais là, une évidence lui est apparue. Hé mince si je travaillais pour un média en ligne !

Le constat n’a rien de nouveau. Il ne change rien. Il ne marque en rien la fin de la critique écrite et l’avènement du tout audiovisuel. La fin du papier et le début du tout Internet. La simplicité avec laquelle le constat est formulé a tout de même quelque chose de désarmant. Il est amer.

Une caméra, un compte sur Youtube ou Dailymotion, un petit logiciel de montage et s’il veut, un blog sur Culture Visuelle pourraient changer les choses. 1 Le critique pourrait utiliser la caméra, faire un montage, l’accompagner d’un article. Ou alors son montage viendrait compléter son article. Il n’y a pas de hiérarchie à faire a priori. Enfin, après avoir publié un billet sur L’Exercice de l’Etat, il pourrait aussi bien écrire un article qui dirait que Les Marches du pouvoir est un film intéressant (ou pas) et que cela n’enlève rien au jeu d’acteur et au film de Pierre Schoeller.

  1. Je suis certain que quelqu’un trouvera le temps de lui expliquer comment tout ça fonctionne. Par contre, on ne peut pas lui assurer que sur la Une le contenu éditorial consacré au cinéma sera trois fois moins grand que celui accordé à la publicité. Il devra donc accepter que le modèle économique proposé soit légèrement différent. []

Les pratiques de production aux débuts du parlant – 28 octobre 2011

Certains d’entre vous pourraient être intéressés par la prochaine séance du séminaire Visions du communisme. Les cultures visuelles dans l’histoire, qui se tiendra le vendredi 28 octobre prochain de 15h à 17h. Ce séminaire co-organisé par Nadège Ragaru (CERI-Sciences Po) et Antonela Capelle-Pogăcean (CERI-Sciences-Po) a pour “vocation à interroger les usages historiens et anthropologiques des sources visuelles (photographie, cinéma, théâtre, caricatures, cartographie… ) à travers des réflexions croisées sur les communismes est-européens.”
Le 28 octobre Valérie Pozner (CNRS-ARIAS) interviendra sur  « Les pratiques de production aux débuts du parlant : le cas de l’Union soviétique ». J’aurai le plaisir de discuter cette intervention.

Lieu : CERI-Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, 4ème étage, salle du Conseil.
Légende de la photographie: première prise de vues avec son synchrone à Moscou, système Tager, le 2 août 1929

La présentation de The Artist dans les média généralistes

Le vendredi 14 octobre l’émission présentée par Yann Barthès, intitulée Le petit journal a consacré un sujet au traitement médiatique du film The Artist de Michel Hazanavicius et al.. Plusieurs éléments de ce sujet sont particulièrement intéressants à relever pour qui étudie la manière dont la promotion et la réception critique jouent un rôle dans la diffusion d’un film.

Au-delà de la question de l’impact d’une telle couverture médiatique sur la fréquentation en salle, c’est l’existence d’une forme de récit portant sur les films dans les média généralistes qui est soulignée dans l’émission de Canal+.

Au début du sujet Yann Barthès commence par proposer une chronologie succincte de la diffusion de l’information. Il y a d’abord le dossier de presse, puis la presse généraliste et enfin la télévision. Dans le magnéto qu’il lance, plusieurs Unes de journaux sont montées, puis plusieurs extraits de journaux télévisés1. Le petit journal montre ainsi comment l’information circule d’un médium à l’autre. Il indique également l’influence de la promotion (la médiatisation), sur la réception critique par les journalistes (la médiation). Enfin, il rend compte du fait que ce qui est imprimé dans les journaux et ce que les journalistes présentent correspond globalement au contenu du dossier de presse.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ethIoZsnWTs[/youtube]

Dans l’extrait ci-dessus, les Unes de journaux sont celles du Parisien, de TV magazine, du Figaro et de L’Express2. Les extraits sont issus des émissions télévisées suivantes : le journal de TF1, le journal de France 3, le journal de France 2 et le journal de BFM TV. Il n’est pas question des émissions culturelles3, ni du web et encore moins de la presse cinéma (Première, Cahiers, Positif, etc.). Le récit du film tel qu’il est présenté correspond strictement à celui produit dans les média généralistes.

Le film est toujours présenté en des termes positifs. Yann Barthès insiste également sur le rôle de la répétition dans la production de ce consensus. En effet, quelque soit l’émission, l’accroche de chacune des séquences est identique, les mêmes termes sont utilisés (notamment : brillant et original), les mêmes plans du film sont montés, la même musique est sélectionnée. De plus, le récit de The Artist se fixe autour de quelques séquences du film, de la cérémonie de remise des prix à Cannes, de l’opposition entre cinéma muet et 3D, ainsi qu’entre couleur et noir et blanc. Enfin, le présentateur de Canal+ insiste sur le fait que la plupart des sujets portent sur un seul protagoniste du film. Il ne s’agit pas du réalisateur, du monteur, du scénariste, du producteur, mais de l’acteur principal: Jean Dujardin. Par la suite, le reportage du Petit journal montre qu’aussi bien les questions des journalistes et que les réponses de l’acteur sont toujours les mêmes. De nouveau, l’accent est mis sur la répétition.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Y2Q0i5oaDA0[/youtube]

Pour résumer, dans les deux extraits ci-dessus, une douzaine de points à avoir en tête quand on étudie la diffusion d’un film dans les média généralistes sont identifiés :

1/Un récit portant sur les films se joue dans les média généralistes (presse quotidienne et hebdomadaire généraliste et journaux télévisés). Si ce récit n’est évidemment pas autonome de celui produit dans les médias spécialisés,  il peut être étudié en soi. Il a sa propre temporalité, son propre rythme, son propre impact.

2/ Il y a une certaine forme de porosité entre promotion – communication – médiatisation et réception critique – information – médiation.

3/ Il y a une certaine forme de circulation de l’information entre la presse généraliste et les journaux télévisés. Le fait qu’en général la presse hebdomadaire soit diffusée avant les sujets à la télévision permet d’identifier le sens de la migration4

4/ La plupart du temps un nombre restreint de termes sont utilisés pour qualifier le film. Le plus souvent, l’accroche des différents présentateurs sont identiques.

5/ Au-delà des termes, la manière de présenter le film insiste sur deux ou trois thèmes particuliers.

6/ En plateau, les questions des journalistes (pôle information) et les réponses des protagonistes (pôle communication) sont le plus souvent les mêmes.

7/ La plupart du temps les mêmes extraits du film sont diffusés sur les différents journaux.

8/ Au-delà des extraits du film, les mêmes séquences sont la plupart du temps diffusées.

9/ Le plus souvent les média généralistes portent leur attention sur une ou deux personnes (l’acteur principal ou le réalisateur).

10/ Pour résumer, en plus des notions de circulation et de porosité, le concept clé à retenir est celui de la  répétition (points 4 à 9).

11/ Le film, entendu comme la forme visuelle n’est qu’un élément parmi d’autres du récit produit dans les média généralistes. L’actualité, la personnalité de l’acteur, du réalisateur, participent autant, si ce n’est plus au récit présenté.

12/ Le frottement et la complémentarité entre promotion (médiatisation) et réception critique (médiation) est à étudier. Il s’agit de prendre en compte que dans le cas de production à gros budget la médiatisation prend le pas sur la médiation. Ce type de frottement a également lieu pour des films dont le budget est plus restreint. Il s’agit de la modalité de fonctionnement du récit portant sur un film dans les média généralistes.

  1. et dans une moindre mesure d’émissions culturelles []
  2. sur la table []
  3. dans d’autres passages de la séquence du Petit journal une émission culturelle est présentée, mais ce sont bien les journaux télévisés qui sont mis en avant []
  4. par la suite il peut y avoir des effets dans l’autre sens. []

No Pasaran – en images


Montage de captures d’écran issues du film No Pasaran, Album souvenir de Henri-François Imbert et al., 2003.
Séminaire : pratiques historiennes des images animées, 13 octobre 2011.

La série de photographies sur laquelle porte le film de Henri-François Imbert et celle du texte ci-dessous sont contemporaines mais ne sont pas les mêmes.

Le format de mise en ligne rend difficile la consultation de ce document, mais vous pouvez le télécharger en pdf.

Blow Up – en images


Montage de captures d’écran issues du film Blow Up de Michelangelo Antonioni et al., 1966.
Séminaire : pratiques historiennes des images animées, 13 octobre 2011.

Le format de mise en ligne rend difficile la consultation de ce document, mais vous pouvez le télécharger au format pdf.
Référence complémentaire : Beate Ochsner, « L’Entre des images ou les stratégies intermédiatiques dans Blow Up de Michelangelo Antonioni », in Jean-Louis Déotte (dir.), Appareils et formes de la sensibilité, L’Harmattan, 2005.

Du cadrage théorique comme fait routinier – Signalement

Comme son titre l’indique, l’article de Françoise Boch, Francis Grossmann, Fanny Rinck (LIDILEM, Grenoble III, 2009) intitulé: Le cadrage théorique dans l’article scientifique : un lieu propice à la circulation des discours, porte sur la notion de « cadrage théorique », soit sur les quelques lignes, souvent introductives, durant lesquelles le chercheur propose d’inscrire et en général de démarquer sa recherche de ce qui a déjà été publié sur le sujet qu’il va ensuite aborder1. Notant que : « ce qui est frappant, c’est la manière dont une discipline reconstruit son histoire, à l’aide de formules qui escamotent les ambiguïtés de son évolution, ou qui, inévitablement, simplifient son parcours. » , ils rappellent que « le renvoi au déjà-là du champ ne doit cependant pas être envisagé sous le seul angle de la transparence ; ne serait-ce que sous l’effet de la sélection dont procède la mention d’une source, le cadrage dans l’article n’est jamais neutre et fournit une vision du champ, en reconstituant son histoire ou son état d’avancement. » Ainsi cet article de linguistique2 constitue un bréviaire permettant de dénaturaliser ce fait routinier qu’est le « cadrage théorique »3. On remercie particulièrement les auteurs de l’avoir rendu accessible en ligne (sous la forme d’un document Word) :

« Cette contribution propose d’aborder la question de la circulation dans le cadrage théorique de l’article de recherche, en partant du constat que le genre de l’article requiert tendanciellement de se livrer à un état des lieux de la question traitée. (…) » lire la suite.

  1. Cette notion est parfois proche de celle d’état de la question. []
  2. dont on peut simplement regretter qu’il porte strictement sur un corpus d’articles… de linguistique, alors que la démonstration aurait pu être tout autant pertinente sur des recherches menées en sociologie, en histoire, etc. Les auteurs précisent toutefois que « l’équipe norvégienne autour du projet  KIAP (…) a bien montré que l’enjeu de démarcation ne se manifestait pas de la même manière selon les disciplines (…) » []
  3. Les auteurs en appellent à la « responsabilité sociale et épistémologique » du chercheur. En conclusion, ils indiquent que cleui-ci’ « doit s’interroger sur la manière dont il contribue lui-même à la « mise en circulation » des discours, et ce, paradoxalement, à travers le masquage même qu’il opère. » []