Pour une définition de la notion de dispositif

« Il faudrait aussi en venir un jour à une distinction nette et rigoureuse entre dispositif, appareil, procédé et autres bidules. (…) Un dispositif, ça peut donc être une chose concrète, mais ça peut aussi être une chose abstraite. Ça peut être une grande ou grosse chose, mais ça peut aussi être une toute petite chose. »1

A partir d’octobre 2012, un Observatoire2 (Cf. carnet dédié), est mis en place sur la base d’un partenariat entre le CRIalt (Université de Montréal), le Lhivic (EHESS) et le groupe La figuration cinématographique de l’histoire (Paris 8-ITHP). Dans ce cadre, nous allons appréhender la notion de dispositif principalement en la liant à celle d’archive. Tout au long de l’année, cette notion nous allons l’utiliser comme un outil3 afin de mener une série d’études de cas portant sur des films, des expositions, des revues, des entretiens filmés, des séries de photographies, des sites internets et d’autres types de productions culturelles. Pour cela, une définition partagée – au moins à minima – du terme dispositif est nécessaire.

Il s’avère que cette définition est relativement complexe à établir, pour au moins deux raisons (somme toute pas très originales). Tout d’abord, d’un point de vue diachronique, car cette définition n’a pas cessé de se transformer depuis la fin du dix-neuvième siècle et surtout depuis une quarantaine d’années (la publication de Surveiller et punir de Foucault en 1975 constituant une sorte de moment-clef). Ensuite, d’un point de vue cette fois synchronique, car la notion de dispositif échappe à toute synthèse à cause de son étendue même. Le terme, aujourd’hui à la mode, est utilisé aussi bien par des publicitaires, des communicants, que par des hommes politiques, des plasticiens, des curateurs, des ingénieurs, des manageurs, des graphistes  et des informaticiens… ou encore par des chercheurs en sciences sociales (historiens, sociologues, philosophes, etc.). Ces appropriations multiples ont donné lieu à des acceptions, parfois complémentaires et d’autres fois contradictoires. Dans tous les cas, elles ont rendu toute tentative de synthèse très périlleuse.

Dans un texte introduisant, le récent ouvrage Ciné-dispositif, François Albera et Maria Tortajada ont cependant relevé le défi et, avec un brio certain, ils ont proposés une typologie permettant d’assumer le « grand écart conceptuel, entre empirisme et épistémologie » (p. 13). Pour cela, les deux chercheurs sont partis d’un double présupposé que l’on acceptera également dans le cadre de cet Observatoire. D’un côté, un dispositif est un agencement entre des éléments hétérogènes, c’est-à-dire qu’il s’agit moins d’une chose identifiable que d’un système de relations entre différentes choses. D’un autre côté, les objets considérés comme des dispositifs dans l’introduction de ce livre relèvent avant tout de la vision et de l’audition. Ces deux choix sont importants, car ils permettent de réduire de manière significative l’étendue de la notion. Les points de vue juridique, militaire4 ou strictement philosophique, sont ainsi minorés au profit d’une approche plus technique, historienne et finalement intermédiale. Dans ce texte, les chercheurs définissent plusieurs strates dont la complémentarité conduit à mieux cerner la notion de dispositif.

La première strate de la définition relève de la technique. Elle se situe au niveau de l’appareil. François Albera et Maria Tortajada rappellent qu’au dix-neuvième siècle un dispositif désigne la manière dont sont disposés les organes d’un appareil. La notion se distingue dès lors de celle d’appareil, car celui-ci est perçu comme un tout (la caméra, le téléphone, l’ordinateur), alors que le dispositif est bien un assemblage. Le dispositif est appréhendé à ce premier niveau quand il est question d’ouvrir la machine (au sens littéral), c’est-à-dire de comprendre les mécanismes et la manière dont ces mécanismes sont présentés (brevets, textes techniques, etc.). Cependant dire qu’un dispositif équivaut à un agencement ne résout pas toutes les questions. Ainsi, il est, par exemple, possible de se demander quel est le degré minimum de complexité nécessaire pour qu’on puisse considérer qu’un assemblage technique est un dispositif?5

La deuxième strate relève également de la technique. Il ne s’agit cependant plus d’identifier les mécanismes à l’œuvre pour faire fonctionner la machine (l’appareil), mais de considérer la machine elle-même comme étant une partie d’un dispositif. La question se déplace du fonctionnement interne de l’appareil aux effets produits par ce fonctionnement. Par exemple, les chercheurs s’intéressent alors moins aux mécanismes qui permettent à un vidéoprojecteur de salon de fonctionner (strate 1), qu’au fait qu’une image en mouvement soit projetée par cet appareil (strate 2).

La troisième strate relève du rapport entre l’appareil et l’usager. L’utilisateur de l’appareil – qui peut en être le concepteur ou non – le met en relation avec d’autres appareils. Il créé un agencement, un dispositif d’un autre type. Si on conserve l’exemple d’une projection amateur, l’usager doit, entre autres, trouver un lieu pour diffuser les images et un écran, puis régler l’appareil, le relier à d’autres appareils (source vidéo, système de son, etc.), trouver la juste distance entre ceux-ci et l’écran, puis également installer des fauteuils. Il n’est souvent pas seul pour faire cela. Les interactions se multiplient donc à ce troisième niveau.

La quatrième strate est cette fois moins technique et plus théorique. Elle est liée aux théories de la représentation. De nouveau, la place de l’individu est centrale, cette fois non plus comme usager, mais comme spectateur. Principalement, appliquée au cinéma et à la littérature, en suivant l’apparatus theory, le dispositif est alors conçu comme étant le vecteur, le producteur d’une idéologie. Les effets de la narration sont alors mis au centre de l’étude. Qu’il s’agisse d’une impression de réalité ou d’un effet de réel, l’accent est dans ce cas mis sur ce que le film ou le livre font croire au spectateur. Dans cette perspective, le chercheur est perçu comme étant celui qui est le mieux à même de décrypter les signes constitutifs de la narration. Il est celui qui décortique le dispositif.

La cinquième strate conduit à introduire la question de l’assujettissement (et de son double le désassujettissement). Elle est liée à la pensée de Michel Foucault. La question centrale est alors celle du rapport entre l’individu et le pouvoir. Pour les deux chercheurs l’approche foucaldienne est encore valable pour appréhender les réseaux sociaux actuels, car elle permet de prendre en compte l’existence d’un ensemble de contraintes et les capacités dont dispose l’individu pour s’en émanciper.

Ils ajoutent ensuite deux idées, considérées ici comme deux nouvelles strates ou plus justement méta-strates (dans la mesure ces strates portent sur celles énoncées ci-dessus). Celles-ci conduisent à inscrire les dispositifs, qu’ils soient considérés d’un point de vue technique et/ou théorique, dans leur contexte spatio-temporel. Il s’agit de poser qu’un dispositif (et son corolaire l’appropriation d’un dispositif) est toujours lié aux conditions de possibilité (politique, économique, sociale, technique) propres à une période donnée.

La sixième strate, d’ordre méthodologique, porte sur la nécessité d’une histoire technique des dispositifs. Les auteurs insistent sur le fait qu’une prise en compte des seules représentations produites par les dispositifs (c’est-à-dire une approche esthétique, centrée par exemple sur le contenu des films) n’est pas suffisante. Une étude des procédés et des outillages (strate 1), de la fabrication des machines (strate 2) et des relations entre productions techniques et les autres activités humaines (strate 3) est indispensable. De plus, il est nécessaire de réintégrer cette histoire de la technique à l’histoire des productions culturelles et de manière plus générale à celle des interactions sociales. Les chercheurs prônent en cela une approche des dispositifs relevant tout autant de l’histoire des techniques, que de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale.

La septième strate d’ordre cette fois épistémologique porte sur la nécessité d’une histoire de la notion de dispositif et des termes reliés à celui-ci. Il s’agit de faire le constat qu’un dispositif est toujours désigné par de multiples discours qui ont tendance à se fixer autour de quelques idées-clefs qui sont sans cesse répétées. Il en est allé ainsi de l’idée d’authenticité de l’image cinématographique ou du paradigme indiciaire pour ce qui est de la photographie. François Albera et Maria Tortajada l’écrivent on ne peut plus clairement, « la notion-type a une histoire, qui est celle de sa fabrication: il faut donc historiciser et dénaturaliser son emploi. »6

Les sept strates qui composent cette définition sont utiles pour cet Observatoire car elles recoupent un certain nombre des méthodes qui sont utilisées aussi bien au CRIalt, qu’au Lhivic et que par les membres du groupe La figuration cinématographique de l’histoire. En fait, pour la plupart des chercheurs et des étudiants associés à ces groupes le rôle de la technique est pris en compte de manière centrale sans pour autant que l’objectif final de leurs travaux ne soit une histoire de la technique. Ainsi, l’étude de la matérialité des objets appréhendés est, le plus souvent, mise au service d’une histoire culturelle de productions et/ou de formes en circulation dans l’espace public. De plus, une attention particulière est souvent portée aux relations entre les différents supports médiatiques (film, revue, livre, photographie, etc.), plus qu’à chacune de ces formes prises isolément. L’objet d’étude peut être les relations elles-mêmes (comme dans le cas de l’intermédialité) ou la manière dont une forme migre d’un support à un autre (comme cela a pu être le cas au Lhivic).

De même, une approche prenant en compte le contexte social et culturel, ainsi que  l’évolution de celui-ci dans le temps, est favorisée (au détriment d’une approche in illo tempore). Enfin, toute réflexion théorique (par exemple, sur une notion telle que celle de dispositif) est basée sur une série d’études empiriques, c’est-à-dire sur la prise en compte de corpus clairement définis et méthodiquement étudiés. Ainsi, l’élaboration d’une notion théorique est toujours le résultat de l’étude d’un corpus. J’ajouterai, cette fois de manière plus personnelle, que l’élaboration de la notion en question n’est pas le plus souvent la finalité de la recherche. L’objectif poursuivi réside plus dans les questions posées par le chercheur ou le groupe de chercheurs en question. Dans le cas qui nous concerne, on peut se demander, pour ne citer que quelques exemples : comment un dispositif a-t-il évolué dans le temps? Quels acteurs sociaux ont-ils fait évoluer tel dispositif? Quelles sont les différences ou les points communs entre tel et tel dispositif? Comment deux dispositifs différents peuvent-ils converger? Comment l’étude de tel dispositif nous permet-elle de mieux comprendre tel autre dispositif? Mais aussi, comment un même dispositif peut-il être approprié de manières différentes en fonction de contextes de diffusion distincts? Ou encore, comment un dispositif influe-t-il sur les valeurs partagées par un groupe social à un moment donné?

Référence principale : François Albera et Maria Tortajada, « Le dispositif n’existe pas ! » dans François Albera et Maria Tortajada (dir.), Ciné-dispositifs: spectacles, cinéma, télévision, littérature, L’Âge d’homme, Lausanne, 2011, pp. 13-38.

  1. André Gaudreault, « De certaines limites de la définition du dispositif au cinéma », in François Albera et Maria Tortajada (dir.), Ciné-dispositifs: spectacles, cinéma, télévision, littérature, L’Âge d’homme, Lausanne, 2011, p. 176. []
  2. sorte d’atelier permettant un partage de connaissances et une mutualisation des expériences []
  3. au sens de Deleuze, c’est-à-dire que l’objectif poursuivit sera moins de cerner avec plus de précision les contours de cette notion, que de mieux comprendre les enjeux, les liens et les différences entre un certain nombre d’objets grâce à cette notion. []
  4. qui sont les premiers champs d’application du terme dispositif []
  5. Gaudreault, op. cit., pp. 176-177 []
  6. op. cit., p. 27 []

Le groupe Facebook privé, outil pour les chercheurs

Depuis mi-mai 2012, dans le cadre du projet Archiver à l’époque du numérique (CRI, Université de Montréal), je coordonne une équipe composée d’une demi-douzaine d’auxiliaires de recherche (pour la plupart étudiants en maîtrise). Durant l’été, l’objectif poursuivi a été de concevoir l’archive numérique d’une  pièce de la troupe de théâtre Dora Wasserman (DWYT). Trois auxiliaires ont principalement travaillé à la conception des métadonnées associées aux documents (Julie Desautels, Annie Lecompte Chauvin et Sabrina Taran), alors que la numérisation était externalisée (Centre d’archives de Lanaudière). Trois autres auxiliaires ont été chargés de mener des entretiens sonores et filmés avec les archivistes bénévoles du DWYT (Emma Roufs, Marie-Hélène Constant et Marc-Antoine Lévesque). Par la suite, un étudiant bénévole a ponctuellement rejoint chacun de ces groupes (Ludovic Cureau et Claudia Polledri). Et, une personne extérieure à l’Université a été en charge de prévoir la mise en place du site internet (Lucas Morlot). Ainsi, une équipe de dix personnes a été constituée.

En termes de gestion de projet, deux problèmes saillant existaient dès le départ (mai 2012). Comment faire circuler les informations entre l’ensemble des membres de l’équipe alors que leurs domaines de compétences et parfois leur lieu de travail allaient être différents? Comment gérer des étudiants dont l’investissement dans le projet n’allait pas être le même (certains allaient travailler 3 ou 4 heures ponctuellement, d’autres 10-15 ou 20 heures par semaine)?

Durant les premiers jours un google agenda a été conçu afin de mettre en place un horaire et une dropbox a été créée pour partager les documents de travail. La mise en place d’une liste de diffusion interne a également été discutée. Puis, bien vite, le nombre de courriels a commencé à croître de manière exponentielle, entraînant les questions classiques liées au choix du nombre de personnes à mettre en copie d’un message portant sur telle ou telle question particulière.

Annie Lecompte Chauvin a alors proposé la création d’un groupe privé sur Facebook1. Après avoir informé le directeur de l’axe, Jean-Marc Larrue2, elle a procédé à la création de celui-ci3. Ce groupe dont les messages et commentaires ne sont strictement visibles que par les membres (préalablement invités) a été l’objet d’une appropriation rapide par l’équipe.

Après trois mois d’existence (24 mai – 28 août 2012), il est possible de faire un premier bilan d’étape de l’usage de cet outil. Durant le premier mois 59 messages ont été mis en ligne, conduisant à la rédaction de 165 commentaires4 et 104 like5. Durant le mois suivant, 64 messages ont été publiés, pour 169 commentaires6 et 119 like7. Pendant le mois dernier, 69 messages ont été partagés, accompagnés de 238 commentaires8 et 149 like9. Au total près de 200 messages commentés en moyenne trois fois chacun auront été échangés entre fin mai et fin août 2012 (schéma ci-dessous).

Il est à noter que seuls 12 messages n’ont provoqué aucune réaction (schéma ci-dessus)10. Un peu plus de 20 messages ont été l’objet de discussions nourries (entre 8 et 20 commentaires) impliquant plusieurs membres de l’équipe. L’exemple suivant peut être reproduit.

Dans ce cas, un message a conduit à onze commentaires (pour un seul like). Le message comporte deux parties. Dans un premier paragraphe, l’auteur apporte une information sur l’avancée du projet (catégorie 1 ci-après), avant de demander une précision dans un second paragraphe. Une réponse est apportée dans les minutes qui suivent (commentaires 1 à 4 et 6), puis un encouragement est formulé le lendemain matin (commentaire 5). La discussion reprend par la suite une fois de premières informations partagées (commentaires 7 à 11). Dans cet exemple, la complémentarité entre la conversation sur le groupe et les données partagées sur la Dropbox est visible. Le but est de savoir où trouver tel ou tel document de travail. Les commentaires rendent aussi compte du fait que les membres du groupes savent que l’avancée de chacune des étapes (ici le dérushage) a un impact sur l’avancée des autres étapes (ici le montage, cf. commentaires 9 et 10).

Par ailleurs, on remarque que les trois membres en charge des métadonnées ont diffusé 59 messages, ceux en charge des entretiens 61 messages11, alors qu’en tant que coordinateur j’en ai publié 67. Seuls les intervenants plus ponctuels, ayant rejoint le groupe en juillet, ont peu pris la parole (5 messages)12.

Les sujets abordés dans ces messages se divisent en cinq grandes catégories : les informations sur le projet (39 messages), les questions sur le projet (21 messages), les partages de données (67 messages), la gestion du projet (61 messages) et quelques divers (12 messages).

Plus précisément ces catégories se subdivisent ainsi13 :

1. Les informations sur le projet (39 messages) : partage d’informations sur l’avancée du projet (29 messages), informations concernant le partenariat (5 messages) et informations sur la création du site internet (5 messages).

2. Les questions sur le projet (21 messages) : il s’agit de demandes de la part d’une personne sur un aspect précis du projet.

3. Les partages de données (67 messages) : partage de références d’ouvrages, d’articles et de sites internet (21 messages, cf. ill. ci-dessous), partage d’articles ou de billets de blogs des membres du groupe (12 messages), partage de documents du projet (26 messages), partage de photographies sur le mur du groupe (8 messages).

4. La gestion du projet (61 messages) : gestion des horaires et du calendrier (17 messages, cf. ill. ci-dessous), répartition ou réorganisation des tâches (14 messages), organisation de réunions et autres séances de travail (25 messages), ajustement suite à des erreurs ou des problèmes rencontrés dans le cours du projet (5 messages).

5. Divers (12 messages) : organisation d’événements informels entre les membres du groupe (7 messages) et informations anecdotiques ou non liées au projet (5 messages).

Dans tous les cas, ce mode de communication n’a créé aucun conflit entre les membres de l’équipe. Les commentaires ont conduit à résoudre un certain nombre de problèmes pratiques. Ils ont permis d’apporter des précisions, d’encourager un collègue, de partager des informations complémentaires, de poser de nouvelles questions ou de faire part de son incompréhension. Les exemples suivants peuvent être reproduits. En haut à gauche, il s’agit d’un cas relatif à l’organisation du projet, ici une information concernant un retard. En haut à droite, il s’agit cette fois d’une demande précise (catégorie 2) formulée par un membre de l’équipe envers un autre. En bas à gauche, il s’agit d’un partage de données. En bas à droite, il s’agit d’un nouveau cas de gestion du projet cette fois suite à un problème.

Dans l’ensemble des cas, la réactivité est souvent inférieure à une minute et presque toujours inférieure à 24 heures. Cela est, en partie, lié au fait que la majorité des auxiliaires de recherche reçoivent les messages postés sur le groupe Facebook directement sur leur téléphone portable. Cela entraîne des réactions proche de celles à un texto (ill. 1 et 2 ci-dessus, commentaires: « ok! » et « yep! »). L’usage du like est lié à ce mode de communication. S’ils correspondent souvent à une marque de satisfaction (liée à l’avancée du projet par exemple), ils ont également été utilisés simplement afin de signifier qu’une information a été bien reçue (cf. ill. 3, ci-dessus). Cette implication et cette réactivité de la part des participants constituent quelque chose de positif pour le projet. Cela ne va cependant pas sans poser des problèmes. Ainsi, les horaires de travail se trouvent bouleversés par ce mode de communication. Une réponse toujours plus rapide est attendue de la part des autres membres du groupe quelque soit l’heure du jour ou le jour de la semaine.

Par ailleurs, l’usage quotidien du groupe conduit à un certain relâchement du vocabulaire et de la syntaxe. On peut citer à titre d’exemples, les commentaires suivants « Hé bin c’est pas normal ! » et « lundi 11:00 stu good » (22 août), « hihihihi » (24 juillet), « oui! mais le premier mail était a trasher n’est-ce pas? » (18 juin), etc.

Pour résumer, si des solutions ont été trouvées lors de conversations sur ce groupe, il s’agit d’un outil et non pas d’une solution miracle et certaines incompréhensions liées à des pratiques professionnelles différentes ont persisté. De plus, il ne faut pas penser qu’un tel groupe remplace l’usager du courriel. Il y a complémentarité entre les différents moyens de communication. Ainsi, l’ensemble des échanges avec nos partenaires – les archivistes membres de la troupe du DWYT et autres centres d’archive – se sont déroulés par courriel (voir par téléphone à quelques reprises). Certains messages n’impliquant qu’une ou deux personnes ou nécessitant des développements plus longs ont également étaient conduits par courriel.

Quelles premières conclusions peuvent être tirées de l’usage de ce groupe après trois mois d’existence?

Tout d’abord, si cela doit être précisé, cette expérimentation rend compte du fait que Facebook n’est pas, par essence, un espace dédié à la procrastination ou la perte de l’identité, mais un outil, un réseau social défini par son usage. A ce titre, il peut être approprié pour un projet universitaire. Dans le cas qui nous concerne, le groupe a surtout eu pour fonction de tenir informé l’ensemble des membres de l’avancé de chacun des aspects du projet et ainsi de renforcer la cohésion de l’équipe. A ce titre, il a permis de résoudre les deux problèmes énoncés en introduction de cette note. Il a aussi été un lieu de mutualisation des connaissances et un espace permettant de multiples retours sur expériences. Enfin, il est aussi devenu une archive du processus de travail engagé. Ces fonctions se sont imposées progressivement suite à l’appropriation par les membres. Le groupe Facebook privé, outil pour les chercheurs, est donc avant tout un outil de gestion participative dont l’efficacité dépend de l’usage et de l’implication de chacun.

  1. L’idée de départ était d’inclure l’ensemble des chercheurs du projet, il a alors été proposé de limiter le groupe aux membres étudiants et au directeur de l’axe portant sur les archives du DWYT. []
  2. Courriel daté du 24 mai 2012. []
  3. Jean-Marc Larrue a été invité à ce joindre à ce groupe. Il était déjà inscrit sur Facebook. Celui-ci ne s’est jamais inscrit au groupe. L’absence du directeur de l’axe dans ce groupe a certainement favorisé les échanges informels sans que cela ne soit véritablement mesurable. []
  4. portant sur 50 messages différents []
  5. portant sur 44 messages différents []
  6. portant sur 45 messages différents []
  7. portant sur 54 messages différents []
  8. portant sur 50 messages différents []
  9. portant sur 63 messages différents []
  10. respectivement 4 le premier mois, 2 le suivant et 6 le mois dernier []
  11. Dans chacun des groupes la répartition des messages est à peu de chose près la même. Une personne a diffusé la majorité des messages, une environ un tiers et la troisième est resté relativement en retrait. []
  12. Dans tous les cas, chacun des auxiliaires de recherche a publié au moins un message. []
  13. Le nombre total de messages est de 192, dans cette liste 200 entrées apparaissent car il arrive ponctuellement qu’un message corresponde à deux catégories. Cela reste marginal. []