Cartographier le passage du temps

Lier une ligne de temps à une carte constitue un projet qui m’intéresse depuis plusieurs années. Réaliser ce type de forme a longtemps été compliqué et nécessitait, dans tous les cas, de solides compétences en programmation. Depuis quelques mois, les choses évoluent rapidement. Aux États-Unis, l’essor rapide de projets universitaires basés sur des Big Data a conduit à multiplier les projets de visualisation des données1. La conception de cartes dynamiques associées à une frise chronologique constitue alors une possibilité parmi d’autres. Il est notamment possible de consulter l’exemple du Spatial History Project développé par Stanford. En France, un projet comme L’atelier numérique de l’histoire développé par Jean-Luc Pinol – sur le modèle du History Engine (Richmond University) – rend compte d’une même volonté de lier temps et espace2. La recherche par facette proposée par l’IRI pour l’HD Lab s’inscrit aussi dans ce mouvement.

Parallèlement, deux sites ne nécessitant pas de compétences particulières en informatique ont vu le jour. Il s’agit de Myhistro et de TimeMapper3. Je vous propose ici de mener une comparaison entre les fonctionnalités de ces deux premiers sites afin d’en présenter les points forts et les limites. Pour cela, j’ai fait un petit test en créant une « cartographie temporelle » de l’intrigue de la bande dessinée, Un Printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage. J’ai ainsi repéré dans cette histoire une dizaine de dates-clefs, allant de la catastrophe elle-même (1986) à la fin du projet du bédéiste (2008). Ces dates ont été associées à un lieu, ainsi qu’à des reproductions de dessins et à une vidéo. Ce corpus très réduit a été choisi pour tester les fonctionnalités de ces deux interfaces (le résultat final n’étant pas pertinent pour lui-même).

Le principe commun à ces interfaces qui sont gratuites est de permettre de créer une série d’événements reliés à un lieu physique précis et à une date (ou une période de temps). Afin de créer l’événement (unité de base de ces « cartographies temporelles »), il est aussi attendu de l’usager qu’il lui donne un titre. Il peut, ensuite, ajouter une ou plusieurs photographies, vidéos et liens hypertextes. Un texte peut également être joint à ces médias. Dans les deux cas l’usager consulte l’interface en parcourant la ligne de temps et/ou directement la carte. Il voit et peut agir sur la carte et sur la frise en même temps (cf. images ci-dessous).

Time Mapper nécessite la conception d’une base de données entrée dans le tableur de Googledrive (équivalent en ligne d’Excel). Les catégories par défaut (qui correspondent aux colonnes du tableau) sont les suivantes: Titre, date, date de fin (si nécessaire), texte, lien vers une page web, lien vers le média (photographie ou vidéo), référence du média, mot clef, localisation, source, source URL.

Cela signifie qu’aucun contenu n’est stocké directement sur TimeMapper. Cette interface est un agrégateur de contenus qui met en forme de manière automatisée la « cartographie temporelle » en fonction des informations entrées dans la base de données (cf. exemple ci-dessus). Il est donc nécessaire que les médias intégrés soient déjà mis en ligne ailleurs (serveur dédié, Youtube, Flickr, etc.). Il est également nécessaire d’entrer les coordonnées géographiques du lieu de manière très précise (certains sites existent pour aider l’usager à faire cela). La forme finale inclut donc une pluralité de médias sur une même interface (cf. image ci-dessus). L’écran se trouve alors divisé en trois parties: une ligne de temps, une carte et un espace dédié aux contenus mis en ligne par l’usager de la plateforme (titre de l’événement, texte, images fixes ou en mouvement, liens, etc.). Cela correspond au modèle de base des logiciels de montage vidéo (iMovie, FinalCut…), aussi bien qu’à ceux d’annotation vidéo (Ligne de temps, par exemple). Le code étant libre l’interface est personnalisable par l’usager expert.

L’interface de Myhistrio (dont une excellente présentation est déjà en ligne) est plus intuitive et ludique que celle de Time Mapper. Le principe consiste dans ce cas à créer un compte à partir duquel plusieurs « cartographies temporelles » pourront être créées. Les événements (l’unité de base), ne sont pas liés à une carte (mais directement au profil de l’usager). Il compose par la suite des « histoires » en regroupant des « événements ». De plus, l’ensemble des données est entré sur le site Myhistrio (et non sur une base distante). Cela constitue un point positif, car l’usage est ainsi facilité, en même temps que cela créé un problème du point de vue de la dépendance vis-à-vis de l’interface. Les données à entrer sont les suivantes: titre, date (avec l’heure ou non), ajouter une photographie, ajouter une séquence filmée, un texte avec des liens hypertextes ou non, localiser l’événement en entrant le nom du lieu sur une carte Google (avec la possibilité de déplacer manuellement un curseur dont il est possible de choisir la couleur et la forme).

Pour l’usager de la plateforme, il existe plusieurs manières de consulter la carte:
– en consultant une liste des événements liés à la carte (cf. image ci-contre).
– en faisant défiler de façon chronologique les événements (la carte s’actualiser alors automatiquement).
– en cliquant sur la carte pour afficher dans un pop-up le contenu de celui-ci (cf. image ci-dessus). La fiche qui apparaît est alors proche de la forme prise par la notice d’une encyclopédie en ligne. Cette fonctionnalité permet d’ouvrir au commentaire chacun des « événements ». Ainsi, l’usager est-il en mesure d’intervenir sur le contenu de la carte (cette possibilité n’existe pas sur TimeMapper).

Les événements créés sur les deux interfaces sont automatiquement classés du plus ancien au plus récent. C’est donc l’inscription dans le temps qui commande l’ordre d’affichage aussi bien dans TimeMapper et que dans Myhistro. Il est cependant, dans les deux cas, possible d’accéder directement à un événement à partir de la carte. Il est ainsi possible de se déplacer librement dans l’espace de la carte, ainsi que de faire des zooms. Cela permet d’effectuer de nombreux changements d’échelle et ainsi d’éviter de suivre une conception du temps strictement linéaire.

Enfin, une intégration de la forme finale sur un autre site (sur un blog sur WordPress, par exemple 4 ) est prévue par les deux sites. Ainsi, si ces « cartographies temporelles » ne permettent pas forcément de concevoir des présentations complètes concernant un projet5, elles constituent des outils complémentaires d’un intérêt heuristique qui me semble indéniable.

  1. si bien que parfois la dynamique semble s’inverser. Ainsi, c’est la volonté de créer de nouvelles formes de visualisation des données qui conduit à rechercher – à tout prix – des Big Data. []
  2. Il est aussi possible de penser à la cartographie des enfants juifs de Paris déportés entre 1942 et 1944. []
  3. Il est aussi possible de citer l’excellent Neatline, mais celui-ci est clairement plus orienté vers le modèle exposition en ligne. []
  4. Il est à noter que TimeMapper nécessite une largeur de colonne de 720 px minimum pour une visualisation correcte des données []
  5. Une page de présentation ne peut pas être ajoutée à la version de base de Time Mapper, la « cartographie temporelle » débutant directement avec le premier événement. []

Outils pour la recherche – licence cinéma

S’il est depuis maintenant plusieurs années demandé aux étudiants de maîtriser les subtilités des logiciels de bureautique (sommaire automatique, feuille de style, saut de section, etc.), la « boîte à outils » qu’ils se doivent de posséder ne peut plus se limiter à cela. Cette note reprend quelques-unes des indications données à un groupe d’étudiants de licence cinéma à Paris 8. Les logiciels libres ont été favorisés quand cela était possible. De plus, des exemples de logiciels ou d’interfaces sont donnés. Cette liste n’a cependant rien d’exhaustif et chacun des exemples choisis ne constitue qu’une indication subjective1.

Il est attendu qu’un étudiant en cinéma soit capable de faire une capture d’écran (équivalent numérique du photogramme) à partir d’un DVD (ou de toute séquence filmée partagée en format numérique). Le logiciel VLC permet de faire cela très simplement (vidéo — capture d’écran). L’étudiant peut ensuite changer le format, la résolution et retoucher l’image obtenue avec un logiciel tel que TheGimp (version libre et gratuite du célèbre Photoshop). Il n’a ensuite plus qu’à l’intégrer à son écrit (produit avec un logiciel de traitement de texte), à sa présentation, à son billet de blog ou à sa propre vidéo.

Il est aussi nécessaire qu’il puisse télécharger les images animées qui se trouvent en ligne sur des sites d’hébergement tels que Youtube, Dailymotion, Vimeo (ou sur tout autre site de streaming). Il s’agit alors d’installer le plug-in Downloadhelper directement sur son navigateur (utiliser Firefox). Celui-ci permet de télécharger une vidéo en différents formats (flv ou mpeg, par exemple). Il doit ensuite être capable de les convertir dans le format qu’il souhaite. S’il doit se renseigner sur les offres de vidéo à la demande (VOD), l’étudiant est aujourd’hui amené à s’intéresser aux sites de partage de fichiers en ligne (P2P), s’il veut travailler sérieusement. Il doit alors connaître l’existence et le fonctionnement des sites partageant de torrents (en faisant usage d’un logiciel du type Utorrent).

Le fait d’être capable de transférer le contenu d’un DVD sur son ordinateur (ou sur son cloud) est un plus. Le logiciel HandBrake permet cela. Pour analyser les contenus audiovisuels ainsi collectés, l’étudiant est aujourd’hui invité à faire usage d’un logiciel d’annotation du type Ligne de temps. Il est aussi attendu de l’étudiant qu’il sache sélectionner et découper des extraits précis de ces vidéos (ou films). Plusieurs logiciels libres permettent cela (comme Krut), mais le plus complet est sans doute SnapzProX, couplé à Quicktime Pro (comme l’explique André Gunthert) ou à iMovie. Ce dernier logiciel permet de faire des bouts-à-bouts, si ce n’est de véritables montages, qui sont utiles pour préparer des présentations.

Une fois ces informations collectées, il est utile de pouvoir les stocker. Si un stockage sur le disque dur de l’ordinateur ou sur un disque dur externe est souhaitable, il est utile de connaître l’existence du Cloud computing et d’interfaces du type Dropbox (« service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne », comme le rappelle Wikipédia). Une autre possibilité, si l’étudiant souhaite partager ses données, est de faire usage de Flickr ou de Picasa (pour ses images), de Soundcloud (pour ses sons), d’Issuu (pour ses PDF), de Slideshare (pour ses présentations) ou encore de Vimeo (pour ses vidéos).

Afin de créer des présentations, à partir de ces données collectées, l’étudiant est invité à se servir de logiciels tels que le module de présentation d’Open Office (équivalent libre et gratuit de PowerPoint). Il peut également faire usage des interfaces en ligne de son choix. Il est ici possible de citer à titre d’exemple  Mindmeister ou encore Prezi. Enfin, les interfaces de recherche par l’image doivent être connus de lui (Google images et Tineye), tout comme la possibilité d’afficher les données Exif associées à une image (Exif viewer).

Au-delà de la collecte et de la mise en forme d’une image et d’une vidéo, l’étudiant doit aussi connaître les logiciels lui permettant de mener un travail de veille en ligne (et d’optimisation de son parcours en ligne). Evernote qui lui permet « de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web » est aujourd’hui le plus performant de ces logiciels (source wiki). Ainsi, il doit être familier de la gestion des flux RSS. Mendeley et Zotero sont également utiles pour sauvegarder des références avec une mise aux normes automatique. Scoop.it ou Pearltrees, par exemple, permettent eux, de partager avec d’autres ce travail de veille.

A cela s’ajoute une pratique des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr…), du blogging (et donc notamment de WordPress) et une connaissance du code (HTML et CSS au minimum). Enfin, l’étudiant, dès le début de son cursus, doit également être capable de trouver les meilleurs tutoriels en ligne (afin de se former lui-même) et connaître l’existence des MooC.

Cette vingtaine d’interfaces ou de logiciels (presque tous gratuits) sont aujourd’hui à la base de la pratique de la recherche documentaire et de la mise en forme des travaux des étudiants en cinéma dès le niveau de la licence. Leur non-maîtrise est, en soi, problématique.

Cette note est une reprise synthétique d’une séance du cours de méthodologie « outils pour la recherche » – licence 1 (Paris 8).

Illustration ci-dessus reprise sur le site Brainless Tales.

  1. De plus les logiciels de bibliographie ne sont pas présentés de manière développée car cela a fait l’objet d’un autre cours. []

Faire quelque chose – 10 décembre 2013

Entre 18h et 23h, le mardi 10 décembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film désormais classique d’Armand Gatti sur la solidarité entre un résistant politique et un interné juif dans un camp de concentration nazi, L’Enclos (1961) sera diffusé à 20h. Avant celui-ci, le documentaire basé sur des entretiens menés avec d’anciens résistants Faire quelque chose (2013) de Vincent Goubert sera projeté. Il s’agit de la troisième séance d’un cycle de ciné-débats sur les Résistances, qui a vu se succéder jusque-là Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) et Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann (2013, 228 min.). Les films diffusés aujourd’hui seront comparés avec ces deux productions afin de s’interroger sur l’histoire et l’actualité de la notion de résistance aussi bien au cinéma que dans l’espace public en général.

L’image ci-dessus est une capture d’écran représentant Jacqueline Olivier-Timbaud devant la Maison des Métallos (Paris) issue du film de Vincent Goubert, Faire quelque chose (2013).