La Voleuse de livre – une représentation consolante

Je me permets de publier ici les premières lignes d’une analyse du film La Voleuse de livre de Brian Percival (2013).

Adapté du Bildungsroman (roman d’apprentissage) éponyme de Markus Zusak, La Voleuse de livres est un film qui ne fait pas mystère de ses intentions humanistes. L’intrigue se déroule entre 1938 et 1945. Fille d’une communiste, la jeune Liesel (Sophie Nélisse) est, dès le début du récit, accueillie par un couple résidant dans un village du sud de l’Allemagne. Ses parents adoptifs, les Hubermann (interprétés par Geoffrey Rush et Emily Watson), n’adhèrent pas au Parti national-socialiste (NSDAP) alors au pouvoir. Au contraire, malgré les autodafés qui ont lieu sur la place publique, Hans Hubermann transmet à la jeune fille le goût de la lecture. Enfant, puis adolescente, l’héroïne passe ainsi progressivement du statut d’illettrée moquée par ses camarades de classe à celui de lectrice passionnée, réconfortant par ce moyen ses condisciples apeurés par les conséquences de la guerre. Un peu didactique par moment, le film vise ainsi à transmettre l’idée que c’est par l’acquisition d’un savoir livresque et d’une forme de sensibilité artistique qu’il est possible de résister au totalitarisme. La voleuse de livres est, en quelque sorte, une allégorie des bienfaits de la littérature en période de crise sociétale. (lire la suite)

Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire ?

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, car il porte sur un sujet qui a régulièrement été étudié sur ce carnet de recherche, soit les rapports entre histoire et cinéma, cette fois abordé du point de vue de l’enseignant.

Publié dans la collection « Ressources Formation » (Scérén-CRDP), Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire de France ? aborde des questions relatives aux usages sociaux des films en plaçant au centre de l’analyse les perceptions du passé partagées par les élèves. Pragmatique, Dominique Briand, professeur d’histoire à l’IUFM de Basse Normandie développe une analyse qui se situe à l’articulation entre une approche relevant du domaine de l’histoire par les films et une initiation à l’éducation aux images. Pour cela, il part du constat que les enfants et les adolescents évoluent quotidiennement dans un environnement médiatique diversifié (internet, télévision, cinéma, presse écrite, etc.). Il remarque que la place exercée par les films historiques est certainement supérieure pour eux, à celle de l’enseignement de l’histoire. Ainsi, le récit transmis à l’école est-il devenu second, depuis maintenant de nombreuses années. Selon l’auteur, il permet simplement d’amender, d’encadrer et de compléter une conception déjà établie par ailleurs. (lire la suite)

Référence: Dominique Briand, Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire de France ?, CRDP de Basse-Normandie, coll. « Ressources Formation », 2013.

Nouveau cinéma israélien

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur Nonfiction.fr au sujet du dernier ouvrage d’Ariel Schweitzer, Le Nouveau cinéma israélien (2013).

« Je voulais comprendre le décalage entre les valeurs politiques et morales et la réalité, entre les aspirations romantiques et la vie. (…) le problème principal abordé par le film est justement que, dans la réalité aujourd’hui, il n’y a absolument aucun dialogue possible entre ces deux mondes [les anarchistes et les hommes de l’ordre], aucune écoute, aucune tentative de rapprochement. » .

Ces paroles prononcées par Navid Lapid au sujet des son film Le Policier (2011) rendent compte de deux dimensions centrales du Nouveau cinéma israélien tel qu’analysé par le critique et historien du cinéma, Ariel Schweitzer. Le premier objectif, le plus intimement partagé par les réalisateurs réunis sous cette appellation, réside dans une volonté de brouiller les frontières entre les représentations communément acceptées dans la société israélienne et la réalité des expériences vécues par ses habitants ; en somme, d’effectuer une sorte de distinction critique entre « les mythes juifs et la réalité israélo-palestinienne contemporaine » . Leur second objectif est de créer – quand cela est possible – une forme de dialogue entre les différents groupes sociaux et communautés qui composent le pays. Ces deux aspects foncièrement politiques conduisent à souligner que, ce qui fait groupe entre ces cinéastes, selon Schweitzer, c’est moins une évolution dans la façon de filmer le réel, qu’un changement dans la manière de regarder la société et de s’adresser à elle. (lire la suite).

Peter et Simon Brook. – archiver le geste créateur

Je me permets de partager un compte rendu du dernier film de Simon Brook, Peter Brook. Sur un fil… (2012), car il recoupe des thèmes abordés régulièrement sur ce carnet de recherche autour des méthodes utilisées pour archiver le geste créateur.

Metteur en scène internationalement reconnu, Peter Brook n’accepte la présence d’aucun observateur lors des répétitions de ses pièces de théâtre. Pourtant, dès les premières secondes de Peter Brook. Sur un fil…, réalisé en 2012 par son fils, Simon Brook, il se trouve au milieu d’une quinzaine de comédiens assis dans un décor dépouillé de tout ornement. Il regarde, toujours attentif et patient. Il réagit au moindre mouvement. Il distille patiemment des conseils. Ce film documentaire porte donc sur le déroulement d’une série de répétitions. Par le moyen de ces captations, le réalisateur tente de donner accès au geste créateur de son père. Il s’agira ici de déterminer sur quels points le film est une réussite et à quels moments certaines dimensions du processus résistent au dispositif mis en place. Cela revient à s’interroger sur la façon dont il est possible d’enregistrer un geste créateur. Pour cela, une attention égale est portée à la répétition et à la manière dont celle-ci a été filmée. (lire la suite…)

Quelle archive numérique?

Vous trouverez ci-dessous le support d’une communication intitulée, Quelle archive numérique pour la troupe de Dora Wasserman?, donnée le 10 février 2014 dans le cadre du séminaire de recherche « Approches intermédiales des archives », dirigé par André Habib (Université de Montréal).

La création de l’archive numérique de la troupe de théâtre yiddishophone Dora Wasserman constitue l’étude de cas placée au centre du projet réflexif Archiver à l’époque du numérique. Cette communication reprend les principaux enjeux théoriques et pratiques abordés lors de ce projet de recherche. Sans a priori technophile ou technophobe, les acquis et les limites du projet sont également soulignés. Elle rend ainsi compte des tournants les plus récents aussi bien dans le domaine de l’archivistique, que dans celui des usages de l’archive par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels du théâtre. Ainsi, les questions relatives à l’indexation sociale et à l’histoire orale, à la convergence entre les médias et à l’interopérabilité, sont placées au centre de cette présentation qui vise à rendre compte de la structure informationnelle complexe qui a été mise en place pour créer l’archive numérique de cette troupe de théâtre.

Ravensbrück : un regard tourné vers le présent

Le vendredi 7 février à 14h30, j’ai le plaisir de présenter à Montréal une communication portant le titre, Ravensbrück : un regard tourné vers le présent, dans le cadre du séminaire du groupe de recherche Mémoire musicale et résistance dans les camps (dir. Philippe Despoix).

Résumé des enjeux de la communication:

Quel(s) référent(s) est désigné par le terme Ravensbrück ? Dans quel(s) contexte(s) celui-ci devient-il compréhensible ? Quelles connotations sont associées à ce mot ? Afin de répondre à ces questions, la communication sera le lieu d’incessants aller-retours entre le temps des faits – celui de l’univers concentrationnaire nazi (1933-1945) – et celui du devenir de l’événement (1945- ). Il s’agira ainsi de faire dialoguer des traces hétérogènes (documents scripturaires, écrits historiens, photographies et films, notamment) renvoyant à différents régimes de temporalité. À la croisée d’une histoire des totalitarismes et d’une étude intermédiale des représentations, l’objectif sera de rendre compte de la complexité des enjeux à considérer afin d’appréhender Ravensbrück en historien du temps présent. (pour en savoir plus).