Voir/Savoir. La pédagogie par l’image

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre d’Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image au temps de l’imprimé, du XVIe au XXe siècle, car il aborde des questions liées à l’éducation par et à l’image que nous avons ici le plus souvent interrogées par le prisme du cinéma.

Portant sur une période de quatre siècles (XVIe – XXe), Voir/Savoir a pour objet l’évolution des usages de l’image dans les publications ayant pour but l’éducation des enfants et des jeunes adultes1. Il repose pour cela sur plus de deux cents figures issues des fonds du Musée national de l’Éducation, dont l’auteure, Annie Renonciat est l’une des responsables scientifiques. Publié dans la collection « Patrimoine références » (Scérén-CNDP), ce livre a lui-même une vocation pédagogique. Composé de deux parties d’inégales importances, il accorde d’abord une place centrale à une approche chronologique (partie 1, p. 9 à 170), puis à des études thématiques plus analytiques, qui sont menées par d’autres auteurs (partie 2, p. 173 à 2452). Ainsi, un parcours érudit et ludique menant le lecteur de l’approche des images développées par les jésuites, jusqu’à l’émergence de l’éducation à l’image (la présence de celle-ci est officialisée au sein de l’Éducation nationale à partir de 1995), est proposé. Ce parcours est pour le moins chaotique, puisque comme le rappelle Yves Galupeau, « à l’opposé des approches sensualistes prônées par les pédagogues anglo-saxons, les pédagogues français tiennent généralement l’image pour un élément parasite dans l’acquisition des savoirs » (p. 206), tout du moins jusqu’au milieu du vingtième siècle. (lire la suite).

Archiver à l’époque du numérique – l’autre coprésence

Vous trouverez ci-dessous la présentation correspondant à une intervention portant sur le projet Archiver à l’époque du numérique, intitulée « un défi épistémologique » (13 juin 2014). Celle-ci prend place dans le cadre de l’atelier international L’autre coprésence co-organisé par Giusy Pisano et Jean-Marc Larrue à l’Université de Montréal.

L’enjeu de cette présentation est de réinscrire ce projet dans le cadre d’un tournant historiographique – dont il est à la fois un symptôme et un vecteur – qui voit un retour de l’archive s’articuler avec ce qui est souvent désigné comme l’ère du témoin (ou de la victime). Cette communication propose donc de relier une réflexion sur des enjeux mémoriels avec un questionnement portant sur les formes de médiation du passé (ici à partir de l’étude de cas d’une archive en ligne).

Un imaginaire institutionnel

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre d’Anne Bénichou, Un imaginaire institutionnel. Musées, collections et archives d’artistes. L’approche des rapports entre créateur et institution me semble particulièrement pertinente.

L’ouvrage d’Anne Bénichou, Un Imaginaire institutionnel, porte sur une catégorie d’œuvres d’art contemporain qui ont pour particularité de prendre la forme d’expositions. Ainsi, à travers une série d’études de cas, ce sont plus des agencements d’objets préexistants ou produits par d’autres que des formes créées par un artiste qui sont analysés dans ce livre. L’historienne de l’art, professeur à l’Université du Québec à Montréal, explique que « l’artiste n’est pas tant un producteur d’objets, qu’un manipulateur de signes ; un glissement s’est opéré de la représentation à la présentation » (p. 27). Pour analyser ce déplacement, elle travaille sur la manière dont, depuis les années 1970, un ensemble de créateurs qui n’entretiennent pas forcément des liens les uns avec les autres ont repensé les rapports entre les institutions muséales et les œuvres d’art. Les trois artistes au cœur de l’ouvrage sont Glenn Lewis, reconnu pour sa pratique dans le domaine de l’art par correspondance (chap. 2), Christian Boltanski, dont l’auteure présente des œuvres en forme d’inventaires (chap. 3) et Antoni Muntadas, dont les vidéos interrogent le monde de l’art (chap. 4). (lire la suite).

Retour à l’école? – Un film comme source pour l’histoire de la formation

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur Nonfiction, portant sur l’ouvrage de Françoise F. Laot, Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes. Cela constitue aussi pour moi une occasion de vous annoncer la tenue dans quelques semaines d’une journée d’études consacrée aux Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne (30 juin 2014, Centre Branly à l’ICP, Paris).

Le dernier ouvrage de Françoise F. Laot a été publié dans une collection intitulée Histoire des institutions scientifiques (Presses Universitaires de Nancy), qui « s’intéresse à la genèse et à l’évolution des institutions d’enseignement supérieur en réhabilitant des groupes professionnels et des acteurs ». L’institution étudiée ici, d’avant-garde de par les expérimentations pédagogiques qu’elle propose, est le Centre universitaire de coopération économique et sociale de Nancy (Cuces) et plus largement la question de la formation des adultes en France. Les acteurs réhabilités sont les femmes qui ont pris part à ce mouvement entre la toute fin des années 1950 et le début des années 1970. L’originalité méthodologique est de faire porter cette recherche sur un moyen métrage, Retour à l’école ? (A. Bercovitz et J. Demeure, 1966-1967, 45 min.). Lire la suite.

Je tiens ici à remercier Michael Bourgatte qui m’avait signalé cette publication.