Téléphone mobile et création

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre collective Téléphone mobile et création, coordonné par Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, car je sais qu’il ne manquera pas d’intéresser les lecteurs de Culture Visuelle en général et certains membres du Lhivic en particulier.

Téléphone mobile et création a moins pour sujet des œuvres conçues avec des portables que la manière dont les usages de cet objet transforment notre rapport quotidien à la créativité. Le choix guidant la rédaction de cet ouvrage collectif consiste ainsi à proposer une approche culturaliste de l’émergence de pratiques associées à une nouvelle technologie. La très large démocratisation d’un outil pouvant servir à la création, tel que le mobile, conduit en fait les auteurs réunis dans ce livre à s’intéresser prioritairement à la manière dont les mobiles modifient les conditions du vivre ensemble et de l’engagement social et politique. Il est ici remarquable que Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, qui codirigent cette publication, aient pour cela fait appel à des chercheurs issus des différentes disciplines (études cinématographiques, anthropologie, communication, sémiologie, marketing, philosophie, psychanalyse) et à des professionnels du secteur (lire la suite).

Je copie également ici un passage qui de l’article de William Urrichio, qui a particulièrement retenu mon attention et qui, je l’espère, vous intéressera également:

Dans les webdocumentaires l’implication des usagers est recherchée  » non pas seulement pour documenter le passé de la communauté, mais pour jouer un rôle actif dans la construction de son futur. (…) Moins un artefact (dans le sens d’une production bouclée une fois pour toutes) qu’un forum proliférant de documentation, de réflexions et d’échanges, les projets de type Sandy ou Hollow [il s’agit d’exemples de webdocumentaires] ouvrent la voie vers une dimension nouvelle et largement inexplorée du « nouveau documentaire » dont il nous faut tenir compte. Leur caractère citoyen ouvre de nombreuses perspectives, donnant aux communautés la possibilité de partager leurs connaissances et leurs expériences; ils motivent les individus et les incitent à une forte participation. (…) Ces informations pourraient être reprises pour encourage une participation plus soutenue. Parce qu’il n’y a pas de texte fixé une fois pour toutes mais plutôt un environnement textuel susceptible d’ouvrir des possibilités de récits, les producteurs peuvent en permanence redéfinir leur projet en tenant compte des pratiques dominantes et du feedback des usagers. Avec la longue vie de certains projets, la capacité à continuellement mettre en phases un documentaire interactif avec les pratiques de ses usagers offre un moyen extrêmement puissant et nouveau pour inviter à l’exploration. »

William Uricchio, « Repenser le documentaire social », dans Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, Téléphone mobile et création, Armand Colin/ Recherches, Paris, 2014, p. 75-76.