La Grande Guerre au cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre de Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma, car il aborde certaines questions régulièrement débattues ici sur les rapports entre histoire et cinéma en général et au sujet de la Première Guerre notamment (lire La Grande guerre au petit écran entre autres).

Dans La Grande Guerre au cinéma, Josepha Laroche, professeure à la Sorbonne, spécialiste des relations internationales, adopte une approche sociopolitique afin d’étudier un corpus de vingt films portant sur la Première Guerre mondiale. Membre fondateur du Centre d’études et de recherches transnationalistes (CERT), l’auteure a choisi de porter une vision pacifiste sur des films qui sont eux-mêmes considérés comme dénonçant les horreurs de la guerre. Elle les a classés en deux catégories : ceux qui rendent compte d’un processus de déshumanisation des soldats, vécu sur le mode du drame (Kubrick, Losey, Trumbo, Tavernier) ou de la comédie (Chaplin, Keaton, Monicelli, Annaud), et ceux qui adoptent immédiatement un ton désillusionné en représentant l’absurdité des violences de guerre (Gance, Lubitsch, Pabst, Poirier, Vidor…). L’hypothèse formulée dès l’introduction est que ces représentations constituent autant d’entrées pertinentes dans le but d’expliquer les enjeux de ce conflit. Plus précisément, l’idée centrale est que « la création de personnages imaginaires » permet parfois de personnifier des idées qui resteraient sinon difficiles à saisir pour le spectateur (lire la suite).

Capitaine Conan

Le mardi 16 septembre le cycle de projections autour des rapports entre cinéma et histoire se poursuit avec Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (1996). La séance aura lieu à 20h aux Cinoches de Ris-Orangis.

Adapté du livre de Roger Vercel (1934), Capitaine Conan (1996) est aujourd’hui un film référence concernant la Première Guerre mondiale. Portant sur la toute fin du conflit, il présente notamment deux problématiques chères aux historiens, la physicalité des combats et la sortie de guerre. Il met ainsi en scène la question des violences extrêmes en temps de guerre et de l’acculturation à cette violence en temps de paix. Portant une attention toute particulière à la représentation des combats, aux gestes des combattants et aux positions du corps, ce film constitue à la fois une proposition artistique aboutie et une forme culturelle qui dialogue particulièrement bien avec la manière dont les historiens appréhendent le conflit aujourd’hui. Il sera donc abordé à la fois pour les choix formels effectués par le réalisateur, pour la cohérence de ces choix par rapport à la réalité du conflit et pour le lien entre les choix esthétiques opérés et la façon dont l’histoire de ce conflit a été écrite.

En amont, vous pouvez vous replonger dans le débat animé entre Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Jean-Jacques Becker, « Capitaine Conan de Bertrand Tavernier, 1996″, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n. 54, avril-juin 1997, p. 128-131.

L’attrait de l’archive

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur le site Nonfiction.fr car il porte sur les archives cinématographiques, thème que j’ai déjà eu l’occasion de discuter sur ce carnet de recherche.

La revue québécoise d’études cinématographiques Cinémas consacre cette année un dossier de six articles et de deux comptes rendus à l’Attrait de l’archive. Le sujet choisi s’inscrit dans ce qu’il est aujourd’hui possible de désigner comme constituant un effet de mode. Il n’est qu’à rappeler, à titre d’exemple, que le congrès de l’Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel était consacré en 2012 à Des sources aux réseaux : tout est archive ? Le numéro 18 de la revue Intermédialités consacré au verbe archiver ; ou encore le titre du dernier ouvrage de Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles : les archives en ligne ont-elles un sens ? (lire la suite).