Le dernier des injustes

Mercredi 1er avril 2015, j’aurai le plaisir d’être le répondant d’Anna Hájková (Assistant Professor of Modern European Continental History, University of Warwick ), dans le cadre du séminaire du Centre de Recherches Historiques (EHESS), intitulé Histoire et historiographie de la Shoah (Florent Brayard, Ivan Ermakoff, Nicolas Mariot, Claire Zalc).

En amont de cette séance, vous pouvez consulter des extraits de l’entretien original (USHMM), l’article The Last of the Self-Righteous: Claude Lanzmann’s version of Benjamin Murmelstein publié par Anna Hájková dans la revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po Histoire@politique; ainsi que le papier que j’avais publié sur Nonfiction.fr :

Claude Lanzmann est seul dans la synagogue Pinkas à Prague. Une caméra le suit dans ses moindres mouvements, puis effectue un panoramique, découvrant ainsi une longue liste de noms inscrits à même les murs. La voix du réalisateur se fait entendre : « Il y a tellement de noms, si pressés, serrés, les uns contre les autres qu’on est dans l’illisibilité même. » Il y a un cut. La caméra est maintenant placée au plus proche de ce mur des noms (qui représente symboliquement 80 000 victimes juives), effectuant toujours le même mouvement de balayage de gauche à droite. La voix off poursuit : « Soudain ça devient lisible, des noms se distinguent. » Cette courte séquence fonctionne à la manière d’un indice, qui peut être articulé avec d’autres éléments dispersés avec soin tout au long du film. Rendre lisible, rendre visible, rendre interprétable, sans pour autant rendre compréhensible et explicable, voilà ici illustrée une constante du cinéma de Lanzmann (lire la suite).

Introduction à une sociologie du cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage de Pierre Sorlin, Introduction à une sociologie du cinéma publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Sur ce sujet, je me permets de vous rappeler la note publiée sur ce même carnet: Questions à la sociologie des publics du cinéma, qui portait sur l’ouvrage d’Émanuel Éthis, Sociologie du cinéma et de ses publics (2005, rééd. 2009).

Telle que définie par Pierre Sorlin, la sociologie du cinéma se compose de trois champs d’études complémentaires, qui correspondent à peu de choses près aux trois parties de cet ouvrage. Premièrement, il s’agit d’analyser les modes de production dans l’industrie cinématographique. Cette sociologie des métiers du cinéma (producteur, acteur, scénariste, technicien, etc.) revient à poser qu’une conception uniquement centrée sur le rôle du réalisateur manque quelque chose de la complexité du cinéma. Pour Sorlin, en plus d’être l’œuvre d’art d’un auteur le film est issu d’un milieu « privilégié pour étudier la diversité des oppositions latentes ou manifestes et les effets réciproques que les individus produisent les uns sur les autres dans un domaine où l’argent a le dernier mot et où sont mises à l’épreuve des aptitudes différentes, incommensurables, qu’elles soient intellectuelles, techniques ou purement manuelles » (p. 90). Le sociologue étudie ainsi les conflits de travail, les conséquences du corporatisme sur les manières de faire des films, ou encore la place des rapports de force entre différents métiers. Deuxièmement, Sorlin pose que la manière dont les films sont reçus dans une société donnée est à prendre en compte (lire la suite).

De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux

Le vendredi 13 mars 2015, j’ai eu le plaisir de participer à la journée d’étude Visibilité et légitimité de l’information : Comment être « bien vu » dans le contexte numérique ? organisée par le Département archives et médiathèque (DAM) de l’université Toulouse. La communication présentée a été un retour sur expérience problématisé, portant sur les usages des carnets de recherche en SHS. Elle s’intitulait, De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux : repenser les modes de médiation de la recherche en SHS. J’ai articulé la question du carnet avec une réflexion sur l’identité numérique des chercheurs. Il s’est ainsi agi de réfléchir sur la place des carnets au sein d’un ensemble de modes de médiation en ligne (réseaux sociaux dits académiques et non-académiques, archives ouvertes, sites des revues en ligne ou non, pages des laboratoires, pages des éditeurs, sites des médias traditionnels, site personnel, etc.). Le carnet a été considéré, à la fois comme un espace de convergence d’informations qui resteraient sinon dispersées et comme un lieu à partir duquel la dispersion des contenus produits en ligne était à penser.

Je partage ici le diaporama correspondant à cette communication.

Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film

Le jeudi 12 mars 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film organisée par le LLA-CREATIS à la Maison de la recherche (salle D30) de l’Université Toulouse 2. Ma communication aura pour sujet Du texte théâtral comme référence appropriée au livre comme objet contondant : un regard intermédial sur L’Esquive (A. Kechiche, 2003). Il s’agira de s’éloigner progressivement d’une approche intertextuelle (comment un texte est rejoué dans un autre, ici Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux dans le film de Kechiche), pour aller vers une approche intermédiale sensible à la question de la matérialité du livre. Une scène en particulier sera analysée. Il s’agit de l’apparition des forces de l’ordre dans le quartier et de l’usage qu’ils font du livre (et non plus du texte) de Marivaux. D’un point de vue méthodologique, l’objectif est de comprendre en quoi l’intermédialité se distingue des manières de faire plus classiques et de réfléchir à la manière dont elle permet de renouveler/ déplacer le point de vue du chercheur en études cinématographiques ou littéraires. Continuer la lecture de Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film