Edgar Morin, Chronique d’un regard

Je me permets de partager ici les premières lignes d’une du film d de Céline Gailleurd et Oliver Bohler, Edgar Morin, Chronique d’un regard publiée sur le site de la revue Regards, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet.

Intellectuel majeur, penseur de la complexité, Edgar Morin a entretenu au fil de son œuvre une relation intime avec le cinéma, que restitue avec justesse un documentaire de Céline Gailleurd et Oliver Bohler (lire la suite).

La petite prairie aux bouleaux

À l’occasion de la journée nationale du souvenir de la déportation, le 26 avril 2015 à 16h, une projection du film de Marceline Loridan-Ivens, La petite forêt aux bouleaux (2003, 90 min.) aura lieu aux Cinoches de Ris-Orangis. La réalisatrice sera présente et un débat, que je vais introduire, aura lieu avec les spectateurs présents.

Ce film retient l’attention à plusieurs titres. D’un point de vue cinématographique, on notera qu’il s’agit d’une fiction autobiographique, Anouk Aimée interprétant le rôle de Marceline Loridan-Ivens, tournée (en partie) dans l’enceinte du camp d’Auschwitz-Birkenau. Le lieu (principal) de la Destruction des Juifs d’Europe est ainsi habité et c’est par l’évocation de souvenirs (sans reconstitution, mais pas le truchement de la fiction) qu’une représentation du passé émerge. Le film est également intéressant d’un point de vue mémoriel, car c’est plus de cinquante ans après les faits que l’intrigue se déroule. Ainsi, c’est à travers des retrouvailles et des rencontres,  qu’un regard rétrospectif sur le passé prend forme sous nos yeux. Le film n’évite alors pas la question de l’oubli, puisque l’héroïne, à plusieurs reprises, ne se souvient plus de ce qu’elle a vécu. Il est donc question, non seulement du retour du souvenir (vécu sur un mode heureux et sur mode douloureux), mais aussi de ce qui échappe. Le film est aussi politique, car il met en scène l’incompréhension entre Juifs revenant sur les lieux et Polonais catholiques exploitant ce tourisme de la Catastrophe en plein développement, sans pour autant éviter de mettre en scène la dureté parfois trop grande des victimes envers ceux-ci.  La muséification du camp d’Auschwitz est aussi présenté de manière critique.  Enfin, d’un point de vue historiographique, il est intéressant, car la réalisatrice est, elle-même, une ancienne déportée. Ainsi, à l’heure où il est de plus en plus question de l’avènement d’une ère post-mémorielle ou du rôle de la mémoire de 2ème/3ème génération, un autre point de vue est ici porté à l’écran. Ainsi, fiction sur la mémoire et l’oubli, La prairie aux bouleaux rend visible une imbrication de rapports au temps à la fois complémentaire et contradictoire, vécue à la première personne. Cela en fait un film très riche, sensible et qui ouvre à de multiples réflexions.

Photographie en Une de Sylvie ESTELIN pour DPM.

Synthèse des travaux d’André Gaudreault sur l’intermédialité

C’est avec plaisir qu’après la synthèse de Nina Jambrina sur les travaux de Silvestra Mariniello, je publie ici la Synthèses des travaux d’André Gaudreault sur l’Intermedialité proposée par Carole Fillière (MCF LLA-CREATIS/CETIM, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 avril 2015.

Je profite de cette opportunité pour vous signaler la récente conférence  donnée par André Gaudreault, Nicolas Dulac et Richard Bégin sur Le projet de partenariat TECHNÈS : pour une nouvelle histoire technologique du cinéma dans le cadre des journées d’étude Editorialisation et nouvelles formes de publication (21-22 avril 2015) dirigées par Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra, car elle constitue un bon complément à ce texte.

 

Cinéma et intermédialité. Synthèse des travaux d’André Gaudreault, par Carole Fillière.

Cette synthèse a pour objet les ouvrages et articles suivants :

  1. André Gaudreault, Du littéraire au filmique. Système du récit. Préface de Paul Ricoeur, Paris/Québec, Méridiens Klincksieck/Presses de l’Université Laval, 1988.
  2. André Gaudreault et François Jost, Le récit cinématographique, 2n édition, Armand Colin cinéma, Paris, Nathan, 2005 (1990).
  3. André Gaudreault, Cinéma et attraction. Pour une nouvelle histoire du cinématographe, CNRS Editions, Paris, 2008.
  4. André Gaudreault, Philippe Marion, La fin du cinéma ? Un média en crise à l’ère du numérique, Armand Colin, Paris, 2013.
  5. « Le cinéma des premiers temps : un défi à l’histoire du cinéma? », André Gaudreault et Tom Gunnig, in Histoire du cinéma. Nouvelles approches, Jacques Aumont, André Gaudreault et Michel Marie (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 49-63.
  6. « Un média naît toujours deux fois… », André Gaudreault et Philippe Marion, Sociétés & Représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, n° 9, 2000, p. 21-36.
  7. « Cinéma et généalogie des médias », André Gaudreault et Philippe Marion, Médiamorphoses, 2016, n°16, p. 24-30.

Continuer la lecture de Synthèse des travaux d’André Gaudreault sur l’intermédialité

Penser le politique par le film

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu du dernier numéro de la revue Quaderni dont le dossier principal a pour titre: « Penser le politique par le film »,  publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Le politique, sujet bien distinct, de la politique, est actuellement au centre des réflexions que je développe à partir des films de Kechiche et Gitaï. Ce fut donc un vrai plaisir de découvrir l’existence de ce numéro.

La revue Quaderni consacre son quatre-vingt-sixième numéro aux relations entre sciences politiques et cinéma, en adoptant un axe singulier : l’étude du politique. Il est donc moins question dans ce dossier de la répartition du pouvoir entre les différents représentants élus (ou non) de nos sociétés contemporaines, que de la façon dont les activités quotidiennes des habitants réunis en communautés et réglées par des institutions sont, en elles-mêmes, politiques. Ce choix est original, car si les représentations de la politique (des hautes sphères de l’État au pouvoir très local), et les usages politiques des films (de la propagande aux développements des contre-cultures) constituent deux terrains d’investigation relativement convenus, l’analyse de formes audiovisuelles à titre d’agencements singuliers de « ce qui est commun aux hommes dans leur pluralité et qui les relie les uns aux autres » n’est pas fréquente (Lire la suite).

Les MOOC tutorés, vers une articulation généralisée entre présentielle et en ligne ?

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage de Jean-Charles Pomerol, Yves Epelboin et Claire Thoury,  Les MOOC. Conception, usage et modèles économiques publié dans la revue en ligne Sens Public, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. J’en profite pour vous rappeler le billet de Devenir historien-ne que j’avais rédigé l’année dernière sur le cours en ligne historien de Paris Ouest, « Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC« .

Les MOOC (Massive Open Online Courses), aussi désignés par les acronymes CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massifs) et FLOT (Formation en Ligne Ouverte à Tous) sont, à l’heure actuelle, perçus tout à la fois comme un format renouvelant l’enseignement à distance et comme un objet de polémique. En effet, leurs thuriféraires les considèrent comme une véritable révolution institutionnelle et pédagogique, alors que leurs détracteurs voient dans leur essor un énième symptôme du triomphe (plus ou moins en trompe-l’œil) d’une vision néolibérale de l’enseignement universitaire. Dans Les MOOC…, Jean-Charles Pomerol, Yves Epelboin et Claire Thoury proposent un état de la recherche sur ce sujet. Ils abordent ainsi des questions concrètes liées à leur mode de production (valorisation institutionnelle, budgets nécessaires, etc.) et à leur usage, notamment à travers celui des publics visés (étudiants en formation initiale, formation tout au long de la vie, etc.). L’ouvrage, issu d’un rapport rédigé à la demande du Conseil Scientifique de la ville de Paris, est basé sur dix-huit entretiens avec des acteurs clefs du secteur. Il offre ainsi une étude synthétique principalement centrée sur l’espace francophone européen (France, Belgique et Suisse). Lire la suite sur Sens Public

Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité

C’est avec plaisir que je publie ici la Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité proposée par Nina Jambrina (doctorante au LLA-CREATIS, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 avril 2015. J’en profite pour vous rappeler que la conférence donnée par Silvestra Mariniello dans le cadre de l’Observatoire du CRIalt en 2013-2014 est consultable en ligne.

Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité, par Nina Jambrina.

Actuellement Directrice du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal, Silvestra Mariniello fait partie de l’équipe des chercheurs qui ont développé et défendu l’approche intermédiale dès ses débuts. Elle a d’ailleurs été directrice du CRI dans les années 2000.

Ses travaux portent, entre autres, sur le cinéma, la médiation audiovisuelle, sa relation à l’histoire et la théorie des médias. Elle s’est tout particulièrement intéressée à l’œuvre de Pasolini et au cinéma italien. Actuellement, elle travaille sur la figure de l’exemple, notamment dans son articulation avec la philosophie de l’action.

Le concept d’Intermedialité

Dans plusieurs textes, notamment « Commencements »1 et « L’Intermedialité, un concept polymorphe »2, Silvestra Mariniello s’intéresse au concept même d’Intermedialité non pas dans l’idée de la définir une bonne fois pour toutes mais plutôt pour en questionner les composantes et les objets possibles. Elle cherche finalement à en saisir les enjeux épistémologiques dans une époque de fortes transformations médiatiques et ce que cela implique pour l’expérience, la connaissance, le sujet et le vivre ensemble. Continuer la lecture de Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité

  1. Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 47-62. []
  2. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p11-29. []

L’intermédialité dans les dispositifs narratifs

Le jeudi 9 avril 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude intitulée Design, Art et Narration : l’intermédialité dans les dispositifs narratifs organisée par Carole Nosella et Irène Dunyachle, sous la direction scientifique de Fabienne Denoual (LLA-CREATIS, Université de Toulouse). L’objectif principal est « d’explorer les rapports qu’entretient la narration avec les pratiques actuelles d’art et de design. En se concentrant de manière dont artistes et designers investissent la dimension narrative de leurs productions, elle a pour but d’analyser la mise en récit au prisme de l’intermédialité. »

Dans le cadre de cette journée, je vais présenter une première version de mon travail sur Amos Gitaï engagé dans le cadre du cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle que je co-organise actuellement à l’Université de Montréal. Cela constitue pour moi une occasion de revenir sur les résultat du workshop qui s’est tenu à Montréal le 11 février 2015 et d’en tirer de premiers enseignements. J’espère, par la suite, donner à ces réflexions la forme d’un article.

Vous pouvez consulter le programme complet de la journée : Programme de la journée [PDF – 5 Mo]