Précis de photographie – Maresca et Meyer

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage méthodologique de Sylvain Maresca et Michaël Meyer Précis de photographie à l’usage des sociologues, que je viens de publier dans la revue en ligne Sens Public. Il peut notamment être mis en lien avec le numéro 8 de la revue Poli consacré aux images de la science  et avec les travaux menés par les chercheurs associés à Culture Visuelle.

Aux États-Unis, depuis la fin des années 1990, la sociologie visuelle (Visual Sociology) constitue un champ de recherche à part entière. Celui-ci possède ses institutions : revue universitaire, association, conférence annuelle et parcours universitaire. De plus, comme le rappellent Sylvain Maresca et Michaël Meyer, six manuels universitaires ont été publiés sur le sujet entre 1998 et 2001. L’objet du Précis de photographie à l’usage des sociologues – sous-entendu francophones – est donc, avant tout, un transfert de connaissances depuis une aire culturelle vers une autre. Il est entendu que, traditionnellement, ce champ se divise en deux sous-spécialités, la sociologie sur les images et la sociologie avec les images (lire la suite).

Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilie Lumière

C’est avec plaisir qu’après la synthèse de Nina Jambrina sur les travaux de Silvestra Mariniello  et celle  de Carole Fillière sur les travaux d’André Gaudreault, je publie ici la Synthèses des travaux de  Jürgen E. Müller sur l’Intermedialité proposée par Emilie Lumière (Chercheuse associée au LLA-CREATIS, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 juillet 2015.

Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilien Lumière (comme le texte est un peu long n’hésitez pas à le consulter au format PDF ).

Jürgen E. Müller est actuellement professeur en « Sciences des médias » ou « Études médiatiques » (Medienwissenschaft) à l’Université de Bayreuth (Allemagne). Il a été le doyen de la faculté de Langue et Littérature de cette même université de 2012 à 2014. Il est en poste à Bayreuth depuis 2003, après avoir exercé à l’université d’Amsterdam (1989-2002) et à l’université de Mannheim (1983-1988). Spécialiste du cinéma québécois, des rapports entre cinéma et histoire, de la théorie des médias et de l’histoire des médias, Müller a travaillé sur des productions issues de médias divers (le cinéma mais également la télévision, la littérature, la comédie musicale, la radio, les médias numériques, etc.) et appartenant à des aires géographiques variées. Il est considéré, dans le monde de la recherche, comme « figure de proue de l’école allemande de l’intermédialité », selon la formule de Jean-Marc Larrue1. Outre une thèse d’état portant sur le concept d’intermédialité et dont le titre en français serait Intermédialité : Formes de la communication culturelle moderne (Intermedialität: Formen moderner kultureller Kommunikation)2, Müller, membre du CRI (Centre de Recherche sur l’Intermédialité) dès sa création puis du CRIalt (Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques)3, a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages en allemand, en anglais et en français notamment autour du concept d’intermédialité. Continuer la lecture de Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilie Lumière

  1. Larrue, Jean-Marc, « Théâtre et intermédialité : Une rencontre tardive », in Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, n° 12, 2008, p. 13-29, p. 14 []
  2. Müller, Jürgen E., Intermedialität: Formen moderner kultureller Kommunikation, Münster, Nodus, 1996. []
  3. Comme il apparaît sur la page internet du CRIalt : « Le CRIalt est l’héritier du Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI) qui a été le premier centre de recherche (1997) au Québec et au Canada sur les rapports intermédiatiques et leurs implications historiques, sociologiques, culturelles et politiques. » (http://crialt-intermedialite.org/fr/pages1/ ; consulté le 01/07/2015) []

Médiation des mémoires en ligne

Vous trouverez ci-dessous un appel à publication pour un numéro de Les Cahiers du Numérique que je co-dirige avec Claire Scopsi (MCF au CNAM) qui porte pour titre:  « Médiation des mémoires en ligne » (Intention de soumission : 30/09/2015). Il se trouve aussi au format PDF sur le site de la revue.

Objectif:

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014). Continuer la lecture de Médiation des mémoires en ligne

Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne

Le 26 mai dernier, j’ai participé à la première séance du séminaire Fabriques de mémoires organisé au CNAM par Claire Scopsi. Cette séance a eu pour objet : L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ? Mon intervention portait sur le thème suivant: Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. Celle-ci est à présent en ligne.

Pour avoir toutes les informations concernant cette intervention consultez le billet de Claire Scopsi sur le carnet de Passerelle de mémoires.