Tsili d’Amos Gitaï

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’une critique du dernier film d’Amos Gitaï, Tsili, que j’ai publié sur Nonfiction sous le titre: « Tsili d’Amos Gitaï, une forme au-delà du cinéma ? » Cela fait suite au cycle organisé l’année autour du regard intermédial que nous avions porté avec quelques camarades sur la pratique de cet auteur. Cette actualité constitue pour moi l’occasion de vous annoncer qu’un ciné-débat est organisé aux Cinoches à Ris-Orangis autour de ce film le mardi 24 août à 20h. Avant cela, à 18h, j’aurai le plaisir de présenter Plus tard tu comprendras (Gitaï, 2008). Nous reviendrons à cette occasion sur les questions abordés dans cette critique.

Tsili, le dernier film d’Amos Gitaï est une adaptation d’un ouvrage éponyme d’Aharon Appelfeld (1982). Dans ce dernier l’auteur revient sur la manière dont il a survécu à la Shoah, cachée dans les bois de Czernowicz (à la frontière entre l’Ukraine et la Roumanie). Il a inventé pour cela une figure féminine, Tsili, qui prend sa place dans cette fiction, qui a parfois des aires de conte. Cette manière de faire lui a permis de mettre à distance l’expérience qu’il avait vécue et d’assumer une forme littéraire autre que celle du témoignage littéral ou des mémoires. Gitaï cherche dans la structure même du film et dans les dispositifs adoptés des idées en cinéma afin de s’approprier l’histoire écrite par Appelfeld. Si le film a généralement été mal accueilli par la critique, c’est, en partie, à cause du lien qu’il entretient avec cette narration première (lire la suite).

L’image mise en Une est une capture d’écran issue du film.

Mémoires audiovisuelles – Matteo Treleani

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’un compte rendu portant sur le très riche ouvrage de Matteo Treleani Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens?  que vous pouvez consulter en intégralité en ligne sur le site Parcours numériques des Presses Universitaires de Montréal.

Je vous invite également à découvrir en ligne l’ensemble du numéro thématique de la revue Imaginations. Revue d’études interculturelles de l’image dans lequel ce compte rendu a été publié. Dirigé par Michèle Garneau, celui-ci porte sur L’Onf par ONF.ca: fabrication, valorisation et célébration du patrimoine à l’Office National du film du Canada.

L’’ouvrage de Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles, qui allie une dimension théorique et une « finalité prescriptive » (21), porte sur un ensemble de capsules audiovisuelles mises en ligne sur le site de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Ce corpus correspond spécifiquement aux conférences de presse du général de Gaulle diffusées à partir de 1958 par la Radiodiffusion-télévision française (RTF). Cependant, ce sont moins ces images en particulier, que des rapports dialectiques entre présent et passé, histoire et mémoire, archives et support médiatique, qui intéressent le chercheur. Adoptant une approche résolument sémiologique, afin d’appréhender ces paires de concepts déjà régulièrement travaillées par l’histoire et l’archivistique, Treleani se trouve avant tout face à un questionnement d’ordre épistémologique. Il est confronté à la nécessité de repenser sa propre méthodologie, afin de pouvoir appréhender l’objet d’étude qu’il se donne. En effet, la science des systèmes de signes (la sémiologie) n’est pas la discipline la plus habituée à travailler sur les rapports entre un événement historique (telle qu’une déclaration présidentielle), sa représentation audiovisuelle (aujourd’hui devenue une archive) et le réemploi de cette dernière sur un site. L’auteur relève cependant ce défi en faisant usage de trois concepts clefs. Premièrement, la notion de remédiation (Bolter et Grusin) est utilisée pour appréhender la circulation médiatique des séquences originales sur différents supports (passage de l’analogique au numérique, par exemple), en différents lieux (elle est alors nommée relocalisation) et dans différents films (elle est alors désignée par le terme de remontage) (lire la suite).