Archives visuelles

Vous trouverez ici les premières lignes d’une entrée de l’Encyclopédie des mots de la mémoire et du témoignage (Luba Jurgenson et Philippe Mesnard, dir. ) que j’ai consacré aux archives visuelles (ou plus précisément les archives visuelles des génocides). Je vous conseille également de consulter l’ensemble du site.

En France, à la fin du vingtième siècle, parler d’archives visuelles au sujet des génocides avait, en soi, quelque chose de polémique. Il s’agissait d’un objet toujours à la limite d’être exclu du partage du sensible et d’être renvoyé à l’obscène, soit à ce « qui offense ostensiblement le sens esthétique ou moral » (Dictionnaire de l’Académie française, neuvième éd.). Ainsi, consacrer une entrée à ce thème dans une Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire n’aurait rien eu d’évident. Il est important de revenir sur cette période récente (1990 ou 1994 à 2001 ou 2004), notamment car le rapport entre témoignages et archives était alors problématique. Dans un second temps seulement, ce que l’on entend actuellement par cette expression d’archives visuelles sera défini plus précisément (lire la suite).

Vous pouvez aussi consulter la version courte de cette entrée, qui sera prochainement publiée dans la revue Mémoires en jeu (revue qui succède à Témoigner entre histoire et mémoire).

Référence: Rémy Besson, « Archives visuelle », dans Luba Jurgenson et Philippe Mesnard (dir.), Encyclopédie des mots de la mémoire et du témoignage, février 2016, URL: http://memories-testimony.com/notice/archives-visuelles/

Agents of Liberation

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’un compte rendu publié dans la revue Lectures. Il a pour objet l’ouvrage de Zoltan Kékesi, Agents of Liberation, qui porte sur un ensemble de films documentaires et d’oeuvres d’art contemporain dont le sujet est le génocide des Juifs. L’originalité de l’approche et des objets ont retenu mon attention, ce qui ne m’empêche pas de souligner certains points à discuter.

L’analyse développée dans cet ouvrage – résolument engagé politiquement – vise à comprendre comment certaines formes artistiques agissent dans l’espace public afin de transformer la représentation du génocide des Juifs. Zoltán Kékesi s’appuie pour cela sur des films documentaires et des œuvres d’art contemporain, et interroge en particulier l’évolution, au cours des trente dernières années (1985-2015), des rapports entre témoignages et archives, fiction et documentaire, œuvre d’art et histoire orale. L’auteur appréhende ces paires de concepts à l’aune d’un prisme méthodologique relevant de la philosophie politique (lire la suite).