Cinéma et sciences humaines (méthodologie)

Après deux séances consacrées à des études de cas autour des articulations entre sociologie et cinéma de fiction et documentaire, le cours Cinéma et sciences humaines cette séance a porté sur la méthodologie. Il s’est agi de débouler certaines évidences acceptées jusque-là par convention. On s’est ainsi posé de grandes questions, « que recouvre l’appellation sciences humaines? » et « qu’est-ce que le cinéma? » Ces points sur l’état actuel des recherches et cette initiation à l’historiographie ont surtout permis d’aborder un peu différemment des notions telles que le cinéma comme institution, l’appropriation des images, le rôle des amateurs et des fans, l’analyse des discours sur les films, les pratiques spectatorielles, l’étude de la circulation, la génétique du cinéma, la relocalisation du cinéma, etc. qui seront plus longuement développées dans les cours suivants.

La Sociologie est un sport de combat

Je partage ici la présentation de la troisième séance du cours Cinéma et sciences humaines que je donne cet automne à l’Université de Montréal. Cette séance avait pour titre Le film comme agent au service d’une transformation de la société. Elle se basait sur l’étude du cas du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001). Cette fois, il ne s’agissait pas de comprendre comment la sociologie peut trouver une forme cinématographique dans un film de fiction comme Le Goût des autres (cours 2). La séance visait plus à saisir la façon dont les prises de paroles publiques d’un sociologue tel que Pierre Bourdieu peuvent donner lieu à un film et comment cette parole filmée peut transformer la société et surtout la manière dont une société se représente. Les présupposés d’une telle étude ont été critiqués à la fin de la séance.

Cinéma et médias – Colloque doctoral du GRAFICS

C’est avec plaisir que je vous annonce (en même temps que j’invite ceux des lecteurs de ces lignes qui résident à Montréal), que le colloque doctoral du GRAFICS, Cinéma et médias. Identités transitives,  se tiendra à l’Université de Montréal les 24 et 25 septembre 2016. J’ai eu le plaisir de codiriger cette deuxième édition avec deux autres postdoctorants, Santiago Hidalgo et Philippe Theophanidis. Ce sera l’occasion de faire un point sur ce que les jeunes chercheurs du GRAFICS ont à dire de ce que devient le cinéma à l’ère du numérique. La diversité des approches et des corpus qui ont émergé en réponse à l’appel conduit à penser que les discussions seront riches, entre comparatistes (cinéma/opéra:  Charlotte Dronier; cinéma/littérature: Thomas Carrier-Lafleur; cinéma/exposition: Odile Lanctôt), historiens des techniques (Nicolas Dulac  et Solène Secq de Campos Velho), analystes des discours et approches plus esthétiques (Jean-Charles Ray ), sans oublier que les études en question reposent sur des corpus allant de films documentaires (Bértold Salas Murillo), à des selfies (Marina Merlo) ou à des séries télévisées (Marc-Antoine Lévesque).

Pour consulter le programme complet rendez-vous sur le site du GRAFICS.

La médiation des mémoires en ligne

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes de l’introduction du numéro des Cahiers du numérique que j’ai codirigé avec Claire Scopsi (CNAM). Ce numéro porte sur « La médiation des mémoires en ligne ». Je tiens ici à remercier tous les auteurs pour leurs précieux travail: Jessica de Bideran, Patrick Fraysse, Christine Michel, Marie-Thérèse Têtu, Pierre-Antoine Champin, Laetitia Pot, Alain Lamboux-Durand, Maëlle Mériaux, Boris Urbas, Sophie Gebeil, Joëlle Le Marec, Nicolas Sauret. Les membres du comité scientifique qui ont patiemment et régulièrement suivi l’élaboration du numéro sont aussi à remercier: Michaël Bourgatte, Evelyne Broudoux, Florence Descamps, Michèle Gellereau, Véronique Ginouvès, Louise Merzeau, Viva Paci et Marcello Vitali-Rosati.

Introduction

En abordant les mémoires sous l’angle de leur médiation en ligne, notre intention est d’appréhender les relations entre mémoires et web en tant que phénomènes socio-culturels, techniques, économiques plutôt que comme une nouvelle forme, numérique, succédant à toutes celles – livre, enregistrements audiovisuels analogiques, spectacles, récits – sous lesquelles les mémoires ont circulé et circulent encore.

Ainsi, c’est la médiation, entendue comme une mise en relation via un support (et non le support lui-même), que nous considérons comme le véritable objet de notre investigation. Le numérique, en ligne ou intégré dans un parcours muséal, est donc à considérer non seulement comme technologie conduisant à la production d’artéfacts médiatiques (webdocs, expositions virtuelles, webtv, etc.), mais aussi comme environnement culturel, occasionnant des usages, rituels, pratiques ou normes. Que se passe-t-il lorsque des mémoires, comprises comme un type de rapport au passé entretenu par des individus et par des groupes sociaux en fonction d’enjeux qui leur sont présents, rencontrent la culture du web ? Que se passe-t-il également au cours du processus de documentarisation des supports médiatiques de ces mémoires dans un objectif de valorisation ? En quoi les choix opérés lors de l’éditorialisation (sélection, classification, description, notamment) sont-ils susceptibles de modifier le regard d’un groupe sur son passé ? Au final, aujourd’hui, la notion de mémoire elle-même peut-elle être pensée en dehors de la culture web, ou tout au moins sans prendre en compte cette culture ?

La suite de l’introduction et du numéro sont consultables sur CAIRN et sur le site de la revue. Si vous avez des problèmes d’accès, merci de me contacter.

Besson Rémy, Scopsi Claire, « La médiation des mémoires en ligne », Les Cahiers du numérique 3/2016 (Vol. 12) , p. 9-14

Le goût des autres

Je partage ici la présentation de la deux séance du cours Cinéma et sciences humaines que je donne cet automne à l’Université de Montréal. Cette séance avait pour titre Comment la sociologie peut-elle trouver une forme cinématographique ? Elle visait à saisir dans un premier temps l’influence des travaux de Pierre Bourdieu dans La Distinction (1979)  sur la réalisatrice Agnès Jaoui lorsqu’elle tournait Le Goût des autres (2000). Dans un deuxième temps, les limites de cette influence ont été soulignées en mobilisant la notion d’appropriation. Enfin, l’étude du film a permis une réflexion sur les limites de la pensée de Bourdieu elle-même, notamment à partir d’une présentation des travaux de Bernard Lahire.