Fonds audiovisuels numériques de la Cinémathèque québécoise

Dans le cadre de la séance  du 15 février 2017 du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique (EBSI, Université de Montréal), j’ai eu le plaisir d’accueillir Marina Gallet de la direction de la préservation et de l’accès aux collections de la Cinémathèque québécoise, qui a présenté une communication passionnante portant sur les enjeux de la préservation et de la gestion des fonds audiovisuels d’origine numérique de cette institution. Elle a notamment montré en pratique comment la plupart des questions de ce domaine se sont transformées depuis une demi-douzaine d’années. Vous trouverez ci-dessous le diaporama lié à cette présentation.

Limites de la représentation et usages créatifs des archives

Jeudi 9 février 2017, j’ai eu l’occasion de donner une séance du cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal qui est donné cette année par Pierre Chemartin. Cette séance a porté sur Limites de la représentation et usages créatifs des archives. Il n’y a pas là de grandes nouveautés pour les lecteurs de Cinémadoc, mais comme toujours, quelques reformulations et précisions, qui me conduisent à partager, ci-dessous, la présentation en question. L’idée est moins de travailler les limites de la représentation à partir du principe d’un interdit ou d’un limite relative à l’objet étudié, mais plutôt à partir d’une sensibilité dans l’espace public et d’usages créatifs des archives qui permettent de reconfigurer ces limites.

Conservation et valorisation – Préservation audiovisuelle

Dans le cadre du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique (SCI6358) de l’Université de Montréal, la séance du 8 février 2017 a porté sur les tensions et complémentarités entre conservation et valorisation. Un texte de Paolo Cherchi Usai nous a permis d’interroger ces relations du point de vue de la curation. Ce questionnement a été complété par une présentation de la base de données en ligne du partenariat TECHNÈS. Celle-ci a été mobilisée à titre d’exemple d’un projet de valorisation numérique. La présentation est accessible ci-dessous:

Format et support – Préservation audiovisuelle

Après une semaine consacrée à un atelier, la troisième séance du cours Préservation audiovisuelle et numérique de l’Université de Montréal a été consacrée à un point sur les formats et les supports centré sur ce qui peut être fait en terme de préservation audiovisuelle (pellicule, vidéo, support optique) en dehors des institutions dédiées à ce type de ressource. Cette séance s’articule avec un atelier qui aura lieu en mars 2017 à la Cinémathèque québécoise.  Vous pouvez consulter la présentation.

 

Histoire de la préservation audiovisuelle

Dans le cadre des premières séances du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique de l’Université de Montréal, j’ai eu l’occasion de proposer une histoire de la préservation audiovisuelle. L’intitulé est un peu présomptueux. En effet, en trois heures, il s’agit, en fait, plus d’une chronologie avec un axe thématique (présenter les différents acteurs du domaine), que d’une véritable histoire (au sens d’un récit global et critique). Ceci étant dit, la présentation vaut d’être partagée, car une telle histoire n’existe justement pas vraiment. Il y a de nombreuses et passionnantes études de cas, des histoires d’institutions qui sont très bien faites, des récits de vie de pionniers, des projets spécifiques très documentés, mais pas véritablement de mise en perspective générale de la préservation audiovisuelle au-delà de l’identification de dates, institutions, acteurs clés.

Si vous avez d’autres références plus complètes, je suis intéressé de découvrir certains textes faisant cette histoire de la préservation audiovisuelle, que je n’ai peut-être pas consultés. Les commentaires de ce billet sont ouverts!

 

Préservation audiovisuelle et numérique

C’est non sans un certain plaisir, que je partage avec vous la présentation du séminaire Préservation audiovisuelle et numérique (SCI-6358), que je donne ce semestre à l’Université de Montréal. Je tiens à remercier la Cinémathèque québécoise qui joue un rôle actif dans la mise en place de cette formation.

La présentation en question est accessible via l’interface numérique de l’École de Bibliothéconomie (EBSI). Je partage également la bibliographie mise en ligne sur Zotero. Je tiens à ce sujet à remercier Isabelle L’Heureux (assistante d’enseignement). Enfin, vous trouverez ci-dessous le diaporama lié à la première séance (11 janvier 2017), qui était dédiée à une présentation du plan de cours, ainsi qu’à de premières discussions autour des notions et enjeux de ce domaine.

Témoigner en images – École d’été 2017

C’est avec plaisir, que je vous annonce la tenue de l’École d’été « Témoigner en images : intermédialité, institutionnalisation et politiques visuelles » que je co-organise avec Claudia Polledri à l’Université de Montréal pour le Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt) dans le cadre des Écoles d’été du CÉRIUM. Celle-ci aura lieu à Montréal du 22 au 27 mai 2017, dans la suite immédiate du colloque conjoint de l’International Society for Intermedial Studies et du CRIalt Authentique artifice (Montréal, 18-21 mai 2017).

Cette École d’été s’inscrit dans la continuité des recherches menées au CRIalt depuis 20 ans. Elle a, en effet, pour objet différents modes de médiation du témoignage et, plus spécifiquement, leur dimension visuelle (cinéma, entretien filmé, installation, photographie, webdocumentaire). Des approches distinctes, parfois complémentaires, d’autres fois concurrentes, de l’expression « témoigner en images » coexistent actuellement sans toujours dialoguer entre elles. Il arrive que seuls les récits de vie des acteurs importants de l’histoire soient considérés comme tels, alors que pour d’autres, toute image fixe ou animée est perçue comme étant potentiellement un témoignage. L’enjeu de cette semaine d’échange entre étudiant-es et chercheur-es issu-es de différentes disciplines des sciences humaines vise à repenser ces découpages et/ou incompréhensions souvent d’ordre méthodologique. L’expression de « témoignage en images » mise en partage sert donc de point d’ancrage à un dialogue interdisciplinaire. Au-delà de ce principe fondateur, il s’agira d’interpréter les relations entre images et témoignages dans une perspective intermédiale, c’est-à-dire en interrogeant les liens entre les différentes formes prises par ces témoignages en images, le rôle des technologies mobilisées pour leur conception et celui des institutions au sein desquelles ils s’inscrivent (archives, musée, salle de cinéma, tribunal, université, etc.). Pour mener cette réflexion à son terme, différents conférenciers invités travailleront par cas en prenant en compte plusieurs contextes historiques et géographiques (Québec, France, Sénégal, Liban), ce qui nous conduira à faire ressortir la dimension politique de ce sujet.

Les étudiants en deuxième et troisième cycles peuvent valider cette École d’été dans le cadre de leur cursus universitaire (PLU6917 A-D, 3 crédits). Pour vous inscrire ou simplement pour suivre la mise en place de ce projet, vous pouvez d’ores et déjà nous contacter : crialt.informations@gmail.com

Ce projet est organisée avec le soutien du GRAFICS et du Département d’études cinématographiques de l’Université de Montréal.

Les Aventuriers de l’art moderne : un objet pluridisciplinaire

C’est avec plaisir que je vous annonce la tenue, le 12 mai 2017, d’une journée d’étude portant sur la série télévisée Les Aventuriers de l’art moderne dans le cadre du congrès de l’ACFAS (Montréal). Avec Karine Abadie (Memorial University of Newfoundland) nous avons décidé de considérer cette série afin de mener une étude de cas qui nous permettra à la fois une approche pluridisciplinaire et intermédiale. Nous espérons que vous serez nombreux à répondre à l’appel ci-dessous. Les questions relatives à la représentation du passé et aux usages des archives ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet.

Les Aventuriers de l’art moderne : un objet pluridisciplinaire

Les aventuriers de l’art moderne (Vimeo) .

Les Aventuriers de l’art moderne est une série de six documentaires d’art qui a été diffusée sur Arte en 2015-16. Centrées sur Paris, les différentes intrigues reposent sur une série de portraits croisés de peintres, d’écrivains, de cinéastes et d’intellectuels, ayant vécu entre le début du XXe siècle et la Seconde Guerre mondiale. L’objet de la série se situe ainsi plutôt du côté de la vie des créateurs, et de l’imbrication de cette dernière avec leurs œuvres, que du côté des créations elles‑mêmes. En cela, elle suit la chronique de plus de 1200 pages que Dan Franck propose dans sa trilogie – Bohèmes (1998), Libertad ! (2004) et Minuit (2010) – dont elle est une adaptation. Dan Franck est d’ailleurs le scénariste de la série, qui adopte également la forme du premier court métrage, Mademoiselle Kiki et les Montparnos (2012), d’Amélie Harrault, co-réalisatrice de la série avec Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux. L’originalité de ce film d’animation de 2012 primé notamment aux César, est que le style et le graphisme des plans varient en fonction de l’artiste dont il est question. Il y a ainsi une certaine adéquation entre le sujet abordé et le traitement visuel. Tout le pari de la série constitue à tenir ce format sur plus de cinq heures (6 épisodes de 52 minutes). Une solution a consisté à ne pas uniquement recourir au dessin, mais aussi à des images d’archives (séquences d’actualité, documentaires, photographies, etc.), qui sont utilisées parfois comme des illustrations, d’autres fois de manière beaucoup plus libre. Il en est ressorti une série qui a été assez globalement acclamée par la critique.

L’objectif de cet appel ne vise pas à renforcer cette hagiographie. Il s’agit plutôt de considérer cette production audiovisuelle originale comme un point de départ afin de développer une réflexion d’ordre méthodologique. Le but est de donner à voir comment chacune des approches disciplinaires choisies – approches culturalistes de la littérature et de l’art, histoire de l’art, étude des archives audiovisuelles, étude du cinéma d’animation, etc. –, éclairent certains aspects du film tout en en sous-estimant d’autres. L’idée est qu’en multipliant les points de vue, une compréhension plus fine de ce faisceau de productions artistiques (créations datant de la première moitié du vingtième-siècle, livres de Dan Franck, court métrage d’Amélie Harrault et série télévisée) émergera et enrichira leur appréciation. Celle-ci ne sera pas le fait d’une approche idéale qui viendrait se substituer aux autres, mais, au contraire, de la pluralité des discours elle-même et des liens ainsi créés entre ces discours et ces créations.

Pour mener à bien ce programme, les chercheurs engagés dans ce projet pourront interroger le travail d’adaptation mené depuis les trois livres vers la série documentaire, ou considérer les liens entre le court métrage et la série. La représentation des œuvres d’art et de la figure des artistes pourra aussi bien être questionnée du point de vue de l’histoire de l’art que de l’histoire culturelle, voire des études de genre. Les différents usages de l’animation et des images d’archives dans le film pourront également donner lieu à une réflexion d’ordre esthétique ou historienne sur le statut documentaire du film ou sur l’originalité graphique de ce dernier. Enfin, la notion de modernité qui est au cœur de l’intrigue pourra être abordée du point de vue des études littéraires et cinématographiques. Il s’agit-là de quelques-unes des pistes qui pourront être abordées. Le sujet est donc à l’articulation entre approche intermédiale et interartiale.

Nous souhaitons donner à ce projet la forme d’une journée d’étude qui se tiendra le 12 mai 2017 à Montréal, dans le cadre du congrès de l’ACFAS, suivie d’une publication prévue au cours de l’année. Afin de respecter ce calendrier, nous demandons aux chercheurs intéressés par ce projet de s’engager pour ces deux dimensions et de bien vouloir envoyer aux responsables une courte proposition (300 mots max.) rendant compte d’un point de vue sur le film avant le 10 février 2017 :  kabadie@mun.ca et remy.besson@umontreal.ca

 

Spectateur impliqué et documentaire interactif

Dans le cadre du cours Cinéma et sciences humaines de l’Université de Montréal, après avoir posé la question du rôle du spectateur comme coproducteur des images militantes des années 1960-70 à travers le double cas des Ciné-tracts et des films du groupe Medvedkine, cette dixième  séance a porté sur l’évolution de ces questions à l’heure du numérique. La question du spectateur des formats en ligne tels que les documentaires interactifs a été posée afin de réfléchir sans naïveté au statut de contributeur.

Numériser, filmer et partager les archives

Je partage ici avec plaisir les premières lignes d’un article qui vient de paraître dans le quarante-deuxième Bulletin de l’Association française des détenteurs d’archives audiovisuelles et sonores (future revue Sonorités) , sachant que la publication en question est en accès libre. Ce texte est intitulé, « Numériser, filmer et partager les archives : penser une forme créatrice de lien(s) ».

Cet article porte sur le rôle que peut jouer la réalisation d’entretiens sonores et filmés lors de la numérisation d’un fonds d’archives conservé par une structure associative. Le principe consiste à penser les liens qui peuvent être créés entre des documents numérisés mis en ligne et les paroles des acteurs de l’histoire ayant manipulé ces documents. L’étude de cas considérée est la conception d’une archive en ligne à partir du fonds de la troupe de théâtre yiddishophone Dora Wasserman. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche international initié par Éric Méchoulan au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt, Université de Montréal, 2011-2014), dont j’ai assuré la coordination scientifique. Le titre de celui-ci, Numériser, filmer et partager les archives, en résume l’enjeu à partir du moment où l’on comprend celui-ci comme l’exposition d’un problème contemporain et non comme l’énoncé d’une injonction s’inscrivant dans l’ère du temps (lire la suite).

Rémy Besson, « Numériser, filmer et partager les archives : penser une forme créatrice de lien(s) », Bulletin de l’AFAS [En ligne], 42, 2016, URL : http://afas.revues.org/2980 ; DOI : 10.4000/afas.2980

Images animées, archives visuelles et intermédialité