À l'image du texte

L’appel diffusé sur Calenda pour la journée d’étude du 27 novembre 2009 à la MSH-Alpes de Grenoble : A l’image du texte,  sous titré : élaborer, appréhender et exploiter un corpus croisé de sources iconographiques et textuelles, n’est plus d’actualité (rendu attendu le 23 octobre). Pour autant le texte présenté est en lui-même intéressant et c’est pourquoi je me permets de le reproduire ci-dessous. Les problématiques soulevées par les doctorants de Mme Dominique Rigaux, professeur d’histoire religieuse de la fin du Moyen Âge à Grenoble 2, correspondent en effet clairement aux questions qui animent les historiens du temps présent que nous sommes : « Dans quelle mesure est-il possible de faire dialoguer image et texte? (…) Comment l’élaboration d’un corpus croisé enrichit-il la connaissance historique ? Qu’est ce que l’image livre que le texte ne livre pas ? L’usage des sources iconographiques doit-il être limité à certaines problématiques ? Quel est le domaine signifiant propre à l’image ? Dans quel cas l’image est-elle opérante ? »

Continuer la lecture de À l'image du texte

Autour de Fellini

Vous trouverez ci-dessous quelques photographies principalement prises par Fanny Lautissier, lors de la seconde séance de l’atelier Les enjeux de la narrativité dans le cinéma documentaire intitulée Autour de Fellini (10 novembre 2009).

Ces photographies sont diffusées à partir du compte Flickr Cinémadoc : http://www.flickr.com/photos/cinemadoc/ que vous pouvez consulter à partir du Widget situé dans la colonne de droite de ce blog.

A partir du diaporama ci-dessus vous pouvez afficher les images en format plein écran, ainsi que les partager soit en copiant l’url,  soit en  envoyant un mail ou encore en intégrant le diapoarama  à votre propre blog (embed html).

Fellini: constitution d’un objet patrimonial international

Fellini, la Grande Parade, exposition de collections non-film, participe du processus de patrimonialisation de Fellini1. D’un point de vue théorique, trois phases définissent ce processus : la constitution de corpus, leur intellection puis leur mise à disposition ; elles rendent possible l’appropriation des objets patrimoniaux. Les expositions non-film sont des dispositifs spectaculaires destinés à diffuser les collections.
Fellini, la Grande Parade représente l’une des composantes essentielles d’une manifestation conçue comme un événement patrimonial international, qui se caractérise par une inscription dans des temps et des espaces différents contribuant à maintenir Fellini au cœur de l’actualité culturelle. L’itinérance internationale de l’exposition non-film, les interactions médiatiques (expositions non-film, rétrospective et manifestations orales) et l’éclatement entre différents pôles à l’échelle locale (Jeu de Paume, Cinémathèque française, Institut culturel italien, Fnac Montparnasse) représentent autant d’outils d’évenementialisation de cette manifestation culturelle.
Mais l’événement ne peut se résumer à cette construction culturelle délimitée dans le temps et l’espace, et appuyé sur un réseau médiatique : il doit aussi marquer une rupture, amener quelque chose de nouveau. Il s’agit ici de montrer comment cette exposition Fellini fait date dans le champ des expositions cinématographiques. De cette manière, quelques hypothèses pourront être formées sur la manière dont Fellini a progressivement été constitué en objet patrimonial et ceci, au niveau international. Fondées sur des archives de presse, ces propositions mériteraient une étude plus approfondie à l’appui d’autres sources ; elles permettent toutefois d’esquisser quelques pistes de réflexion.

Continuer la lecture de Fellini: constitution d’un objet patrimonial international

  1. Contribution de Stéphanie Louis, doctorante au Lhivic à l’EHESS sous la direction de Christian Delage dont la thèse porte : Itinéraires d’un patrimoine, les expositions cinématographiques en France de 1936 à 2006, présentée lors de la 2e séance de l’atelier. []

Pour un bloc-(notes/images)

Commencer un nouveau blog pose toujours la question des enjeux. Il me semble aujourd’hui que ceux-ci restent à quelques progrès près les mêmes que lors de l’ouverture du blog de L’atelier du Lhivic en avril 2008.  Je me permets ici de reprendre les mêmes  problématiques (billet : Comprendre les images en images) : comment et pourquoi écrire alors que nous étudions des images?  (…) Comment parler des images sans écrire ? (…) Comment rendre compte d’un plan par l’écrit ? Plus difficile, comment rendre compte d’un mouvement de caméra, d’un changement d’échelle de plan, de la virtuosité, comme de la banalité, d’un raccord ? Faut-il tenter de décrire le plus fidèlement possible en oblitérant la différence de nature entre image et écrit ? Faut-il renvoyer immédiatement à un photogramme – dans le texte, en annexe- ou au film lui-même ? Faut-il trouver un autre moyen ; essayer d’expliquer, de sensibiliser, sans pour autant laisser penser que nos mots peuvent rendre compte de leurs images ? Comment ne pas instrumentaliser les images, en les utilisant comme des illustrations à propos, mais bien plus les sélectionner afin qu’elles rendent compte de l’objet que l’on étudie ? Comment ne pas tomber dans le piège d’une appropriation forcément mutilante des images par notre pensée textuelle ? Comment ne pas donner l’impression que l’on croit que notre discours sur les images recouvre la réalité des pratiques en image du réalisateur/ photographe?

Continuer la lecture de Pour un bloc-(notes/images)

Première séance : présentation et enjeux

Mercredi 28 octobre 2009 – Cette première séance a été consacrée à une présentation de l’atelier. Avec Audrey Leblanc (doctorante à l’EHESS-Lhivic) nous avons présenté le numéro La part de fiction dans les images image documentaire. Ci-dessous la vidéo liée à cette séance introductive ( 70 minutes).

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire

Ce blog est associé à l’atelier du Lhivic à l’EHESS, Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire. Il est pensé comme un bloc-notes et comme un espace de mutualisation des savoirs. Il est coordonné par Fanny Lautissier et Rémy Besson. Vous trouverez ci-dessous une présentation de l’atelier :

Après une première année consacrée à l’étude de La part de fiction dans le cinéma documentaire, cet atelier du Lhivic se propose d’examiner la dimension narrative des récits documentaires. La démarche procède d’une problématique historienne, ouverte aux acquis de l’approche culturelle du cinéma. Les enjeux de la narrativité seront donc étudiés aussi bien en amont de la fabrication du documentaire (production, choix du réalisateur, etc.) qu’au niveau de son économie interne (structure du récit, dimension fictive, etc.) et en aval, lors de sa réception (construction du récit par la critique, la censure). Ces dimensions proprement cinématographiques s’articuleront toujours à un questionnement épistémologique et historiographique sur les écritures de l’histoire.

On abordera ces sujets suivant deux optiques complémentaires. Ainsi certaines séances seront consacrées à des études de cas (films documentaires chinois, polonais, etc.) avec des invités (doctorants, réalisateurs, chercheurs etc.). D’autres séances porteront directement sur des points méthodologiques. Il s’agira pragmatiquement et toujours à partir de textes précis (Kracauer, Ricoeur, etc.) de mettre en regard les enjeux de l’écriture de l’histoire avec les modalités de mise en intrigue des films dits documentaires.

Liste de diffusion associée : cinemadoc@ehess.fr (demander votre inscription à remybesson@gmail.com)

Images animées, archives visuelles et intermédialité