Archives par mot-clé : archives

Archives visuelles

Vous trouverez ici les premières lignes d’une entrée de l’Encyclopédie des mots de la mémoire et du témoignage (Luba Jurgenson et Philippe Mesnard, dir. ) que j’ai consacré aux archives visuelles (ou plus précisément les archives visuelles des génocides). Je vous conseille également de consulter l’ensemble du site.

En France, à la fin du vingtième siècle, parler d’archives visuelles au sujet des génocides avait, en soi, quelque chose de polémique. Il s’agissait d’un objet toujours à la limite d’être exclu du partage du sensible et d’être renvoyé à l’obscène, soit à ce « qui offense ostensiblement le sens esthétique ou moral » (Dictionnaire de l’Académie française, neuvième éd.). Ainsi, consacrer une entrée à ce thème dans une Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire n’aurait rien eu d’évident. Il est important de revenir sur cette période récente (1990 ou 1994 à 2001 ou 2004), notamment car le rapport entre témoignages et archives était alors problématique. Dans un second temps seulement, ce que l’on entend actuellement par cette expression d’archives visuelles sera défini plus précisément (lire la suite).

Vous pouvez aussi consulter la version courte de cette entrée, qui sera prochainement publiée dans la revue Mémoires en jeu (revue qui succède à Témoigner entre histoire et mémoire).

Référence: Rémy Besson, « Archives visuelle », dans Luba Jurgenson et Philippe Mesnard (dir.), Encyclopédie des mots de la mémoire et du témoignage, février 2016, URL: http://memories-testimony.com/notice/archives-visuelles/

Une hagiographie paradoxale

Je partage ici les premières lignes d’un film consacré à la réalisation de Shoah par Adam Benzine. Il est question dans celui-ci des usages des archives, de l’articulation entre plans de coupe et bande sonore, ainsi que de montage. Diffusé mercredi 27 janvier 2016 sur Arte, ce portrait documentaire du réalisateur de Shoah constitue une hagiographie paradoxale, dans la mesure où si c’est bien le point de vue de Lanzmann sur son propre film qui est présenté, ses réflexions sur le statut des images d’archives semblent assez largement ignorées.

Claude Lanzmann : Spectres of the Shoah (titre original) est le premier film d’Adam Benzine. En 2016, ce portrait de quarante minutes du réalisateur de Shoah (1985) a été sélectionné aux Oscars dans la catégorie « meilleur court-métrage documentaire ». Autoproduit, il a été acheté par la chaîne de télévision payante HBO à la suite d’une projection au festival Hot Docs (Toronto, avril 2015). Il poursuit actuellement sa diffusion notamment en France, avec une programmation sur Arte, la chaîne étant aussi créditée au générique (lire la suite).

 

Regard intermédial sur le devenir numérique des archives

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un article publié dans la revue Intermédialités qui fait le point sur le travail de postdoctorat que j’ai mené à l’Université de Montréal entre janvier 2012 et mars 2014 à titre de coordinateur scientifique du projet de recherche Archiver à l’époque du numérique (Éric Méchoulan, dir.).

À travers l’étude d’un cas, le fonds de la troupe de théâtre yiddish Dora Wasserman, cet article porte sur la manière dont le numérique transforme les processus d’archivage et constitue un « contrepoint » au dossier thématique « Archiver/Archiving » paru dans Intermédialités no 18.

La multiplication de projets d’archives en ligne ouvertes à tous conduit depuis une quinzaine d’années à un changement de paradigme dans ce domaine. Si les archives constituaient, auparavant, d’abord un lieu de préservation des traces du passé, elles deviennent à présent, avant tout, un noeud de relations où des données sont échangées. La conversion des documents conservés en fichier numérique, associée à leur partage sur le web, transforme en profondeur leur mode d’accessibilité et leurs usages. Le fait que l’ensemble des données soit encodé selon un langage commun conduit à une circulation plus aisée, notamment via les réseaux sociaux (lire la suite).

Je vous invite également à découvrir l’ensemble du numéro dont la partie thématique porte sur le verbe remixer.

Archives visuelles et documentaire interactif

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes d’un article que je viens de publier dans le dernier numéro de la revue québécoise Synoptique  dont le thème est : Out of the Dark Stacks and into the Light: Re-Viewing the Moving Image Archive for the 21st Century. L’article s’intitule « Archives visuelles et documentaire interactif : Vers un nouveau mode de médiation du passé ? » et porte sur le documentaire interactif de Katerina Cizek A Short History of Highrise (New York Times et ONF). Il est entièrement accessible en ligne.

L’évolution des technologies numériques et des usages du web par les internautes a, depuis une vingtaine d’années, conduit à l’avènement de nouveaux modes de médiation entre passé et présent. Ces séries culturelles, c’est-à-dire ces types d’artefacts qui n’ont pas encore acquis le statut de média institutionnalisé (Gaudreault, 2007), recouvrent, actuellement, des productions culturelles aussi variées que des expositions virtuelles, des sites documentaires, des articles multimédias, des frises chronologiques, des cartographies temporelles, des cours en ligne, ou encore de nouvelles formes de films documentaires. Créés aussi bien par des artistes, des journalistes, des reporters d’images, des réalisateurs, que par des développeurs, ces dernières correspondent à un format adapté, non plus à une diffusion en salle de cinéma ou à la télévision, mais en ligne (lire la suite).

Mémoires audiovisuelles – Matteo Treleani

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’un compte rendu portant sur le très riche ouvrage de Matteo Treleani Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens?  que vous pouvez consulter en intégralité en ligne sur le site Parcours numériques des Presses Universitaires de Montréal.

Je vous invite également à découvrir en ligne l’ensemble du numéro thématique de la revue Imaginations. Revue d’études interculturelles de l’image dans lequel ce compte rendu a été publié. Dirigé par Michèle Garneau, celui-ci porte sur L’Onf par ONF.ca: fabrication, valorisation et célébration du patrimoine à l’Office National du film du Canada.

L’’ouvrage de Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles, qui allie une dimension théorique et une « finalité prescriptive » (21), porte sur un ensemble de capsules audiovisuelles mises en ligne sur le site de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Ce corpus correspond spécifiquement aux conférences de presse du général de Gaulle diffusées à partir de 1958 par la Radiodiffusion-télévision française (RTF). Cependant, ce sont moins ces images en particulier, que des rapports dialectiques entre présent et passé, histoire et mémoire, archives et support médiatique, qui intéressent le chercheur. Adoptant une approche résolument sémiologique, afin d’appréhender ces paires de concepts déjà régulièrement travaillées par l’histoire et l’archivistique, Treleani se trouve avant tout face à un questionnement d’ordre épistémologique. Il est confronté à la nécessité de repenser sa propre méthodologie, afin de pouvoir appréhender l’objet d’étude qu’il se donne. En effet, la science des systèmes de signes (la sémiologie) n’est pas la discipline la plus habituée à travailler sur les rapports entre un événement historique (telle qu’une déclaration présidentielle), sa représentation audiovisuelle (aujourd’hui devenue une archive) et le réemploi de cette dernière sur un site. L’auteur relève cependant ce défi en faisant usage de trois concepts clefs. Premièrement, la notion de remédiation (Bolter et Grusin) est utilisée pour appréhender la circulation médiatique des séquences originales sur différents supports (passage de l’analogique au numérique, par exemple), en différents lieux (elle est alors nommée relocalisation) et dans différents films (elle est alors désignée par le terme de remontage) (lire la suite).

Médiation des mémoires en ligne

Vous trouverez ci-dessous un appel à publication pour un numéro de Les Cahiers du Numérique que je co-dirige avec Claire Scopsi (MCF au CNAM) qui porte pour titre:  « Médiation des mémoires en ligne » (Intention de soumission : 30/09/2015). Il se trouve aussi au format PDF sur le site de la revue.

Objectif:

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014). Continuer la lecture de Médiation des mémoires en ligne

Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Le numéro 46 de la revue Eduquer|Former co-dirigé par Daniel Jacobi & Michael Bourgatte a pour sujet les « Innovations pédagogiques et usages de la vidéo ». J’ai publié dans celui-ci un article intitulé « Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne » qui est accessible en ligne sur le site de la revue. Continuer la lecture de Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Retour sur: Que faire des archives sonores?

L’atelier Que faire des archives sonores ? a réuni, pendant environ deux heures, une vingtaine de personnes – chercheurs, artistes, professionnels des archives et des musées, responsables associatifs et représentants d’institutions culturelles – autour de problématiques introduites par Véronique Ginouvès (MMSH Aix). Les échanges ont ainsi porté à la fois sur les enjeux de la numérisation des archives au début du vingt-et-unième siècle, sur le rôle du chercheur dans ce processus et sur les modes d’exposition possibles de ces sources singulières1. Un accent particulier a été mis sur la complémentarité entre une prise en compte de contraintes juridiques fortes quand il est question d’entretiens enregistrés et une nécessaire réflexion éthique. Par exemple, si les bonnes autorisations ont été signées rien n’empêche la mise en ligne d’entretiens réalisés durant une période antérieure à la démocratisation du web. Cependant, cela ne va pas sans poser de questions, car le témoin ne pouvait pas imaginer l’existence d’une telle diffusion de ses propos dans l’espace public. Continuer la lecture de Retour sur: Que faire des archives sonores?

  1. Cette question de l’exposition devait initialement être abordée dans un atelier autonome intitulé Exposer/publier. Ce point a principalement été abordé par le biais d’une réflexion liée à l’usage de sources sonores, quand celui qui en est le médiateur n’en a pas été le producteur. Le risque d’erreurs factuelles, ainsi que la nécessaire adaptation du contenu verbal et de la forme au parcours muséographique ont été soulignés. Enfin, la richesse des usages artistiques des archives a également été identifiée lors de cet atelier. []

Que faire des archives sonores ?

Vendredi 21 novembre de 14h à 15h30, je co-anime avec Véronique Ginouvès (MMSH Aix), un atelier dans le cadre de la journée d’étude La fabrique des patrimoines musicaux. Cette rencontre aura lieu à Villeurbanne au Rize, Centre mémoires,  cultures, échanges. Elle est organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le Centre Georg Simmel (EHESS).

Que faire des archives sonores?
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, au- jourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’ate- lier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dis- sémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et   éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?

Pour plus d’informations sur la journée elle-même vous pouvez consulter le Carnet de la Phonothèque sur Hypothèses.

Archives et enjeux de société

Je me permets de partager ici les première lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, car elle porte sur les rapports entre archives et société (un thème que j’ai notamment abordé lors d’un récent colloque à Rennes).

Culture et Recherche, la revue du Ministère de la Culture et de la Communication, consacre un numéro aux liens entre « Archives et enjeux de société. » Celui-ci dresse un état de la question à travers quarante-sept courts textes rédigés à la suite d’un appel à contribution largement diffusé auprès des professionnels et des chercheurs du secteur (une première pour la revue). Le dossier se divise en trois parties où voisinent des écrits d’archivistes et de conservateurs, d’universitaires (doctorants, professeurs, techniciens, ingénieurs de recherches) et de responsables de structures culturelles. Une première partie, assez classique, est consacrée aux usages des documents d’archives comme sources pour les sciences sociales, ainsi que pour les artistes contemporains. L’accent est alors mis sur des fonds encore à exploiter (Cité des mémoires étudiantes, Pôle de conservation des Archives de Jeunesse et d’Éducation Populaire, musée des Arts et Traditions populaires), ainsi que sur la façon dont les chercheurs intègrent à présent à leur travaux une réflexion sur la matérialité des documents (Roseline Claerr). La deuxième partie, plus originale, aborde les défis posés par le numérique aux pratiques des professionnels de l’archive. Enfin, une troisième partie questionne les modalités de valorisation des fonds d’archives en dehors des contextes historiens et artistiques. Alternants retours sur expériences (parfois sous la forme de signalements, plus que de véritables analyses), présentations de projets en cours, études sectorielles (art contemporain, danse, musique, télévision et théâtre) et questions d’actualité, les auteurs soulignent une autonomisation de leurs méthodes. Comme cela est précisé par les coordinateurs du dossier, l’enjeu principal des textes réunis est, en effet, de rendre compte d’un processus d’émancipation de l’archivistique, vis-à-vis de l’histoire, dont elle a longtemps été considérée comme une science auxiliaire (lire la suite).