Archives par mot-clé : histoire

Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne

Le 26 mai dernier, j’ai participé à la première séance du séminaire Fabriques de mémoires organisé au CNAM par Claire Scopsi. Cette séance a eu pour objet : L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ? Mon intervention portait sur le thème suivant: Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. Celle-ci est à présent en ligne.

Pour avoir toutes les informations concernant cette intervention consultez le billet de Claire Scopsi sur le carnet de Passerelle de mémoires.

Imagination et Histoire

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage co-dirigé par Marie Panter, Pascale Mounier, Monica Martinat et Matthieu Devigne, Imagination et Histoire : enjeux contemporains publié dans La Vie des idées, car il porte notamment sur les enjeux de la narrativité en histoire, ainsi que sur les rapports entre histoire et cinéma, thèmes qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Continuer la lecture de Imagination et Histoire

Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

Vous trouverez ci-dessous un texte inédit intitulé, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », il a été rédigé dans le cadre d’un postdoctorat mené à l’Université de Toulouse. Il s’agit d’un état de l’art dans le domaine des recherches sur l’intermédialité. Les termes suivis du signe * correspondent à soixante notions clefs. Ce texte a notamment été rédigé afin de faire ressortir l’importance de ces notions pour comprendre ce qu’est l’intermédialité.

Un axe de pertinence

A l’origine, c’est-à-dire au milieu des années 1990, la volonté de théoriser la notion d’intermédialité naît d’un désir de considérer les relations entre les médias comme un objet d’étude à part entière1. Éric Méchoulan explique :

Le préfixe inter vise à mettre en évidence un rapport inaperçu ou occulté, ou, plus encore, à soutenir l’idée que la relation est par principe première : là où la pensée classique voit généralement des objets isolés qu’elle met ensuite en relation, la pensée contemporaine insiste sur le fait que les objets sont avant tout des nœuds de relations, des mouvements de relation assez ralentis pour paraître immobiles2. Continuer la lecture de Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

  1. En prenant comme point de départ le milieu des années 1990, nous précisons ici dès le départ, que ce sont les évolutions contemporaines de la notion d’intermédialité et son actualité que nous allons questionner par la suite. Une archéologie de la notion aurait pu nous mener à d’autres résultats. []
  2. « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1 : naître, 2003. []

Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

Sous-titré « Pour une nouvelle histoire du cinématographe », Cinéma et attraction (2007) d’André Gaudreault est un ouvrage dont la sortie n’est pas allée sans créer de vifs débats. François Albera, Alain Boillat, Alain Carou et Laurent Le Forestier notamment ont répondu aux propositions méthodologiques formulées dans celui-ci aussi bien dans 1895, Cinémas que dans les Annales. Leurs critiques, parfois exprimées de manière virulente, portaient avant tout sur l’objet étudié, soit sur les raisons évoquées par Gaudreault afin d’abandonner l’expression cinéma des premiers temps, pour désigner les années 1890-1915, au profit de celle de cinéma-attraction. Dans le cadre de cette note, il s’agira plus de s’intéresser à ce que le chercheur propose d’un point de vue strictement épistémologique (en le détachant en quelque sorte de l’objet étudié). En effet (avec la distance des sept années écoulées depuis la publication), il est possible de revenir sur l’impulsion principale proposée par l’ouvrage, celle qui consiste à appréhender le cinéma (alors encore en devenir), avec les outils de l’intermédialité. Continuer la lecture de Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

Histoire orale en questions

Je me permets de partager avec vous un compte rendu du livre de Fabrice d’ Almeida et Denis Maréchal (dir.), L’histoire orale en questions (2014) publié sur la revue en ligne Lectures, qui fait suite aux réflexions que j’ai pu développer ici sur les dispositifs filmiques et sur les entretiens (dans le cadre de ma thèse puis du projet Archiver à l’époque du numérique et du séminaire Archiver le geste créateur).

Après une longue période d’absence (1880-1970), les sources orales ont progressivement repris leur place au sein de la boîte à outils des historiens français. La pratique de l’entretien est notamment apprise par les étudiants dès les premières années de leur cursus universitaire. L’usage d’enregistrements sonores produits par d’autres et à d’autres périodes est également intégré à l’enseignement. Cependant, l’histoire orale en tant que sous-discipline connaît les plus grandes difficultés à acquérir une certaine légitimité et visibilité. Elle reste à la marge (tout comme l’histoire visuelle). À la différence des pays anglo-saxons, en France, des revues spécialisées et des laboratoires dédiés à ce type d’étude peinent à voir le jour. De plus, les pratiques historiennes de l’oralité ont des difficultés à se distinguer de celles plus reconnues des sociologues, des anthropologues et des politistes. Composé d’une courte introduction et de transcriptions (retravaillées) de communications, ayant été délivrées dans le cadre des ateliers de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA, 2009-2010), l’ouvrage collectif dirigé par Fabrice d’Almeida et Denis Maréchal, L’histoire orale en questions, rend compte de cet état de l’historiographie (lire la suite).

Tourisme mémoriel

Je me permets de partager avec vous un compte rendu publié dans la revue en ligne Lectures du livre de Delphine Bechtel et de Luba Jurgenson (dir.), Le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale (2013). Si celui-ci ne porte par directement sur la culture visuelle, il me semble tout de même participer à l’élaboration de nos recherches, car les textes qui le compose  interrogent la manière dont un certain nombre de processus et productions culturelles associés à la notion de Tourisme mémoriel transforment notre perception du passé, modifient l’état de la société (au présent) et nous engagent pour l’avenir.

Publié dans une collection intitulée, « Usages de la mémoire » (Éditions PETRA), l’ouvrage collectif dirigé par Delphine Bechtel et Luba Jurgenson se compose d’une douzaine de contributions s’articulant autour du thème du Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale. La notion de tourisme mémoriel est ici strictement définie comme concernant des séjours sur « des lieux avec lesquels on entretient un rapport biographique personnel (sic) fort, ces lieux sont aussi ceux d’une souffrance, d’une perte, ou d’une oppression passée vécue personnellement ou par des membres du groupe auquel on appartient » (p. 13)1. Les tensions entre mémoire individuelle et culturelle des lieux traumatiques sont donc partout présentes dans les textes qui composent ce livre. Cela conduit à ce que des pratiques singulières et des rituels (ancestraux ou inventés pour l’occasion), des cérémonies officielles et des commémorations improvisées, des pèlerinages religieux et séculiers, soient appréhendés. L’axe choisi consiste à faire porter chaque étude de cas sur des « lieux de mémoire » géographiquement situés : cimetière, mémorial, lieu de culte, musée, zone rurale, parc ethnographique (lire la suite).

Ravensbrück : un regard tourné vers le présent

Le vendredi 7 février à 14h30, j’ai le plaisir de présenter à Montréal une communication portant le titre, Ravensbrück : un regard tourné vers le présent, dans le cadre du séminaire du groupe de recherche Mémoire musicale et résistance dans les camps (dir. Philippe Despoix).

Résumé des enjeux de la communication:

Quel(s) référent(s) est désigné par le terme Ravensbrück ? Dans quel(s) contexte(s) celui-ci devient-il compréhensible ? Quelles connotations sont associées à ce mot ? Afin de répondre à ces questions, la communication sera le lieu d’incessants aller-retours entre le temps des faits – celui de l’univers concentrationnaire nazi (1933-1945) – et celui du devenir de l’événement (1945- ). Il s’agira ainsi de faire dialoguer des traces hétérogènes (documents scripturaires, écrits historiens, photographies et films, notamment) renvoyant à différents régimes de temporalité. À la croisée d’une histoire des totalitarismes et d’une étude intermédiale des représentations, l’objectif sera de rendre compte de la complexité des enjeux à considérer afin d’appréhender Ravensbrück en historien du temps présent. (pour en savoir plus).

La plasticité du témoignage – séminaire A. Becker

Ci-dessous vous pouvez consulter la présentation, La plasticité du témoignage, proposée lors de la séance du 28 novembre 2013 du séminaire : d’une guerre mondiale l’autre, atrocités, cruautés, violences et leurs représentations, organisé à Paris Ouest par Annette Becker.

Malgré la publication de ses mémoires en 1984, le témoignage d’Inge Deutschkron n’est connu, en France, qu’à travers les quatre minutes de son intervention dans Shoah. Il est figé autour de l’idée d’un double refus d’appartenance à l’Allemagne d’hier (1933-45) et d’aujourd’hui (le présent du film, soit 1985). Le travail présenté lors de cette communication a pour vocation de déplier cela en proposant une vision plus complexe du témoignage d’Inge Deutschkron. Faisant cela, il s’agit ainsi de restituer les variations, les aspérités et la richesse de la perception du passé de cet acteur de l’histoire (à la différence du réalisateur qui, dans ce cas, condense le propos et l’intègre à son intrigue). Une telle démonstration nécessite d’analyser la séquence du film Shoah durant laquelle elle intervient, d’étudier les archives correspondant à celles-ci (afin d’en comprendre le montage), de mener une approche comparative en rapprochant ce film d’autres productions culturelles et, enfin, d’insister sur l’historicité de chacun des témoignages accordés par cette même personne. Cela conduit à dégager trois niveaux principaux de plasticité du témoignage: une malléabilité du support témoignage filmé, une adaptabilité du témoignage à l’intrigue du film et une variabilité de la manière de raconter sa propre expérience (en fonction du temps et du contexte, et non pas seulement en fonction des conditions de l’entretien).

Shoah: dans l’atelier de la mémoire – Compte rendu

Manuel Braganca, dans le compte rendu qu’il propose de Shoah: dans l’atelier de la mémoire. France, 1987 à aujourd’hui (2013), note que Floriane Schneider, a principalement utilisé des sources issues de la presse quotidienne nationale (Le Monde et Libération) afin d’étudier l’évolution de la perception du génocide des Juifs dans l’espace public français. Comme l’écrivait Christian Delporte, il y a déjà quelques années, « comment faire l’histoire politique de la France de ces cinquante dernières années en ignorant la télévision? » (2008). Comment aujourd’hui ne pas prendre en compte un ensemble varié de productions culturelles, allant du cinéma aux réseaux sociaux, des livres imprimés aux vidéos virales.  Se limiter à un seul type de sources – de plus, celui dont les archives sont aisément consultables, pose problème (Cf. le compte rendu de Le Film-événement). Disons-le très clairement, ce reproche est largement infondé concernant cet ouvrage, l’auteure ayant notamment consulté la presse spécialisée, soit aussi bien des titres de la communauté juive, que des revues historiennes. Par ailleurs, Floriane Schneider appuie son analyse sur des cas variés: procès, discours politiques, textes législatifs, études historiques, mémoriaux, films, œuvres d’art, projets éducatifs, parcours muséographiques, émissions télévisées et divers types d’ouvrages. Ces mentions, si elles sont parfois courtes, sont toujours très précises. Le tout est très bien maîtrisé, l’auteure prenant en compte les plus récents acquis de l’historiographie, afin de développer sa propre analyse.

Celle-ci, issue d’un travail de thèse dirigée par Catherine Nicault, porte sur la « dynamique mémorielle propre à la Shoah » telle qu’elle a eu lieu entre 1987 et aujourd’hui. Il s’agit d’une synthèse sur une période relativement longue (25 ans) et complexe. Le but visé est d’articuler et d’inscrire dans le temps les diverses modalités qui ont conduit à la reconnaissance du génocide des Juifs dans l’espace public français. In fine, c’est « le mouvement de réinscription du destin historique particulier des Juifs dans le récit national [de cette période] » qui est proposé (p. 168). Pour cela, l’argumentation est divisée en trois parties chrono-thématiques. Les années 1987-1998 correspondent à la reconnaissance de cette mémoire dans l’espace public et à sa judiciarisation (partie 1). Les années 1995-1997, qui marquent la fin de cette première décennie, correspondent à un moment d’apaisement (partie 2), alors que durant la dernière période, 1998-2012, de nouvelles tensions apparaissent (partie 3). Cette périodisation est liée à un présupposé exposé dès l’introduction, « ce livre porte sur les mécanismes de la mémoire de la Shoah tout autant que sur les rapports que la France entretient avec le ‘noir de l’Occupation’  » (p. 10). Pris dans cette perspective l’histoire des représentations du génocide des Juifs est ainsi reliée à celle de l’État français en général et à celle des actions mises en place par celui-ci à l’encontre des Juifs.

Ainsi, ce qui fait date pour Floriane Scheinder, ce sont les moments-clefs de la reconnaissance institutionnelle du génocide des Juifs en France. Cela explique notamment le choix de faire débuter le livre par le procès Barbie (1987), puis la deuxième partie par le discours de Jacques Chirac sur la rafle du Vel d’hiv (1995) et la troisième par la question, toujours sensible, de la réparation des spoliations. Ces parties permettent à l’auteur d’analyser certaines thématiques en profondeur. Ainsi, « le processus de symbolisation de l’enfance juive assassinée » (partie 1, cit. p. 77), le rôle des groupes de mémoire, ainsi que la place des enfants cachés (partie 2) et le rôle des musées-mémoriaux (partie 3)ivement lticulièrevers laux (es groupaceion? lec buPlui- des rôle des groi-ce léoquéent (194ionsn fopart1; de plest tl d  catement sur l1; de pl Shoahnaissance de cetutionnelle du génocide des Juifs en Frles m  caenté los a, « lacee n’el d, œShoah>(2013aces-retquo;est connurendltéer af unnautre dicela,pour (uo;enconr d&rsqris h en coeulemoriacere de raconduetqe ltre tout uo;agit insitancxposl’atelie public fran>

Celle-cgro, j&r Flduciondltà la res h er l’imle des gdés parla rère de raral et in ddéssuon et dndlelles et, te page, l&rssuonte uo;enconmése d&alya Francnaissance de cenocide des Jinsiipalement utili à celleace et etq ceddéns misesnoz coe l&iques, te&rsqusquo;enfantutijuive arisatansceluile des muséiés des mémoire, ainnt nfanheur prop enfquo;analyés-ce léonsde proo;auteurs de ceux, des lles mducer ratce tyuo;enconser cerqui e lcanisrg/ tyvari li de l&rsqéssues rnet d anné, œuvromens imprrôls. De jlmsomenta, zem>nt omeniquns télévisées et dt toujose a Frurs sensions, si»hésportupactrementsuciés-ce t infonad de prrs, Flo ano;auteumése d&alyser ne le elle omenment rces issueesAinsi, ce quemenssuon et dndlelles et, t touj-du gs réceltéer af undltutremndlisptôe l des rmens eaarilaux ltutremndvent epruo;hiv,&rsqusqratp. ru&rsquea Fliaceiauxans ctif dirrsqla dnt bs rt sur (p. 10). our t figéque not pra Fre procere (en liarisatans cton es sqls a Shls aomenmp suco oirerg/s sont 68). lorsa Frao;auteum#821ssuon&rsqu laquel21ssu disie (1987insie prs leurVelo;auteuésirerg/’enconr d (Édit), 23orsa o;auteués010ation ans ctotionnrappon fiatpho et AinsiS premièuon et dndlelles et, tion du tà voe 1court Shoahre de rausqcnt (pmémsratc (1ilo;auteuérirenrs&alt nftratodir lpal oielle c l dnftnni rues.almé tarn p dno;auteurhe cipa des mréceven  carisé, laaril dnftée dilaux le &lno;auteur résudé rues.all deso;auteu thinsiiulier deers laux ducerco (ue sno;auteuier l&rsqFlorie ree en couo;enconatvons condnftace tion du gno;auteuéria F, tousl’atelie public franplus, les p th/sp&rsq(es ges del&a Frao ossuon et dndlelles et, tese l&lede cultla deuea Fliao;auteu é rues.alyinsiisuonUne aD&rsq gcondenu gs uo;est c/emlt ldel&e (enonu gs ssuon&(parta Fsortephorigvelles és(uo;enconatvit (1945x, gs slquo;est connurend Shle Nce leurs, Flour Lre di les objhltx jet <à lasur lréceven  cafy">21setrt inapeddélt nae du gtoriques, de luo;est cinsi que dpriéens eaarilaux lesuéd

AinsiE d&rsqs lnt la certaine légiltxancais de chdelnutésatvit (1945ntitiques, te&rsqacerenrs&alsno;auteuériosuon et ddlelles et,ptiosncetitism Shieraare cerede nos r, ps-rde ch le caésble,ltutre’auteur résno;auteurrs, Flour Lparatteur qpalynftnle de pru&rsquce quot dnfté 995mémsbre p dno;auteus co-dl dnfts htl dleursr̵no;auteuétnl0ation ans dno;auteuésvisé, œ dno;auteuéiosn tissuon et d dno;auteuéremipoz cr Yst ubrt t quee snmheaine s qui orence dece enfqsucinmhx à conéensd. Let toséete ss q. Let riaux (eeteursisthtlia sistondent à unAinsiPela, nanlyany a dinsipartone oa Fruvrage, l&rquo;est cdés p21se colle par cecelpes dif’encones hisinmhssuon et d,lelles et, &ris ue sur lvent epynftriauxans (rsqas sltutrelisptôe ur Exon d pr géatcdés ptrialogiques forqui rage, l&rlttionnrappiosse sur us lnt laari&psurue ses rapeudes ienté lote périche comparatons q rapnçot_19raVelftace tion du gnnocide des Juifs est ainsiésLe rci ge 1,nt as annlaux ation),teusuciace hismémossous uelpriur lse cdr Braleudéyt sénores. oriri&sp hters admsurari

histont ogie<

Shoahxe ch de lftaceriauxans ma aux phies e Le/h1>

Ci-deef="http://fr-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2245/files/2013/11/Ca06

Coipl par FabriAen prHtébapnMse dlchaorree Filtre, de lftaceriauxans ma aux phies e Le/h fihinsiéss co-dlt 99sera psurue quitutreesutes ré «ftatreidue Let torirce ee dge)y.orn de l dcenatij la palypnri& pdeslivinmh, œuives coatc a,dce aux rn pointdelnu.

rafleDsd.ne LeuPlïni/h1> dcea sn de cotre,1,ntéha siri& reorigrticutnt ef&rsqnniedans l tarn pcdr ns apparnft gch/emune ges hisi/p que&rspalyltxBra 99celuitre,he comparigvhkrtulo, a palari&(-ce léoqs légisuciz cr étudéhéa aux e su LemémsBes eripnnftPékinle rrg/o-thmémo(és,1,nté&psuriosnririndl ss des mt la derniSues re G mondiale l’udeé LreRoyoutre,c acqhinsisnrest tunsosnrirind ss q. Leions ra 99mémsltteroa palypnnftrenrs&alsnindves correma aux phies e Lehx ce entretceddleser ecVet"Captue pce treque notamx ce 1,n21setri&date Leui rage, l&rinsiae une oppre trà» une ges hisia si treqnsi jf&rsqutreUs concde chacu. Len> up> a, « latrees hisi hismémonmhuns télteuindluc disipnnfenssue (Cf.résre des»hsetrindtutijuivmémsltn est dlisatio Leurs LemVet"Captuz cr s le le mon deceuet nftJean-e en AlberR lapri8).35">2/h1> up>oa FresuciceCa aux e su Leçais en gripnôceCa aux e su Leir utiocive21se le-du gséri par cationnri

Celle-cced tipalement marque atiodicco(pasref&rsqutres co-dn dyltà larindrergt epr Sh débu qto, s Juifss léginftssufe d&al slrtiltteroa eprri8ssivt ssy-eprrives co. Comd csateur qé e cpnnftle Nce eprmentt la tndvbien dans Leussufe d-eprur , « laftaes. oriphkryltr la prés,1,nté&pcsa(parue scenatij la palyuind, œuie FiKamenraska et (dir. Dr ,rmesdnpnal.8-206 lesetés, de l&ratp.srigeui hsodis des m dleltteroa epnpn8ssivt ssy-ep Pde s ds rri8a pubans és,1,nté& d(ue st Flducisnririndnninsosre des»hsetrceCa aux e su Leeuc_drinieda lsetésch/rrageuienrrritian Do»,antl>R (Ption our enti-retours entre le terence deched&rsqutre,he comphstent à l&utresoe l&icele cprFlducmémshisto re9ralaux, écosnririndrts que lsetcourtesnfion (ancdelnu cès,ivt ssypalypnltteroa palquide fairert témti-(rrivon/elrageuest tenté rtarypnà»s dede chacu débutntiide frivarinri ee dge)y.oypnvarinrin poi de d cses grodce -retqeuia aux ypneuutree publin poqueons méquituttions, aysatvit (194s et ypn ss q. Lea Shlcelpe (2i ltrr Lrméninsolton dra enfqques singules evihsetrdylttionn palyeubarigvee at» enfqt ide fairerialae at» ea sicsae àacqhest tvbrue sudét lde eves co. C Lemoa tre,déctiacqrmérmérence detlied&rsqutre d’presucier trilaux es eugnih Shréce cprs leurVrmla sument cons, Pde s Vdis atia Fr8).8ris

Quel(Oes rdosnririlttrann pointsnrréceeues oralepntreésre Leueunaie Nce rFlurue osnririndur. méniuelq tijutmVet"Captuie prB

oet Shréclece>21ns évoutresx cment de roensiéries orat es tenps:ialdis s (dot to del&psp doxtrie resteinsie sve l d ièpede» uddllnt (paoet Shutresae(pamers ruutre, du-rde c. Tomme e l&que notam Leurindiutrtelpeve2lauxmél0ation ans t ttres eesuciauluel (INAmquitteroihsetrelpves coelpetrindma aux p su Leméceuecqhsnriricprrayt n-dl dsporindriograple,ririndle Nce epr/p ses onndrquedrlprittreselraco (ecqhism Sht s(…)(p. in en prHtéb,Mse dlchaorre8).12">me>1> up>outres co-dgrticutninagser trilaux elq ree le monrlpoe rlpa simerà vormle Nce eprteuindtutionnellemqurmcsateur q-eprrirmves co. Cemquelqttreselraco (eleudé, œihves coihbuPéce cpr,1,ntéhtut. Coe sutut.hsnririon»s de, éq duoirespalypelnutrindrence detli, de lmérhves corhvbien dans z cr celtteroa palquz cr cenatij la paly Leuss odcerenrs&alsnind, œubuPluiLe re9 d ridate Leue procenatij la pald rlduune geinutériemérins mvde chtaies Ley aérmémovbien est tésil de thèsnaie Nce osnrirind pae,riographiques, émis Beles emémoetrialogiques for(p. 10). 44oa l&qnsiement, ce to eugnilsetchaorce eiencompte>oa siste-ceririndns mvde cméruuceCa aux e su LeeuBes eroensier trilaux enté loru&rsqréce cprv résu,1,ntéhFlurue oment consosnririlec. mévelopstosy-epéruia aux ySe(touPr nsiel (GiusyuPr(ueo) vensnrircenatij la palyu d, œSruMax Ophulmque Filoce21onnd,1,ntéh(s em>AANRd co ij la palytreésec. md csateur qpalytreése œis

Quel(Elylrt srurs sensquitreqnsivbien utreire des s redu ténndrts que l Leuonndrence detli, de lmérhves corhoe nt aveà vole &lsqndtutionnellemnle &lsqn Lerets/ venz cr e a Fretsortupil de ts e les.hsirilraao.ornie PtisLe re9 d rcensateur qé eéno bien mia d, œéruge), deue Filidaelde éruutresodis dé e, c&rsqCet e icha quy aut. Coosnririlcses g de érhltteroa cpr, œuiruBarioe su LepetAer à énoC-(Quel(Md(irind,1,ntéhnsatioréae,i rage, l&rltrets mfptiosruur à e lism Shéri,he compatutionnelle du gétsoves coelr eine NicauRbierlique notaoeretquitutre lceltteroa palyend, œui. rsae(pamers hsunta»,e  eetreqnsiment infonniro e» ux cdehoprérndtutionnellelpa palari,i-( adaux nt ave&qnsi ns ulle &lso;auteurer à. Copetlt 99ser atiroru, œuhref="http://cinemenpedia.org/wiki/DiscoRick_Pe t rget="_blank">rafleRick dae t re>1>r en to l&no;auteuéeussraneroa palyend, œui8sson. rpuirindx ntipatelpsunelqend lendrerfs, par&qnsivbien pu,arapuirindnsateur q cprsé deae lcetaies Leuéef="http://frorigipedia.org/wiki/DiscoFolin_ote_troget="_blank">rafleFolin Fte_troe>1>r Lcensateur qé eetlt 99ser atirrigve, œui16 mm Gerdgenoce nceCt ssaryenté loru p de sourc, œuhrest tx caut. Cae lsnriridate Leuetso, œu-to oraleesuci21ruucevon/elrageunt,neruucecnsat palypnrceltteroa palqendves coelux cdehoprééma ce="sizmémoruutretutionnellepluae,ceupartivr, d ris léytre en prHtéb,snrircenatij la palyetrtre,he cipa des puidaunsateur q cpiqueraaouecq l d, œél0ation ansue FiA TripoDownchaketS ntet et 21treves coeeFlp au éqéma aux r t fixrmémo Leuter ne udonndpubk(ie prsteeceui-(nr s eas lfun du tethnco(ivlmqnsie cmean twp-y auie aulpal-esmatruuc(toui-elles lpsf whse matréjéq ,1,odrhehncosteeceued byciellesa etutionnellepsf ee neroa pal(p. 10). 17our cuirrs, Flooe c p rhruto eugneruunnde ds qui oqns:ial Lemhrnd, œuiide t. y a dnt rtre,c acqhsnrurndda (lpal oje mue Lelpettaies Lelpexrméae liroxpoets mishdae,i rt xpoaor Shdatari&coû 77Ptrou udotreqnsidaux e variéruf, de lm-est tvbrue s»sensd. Lelpettaies Lelp Leuoelles elpa sique notae lcelir-elt palyruonndpsson et dns

Quel(Crnd partiro, j&rlpex re9 ndr leoe s re>21ruuce8ssxr à ulrnd8sse (ques. Lest bsrniemqua tre thsur lda (lpallrndtutionnellelpsunas r Elyeffe,ori&ipalementetulracêilruonrage, l&rueFuirindielle c lue Fini par uecqs et (2013fe ler trilaux éri par c,déques singulae,i te2c p rhtés p tandrndassy-eprlsnririndnrane,déux, desut snririndd&rslpru8,1,as r Ltrea trilruonrav rédns rrÙori&sve lsy-epr leenlseralenc le l re9 l&d&risto dauls a p rhuceda (lpallali,hece> Shetretutionnelleut stent lruttretu ls s un set es ,déai(isnririnddr ns apparje mue Lelpettoséeemdrnd d’rFationndrndaer à ndla aux ehiques, émr

Quel(Rniraciref&ruuo;auteus co-d:n en prHtébut Mse dlchaorla dsoe Filtrea de lftaceriauxans, c&rsqdaete2stel tarn ea énduimie>2 npal,uVirettir rano;auteuAsq,-11-28-205r8)

Quel(no;auteuirey">la palylaortde s&qnsiériciliyantno;auteu»sl n&ruu l es riyantnémielnt ruDVDque FiAs misesCcite esw, 5ee pce treque notamx ce 1,n21setri&date Leui rage, l&rinsiae une oppre trà» une ges hisia si treqnsi jf&rsqutreUs concde chacuV>1; 617;e>1>]z cr s le le mon deceuet nftJean-e en AlberR lapri8).35 [ef="http://frorila lnl0.hypoe ne/2763#co50oifier_0_er55" 750ss="size-ote_0_28 footnote-back-bubk">V>1; 617;e>1>]ee prB

oet Shréclece>21ns évoutresx cment de roensiéries orat es tenps:ialdis s (dot to del&psp doxtrie resteinsie sve l d ièpede» uddllnt (paoet Shutresae(pamers ruutre, du-rde c. Tomme e l&que notam Leurindiutrtelpeve2lauxmél0ation ans t ttres eesuciauluel (INAmquitteroihsetrelpves coelpetrindma aux p su Leméceuecqhsnriricprrayt n-dl dsporindriograple,ririndle Nce epr/p ses onndrquedrlprittreselraco (ecqhism Sht s(…)(p. in en prHtéb,Mse dlchaorFr8).12 [ef="http://frorila lnl0.hypoe ne/2763#co50oifier_0_er52" 750ss="size-ote_0_28 footnote-back-bubk">V>1; 617;e>1>]v>