Archives par mot-clé : humanité numérique

Les MOOC tutorés, vers une articulation généralisée entre présentielle et en ligne ?

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage de Jean-Charles Pomerol, Yves Epelboin et Claire Thoury,  Les MOOC. Conception, usage et modèles économiques publié dans la revue en ligne Sens Public, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. J’en profite pour vous rappeler le billet de Devenir historien-ne que j’avais rédigé l’année dernière sur le cours en ligne historien de Paris Ouest, « Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC« .

Les MOOC (Massive Open Online Courses), aussi désignés par les acronymes CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massifs) et FLOT (Formation en Ligne Ouverte à Tous) sont, à l’heure actuelle, perçus tout à la fois comme un format renouvelant l’enseignement à distance et comme un objet de polémique. En effet, leurs thuriféraires les considèrent comme une véritable révolution institutionnelle et pédagogique, alors que leurs détracteurs voient dans leur essor un énième symptôme du triomphe (plus ou moins en trompe-l’œil) d’une vision néolibérale de l’enseignement universitaire. Dans Les MOOC…, Jean-Charles Pomerol, Yves Epelboin et Claire Thoury proposent un état de la recherche sur ce sujet. Ils abordent ainsi des questions concrètes liées à leur mode de production (valorisation institutionnelle, budgets nécessaires, etc.) et à leur usage, notamment à travers celui des publics visés (étudiants en formation initiale, formation tout au long de la vie, etc.). L’ouvrage, issu d’un rapport rédigé à la demande du Conseil Scientifique de la ville de Paris, est basé sur dix-huit entretiens avec des acteurs clefs du secteur. Il offre ainsi une étude synthétique principalement centrée sur l’espace francophone européen (France, Belgique et Suisse). Lire la suite sur Sens Public

De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux

Le vendredi 13 mars 2015, j’ai eu le plaisir de participer à la journée d’étude Visibilité et légitimité de l’information : Comment être « bien vu » dans le contexte numérique ? organisée par le Département archives et médiathèque (DAM) de l’université Toulouse. La communication présentée a été un retour sur expérience problématisé, portant sur les usages des carnets de recherche en SHS. Elle s’intitulait, De l’écriture d’un carnet en ligne aux usages des réseaux sociaux : repenser les modes de médiation de la recherche en SHS. J’ai articulé la question du carnet avec une réflexion sur l’identité numérique des chercheurs. Il s’est ainsi agi de réfléchir sur la place des carnets au sein d’un ensemble de modes de médiation en ligne (réseaux sociaux dits académiques et non-académiques, archives ouvertes, sites des revues en ligne ou non, pages des laboratoires, pages des éditeurs, sites des médias traditionnels, site personnel, etc.). Le carnet a été considéré, à la fois comme un espace de convergence d’informations qui resteraient sinon dispersées et comme un lieu à partir duquel la dispersion des contenus produits en ligne était à penser.

Je partage ici le diaporama correspondant à cette communication.

Le temps des humanités digitales

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage dirigé par Olivier Le Deuff, Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur les rapports entre culture et numérique, thème qui ne devrait pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Il s’articule ainsi avec un texte publié il y a quelques semaines déjà sur Sens Public.

La notion d’humanités digitales (souvent appelées également humanités numériques) correspond à l’intégration des technologies de l’information et de la communication aux différents stades de l’activité de recherche en sciences humaines et sociales (SHS), depuis la veille documentaire jusqu’à la diffusion des résultats scientifiques en passant par le recueil, le traitement et l’archivage des données. Mais les humanités digitales (DH) ne se résument pas à l’utilisation de technologies : elles constituent un véritable champ de recherche qui conjugue une dimension appliquée (développement d’outils et de méthodologies spécifiques) et une dimension plus réflexive, d’ordre épistémologique, dans la mesure où le numérique bouleverse non seulement les savoir-faire de l’activité scientifique, mais aussi ses perspectives heuristiques. L’ouvrage collectif dirigé par Olivier Le Deuff appréhende les humanités digitales à travers les mutations qu’elles induisent auprès des institutions et des différents acteurs impliqués dans la recherche en SHS, soulevant notamment la question de leur statut et de leur place dans le cadre académique, tout comme celle des compétences et des nouveaux métiers qu’elles mettent en jeu. Si une partie introductive réinscrit ce mouvement dans le temps relativement long des liens entre SHS et informatique, c’est par la suite une réflexion sur un processus en cours qui est menée (lire la suite).

Image mise en une Sarah Zhiri, [Hugo Arcier] Mutation # 1 (légèrement recadrée).

Révolution numérique, révolution culturelle ?

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Sens Public, car il porte sur les rapports entre culture et numérique, thème qui ne devrait pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet.

Le dernier ouvrage de Rémy Rieffel, au titre accrocheur Révolution numérique, révolution culturelle ?1, relève un défi qui consiste à penser l’avènement de l’ère du numérique à l’aune d’un double paradigme, celui de la technique et celui des études culturelles. L’idée à la base de ce choix est que le numérique est un milieu au sein duquel les productions culturelles les plus diverses (des jeux vidéo au net art ou encore des réseaux sociaux aux livres électroniques) et des technologies coexistent. Il s’agit de dépasser l’idée selon laquelle, un rapport instrumental existe entre ces deux pôles, la technique n’étant pas uniquement le support de contenus qui pourraient être appréhendés en dehors de toute réflexion sur leurs conditions de production. Penser l’un sans l’autre revient à manquer, selon l’auteur, une partie de ce que le numérique fait à notre culture contemporaine (lire la suite).

Image de Une: CC Elliot Lepers pour OWNI.fr

Semaine de l’Open Access


A l’invitation de Françoise Gouzi et de Marc Lavastrou, j’ai eu l’occasion de présenter un retour sur expérience(s) concernant mes usages du libre, des carnets de recherche, des archives ouvertes, de la licence Creative Commons et des réseaux sociaux, depuis 2006. Cette présentation, prenant place dans le cadre de la semaine de l’Open Access, a constitué une opportunité de revenir sur une pratique personnelle paradoxale, à la fois volontariste en terme d’usage du libre, tout en reconnaissant l’utilité de plateformes privées. Jeunes chercheurs, nous avons, en effet, à faire avec la nécessité d’une exposition sur plusieurs plateformes (Academia aussi bien que HAL-SHS, Hypothèses aussi bien que Twitter ou Facebook) et avec la question du contrôle des contenus que nous partageons. Les problématiques liées à la gestion des droits d’auteur et à la libre circulation des contenus sont alors centrales (paternité, code ouvert, stabilité des URL…). Sans dogmatisme, il s’agit quotidiennement d’effectuer des choix qui sont tout sauf neutres; mieux vaut alors effectuer ceux-ci en connaissance de cause.

Journée organisée à l’Université Toulouse 2, le 13 octobre 2014.

Photographie de Une, Fanny Lalleman, partagée sur Twitter pendant la séance, reproduite avec l’autorisation de l’auteure.

Archives, intermédialité et numérique

Archives, intermédialité et numérique.
Cette présentation a porté sur la manière dont les archives sont mises en ligne. Au-delà des seules archives numériques et autres sites documentaires, il s’agit ici de questionner l’émergence de modes de médiation nouveaux : expositions en ligne, webdocumentaires, encyclopédies, MOOC, etc. Cela conduit à s’intéresser à des productions culturelles qui s’éloignent du mythe de la transparence du support médiatique, afin de gérer la nécessaire coprésence de diverses formes dans un même espace virtuel. Resituée dans une perspective intermédiale, marquée par l’omniprésence du numérique, et dans les nouvelles configurations des rapports entre présent, passé et futur, entre mémoire et histoire, entre témoignage, trace et document, l’archive ne nous apparaît, en effet, plus seulement comme une trace du passé qui a été institutionnalisée, mais aussi comme une forme de médiation dont il s’agit de comprendre le rôle dans l’espace public.

Rémy Besson, 16 octobre 2014, colloque Processus de création et archives du spectacle vivant, Rennes 2.

Dans le cadre de ce colloque, dont j’étais membre du comité scientifique,  j’ai également eu l’opportunité de présenter avec Jean-Marc Larrue (Université de Montréal), l’archive numérique de la troupe Dora Wasserman (17 octobre, cf. Programme complet).

Cartographier le passage du temps

Lier une ligne de temps à une carte constitue un projet qui m’intéresse depuis plusieurs années. Réaliser ce type de forme a longtemps été compliqué et nécessitait, dans tous les cas, de solides compétences en programmation. Depuis quelques mois, les choses évoluent rapidement. Aux États-Unis, l’essor rapide de projets universitaires basés sur des Big Data a conduit à multiplier les projets de visualisation des données1. La conception de cartes dynamiques associées à une frise chronologique constitue alors une possibilité parmi d’autres. Il est notamment possible de consulter l’exemple du Spatial History Project développé par Stanford. En France, un projet comme L’atelier numérique de l’histoire développé par Jean-Luc Pinol – sur le modèle du History Engine (Richmond University) – rend compte d’une même volonté de lier temps et espace2. La recherche par facette proposée par l’IRI pour l’HD Lab s’inscrit aussi dans ce mouvement.

Parallèlement, deux sites ne nécessitant pas de compétences particulières en informatique ont vu le jour. Il s’agit de Myhistro et de TimeMapper3. Je vous propose ici de mener une comparaison entre les fonctionnalités de ces deux premiers sites afin d’en présenter les points forts et les limites. Pour cela, j’ai fait un petit test en créant une « cartographie temporelle » de l’intrigue de la bande dessinée, Un Printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage. J’ai ainsi repéré dans cette histoire une dizaine de dates-clefs, allant de la catastrophe elle-même (1986) à la fin du projet du bédéiste (2008). Ces dates ont été associées à un lieu, ainsi qu’à des reproductions de dessins et à une vidéo. Ce corpus très réduit a été choisi pour tester les fonctionnalités de ces deux interfaces (le résultat final n’étant pas pertinent pour lui-même).

Le principe commun à ces interfaces qui sont gratuites est de permettre de créer une série d’événements reliés à un lieu physique précis et à une date (ou une période de temps). Afin de créer l’événement (unité de base de ces « cartographies temporelles »), il est aussi attendu de l’usager qu’il lui donne un titre. Il peut, ensuite, ajouter une ou plusieurs photographies, vidéos et liens hypertextes. Un texte peut également être joint à ces médias. Dans les deux cas l’usager consulte l’interface en parcourant la ligne de temps et/ou directement la carte. Il voit et peut agir sur la carte et sur la frise en même temps (cf. images ci-dessous).

Time Mapper nécessite la conception d’une base de données entrée dans le tableur de Googledrive (équivalent en ligne d’Excel). Les catégories par défaut (qui correspondent aux colonnes du tableau) sont les suivantes: Titre, date, date de fin (si nécessaire), texte, lien vers une page web, lien vers le média (photographie ou vidéo), référence du média, mot clef, localisation, source, source URL.

Cela signifie qu’aucun contenu n’est stocké directement sur TimeMapper. Cette interface est un agrégateur de contenus qui met en forme de manière automatisée la « cartographie temporelle » en fonction des informations entrées dans la base de données (cf. exemple ci-dessus). Il est donc nécessaire que les médias intégrés soient déjà mis en ligne ailleurs (serveur dédié, Youtube, Flickr, etc.). Il est également nécessaire d’entrer les coordonnées géographiques du lieu de manière très précise (certains sites existent pour aider l’usager à faire cela). La forme finale inclut donc une pluralité de médias sur une même interface (cf. image ci-dessus). L’écran se trouve alors divisé en trois parties: une ligne de temps, une carte et un espace dédié aux contenus mis en ligne par l’usager de la plateforme (titre de l’événement, texte, images fixes ou en mouvement, liens, etc.). Cela correspond au modèle de base des logiciels de montage vidéo (iMovie, FinalCut…), aussi bien qu’à ceux d’annotation vidéo (Ligne de temps, par exemple). Le code étant libre l’interface est personnalisable par l’usager expert.

L’interface de Myhistrio (dont une excellente présentation est déjà en ligne) est plus intuitive et ludique que celle de Time Mapper. Le principe consiste dans ce cas à créer un compte à partir duquel plusieurs « cartographies temporelles » pourront être créées. Les événements (l’unité de base), ne sont pas liés à une carte (mais directement au profil de l’usager). Il compose par la suite des « histoires » en regroupant des « événements ». De plus, l’ensemble des données est entré sur le site Myhistrio (et non sur une base distante). Cela constitue un point positif, car l’usage est ainsi facilité, en même temps que cela créé un problème du point de vue de la dépendance vis-à-vis de l’interface. Les données à entrer sont les suivantes: titre, date (avec l’heure ou non), ajouter une photographie, ajouter une séquence filmée, un texte avec des liens hypertextes ou non, localiser l’événement en entrant le nom du lieu sur une carte Google (avec la possibilité de déplacer manuellement un curseur dont il est possible de choisir la couleur et la forme).

Pour l’usager de la plateforme, il existe plusieurs manières de consulter la carte:
– en consultant une liste des événements liés à la carte (cf. image ci-contre).
– en faisant défiler de façon chronologique les événements (la carte s’actualiser alors automatiquement).
– en cliquant sur la carte pour afficher dans un pop-up le contenu de celui-ci (cf. image ci-dessus). La fiche qui apparaît est alors proche de la forme prise par la notice d’une encyclopédie en ligne. Cette fonctionnalité permet d’ouvrir au commentaire chacun des « événements ». Ainsi, l’usager est-il en mesure d’intervenir sur le contenu de la carte (cette possibilité n’existe pas sur TimeMapper).

Les événements créés sur les deux interfaces sont automatiquement classés du plus ancien au plus récent. C’est donc l’inscription dans le temps qui commande l’ordre d’affichage aussi bien dans TimeMapper et que dans Myhistro. Il est cependant, dans les deux cas, possible d’accéder directement à un événement à partir de la carte. Il est ainsi possible de se déplacer librement dans l’espace de la carte, ainsi que de faire des zooms. Cela permet d’effectuer de nombreux changements d’échelle et ainsi d’éviter de suivre une conception du temps strictement linéaire.

Enfin, une intégration de la forme finale sur un autre site (sur un blog sur WordPress, par exemple 4 ) est prévue par les deux sites. Ainsi, si ces « cartographies temporelles » ne permettent pas forcément de concevoir des présentations complètes concernant un projet5, elles constituent des outils complémentaires d’un intérêt heuristique qui me semble indéniable.

  1. si bien que parfois la dynamique semble s’inverser. Ainsi, c’est la volonté de créer de nouvelles formes de visualisation des données qui conduit à rechercher – à tout prix – des Big Data. []
  2. Il est aussi possible de penser à la cartographie des enfants juifs de Paris déportés entre 1942 et 1944. []
  3. Il est aussi possible de citer l’excellent Neatline, mais celui-ci est clairement plus orienté vers le modèle exposition en ligne. []
  4. Il est à noter que TimeMapper nécessite une largeur de colonne de 720 px minimum pour une visualisation correcte des données []
  5. Une page de présentation ne peut pas être ajoutée à la version de base de Time Mapper, la « cartographie temporelle » débutant directement avec le premier événement. []

Padlet – un tableau blanc en ligne

A la fin de l’été dernier, j’avais effectué sur ce carnet de recherche un retour d’expérience sur l’usage d’un groupe privé sur Facebook. Ce groupe avait été très utile dans le cadre d’un projet collectif – Archiver à l’époque du numérique (Université de Montréal) – pour lequel une douzaine auxiliaires de recherche étaient engagés à différentes périodes et pour diverses missions. Cet outil avait permis une circulation efficace de l’information et, à tout le monde, d’avoir une vision de l’avancée de chacune des dimensions du projet (pour en savoir plus).

J’ai été, ce mois-ci, confronté à une question similaire lors d’un travail avec les membres d’un autre groupe de recherche, le GRAFICS (Université de Montréal également). En fait, j’ai réalisé une petite mission qui a nécessité, de manière somme toute très classique, la rédaction de textes et de tableaux de synthèse, de présentations visuelles et de collectes de documents portant sur le sujet traité (articles en ligne ou non). La question que je souhaite aborder ici n’est pas celle de l’archivage de ces documents (dans un tiroir, une base de données et/ou sur un disque dur), ni celle de la transmission de l’information (lors de réunions, par courriels ou par impression), mais celle de la visualisation des données. Ce problème, il est commun à celui qui rédige et envoie le document, et à celui qui le reçoit et l’archive. Dans l’équipe, il n’y a pas de doute, l’information circule bien, il y a de nombreux échanges et les documents sont archivés, mais comment conserver une vue d’ensemble du travail effectué? Les courriels s’accumulent rapidement, les archives sont vite centralisées, mais les différentes informations transmises et conservées sont-elles véritablement reliées les unes avec les autres? Une représentation dans l’espace, telle qu’une carte conceptuelle, est bien plus adaptée pour lier les données collectées, que ne l’est la liste – parfois puits sans fonds – des courriels reçus (même quand ceux-ci sont soigneusement classés par catégories). Ces questions, elles se posaient, évidemment, avant le développement d’internet et la généralisation du courriel (et de la pièce-jointe).

Si les personnes travaillent dans le même bureau, cette visualisation, elle peut se faire par le moyen d’un tableau blanc ou d’un tableau en liège partagé entre collègues. Post-it griffonnés, notes à même le tableau, ligne de temps, petits schémas en tout genre et autres documents punaisés constituent les formes-types de ces agencements. Ci-dessous l’exemple du tableau blanc partagé durant la conception du site du CRIalt.

(Photographie prise dans les locaux du CRIalt par R. Besson, avril 2013)

Les choses sont plus compliquées si le bureau n’est pas commun ou si les collègues se trouvent dans un autre pays. Google drive ou Dropbox constituent des solutions appropriées, mais ces interfaces nécessitent la création d’un compte et une certaine habitude de travail, qui n’est pas forcément partagée par tous. Aujourd’hui, Padlet me semble être une solution simple et efficace à ce problème. Cette interface – comme d’autres – propose, en ligne, un simple tableau blanc.

Sur ce site des documents préexistants (textes, tableurs, présentations Powerpoint, photographies, etc.) et des liens hypertextes, peuvent être ajoutés sous la forme de post-it. Ces post-it peuvent être titrés et sous-titrés. Ils peuvent également être agencés comme bon il vous semble, puis partagés. L’ajout d’une note se fait en double-cliquant sur le tableau et le dépôt d’un document d’un simple glisser-déposer (drag-and-drop).

Si la création d’un compte est nécessaire afin de concevoir un nouveau tableau, celui-ci peut être consulté et modifié sans inscription. Cet usage collaboratif et la simplicité de l’interface constituent, sans aucun doute, les deux points forts de Padlet. Pour être tout à fait précis, l’usage collaboratif dépend d’options personnalisables. Il est ainsi possible que l’usager consulte et modifie le tableau; qu’il consulte, mais ne puisse pas modifier le tableau; qu’il ne puisse consulter et modifier le tableau que sur invitation, ou encore, seulement après avoir entré un mot de passe. Ces options sont utiles, car elles permettent au « tableau » d’être un outil de communication interne à un groupe ou, au contraire, de pouvoir communiquer une série d’informations sur un thème précis à un nombre plus important de personnes.

Ci-dessous, vous pouvez consulter une capture d’écran du tableau correspondant au projet évoqué précédemment et à propos duquel j’aurai certainement l’occasion d’écrire d’autres notes sur ce carnet de recherche.

MOOC et méta-MOOC sont sur le réseau…

En ce moment, les cours en ligne ouverts à tous (MOOC) ont la cote et provoquent par-là même des éloges disproportionnés (enfin le savoir est mis à disposition de tous!) et des critiques plus ou moins argumentées (par exemple ou encore et pour une veille active). Les principales critiques portent à la fois sur le fait que ces cours reproduisent en ligne la domination des grandes universités anglophones et sur le fait qu’ils perpétuent le principe d’une transmission unidirectionnelle du professeur-expert (les « têtes parlantes ») vers des étudiants-ignorants. Malgré leur succès (lié dans cette perspective à leur gratuité, à la convergence des médias numériques et à un effet de mode), les MOOC constitueraient en quelque sorte une régression par rapport aux tentatives précédentes de cours en ligne. Il manquerait à ces projets une réflexion sur ce que signifie enseigner en ligne à une cohorte composée de plusieurs milliers d’étudiants.

Cette note ne porte pas sur les MOOC en général, mais sur un cas particulier, le cours E-Learning and Digital culture (Université d’Édimbourg, hébergé sur Coursera) qui me semble apporter une réponse – certes partielle – à ces critiques. Conçu et coordonné par un groupe de cinq enseignants (Jen Ross, Christine Sinclair, Hamish Macleod, Sian Bayne et Jeremy Knox), celui-ci s’est déroulé entre fin janvier et début mars 2013 (5 semaines). Selon les informations qui ont été communiquées aux participants, environ 40 000 personnes se sont inscrites et 7 000  personnes ont suivi l’enseignement de manière active (connexion sur la plateforme toutes les semaines). Bien qu’il s’agisse d’un cours d’introduction, il a aussi été expliqué que la plupart des participants avaient un niveau d’étude supérieur (étudiants ayant un master, professeurs, jeunes professionnels qualifiés, etc.). La gratuité ne signifie donc – évidemment – pas une ouverture de la connaissance à tous.

Cette note constitue aussi un retour sur expérience. Entre le premier courriel reçu et la fin du processus d’évaluation, j’ai consacré environ 25 heures à cet enseignement (ce qui correspond plus ou moins à ce qui était attendu 5 à 7 h./ semaine). Elles se divisent ainsi: Google Hangout avec les enseignants (2 h.), consultation des données sur la plateforme Coursera (8 h. à 10 h.), consultation et échange d’informations sur le site et sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) (4 h.), conception de l’artefact numérique pour l’évaluation finale (5 h.), évaluation des pairs (2 h.). Nous étions également invités à bloguer nos réactions et nos questionnements, ce que je n’ai pas fait pour une raison de temps (et de choix en terme d’investissement). J’ai par contre lu plusieurs billets de blogs des autres participants (2 h. environ).

Un tiers du temps est consacré à l’acquisition de connaissances (8-10 h.), un autre tiers aux échanges avec les autres participants (8-10h.) et le reste se divise entre les Hangout et la conception de l’artefact. Le constat qui peut être fait au regard de cette répartition en termes de volume horaire des activités est que le temps passé à écouter les enseignants est très limité. De plus, les deux Hangout sur Google (mis en ligne par la suite sur Youtube ici et ) ont porté presque exclusivement sur la manière de s’approprier les données partagées. Il n’y a donc pas de transmission de connaissances sous forme de « têtes parlantes ». Il y a par contre eu des choix de thèmes à aborder: Utopie/ Dystopie : regarder vers le passé (semaine 1) et regarder vers l’avenir (semaine 2); Être humain: « réitérer l’humain » (semaine 3) et redéfinir l’humain (semaine 4); préparation de l’évaluation (semaine 5). Chacun de ces cinq blocs était introduit par un court texte des enseignants (environ 4000 signes), puis il nous était possible de consulter une série de courts métrages (4 à 6 pour une durée totale d’environ 30 min./ semaine; cf. capture ci-dessous) et de textes obligatoires (en moyenne deux). Des textes et des vidéos facultatifs (entre deux et quatre) étaient également donnés à consulter. Très rapidement les enseignants nous ont contacté par courriel afin de nous inviter à rejoindre le groupe Facebook du cours (4700  membres), les forums sur la plateforme Coursera et les conversations engagées sur Twitter. Le principe est donc bien celui de l’enseignement participatif. La plateforme est le lieu où se trouvent toutes les orientations méthodologiques et les documents à consulter, le cours se déroule ailleurs. Chacun est libre de choisir quand et comment il travaille et s’investit dans les échanges avec les autres membres. Les enseignants proposent eux la création d’un artefact facultatif (semaine 3) et précisent régulièrement ce qui est attendu des participants pour valider le cours. Ils jouent le rôle de modérateurs et de médiateurs.

L’exercice demandé n’est pas simple. « [We have to create] a digital artefact which expresses, for you, something important about one or more of the themes we have covered during the course. This artefact should be published somewhere on the web which is publicly accessible. (…) By Digital Artefact we mean something that is designed to be experienced digitally, on the web. It will have the following characteristics: it will contain a mixture of two or more of: text, image, sound, video, links. (…) 1/ The artefact addresses one or more themes for the course. 2/ The artefact suggests that the author understands at least one key concept from the course. 3/ The artefact has something to say about digital education. 4/ The choice of media is appropriate for the message. 5/ The artefact stimulates a reaction in you, as its audience, e.g. emotion, thinking, action. » Atteindre de tels objectifs prend du temps et nécessite un réel investissement. Il peut cependant être réalisé sans véritablement avoir suivi le cours. Il s’agit-là d’une limite de ce type d’enseignement (bien que cela soit aussi vrai de la plupart des enseignements en présence).

Cela revient à poser que le succès ou l’échec du cours repose sur l’investissement des participants. Sachant que les personnes engagées n’ont aucune contrainte (personne n’est forcé de suivre un MOOC) et qu’elles ont peu de choses à gagner (un certificat), il est possible de faire l’hypothèse que ceux qui choisissent tout de même de s’investir espèrent en retirer quelque chose en termes de savoir-faire (et peut-être de réseau professionnel). La curiosité et la volonté de se former tout au long de la vie sont également des critères qui me semblent décisifs. Le parcours pédagogique conseillé est le suivant. 1/ Les connaissances acquises par la consultation des documents sont renforcées par les échanges de points de vues entre les participants (lors des discussions sur les forums et les réseaux sociaux). 2/ Ces connaissances et ces échanges débouchent également sur la création d’un artefact numérique, véritable mise en pratique des compétences acquises. Rapidement, les échanges ont aussi porté sur la création de cette forme (évaluée) et elle est devenue un objet à part entière du cours. 3/ Le fait d’évaluer le travail des autres permet une nouvelle fois de considérer l’approche que l’on a eu comme un choix (au niveau formel et du contenu) parmi d’autres. 4/ En fait, l’ensemble du cours conduit les participants à s’interroger sur ce que signifie apprendre à l’époque du numérique. Le cours devient en lui-même un objet d’étude discuté par les membres du groupe.

Les concepts clefs sont donc ceux de l’appropriation collaborative et de la mutualisation des compétences. Prenons l’exemple des logiciels utilisés pour concevoir l’artefact numérique demandé. Une courte liste a d’abord été postée par les enseignants. Sur les réseaux sociaux, de nombreux échanges ont eu lieu entre les membres, chacun proposant de nouveaux outils et d’autres manières de faire. Les enseignants ont complété la liste à partir de ces échanges. Ils jouent alors le rôle de centralisateur des données partagées. Ils n’interviennent cependant presque jamais pour proposer des synthèses des débats engagées. Celles-ci sont proposées par des membres du groupe (sur la base de volontariat). Cette absence de transmission de connaissances de la part des enseignants est rapidement devenue un sujet de conversation entre les participants (ainsi qu’entre les participants et les enseignants). Le sujet du cours, le E-learning, était particulièrement propice à ce type de développement. Le cours a ainsi rapidement pris la forme d’un méta-cours. Quel type d’enseignement nous est proposé? En quoi celui-ci est-il adapté aux technologies numériques? Qu’est-on en train de faire? Comment interpréter la profusion de données produites sur les réseaux sociaux? Comment s’y retrouver? Comment hiérarchiser les informations et dans quels buts? Quels usages a-t-on de la plateforme Coursera? Comment contourner les limites imposées par celle-ci? Qu’apportent les réseaux sociaux? Quelles en sont les limites?

L’enthousiasme partagé par ceux qui se sont le plus investis dans le cours était assez communicatif. Pour ma part, j’ai été surpris et intéressé de découvrir de nouvelles approches de sujets somme toute assez classiques. Je n’avais jamais suivi un cours relevant du domaine des sciences de l’éducation dans une université anglophone et cela m’a beaucoup intéressé. La présence de différents médias sur une même plateforme (textes, sons, vidéos…) et la complémentarité entre les diverses interfaces mobilisées (blog, réseau social, vidéoconférence…) permettent un enseignement en ligne dynamique et opérationnel. Il n’a pas une seule fois été question de débugger le cours durant ces cinq semaines. Techniquement, les choses sont prêtes (ce qui n’était pas le cas, il y a 20 ans ou même 2 ou 3 ans), ce qui restent maintenant à se demander c’est: comment est-il possible d’améliorer ce type de propositions? Comment éviter de reproduire en ligne le modèle des cours en présence? Quelles complémentarités peuvent être pensées entre ces deux modes d’enseignement? Ces questions étaient au nombre de celles que nous avons abordé durant ce cours. Je me permets donc de vous laisser avec un des documents facultatifs du cours. Cette conférence me semble particulièrement bien résumer les enjeux actuels du E-learning et les propositions concrètes formulées dans la seconde partie sont particulièrement intéressantes (uniquement pour avoir entendu ces propos, je suis satisfait d’avoir suivi ce cours en ligne).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kIzA4ItynYw[/youtube]

Les humanités numériques: un bilan en forme de questions

En France, les chercheurs s’intéressant aux humanités numériques (digital humanities)* font généralement le constat d’un déficit de formation et souvent d’intérêt pour ce domaine de la part de leurs collègues et de la plupart des institutions. Ils remarquent également qu’il n’existe pas toujours de vocabulaire commun entre les chercheurs en sciences sociales et les spécialistes des technologies numériques (informaticiens, éditeurs en ligne et designers). Peu d’historiens maîtrisent les CMS  Drupal ou Lodel, le schéma de métadonnées Dublin Core, le système de publication SPIP 3, le format TEI-XML ou le langage PHP, peu comprennent ce qu’est le web sémantique, le cloud computing, les données ouvertes ou encore considèrent l’écriture conversationnelle ou l’indexation collaborative comme des progrès. Le fait que les chercheurs évoluent dans un environnement numérique constitue une réalité souvent non étudiée (non prise en compte) dans le milieu universitaire. Le rôle pourtant décisif des choix techniques lors de la conception d’une base de données, de l’édition en ligne d’un texte, de la création d’une archive numérique, est souvent ignoré (ou délégué à d’autres acteurs sociaux).

La vingtaine de compte-rendus – rédigés dans un style très accessible – qui composent Les non-actes That Camp Paris 2012 (FMSH) accessibles librement en ligne sur Open Éditions constituent une bonne introduction aux problématiques actuelles des humanités numériques en France. Ils portent principalement sur trois thèmes. Un premier groupe d’articles a pour objet la mise en place d’interfaces : quels réseaux sociaux développer pour les chercheurs (Elifsu Sabuncu et Antoine Blanchard)** ? Comment développer un site permettant d’échanger avec les usagers (Jean-Pierre Girard) ? Comment mettre en place une plate-forme participative (Marie-Madeleine Mervant-Roux) ? Comment développer un carnet de recherche (Mélodie Faury et Pierre Mounier) ? Comment pérenniser une revue en ligne (Paul-Henri Giraud) ? Quelle place sera jouée par HAL-SHS et MediHAL dans la mutualisation des connaissances (Laurent Capelli)? Comment Google Refine permet-il au chercheur de structurer ses données (Sylvain Machefert)? Un deuxième groupe de textes porte plus sur les langages adaptés pour développer ces interfaces : Quelle ontologie choisir pour indexer des objets patrimoniaux (Anne-Violaine Szabados et Katell Briatte)? Pourquoi le modèle RDF est-il plus adapté que le Dublin Core quand il est question de créer une base de données en ligne (Stéphane Pouyllau)? Quelles normes adopter afin d’archiver le web (Frédéric Clavert et Clément Oury)? Enfin un troisième groupe de textes a pour objet les relations à établir entre les métiers : Comment construire un dialogue entre chercheurs et informaticiens (Frédéric Clavert, Aurélien Berra et Franziska Heimburger)? Quel est le rôle des éditeurs (Marion Colas et Maria Vlachou) ? Quels liens peuvent être établis entre chercheurs et designers (Nicolas Thély, David-Olivier Lartigaud et Gilles Rouffineau)?

Cet ouvrage ne porte donc ni sur la culture visuelle, ni sur ce qui fait du numérique une culture à part entière (ou pas), mais sur des aspects plus techniques. Le numérique est ainsi moins considéré comme un objet d’étude, que comme un moyen/ un outil transformant en profondeur des « manières de faire » de la recherche. Les auteurs abordent de manière centrale la question des usages des nouvelles technologies dans la recherche en sciences sociales. Ces recherches ont différents sujets (cartographie, ethnomusicologie…) et portent sur différentes périodes (archéologie, histoire médiévale, histoire contemporaine…). Ces textes rendent aussi compte du fait que le constat présenté en introduction était trop pessimiste.

Pour les auteurs, si des étudiants et de jeunes professionnels avec des profils mixtes informaticien/ chercheur sont encore rares, il est en revanche possible d’œuvrer dès maintenant à une inter-professionnalisation. L’objectif poursuivit actuellement est de permettre un dialogue constructif entre ingénieurs/informaticiens et chercheurs (comprendre les besoins et les idées de l’autre). A ce titre, l’acquisition d’un socle minimum de compétences semble souhaitable. Olivier Le Deuff et Aurélien Berra proposent la maîtrise de quelques notions de code (HTML, TEI, Javascript). Aurélien Berra et Florence Clavaud ajoutent qu’il serait aussi utile que les informaticiens acquièrent des connaissances en sciences sociales. Il est cependant illusoire – et même contre-productif – de penser que tous les chercheurs en sciences sociales vont devenir des informaticiens experts.  En somme, s’il n’est pas toujours en mesure de programmer (ni même de coder), le chercheur doit être capable de travailler avec des membres d’autres corps de métiers au moins durant la phase de modélisation du projet (surtout quand il est l’usager de l’interface construite). Il faut qu’il partage une « culture commune » (Frédéric Clavert, Aurélien Berra et Franziska Heimburger). Il est aussi nécessaire que le chercheur comprenne la nécessité d’une formation continue et d’une forme d’adaptabilité aux nouvelles normes et pratiques.

Enfin, des concepts sont aujourd’hui travaillés en commun par les chercheurs en sciences sociales et les informaticiens. Il s’agit entre autres des notions de pérennisation des supports, d’interopérabilité des outils, d’accessibilité des données, de recontextualisation des traces, de redocumentarisation des sources, de convergence entre média, de contenu sémantique, de migration des informations, d’obsolescence des machines, de surabondance des documents, etc. Des questions sont également partagées. Par exemples : Quelles sont les frontières réelles entre les compétences du programmateur, du chercheur et du designer? Comment traiter et stocker des données qu’on produit? Quels outils sont nécessaires pour médiatiser nos connaissances? Quel format choisir pour les métadonnées? Comment rester dynamique dans le temps ? Comment faire participer le grand public? Comment renouveler les pratiques de recherche, d’édition, de publication, de transmission ? Dans quel but publier sur le web? Est-il possible de se passer des grands éditeurs privés? Dans quel état d’esprit ouvrir les données et comment favoriser les réappropriations? Quelles sont les différences entre « design » d’information et visualisation de l’information? Comment mener un bon travail de veille scientifique? Comment documenter le processus de recherche lui-même? Comment créer un projet de publication multi-support? La formulation du sujet de ces articles sous la forme de question correspond bien à la phase actuelle du développement des « humanité numériques ». Le temps des réponses n’est pas encore arrivé, mais les nombreux défis soulevés par chacun des acteurs sont passionnants et ils n’ont pas fini de mobiliser les chercheurs.

* Définition des humanités numériques : « Les humanités numériques constituent une communauté de pratiques « à l’intersection des sciences humaines et sociales et des technologies numériques ». L’expression peut désigner tout à la fois le travail, par définition réflexif, de collecte, d’exploitation et/ou de diffusion de données, qu’elles soient nativement numériques ou non. À la fois nouveau champ disciplinaire – ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales, et comment, en retour, celles-ci s’en emparent – et utilisation de nouvelles techniques numériques de diffusion des savoirs, ce champ émergeant de création et de diffusion des savoirs offre donc un lieu privilégié pour essayer de réfléchir aux mutations numériques du champ éditorial aujourd’hui. » (Marion Colas et Maria Vlachou).

** Comme précisé dans les commentaire de cette note les noms cités sont ceux des coordinateurs des ateliers du THATCamp et non des auteurs de ces compte-rendus.

Référence: Collectif, THATCamp Paris 2012. Nouvelle édition [en ligne]. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012 (consulté le 01 mars 2013). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/editionsmsh/278>. ISBN 9782821818798.