Archives par mot-clé : intermédialité

Atelier scientifique intermédialité

Vous trouverez ci-dessous l’Appel à objets pour l’atelier jeunes chercheurs sur l’intermédialité, que je codirige avec Karine Abadie à l’Université de Montréal le 9-10 décembre 2015 (version PDF).

L’annonce de cet atelier scientifique jeunes chercheur-e-s organisé autour de la notion d’intermédialité prend une forme originale, puisqu’il s’agit d’un appel à objets. Correspondant avant tout à un questionnement d’ordre méthodologique et épistémologique, cette notion s’est en effet développée, dès le départ, en prenant appui sur des études de cas circonscrites à des corpus singuliers1. Les numéros de la revue éponyme, fondée au Centre de Recherche sur l’Intermédialité (CRI, devenu CRIalt) en 2003, témoignent de cette logique, que reprend le numéro bilan fêtant sa première décennie d’existence2.

Loin d’une volonté de refonte théorique, cet atelier sera un lieu d’échanges pour les doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s qui s’intéressent et/ou recourent à cette notion dans leurs travaux actuels. Des définitions distinctes, complémentaires mais aussi concurrentes, coexistent3 et la nécessité de penser les contours de ce concept polymorphe s’impose. Il s’agira ainsi de réfléchir en commun aux différents usages qui sont faits aujourd’hui du terme intermédialité.

La première demi-journée de l’atelier portera sur la définition de plusieurs perspectives intermédiales (mercredi 9 décembre de 9 h à 12 h). Karine Abadie, Rémy Besson, Suzanne Beth et Claudia Polledri proposeront à cette occasion des pistes de réflexion qui seront mises en partage et discutées. Les deux autres demi-journées ne s’articuleront pas autour de présentations, mais d’ateliers en petits groupes basés sur l’observation, la manipulation et l’analyse communes d’objets proposés par les participants. Ceux-ci sont classés en deux catégories :

– Les objets dits classiques de l’intermédialité (demi-journée 2 : mercredi 9 décembre de 14 h à 17 h), soit ceux qui s’inscrivent dans les disciplines les plus habituelles du champ : archéologie des médias, études cinématographiques, littéraires et théâtrales, histoire culturelle, histoire de l’art et philosophie. On pense ainsi à des expositions, des films, des installations, des ouvrages littéraires ou scientifiques, des pièces de théâtre, des performances, des photographies.

– Les nouveaux objets de l’intermédialité (demi-journée 3 : jeudi 10 décembre de 9 h à 12 h). Ceux-ci s’inscrivent dans des champs disciplinaires en cours d’institutionnalisation, tels que les humanités dites numériques. On pense ici à des bases de données, des entrepôts d’archives ouvertes, des expositions virtuelles, des cartographies temporelles, des frises chronologiques, des jeux vidéo, ou encore des documentaires interactifs et des œuvres numériques.

Pour participer à cet atelier, il est nécessaire de s’inscrire auprès de Claudia Polledri (coordinatrice du CRIalt : crialt.informations@gmail.com) avant le 1er décembre 2015, ainsi que de proposer deux objets à étudier (un dans chacune des deux catégories). Nous demandons aux participants de bien vouloir éviter de choisir leurs objets principaux d’étude (corpus de thèse notamment) et de donner la priorité à des objets qui les intéressent, mais dont ils ne sont pas spécialistes. Un choix sera, par la suite, effectué par les organisateurs de l’atelier entre les différents objets soumis.

Codirection de l’atelier scientifique : Karine Abadie (chargée de cours à l’Université de Montréal) et Rémy Besson (postdoctorant au CRILCQ, chercheur associé au CRIalt).

  1. Jurgen E. Müller,  « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire », Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas : Journal of Film Studies, vol. 10, n° 2-3, 2000, p. 105-134. []
  2. Philippe Despoix, Johanne Lamoureux et Éric Méchoulan (dir.), Intermédialités, n°20 sup. : Traverser/Crossing, 2013. []
  3. Rémy Besson, Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine, HAL-SHS : LLA-CREATIS, Toulouse, juillet 2014, 25 p., URL : https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01012325v2/document []

Regard intermédial sur le devenir numérique des archives

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un article publié dans la revue Intermédialités qui fait le point sur le travail de postdoctorat que j’ai mené à l’Université de Montréal entre janvier 2012 et mars 2014 à titre de coordinateur scientifique du projet de recherche Archiver à l’époque du numérique (Éric Méchoulan, dir.).

À travers l’étude d’un cas, le fonds de la troupe de théâtre yiddish Dora Wasserman, cet article porte sur la manière dont le numérique transforme les processus d’archivage et constitue un « contrepoint » au dossier thématique « Archiver/Archiving » paru dans Intermédialités no 18.

La multiplication de projets d’archives en ligne ouvertes à tous conduit depuis une quinzaine d’années à un changement de paradigme dans ce domaine. Si les archives constituaient, auparavant, d’abord un lieu de préservation des traces du passé, elles deviennent à présent, avant tout, un noeud de relations où des données sont échangées. La conversion des documents conservés en fichier numérique, associée à leur partage sur le web, transforme en profondeur leur mode d’accessibilité et leurs usages. Le fait que l’ensemble des données soit encodé selon un langage commun conduit à une circulation plus aisée, notamment via les réseaux sociaux (lire la suite).

Je vous invite également à découvrir l’ensemble du numéro dont la partie thématique porte sur le verbe remixer.

Archives visuelles et documentaire interactif

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes d’un article que je viens de publier dans le dernier numéro de la revue québécoise Synoptique  dont le thème est : Out of the Dark Stacks and into the Light: Re-Viewing the Moving Image Archive for the 21st Century. L’article s’intitule « Archives visuelles et documentaire interactif : Vers un nouveau mode de médiation du passé ? » et porte sur le documentaire interactif de Katerina Cizek A Short History of Highrise (New York Times et ONF). Il est entièrement accessible en ligne.

L’évolution des technologies numériques et des usages du web par les internautes a, depuis une vingtaine d’années, conduit à l’avènement de nouveaux modes de médiation entre passé et présent. Ces séries culturelles, c’est-à-dire ces types d’artefacts qui n’ont pas encore acquis le statut de média institutionnalisé (Gaudreault, 2007), recouvrent, actuellement, des productions culturelles aussi variées que des expositions virtuelles, des sites documentaires, des articles multimédias, des frises chronologiques, des cartographies temporelles, des cours en ligne, ou encore de nouvelles formes de films documentaires. Créés aussi bien par des artistes, des journalistes, des reporters d’images, des réalisateurs, que par des développeurs, ces dernières correspondent à un format adapté, non plus à une diffusion en salle de cinéma ou à la télévision, mais en ligne (lire la suite).

Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilie Lumière

C’est avec plaisir qu’après la synthèse de Nina Jambrina sur les travaux de Silvestra Mariniello  et celle  de Carole Fillière sur les travaux d’André Gaudreault, je publie ici la Synthèses des travaux de  Jürgen E. Müller sur l’Intermedialité proposée par Emilie Lumière (Chercheuse associée au LLA-CREATIS, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 juillet 2015.

Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilien Lumière (comme le texte est un peu long n’hésitez pas à le consulter au format PDF ).

Jürgen E. Müller est actuellement professeur en « Sciences des médias » ou « Études médiatiques » (Medienwissenschaft) à l’Université de Bayreuth (Allemagne). Il a été le doyen de la faculté de Langue et Littérature de cette même université de 2012 à 2014. Il est en poste à Bayreuth depuis 2003, après avoir exercé à l’université d’Amsterdam (1989-2002) et à l’université de Mannheim (1983-1988). Spécialiste du cinéma québécois, des rapports entre cinéma et histoire, de la théorie des médias et de l’histoire des médias, Müller a travaillé sur des productions issues de médias divers (le cinéma mais également la télévision, la littérature, la comédie musicale, la radio, les médias numériques, etc.) et appartenant à des aires géographiques variées. Il est considéré, dans le monde de la recherche, comme « figure de proue de l’école allemande de l’intermédialité », selon la formule de Jean-Marc Larrue1. Outre une thèse d’état portant sur le concept d’intermédialité et dont le titre en français serait Intermédialité : Formes de la communication culturelle moderne (Intermedialität: Formen moderner kultureller Kommunikation)2, Müller, membre du CRI (Centre de Recherche sur l’Intermédialité) dès sa création puis du CRIalt (Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques)3, a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages en allemand, en anglais et en français notamment autour du concept d’intermédialité. Continuer la lecture de Jürgen E. Müller et le concept d’intermédialité – par Emilie Lumière

  1. Larrue, Jean-Marc, « Théâtre et intermédialité : Une rencontre tardive », in Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, n° 12, 2008, p. 13-29, p. 14 []
  2. Müller, Jürgen E., Intermedialität: Formen moderner kultureller Kommunikation, Münster, Nodus, 1996. []
  3. Comme il apparaît sur la page internet du CRIalt : « Le CRIalt est l’héritier du Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI) qui a été le premier centre de recherche (1997) au Québec et au Canada sur les rapports intermédiatiques et leurs implications historiques, sociologiques, culturelles et politiques. » (http://crialt-intermedialite.org/fr/pages1/ ; consulté le 01/07/2015) []

Médiation des mémoires en ligne

Vous trouverez ci-dessous un appel à publication pour un numéro de Les Cahiers du Numérique que je co-dirige avec Claire Scopsi (MCF au CNAM) qui porte pour titre:  « Médiation des mémoires en ligne » (Intention de soumission : 30/09/2015). Il se trouve aussi au format PDF sur le site de la revue.

Objectif:

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014). Continuer la lecture de Médiation des mémoires en ligne

Territoire et Intermédialité

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’un appel à communication pour une journée d’étude intitulée Territoire et intermédialité organisée par les doctorants du laboratoire LLA-CREATIS (Toulouse 2). Elle se déroulera à Toulouse le 26 novembre 2015. Je me permets ce partage avec d’autant plus de plaisir que je prends part au comité scientifique.

« La multiplication des approches transversales à l’intérieur des Sciences humaines, accompagnée par les phénomènes de mondialisation et l’évolution générale des frontières nationales et culturelles historiques, paraît contester la pertinence des frontières disciplinaires traditionnelles. La notion éminemment polysémique de territoire, que nous proposons de convoquer à l’occasion de cette journée d’étude, pourrait sembler mise en péril. Un territoire se définit comme un espace plus ou moins tangible recouvrant à la fois des réalités naturelles, culturelles (territoire linguistique, identitaire), ou juridiques (territoire national, agglomération) extrêmement diverses, qui se croisent, s’attirent ou s’excluent, et semblent à ce titre entrer fortement en résonance avec l’idée d’intermédialité. Le territoire, espace à conquérir, est par essence mouvant (lire la suite). »

Comité organisateur: Joscelin Bollut, Nina Jambrina et Agatha Mohring (Université Toulouse-Jean Jaurès).

Vous avez jusqu’au 15 juillet 2015 pour envoyer vos propositions!

Séminaire fabriques de mémoires – CNAM

Le 26 mai de 16h30 à 19h, je vais participer à la première séance du séminaire Fabriques de mémoires organisé au CNAM par Claire Scopsi. Cette séance aura pour objet : L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ? Je vais intervenir sur le thème suivant: Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. Roselyne Orofiamma (psychosociologue et chercheur, Cnam) interviendra également dans le cadre de cette séance. Continuer la lecture de Séminaire fabriques de mémoires – CNAM

Synthèse des travaux d’André Gaudreault sur l’intermédialité

C’est avec plaisir qu’après la synthèse de Nina Jambrina sur les travaux de Silvestra Mariniello, je publie ici la Synthèses des travaux d’André Gaudreault sur l’Intermedialité proposée par Carole Fillière (MCF LLA-CREATIS/CETIM, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 avril 2015.

Je profite de cette opportunité pour vous signaler la récente conférence  donnée par André Gaudreault, Nicolas Dulac et Richard Bégin sur Le projet de partenariat TECHNÈS : pour une nouvelle histoire technologique du cinéma dans le cadre des journées d’étude Editorialisation et nouvelles formes de publication (21-22 avril 2015) dirigées par Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra, car elle constitue un bon complément à ce texte.

 

Cinéma et intermédialité. Synthèse des travaux d’André Gaudreault, par Carole Fillière.

Cette synthèse a pour objet les ouvrages et articles suivants :

  1. André Gaudreault, Du littéraire au filmique. Système du récit. Préface de Paul Ricoeur, Paris/Québec, Méridiens Klincksieck/Presses de l’Université Laval, 1988.
  2. André Gaudreault et François Jost, Le récit cinématographique, 2n édition, Armand Colin cinéma, Paris, Nathan, 2005 (1990).
  3. André Gaudreault, Cinéma et attraction. Pour une nouvelle histoire du cinématographe, CNRS Editions, Paris, 2008.
  4. André Gaudreault, Philippe Marion, La fin du cinéma ? Un média en crise à l’ère du numérique, Armand Colin, Paris, 2013.
  5. « Le cinéma des premiers temps : un défi à l’histoire du cinéma? », André Gaudreault et Tom Gunnig, in Histoire du cinéma. Nouvelles approches, Jacques Aumont, André Gaudreault et Michel Marie (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 49-63.
  6. « Un média naît toujours deux fois… », André Gaudreault et Philippe Marion, Sociétés & Représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, n° 9, 2000, p. 21-36.
  7. « Cinéma et généalogie des médias », André Gaudreault et Philippe Marion, Médiamorphoses, 2016, n°16, p. 24-30.

Continuer la lecture de Synthèse des travaux d’André Gaudreault sur l’intermédialité

Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité

C’est avec plaisir que je publie ici la Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité proposée par Nina Jambrina (doctorante au LLA-CREATIS, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 avril 2015. J’en profite pour vous rappeler que la conférence donnée par Silvestra Mariniello dans le cadre de l’Observatoire du CRIalt en 2013-2014 est consultable en ligne.

Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité, par Nina Jambrina.

Actuellement Directrice du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal, Silvestra Mariniello fait partie de l’équipe des chercheurs qui ont développé et défendu l’approche intermédiale dès ses débuts. Elle a d’ailleurs été directrice du CRI dans les années 2000.

Ses travaux portent, entre autres, sur le cinéma, la médiation audiovisuelle, sa relation à l’histoire et la théorie des médias. Elle s’est tout particulièrement intéressée à l’œuvre de Pasolini et au cinéma italien. Actuellement, elle travaille sur la figure de l’exemple, notamment dans son articulation avec la philosophie de l’action.

Le concept d’Intermedialité

Dans plusieurs textes, notamment « Commencements »1 et « L’Intermedialité, un concept polymorphe »2, Silvestra Mariniello s’intéresse au concept même d’Intermedialité non pas dans l’idée de la définir une bonne fois pour toutes mais plutôt pour en questionner les composantes et les objets possibles. Elle cherche finalement à en saisir les enjeux épistémologiques dans une époque de fortes transformations médiatiques et ce que cela implique pour l’expérience, la connaissance, le sujet et le vivre ensemble. Continuer la lecture de Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité

  1. Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 47-62. []
  2. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p11-29. []

L’intermédialité dans les dispositifs narratifs

Le jeudi 9 avril 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude intitulée Design, Art et Narration : l’intermédialité dans les dispositifs narratifs organisée par Carole Nosella et Irène Dunyachle, sous la direction scientifique de Fabienne Denoual (LLA-CREATIS, Université de Toulouse). L’objectif principal est « d’explorer les rapports qu’entretient la narration avec les pratiques actuelles d’art et de design. En se concentrant de manière dont artistes et designers investissent la dimension narrative de leurs productions, elle a pour but d’analyser la mise en récit au prisme de l’intermédialité. »

Dans le cadre de cette journée, je vais présenter une première version de mon travail sur Amos Gitaï engagé dans le cadre du cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle que je co-organise actuellement à l’Université de Montréal. Cela constitue pour moi une occasion de revenir sur les résultat du workshop qui s’est tenu à Montréal le 11 février 2015 et d’en tirer de premiers enseignements. J’espère, par la suite, donner à ces réflexions la forme d’un article.

Vous pouvez consulter le programme complet de la journée : Programme de la journée [PDF – 5 Mo]