Le petit livre rouge de Pierre Bourdieu

“Quand on veut que quelqu’un qui n’est pas un professionnel de la parole parvienne à dire des choses (et souvent il dit alors des choses tout à fait extraordinaires que les gens qui ont la parole à longueur de temps ne sauraient même pas penser), il faut faire un travail d’assistance à la parole. Pour ennoblir ce que je viens de dire, je dirai que c’est la mission socratique dans toute sa splendeur. Il s’agit de se mettre au service de quelqu’un dont la parole est importante, dont on veut savoir ce qu’il a à dire, ce qu’il pense, en l’aidant à en accoucher.”

Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Editions Raisons d’Agir, 1996, p. 36.

Mercredi dernier, lors de la seconde séance de l’atelier portant sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, les participants ont eu l’occasion d’échanger avec Laurent Joly. L’historien a présenté de manière pratique ses différentes expériences en tant que conseiller historique de film de fiction ou comme co-auteur de films documentaires. Il a commencé son exposé en brandissant un petit livre rouge de 96 pages : Sur la télévision. Paru aux Editions Raisons d’Agir, un an après les grèves de 1995, cet opus avait été pensé par le sociologue comme une continuation de son action politique. Dans le même format et avec la même visée, Bourdieu, publiera sous une couverture verte : Contre-feux (1998), puis en jaune Contre-feux 2 (2001). Je me souviens très bien de la première fois que j’ai ouvert ces livres, c’était durant le printemps 2002, juste après avoir obtenu le baccalauréat. Au lycée, on m’avait dit que le sociologue était difficile à lire dans le texte, alors je ne l’avais pas lu. L’engagement politique explicite et le phrasé dévastateur de Bourdieu me permirent alors de mettre des mots sur des choses qui restaient alors pour moi informulées. Petit à petit, je remontai alors dans sa bibliographie. La Misère du Monde fut acquis à Noël, puis les classiques.

Ce que je ne savais pas à l’époque c’est que Bourdieu avait été attaqué pour avoir publié ces petits  recueils d’articles, et que dans le milieu, cela marqua symboliquement la fin de sa production scientifique et le début d’un autre type d’action. Il y a quelques mois je consacrais une note à  la dernière page de La  Misère du monde. Je ne citais même pas ces trois petits ouvrages. J’avais bien intégré le fait qu’ils étaient hors-champ. Mercredi dernier, Laurent Joly – avec les précautions d’usage – a mobilisé le petit livre rouge. Il l’a fait entrer de nouveau dans le champ des références possibles. Il s’est simplement appuyé sur l’une des idées développées par le sociologue, en montrant à la fois ses limites et son intérêt.  Pour introduire son propos – ensuite plus empirique  -, il a déployé l’idée des contradictions, des complémentarités et des tensions entre dimensions autonome et hétéronome au sein d’un champ tel que celui de la recherche en histoire. Je cite Bourdieu, “Le phénomène qui était assez difficile à prévoir, c’est l’extension extraordinaire de l’emprise de la télévision sur l’ensemble des activités de production culturelle, y compris les activités de production scientifique ou artistique. Aujourd’hui la télévision a porté à l’extrême, à sa limite, une contradiction qui hante tous les univers de production culturelle. Je veux parler de la contradiction entre les conditions économiques et sociales dans lesquelles il faut être placé pour pouvoir produire un certain type d’œuvre (j’ai cité l’exemple des mathématique parce qu’il est le plus évident, mais c’est vrai aussi de la poésie d’avant-garde, de la philosophie, de la sociologie, etc.), des œuvres qu’on appelles “pures” (c’est un mot ridicule), disons, autonomes par rapport aux contraintes commerciales, etc., et d’autre part, les conditions sociales de transmission des produits obtenus dans ces conditions; contradiction entre les conditions dans lesquelles il faut être pour pouvoir faire des mathématiques d’avant-garde, de la poésie d’avant-garde, etc., et les conditions dans lesquelles il faut être pour pouvoir transmettre ces choses à tout le monde.” (p. 40)

Ce matin, je reprends l’édition acquise en 2002. Elle est annotée, recouverte de surligneur jaune, avec quelques citations réécrites d’une main mal assurée. “… la télévision un formidable instrument de maintien de l’ordre symbolique” (p. 14), “… de fil en aiguille, la télévision qui prétend être un instrument d’enregistrement, devient instrument de création de la réalité” (p. 21), “… aujourd’hui, de plus en plus, le marché est reconnu comme instance légitime de légitimation” (p. 28), etc. Je relis le premier texte. Je ne suis plus d’accord avec mes notes. Il y avait tout de même chez Bourdieu un anti-américanisme qui s’exprime ici d’une façon assez primaire. L’articulation entre individu et structure est rendue, souvent, de manière trop didactique. Il n’y a pas d’exemple, ou alors ils sont caricaturaux, dans tous les cas la démonstration ne part jamais d’études de cas (de l’analyse d’émission, de série télé, d’un journal télé), etc. mais les fulgurance du style bourdieusien font toujours leur effet. L’une d’entre elles – une longue parenthèse – me semble en particulier, conserver toute son actualité :

“Le principe de sélection, c’est la recherche du sensationnel, du spectaculaire. La télévision appelle à la dramatisation, au double sens: elle met en scène, en image, un événement et elle en exagère l’importance, la gravité, et le caractère dramatique, tragique. Pour les banlieues, ce qui intéressera ce sont les émeutes. C’est déjà un grand mot… (On fait le même travail sur les mots. Avec des mots ordinaires, on n’ “épate pas le bourgeois”, ni le “peuple”. Il faut des mots extraordinaires. En fait, paradoxalement, le monde de l’image est dominé par les mots. La photo n’est rien sans la légende qui dit ce qu’il faut lire – legendum -, c’est-à-dire, bien souvent, des légendes, qui font voir n’importe quoi. Nommer, on le sait, c’est faire voir, c’est créer, porter à l’existence. Et les mots peuvent faire des ravages: islam, islamique, islamiste – le foulard est-il islamique ou islamiste? Et s’il s’agissait simplement d’un fichu, sans plus? Il m’arrive d’avoir envie de reprendre chaque mot des présentateurs qui parlent souvent à la légère, sans avoir la moindre idée de la difficulté et de la gravité de ce qu’il évoquent et des responsabilités qu’ils encourent en les évoquant, devant des milliers de téléspectateurs, sans les comprendre et sans comprendre qu’ils ne les comprennent pas. Parce que ces mots font des choses, créent des fantasmes, des peurs, des phobies ou, simplement, des représentations fausses).” (p. 19).


6 réflexions sur « Le petit livre rouge de Pierre Bourdieu »

  1. A l’époque de “Sur la Télévision”, un peu après sans doute je ne sais plus (c’est en 1999), PIerre Bourdieu avait participé à une émission de télévision avec Gunther Grass, sur Arte, et je lui avais fait remarquer que lui se tenait sur une petite chaise, tandis que son homologue, disons, était assis dans un fauteuil confortable et dignement comparable à sa stature. Il m’avait répondu, amusé, que à la télévision, oui, il est difficile de contrôler quoi que ce soit… (car lui disais-je aussi, je me souviens, dans Bourdieu, il y a, certes, “Dieu” mais il y a aussi “bourde” ce qui l’a fait bien rire) (moi aussi)

  2. Cette littérature relève du pamphlet, je pense qu’elle est intéressante si on la comprend comme ça, même si au fond la réflexion de Bourdieu n’est pas impartiale (elle semble mue par la question de la présence des intellectuels et notamment de Bourdieu à la télévision) ni totalement renseignée. Mais surtout, la télévision, c’est le flux, il est très difficile de la critiquer car dès que l’on s’attarde sur une image, celle-ci n’est plus valable, on n’y reviendra plus, sauf comme archive : regardez comme nos coupes de cheveux étaient drôles en ce temps-là…

  3. Ce petit livre de Bourdieu me fait curieusement penser à un autre opuscule sur la télévision écrit peu avant sa mort par un autre auteur prestigieux: “Une loi pour la télévision” par Karl Popper (traduit avec un texte de John Condry sous le titre “La télévision, un danger pour la démocratie”, Anatolia, 1995). Ce texte de Popper a été lui aussi assez mal reçu à l’époque. Il apparaît loin du philosophe de la réfutabilité et de “La société ouverte et ses ennemis”. Proche de certaines positions conservatrices, il dénonce les méfaits de la télévision sur les enfants, pourfend la violence, le sexe et le sensationnel sur le petit écran, et défend l’instauration d’une sorte de licence pour les fabricants d’émissions de télé (et pas seulement les producteurs). Il souhaite en quelque sorte un ordre de la télé calqué sur l’ordre des médecins.
    La télévision est un piège pour les intellectuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.