Description d’un dispositif

Dans une série précédente de notes (ici ou , par exemple), je me suis attaché à analyser des dispositifs filmiques dans lesquels les personnes filmées sont confrontées à des images fixes ou en mouvement relevant d’une autre temporalité. Le film Description of a memory (2007, 80 min.), qui a déjà donné lieu à un billet sur Culture Visuelle, me semble entrer, en partie, dans cette catégorie de productions. Dans ce film, Dan Geva, le réalisateur, part d’un moyen métrage relativement peu connu, intitulé Description d’un combat (Chris Marker, 1961), réalisé en Israël (visionnable en ligne). Il structure sa propre forme autour de « treize souvenirs » qui lui permettent de mettre en regard l’état de la société israélienne et la manière dont elle se représente, à cinquante ans d’écart. Il cherche à comprendre en quoi certaines évolutions postérieures à 1961 peuvent être identifiées dans le premier film. Attentif aux moindres détails de l’image, il mène l’enquête, essayant ici de retrouver une personne représentée dans le premier film et là un lieu aujourd’hui méconnaissable. La narration est presque exclusivement assurée par une voix off. Ce choix rend visible/audible la subjectivité de l’intrigue. Elle renvoie aussi au film de Chris Marker. Pour autant, cela rend, par certains aspects, les choix narratifs trop clairement tranchés. En fait, les souvenirs partagés avec le spectateur, reposent bien souvent sur des partis pris politiques qui restent non-exprimés durant l’ensemble du film. A ce titre, il s’agit donc moins d’une mise en parallèle entre deux Israël que de l’exposé d’une vision politique portée par le commentaire subjectif du réalisateur. Les images du film de 1961 sont ainsi toujours à la limite d’être instrumentalisées.

Une séquence s’éloigne cependant de cette manière de faire. Il s’agit du sixième souvenir (time code : 19′- 23′). Celui-ci s’ouvre par une série de plans représentant une réunion dans un kibboutz extraits du film de Chris Marker (en ligne, time code: 9′-13′, cf. captures d’écran ci-dessus). Au centre de ces plans, comme cela est souligné par la voix off, se tient la secrétaire du kibboutz, Rachel Rabin, la soeur d’Yitzhak Rabin, « le premier Premier ministre d’Israël à être assassiné ». Immédiatement après ces images, un plan de coupe représentant les cheveux blancs d’une femme regardant cette séquence sur un poste de télévision est monté. Il est suivi d’un contre-champ dans lequel le visage de la femme est visible. Il s’agit de Rachel Rabin, cinquante ans après. Elle est filmée dans une cuisine. Une plaque et un four électriques sont visibles au second plan. Elle est, comme le réalisateur, attentive aux moindres détails de l’image. Elle demande, « qui espionnait par la fenêtre? » Un nouveau plan du film de Chris Marker est monté. Le visage d’un homme derrière une fenêtre est visible. Quand on revient à Rachel Rabin, le plan est plus large et elle est entourée de deux hommes. Ils se demandent ce que sont devenues les personnes représentées à l’écran. Puis, la voix off reprend le dessus, elle recouvre de sens aussi bien les images passées que celles tournées au présent.

Pour autant, pendant quelques instants, la voix d’une actrice de l’histoire et du film de Chris Marker aura été audible, comme une déchirure dans la narration générale du film. Il y a dans Description of a memory d’autres personnes qui s’expriment, mais aucune ne le fait à partir des images de Description d’un combat. Le dispositif d’entretien singulier mis en place par Dan Geva avec Rachel Rabin vient pendant quelques secondes dire autre chose que le message qui est porté par la voix off. Ces quelques phrases (montées avec beaucoup de précision), sont moins importantes par leur contenu verbal, que par leur présence dans le film. Elles viennent dire ce qui sinon serait resté muet, comme caché derrière la voix off de Dan Geva. Elles viennent dire que si le réalisateur est porteur d’une mémoire, celle-ci s’articule avec d’autres. Elles viennent dire la multiplicité des points de vue possibles à partir d’une même source visuelle. Elles appellent ainsi d’autres appropriations. Elles ouvrent sur d’autres narrations possibles et non-réalisées dans le film de 2007.

Enfin, le fait de montrer ces images sur un poste de télévision, dans le foyer de Rachel Rabin, dit également quelque chose sur leur statut. La coprésence de l’équipe du film de 2007, des images du film de 1961 et d’une des protagonistes, est remarquable. Si dans le reste du film ces images sont utilisées pour représenter le passé d’Israël, elles sont ici inscrites dans le présent. Le film de Chris Marker n’est, dans ce cas précis, pas seulement mobilisé pour ce qu’il montre (des images du passé), mais pour ce qu’il est (un objet matériel): ici la manifestation d’un lien entre deux moments de la vie d’une femme. Il est tout à la fois une trace et le déclencheur d’une mémoire. Pris dans la narration de Dan Geva, ce dispositif filmique, ce moment de la projection, devient ensuite autre chose (proche d’un argument visuel). Il reste cependant, en même temps, les paroles, les gestes et le regard de Rachel Rabin voyant ces images et repensant à cette autre période de sa vie. Il y a comme quelque chose du dispositif filmique mis en place qui résiste à la narration du film. L’intérêt de cette séquence (et donc de ce type de dispositif), me semble résider très précisément à ce niveau, dans ce frottement entre différentes temporalités et entre différents enjeux narratifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.