Les voisins de l’intermédialité

Dans le cadre du cours que je donne cette année en licence sur l’intermédialité, j’ai été amené à définir ce concept. Cela m’a conduit à le distinguer d’autres termes proches : l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité, la transmédialité, voire l’hypermédialité. Ces définitions sont pensées comme de premiers éléments qui sont ensuite à approfondir afin que nous partagions a minima un vocabulaire commun. L’objectif principal est de mieux comprendre la singularité de l’intermédialité dans le champ de ces termes concurrents. Je reproduis ces quelques notes en espérant qu’elles vous seront utiles et qu’elles vous donneront surtout envie d’aller plus loin.

Le premier terme qui s’est imposé est celui d’intertextualité. Utilisé par les littéraires il correspond à des études portant sur les relations entre des textes. Le mot texte est à questionner. S’il correspond au départ au sens commun – un livre, un article, d’une nouvelle, du texte d’une pièce de théâtre –, sa signification a évolué. Le mot texte/la textualité cela est progressivement devenu un synonyme de contenu d’une production culturelle. Ainsi, un film, une représentation théâtrale, un site web, une exposition d’art plastique sont aussi considérés comme étant des textes. Souvent dans cette perspective le texte est le lieu où se manifestent de manière explicite ou non d’autres textes. Lors de vos études au lycée, on vous a certainement appris que dans tel ou tel poème ou dans tel ou tel livre, il y a des références cachées ou non à d’autres poèmes, d’autres livres ou à des types de productions différentes. Pour Julia Kristeva, « tout texte se construit comme une mosaïque de citations ; tout texte est absorption et transformation d’un autre texte. À la place de la notion d’intersubjectivité s’installe celle d’intertextualité, et le langage poétique se lit, au moins, comme double »1. L’idée du double correspond au fait que quand on consulte un texte on en consulte toujours en même temps (au moins) un autre. J’espère que ce premier point est clair.

Alors quelle est la différence avec l’intermédialité ? Ce qui est placé au centre de ces études, comme cela est indiqué dans le mot intertextualité c’est le texte, c’est-à-dire le plus souvent le contenu narratif. L’inscription de ce contenu dans un média particulier n’est pas quelque chose de central. Le fait que ce contenu soit partagé, consulté, mobilisé dans une société donnée à une période donnée non plus.

Cela a conduit à la création du second terme, celui d’interdiscursivité. Quelle est dans ce cas la différence entre un texte et un discours, c’est le fait que le discours soit inscrit dans un espace social et culturel. Cet espace peut être étudié aussi bien dans le temps de la production de la forme artistique, que dans celui de sa diffusion. Mais… Il n’est toujours pas question de média.

L’intermédialité arrive donc comme un troisième terme qui permet aux chercheurs de mettre l’accent non plus sur le texte, ni sur le texte situé dans une société, mais sur ce qui donne forme au texte, c’est-à-dire le média. Je simplifie ici mais vous voyez, je crois, qu’il y a un mouvement du contenu vers le contenant.

Cela va encore un peu plus loin en ce moment avec l’idée d’intermatérialité qui est développée par des chercheurs en Suisse. Dans ce cas, ce qui les intéresse ce n’est plus ni le contenu, ni le média, mais la matière du média. Par exemple, dans le domaine de la sculpture, ils ne vont plus étudier de manière centrale l’évolution des formes, mais celles des types de matériaux utilisés, du bois au marbre, du plastique au béton, et ainsi faire des liens qui sont jusqu’à maintenant passés inaperçus. Ces liens vont parfois dépasser le seul domaine de la sculpture pour aller vers l’urbanisme ou le paysagisme, l’usage de certains matériaux à certaines périodes ayant des conséquences au-delà du seul domaine de l’art.

Maintenant, j’en viens à la transmédialité, car c’est un terme qui est parfois utilisé dans les études portant sur les médias. Peut-être le connaissez-vous déjà ? Il s’agit de la façon dont un texte, disons ici le contenu narratif et la forme, est raconté/partagé simultanément (ou tout du moins dans la même période) sur différents médias (ici entendu comme synonyme de mass média). Par exemple, le projet Matrix comprenant en plus du film bien connu, une déclinaison sur internet, un roman graphique, une bande dessinée et un jeu vidéo. Nous allons voir qu’il y a bien d’autres exemples dans la suite du cours. Cette notion est différente de l’intermédialité, car comme nous allons le voir, il n’est pas obligatoire que plusieurs médias soient présents pour qu’on parle d’intermédialité, alors que pour « raconter une histoire » sous plusieurs formes en même temps vous avez besoin de plusieurs médias. J’espère que cela est clair pour vous. La notion de transmédialité, elle est importante aujourd’hui, parce qu’elle permet de dépasser l’idée de produit dérivé. Au vingtième siècle, vous aviez le plus souvent au centre une production culturelle, puis les industries culturelles créaient pour gagner plus d’argent des déclinaisons de leur produit principal… il s’agissait de compléments. Aujourd’hui les industries, mais aussi les artistes, produisent des formes qui sont pensées dès le départ pour être présentées sur plusieurs médias. La transmédialité ne se limite donc plus à l’offre de contenu des industries culturelles.

Pour conclure sur ce point, je dis un mot de l’hypermédialité, car c’est une notion en cours d’élaboration (ou de réélaboration) chez certains chercheurs (il ne fait pas consensus). Nous y reviendrons j’espère à la fin du semestre. L’idée c’est qu’à force de travailler sur les relations entre les médias, on finit par se demander s’il y a bien quelque chose comme une entité qui correspond à un média de départ. En effet quand on pense à l’intermédialité, cela veut dire qu’il y a un entre, un inter, mais peut-être qu’en fait il y a un environnement médiatique global qui est composé de relations. L’intermédialité trouve ainsi une sorte de continuité dans la dissolution du concept de média lui-même. Voilà je mentionne juste cela et nous y reviendrons, mais ce n’est pas le cœur du sujet de ce cours.

Je veux enfin ajouter que l’intermédialité s’est développée en temps que méthode en Amérique du Nord et en Allemagne à un moment où les études culturelles, les cultural studies, ont contesté la position prédominante des études artistiques et l’histoire de l’art dans l’étude des textes. Pourquoi est-ce important de savoir cela, allez-vous me demander. Eh bien très précisément, car c’est cela qui conduit à ce que l’on parle aujourd’hui d’intermédialité et non d’interartialité. En fait, si l’intermédialité repose sur une approche pluridisciplinaire, cela est en partie liée à une volonté de décloisonner ce qui relève du domaine de l’art et ce qui relève du domaine de la communication ou des mass médias. Je n’insiste pas plus. L’idée à la base de l’intermédialité c’est donc aussi de faire des ponts, de déhiérarchiser les rapports entre art et productions culturelles, entre culture dite légitime et culture dite populaire, entre « haute » et « basse » culture.

[Ce texte est mis en ligne dans le contexte de la mobilisation estudiantine en cours sur le campus du Mirail (UT2J), afin de partager certains éléments du cours avec ceux qui manifestent.]
  1.  Séméiôtiké , Recherche pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969, p. 146 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.