Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité

Pour une intervention dans le cadre d’un séminaire du LLA-CREATIS (cf. annonce sur ce carnet), j’ai été amené à revenir sur la notion  d’intermédialité et à la définir par rapport à d’autres notions connexes comme l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité ou l’hypermédialité.

Une façon de présenter les choses communément admise est de classer ces notions par leur date d’émergence. L’intertextualité arrive avant l’interdiscursivité, puis l’intermédialité, avant que d’autres termes ne soient proposés. Ces moments de conceptualisation peuvent aisément être datés, respectivement la fin des années 1960, la seconde partie des années 1970 et la seconde partie des années 1990. Cette conception (teintée d’un certain progressisme pas très réflexif) est à la fois indiscutable et, en même temps, ne permet pas de bien comprendre la coexistence de ces termes jusqu’à aujourd’hui. En somme on a tendance – un peu naïvement – à penser qu’un terme chasse l’autre.

Pour rendre cette coexistence des termes visible, je me suis replongé dans l’interface NGram viewer de Google (voir sa présentation TEDx en 2011). Elle est ici utilisée comme un indicateur de tendance (dont on connaît par ailleurs les limites, notamment pour les termes peu utilisés, sur ce sujet lire l’article de Patrick Peccatte sur le carnet Déjà vu)1. NGrams permet, par exemple, de faire ressortir un décalage temporel entre le début de l’usage du terme interdiscursivité et celui d’intermédialité (Cf. les débuts des deux courbes sur le graphique ci-dessous). Cela est bien connu de tous les chercheurs s’intéressant un peu à cette question. Moins connu, cela permet de voir que les deux termes sont autant utilisés à partir de 2005 et que depuis celui d’intermédialité semble plus utilisé.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.09.46

(n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour un affichage plein écran)

Ce premier graphique peut donner l’impression qu’une substitution a lieu. Une comparaison avec l’usage du terme intertextualité contredit franchement cette impression. En effet, Ngram viewer permet de se rendre compte que celui-ci émerge non seulement plus tôt, mais qu’il continue également d’être (largement) plus utilisé jusqu’en 2008.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.10.11

De tels graphiques sont ici utiles pour analyser l’appropriation d’un terme par ceux qui publient des ouvrages (ouvrages qui doivent avoir été numérisés par Google). Ces termes étant principalement utilisés par des chercheurs cela rend compte de la prosécogénie (sa capacité à suscité l’attention) d’un terme à un moment donné.

Le séminaire auquel je participais s’adressait particulièrement à des chercheurs (et doctorants) en études espagnoles. Il m’a donc semblé intéressant de comparer les aires linguistiques. Cela permet de visualiser des informations déjà connues. Par exemple, si le terme intermédialité a circulé largement en français, il n’a pas d’équivalent direct en anglais.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.11.06

Par contre, le terme Intermédialität (allemand) a été approprié de manière plus importante. L’écart entre l’usage d’intermédialité et d’intertextualité est moins important dans cette langue. De plus, l’usage du terme en allemand commence un peu avant l’usage du terme en français. Cela est connu, mais apparaît ici clairement, même si pour ce qui est d’une plus large circulation les deux aires linguistiques se retrouvent autour d’une même période (1996-1997).

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.13.47

Enfin, le terme d’Intertextualidad – qui donne son nom au séminaire du LLA-CREATIS  – est presque absent dans le monde hispanophone, quand il est comparé à celui d’intermédialité.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.18.45

À chaque fois, il est important de rappeler qu’il ne s’agit que de tendances, devant ensuite être vérifiées de manière empirique, mais il semble que celles-ci soient suffisamment significatives pour être interprétées.

Enfin, aussi bien les termes d’intermatérialité, que d’hypermédialité, ne sortent pas sur NGram viewer2 le moissonnage des ouvrages numérisés par Google s’arrêtant en 2008 (l’usage de ces termes débute après cette date). Cette absence de donnée est aussi intéressante à discuter.

  1. Il faudrait aussi pouvoir moissonner les articles publiés dans les revues, une notion se développant certainement plus là que dans les ouvrages []
  2. En effet, quand le terme apparaît dans moins de quarante ouvrages différents, il n’est pas affiché. URL: https://books.google.com/ngrams/info []

Une réflexion sur « Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.