Cinéma et sciences humaines (méthodologie)

Après deux séances consacrées à des études de cas autour des articulations entre sociologie et cinéma de fiction et documentaire, le cours Cinéma et sciences humaines cette séance a porté sur la méthodologie. Il s’est agi de débouler certaines évidences acceptées jusque-là par convention. On s’est ainsi posé de grandes questions, « que recouvre l’appellation sciences humaines? » et « qu’est-ce que le cinéma? » Ces points sur l’état actuel des recherches et cette initiation à l’historiographie ont surtout permis d’aborder un peu différemment des notions telles que le cinéma comme institution, l’appropriation des images, le rôle des amateurs et des fans, l’analyse des discours sur les films, les pratiques spectatorielles, l’étude de la circulation, la génétique du cinéma, la relocalisation du cinéma, etc. qui seront plus longuement développées dans les cours suivants.

La Sociologie est un sport de combat

Je partage ici la présentation de la troisième séance du cours Cinéma et sciences humaines que je donne cet automne à l’Université de Montréal. Cette séance avait pour titre Le film comme agent au service d’une transformation de la société. Elle se basait sur l’étude du cas du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001). Cette fois, il ne s’agissait pas de comprendre comment la sociologie peut trouver une forme cinématographique dans un film de fiction comme Le Goût des autres (cours 2). La séance visait plus à saisir la façon dont les prises de paroles publiques d’un sociologue tel que Pierre Bourdieu peuvent donner lieu à un film et comment cette parole filmée peut transformer la société et surtout la manière dont une société se représente. Les présupposés d’une telle étude ont été critiqués à la fin de la séance.

Cinéma et médias – Colloque doctoral du GRAFICS

C’est avec plaisir que je vous annonce (en même temps que j’invite ceux des lecteurs de ces lignes qui résident à Montréal), que le colloque doctoral du GRAFICS, Cinéma et médias. Identités transitives,  se tiendra à l’Université de Montréal les 24 et 25 septembre 2016. J’ai eu le plaisir de codiriger cette deuxième édition avec deux autres postdoctorants, Santiago Hidalgo et Philippe Theophanidis. Ce sera l’occasion de faire un point sur ce que les jeunes chercheurs du GRAFICS ont à dire de ce que devient le cinéma à l’ère du numérique. La diversité des approches et des corpus qui ont émergé en réponse à l’appel conduit à penser que les discussions seront riches, entre comparatistes (cinéma/opéra:  Charlotte Dronier; cinéma/littérature: Thomas Carrier-Lafleur; cinéma/exposition: Odile Lanctôt), historiens des techniques (Nicolas Dulac  et Solène Secq de Campos Velho), analystes des discours et approches plus esthétiques (Jean-Charles Ray ), sans oublier que les études en question reposent sur des corpus allant de films documentaires (Bértold Salas Murillo), à des selfies (Marina Merlo) ou à des séries télévisées (Marc-Antoine Lévesque).

Pour consulter le programme complet rendez-vous sur le site du GRAFICS.

La médiation des mémoires en ligne

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes de l’introduction du numéro des Cahiers du numérique que j’ai codirigé avec Claire Scopsi (CNAM). Ce numéro porte sur « La médiation des mémoires en ligne ». Je tiens ici à remercier tous les auteurs pour leurs précieux travail: Jessica de Bideran, Patrick Fraysse, Christine Michel, Marie-Thérèse Têtu, Pierre-Antoine Champin, Laetitia Pot, Alain Lamboux-Durand, Maëlle Mériaux, Boris Urbas, Sophie Gebeil, Joëlle Le Marec, Nicolas Sauret. Les membres du comité scientifique qui ont patiemment et régulièrement suivi l’élaboration du numéro sont aussi à remercier: Michaël Bourgatte, Evelyne Broudoux, Florence Descamps, Michèle Gellereau, Véronique Ginouvès, Louise Merzeau, Viva Paci et Marcello Vitali-Rosati.

Introduction

En abordant les mémoires sous l’angle de leur médiation en ligne, notre intention est d’appréhender les relations entre mémoires et web en tant que phénomènes socio-culturels, techniques, économiques plutôt que comme une nouvelle forme, numérique, succédant à toutes celles – livre, enregistrements audiovisuels analogiques, spectacles, récits – sous lesquelles les mémoires ont circulé et circulent encore.

Ainsi, c’est la médiation, entendue comme une mise en relation via un support (et non le support lui-même), que nous considérons comme le véritable objet de notre investigation. Le numérique, en ligne ou intégré dans un parcours muséal, est donc à considérer non seulement comme technologie conduisant à la production d’artéfacts médiatiques (webdocs, expositions virtuelles, webtv, etc.), mais aussi comme environnement culturel, occasionnant des usages, rituels, pratiques ou normes. Que se passe-t-il lorsque des mémoires, comprises comme un type de rapport au passé entretenu par des individus et par des groupes sociaux en fonction d’enjeux qui leur sont présents, rencontrent la culture du web ? Que se passe-t-il également au cours du processus de documentarisation des supports médiatiques de ces mémoires dans un objectif de valorisation ? En quoi les choix opérés lors de l’éditorialisation (sélection, classification, description, notamment) sont-ils susceptibles de modifier le regard d’un groupe sur son passé ? Au final, aujourd’hui, la notion de mémoire elle-même peut-elle être pensée en dehors de la culture web, ou tout au moins sans prendre en compte cette culture ?

La suite de l’introduction et du numéro sont consultables sur CAIRN et sur le site de la revue. Si vous avez des problèmes d’accès, merci de me contacter.

Besson Rémy, Scopsi Claire, « La médiation des mémoires en ligne », Les Cahiers du numérique 3/2016 (Vol. 12) , p. 9-14

Le goût des autres

Je partage ici la présentation de la deux séance du cours Cinéma et sciences humaines que je donne cet automne à l’Université de Montréal. Cette séance avait pour titre Comment la sociologie peut-elle trouver une forme cinématographique ? Elle visait à saisir dans un premier temps l’influence des travaux de Pierre Bourdieu dans La Distinction (1979)  sur la réalisatrice Agnès Jaoui lorsqu’elle tournait Le Goût des autres (2000). Dans un deuxième temps, les limites de cette influence ont été soulignées en mobilisant la notion d’appropriation. Enfin, l’étude du film a permis une réflexion sur les limites de la pensée de Bourdieu elle-même, notamment à partir d’une présentation des travaux de Bernard Lahire.

Cinéma et sciences humaines

Cet automne j’ai la chance de donner le cours Cinéma et sciences humaines (CIN2116-A) de l’Université de Montréal. Vous trouverez ci-dessous la note d’intention qui ouvre le plan de cours distribué aux étudiants, ainsi qu’une succincte  présentation des séances.

Cinéma et sciences humaines

Le titre de ce cours est souvent compris comme correspondant au sujet suivant : apprendre à interpréter des films du point de vue des sciences humaines. Dans cette perspective, on peut se demander : comment la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, les sciences politiques, etc. nous permettent-elles de mieux saisir l’intrigue, les relations interpersonnelles, les modes vestimentaires, les décors représentés dans tel ou tel film ? Formulée ainsi, la chose semble assez simple : il y a d’un côté un sujet, le cinéma – compris ici comme la somme des films produits depuis la fin du XIXe siècle – et de l’autre un ensemble de méthodologies, celles des sciences humaines. Il est alors possible d’adopter une approche historiographique, soit de voir comment ces méthodologies ont évolué dans le temps ou encore une approche thématique, soit de voir comment chacune de ces disciplines apporte quelque chose de différent à l’analyse. En résumé, le cours sert à acquérir des outils d’interprétation permettant d’analyser un corpus de films en fonction d’une ou de plusieurs approches relevant du domaine des sciences humaines et sociales.

Si cette manière de faire a une valeur méthodologique indéniable, elle a le désavantage de ne pas prendre en compte le fait que dans le titre de ce cours, entre les mots Cinéma et sciences humaines, une conjonction de coordination s’est glissée. Il y a, en effet, un « et » qui est là pour signifier qu’il ne faut pas seulement s’interroger sur ce que les sciences humaines apportent à la compréhension des films, mais aussi sur le contraire, et surtout sur ce qui se joue à l’articulation entre ces deux domaines en perpétuelle reconfiguration. Ainsi, il n’y a plus un sujet (le cinéma) et des méthodologies (les sciences humaines), mais deux domaines dont il s’agit de saisir des relations forcément mouvantes. Pour répondre à ce défi, ce cours n’est pas organisé autour d’un axe historiographique et/ou thématique, mais autour d’un ensemble d’articulations entre le cinéma et les sciences humaines. Dès lors les questions se multiplient : comment les sciences humaines influencent-elles les réalisateurs ? Dans quels buts des chercheurs réalisent-ils des films sociologiques ou anthropologiques ? Comment les chercheurs en sciences humaines se servent-ils du cinéma pour intervenir dans la société ? Comment le numérique change-t-il ces usages ? Comment le milieu du cinéma constitue-t-il une partie de ce qui est analysé par les sciences humaines ? Dans quelle mesure faire un film est-il, en soi, un acte social analysable en tant quel tel ? Et enfin, comment en retour des réalisateurs s’approprient-ils la manière de filmer des chercheurs ?

Présentation des séances du cours

Après une séance introductive consacrée à la présentation des enjeux du cours, ainsi qu’à ce que ce cours ne sera pas (une série d’analyses de films depuis le point de vue des sciences humaines), nous étudierons un cas pendant deux séances : les travaux sur l’art et sur les médias du sociologue Pierre Bourdieu. Il ne s’agira pas de les considérer pour eux-mêmes (comme dans un cours d’introduction aux sciences humaines), mais de voir quelles formes cinématographiques ils peuvent prendre. La première relation sera du domaine de l’influence (séance 2). Pour le dire autrement : comment la pensée d’un sociologue (Bourdieu) influence-t-elle la réalisation d’un film de fiction à succès (Le Goût des autres) ? La seconde relation sera de l’ordre de l’agentivité (séance 3) : comment la prise de parole d’un sociologue (toujours Bourdieu) dans un film documentaire militant (La Sociologie est un sport de combat) peut-elle transformer l’espace social ? À chaque fois, les limites des approches choisies seront mises en valeur. On voit dès lors que si la sociologie peut transformer la manière de faire du cinéma (y compris de fiction), le cinéma change aussi quelque chose au mode d’intervention du sociologue dans la société. Il n’est ainsi plus question d’interpréter des films, mais de comprendre qu’aussi bien les films que les sciences humaines sont le résultat d’un ensemble d’actes qui peuvent être analysés.

Une fois ces deux cas abordés, un point méthodologique sera effectué (séance 4). Il conduira à remettre en question les équivalences reconnues comme évidentes lors des deux premières séances, soit que sciences humaines et sociologie, ainsi que films et cinéma, sont des synonymes. La place de l’anthropologie et de l’histoire culturelle, à côté de la sociologie, sera ainsi notamment rappelée. Cela conduira à présenter le cinéma comme une institution « avec ses règles, ses contraintes, ses exclusions et ses procédures » (Gaudreault). Enfin, l’arrivée du numérique sera expliquée comme étant quelque chose non seulement de technologique, mais aussi de social et de culturel, qui conduit à changer la définition du cinéma (Casetti). Les deux domaines qui sont placés au centre du cours seront donc bien compris comme étant en perpétuelle transformation.

Les séances suivantes s’appuieront sur les acquis méthodologiques de ce troisième cours pour présenter des cas et approfondir certaines relations. Lors des séances 5 et 6, il s’agira ainsi de voir comment des chercheurs en sciences humaines se sont approprié la caméra pour aller filmer la société. Le chercheur n’est alors plus un critique qui analyse des films, mais un producteur d’images. Le cinéma sera considéré tout à la fois comme un outil de captation et comme un mode de médiation pour ceux qui pratiquent les sciences humaines. Les cas étudiés seront d’abord des films (Chronique d’un été et Cannibal Tours), puis un ensemble de productions web dont le cours en ligne Anthropologie et cinéma et le webdocumentaire A Short History of Highrise. Ces développements relevant de l’histoire et de l’anthropologie visuelle conduiront à un exercice en classe à partir d’un corpus de films amateurs réalisés en Allemagne que les étudiant-e-s s’approprieront afin de proposer une note d’intention pour une production cinématographique imaginaire (séance 7, devoir de mi-session, 50 % de la note). Le corpus de films en question sera présenté par Laurence McFall (Université de Montréal) qui travaille à leur conservation et à leur valorisation en ligne (projet Open Box Memory).

Riches de ces acquis sur la façon dont les chercheurs en sciences humaines utilisent la caméra et le web, nous reviendrons ensuite vers l’étude de films de fiction. La relation étudiée sera de l’ordre de l’incorporation. Il s’agira ainsi de se demander comment une fiction peut intégrer des dispositifs qui renvoient au cinéma sociologique et anthropologique. Cette réflexion sera menée à partir des films d’Abdelatif Kéchiche, dont la Palme d’or 2013, La Vie d’Adèle (séance 8). Après avoir vu ce que la façon de filmer d’un réalisateur de fiction peut emprunter aux sciences humaines, nous verrons comment faire un film est, en soi, quelque chose qui relève du social. Un corpus de films militants sera alors étudié (séance 9). L’accent sera cependant moins mis sur le message politique des films ou sur leur forme, que sur la façon dont leur mode de production collaboratif change quelque chose au milieu du cinéma. La séance suivante abordera la même question, mais du point de vue de la production et de la réception des films à l’ère du numérique (séance 10). En somme, comment cette technologie conduit-elle à transformer la définition du cinéma en impliquant les usagers dans la conception des films ? La question ne sera alors pas celle de l’adaptation de la forme des films au web (comme dans le webdoc, cours 5), mais celle de la fonction des usagers de formes collaboratives.

C’est seulement au terme de ce parcours que nous reviendrons à la question initiale soit de saisir ce que les sciences humaines peuvent apporter à la compréhension du cinéma. Ce sujet sera d’abord abordé par une étude de cas relevant de l’histoire de la culture visuelle (En Sursis, séance 11), puis d’une synthèse générale organisée autour de l’expression de culture visuelle (séance 13), qui a pour avantage de décrire à la fois un objet (comme dans la phrase : ce film est une partie de la culture visuelle) et une méthodologie (comme dans la phrase : on adopte une approche relevant de la culture visuelle pour aborder ce film). Ainsi, au lieu de simplifier les questions soulevées pendant l’ensemble du cours, nous tenterons au contraire d’insister sur la nécessité de penser ensemble toutes les articulations possibles entre cinéma et sciences humaines.

Il est à noter que si ce cours tend à rapprocher les sciences humaines des sciences sociales, une séance exceptionnelle avec pour invitée Claudia Polledri (Université de Montréal) sera l’occasion de faire le lien entre sciences humaines et philosophie politique à travers l’étude d’un corpus de films libanais postérieurs au conflit civil (séance 12).

La séance consacrée à la synthèse du cours sera aussi le moment propice aux questions relatives à l’examen (séance 13) qui se déroulera la semaine suivante (séance 14). L’évaluation de fin de session portera à la fois sur les connaissances acquises et sur la capacité à mobiliser la méthodologie transmise durant les séances (50 % de la note).

AAC- Les usages des archives audio-visuelles

Au début du mois de juin 2016, j’ai eu le plaisir de rejoindre le comité de rédaction du Bulletin de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels et sonores, qui va devenir d’ici peu la revue Sonorités. Dans le cadre de cette nouvelle fonction, je partage ici un appel à contributions portant sur Les usages des archives audio-visuelles. Mon investissement dans cette revue et le sens de cet appel que je lance est de renforcer la dimension audiovisuelle de cette publication souvent plus centrée sur des questions relatives au son. N’hésitez pas à me contacter à ce sujet. Par ailleurs, je vous invite à consulter l’appel lancé en parallèle par Véronique Ginouvès portant lui sur la Présentation d’un corpus sonore ou audiovisuel.

Rubrique de la revue sur:
Les usages des archives audio-visuelles
[PDF: AAC / sur le site de la revue]

L’objectif de cette rubrique résolument pluridisciplinaire est d’accueillir des textes portant sur les usages des archives audio-visuelles. La notion d’usage renvoie ici à une pluralité d’interprétations qui vont de l’appropriation d’un document ou d’un fonds d’archives préexistant[1], à la réalisation de documents audio-visuels dans le but de créer une archive. Il s’agit, dans tous les cas, de comprendre ce que des individus ou groupes d’individus font de ces documents audio-visuels. Dans le premier cas, l’usage peut-être considéré comme créatif, voire artistique, alors que dans le second, il sera le plus souvent, d’ordre mémoriel, sociologique ou historien. Dans ce second cas, le questionnement peut avoir pour objet ce que l’utilisation des images animées change aux pratiques de l’histoire orale. La notion d’usage renvoie alors au fait qu’actuellement la valorisation de ce type de documents dans l’espace public est, bien souvent, concomitante à leur création.

La graphie « audio-visuelle[2] » a, elle, été choisie pour insister sur le fait que c’est l’étude des relations entre son et image qui est placée au centre de cette rubrique. En effet, les documents collectés ou créés lors de ces usages ne sont pas strictement sonores, mais en même temps audio et visuel[3]. La coexistence d’enregistrements sonores et d’images animées est ainsi moins à appréhender, en termes de substitutions, que prises dans des rapports de complémentarité, ce qui n’exclut pas les tensions. Des analyses prenant en compte les liens entre contenu et rythme de la parole, attitudes corporelles et gestes, supports de mémoire mobilisés et dispositifs filmiques, pourront donc être menées.

Par ailleurs, les études proposées pourront porter sur d’autres domaines que la seule création et/ou analyse de corpus audio-visuels. Il est possible, dans le cadre de cette rubrique, de s’interroger sur les processus d’institutionnalisation qui ont conduit à la création de ces archives audio-visuelles. Des questions relatives à la préservation et/ou à la restauration, ainsi qu’à la matérialité des documents, pourront aussi être abordées. De manière générale, en plus du cinéma et de la télévision, des archives de la recherche et des institutions patrimoniales, le rôle du web pourra être analysé dans une perspective tout à la fois technologique et culturelle. Ainsi, des études de dispositifs créant des relations entre entretiens filmés et/ou sonores, captation de démonstrations/reconstitutions, sources scripturaires et collections d’objets patrimoniaux seront considérées comme pertinentes pour cette rubrique, si elles sont mises en lien avec la notion d’usage.

Processus éditorial :

Les articles, 45 000 signes au maximum, seront évalués en double aveugle. Si les dépôts se font au fil de l’eau, les textes seront eux intégrés aux numéros de la revue. Des comptes rendus d’ouvrages ou de manifestations scientifiques pourront aussi être proposés dans le cadre de cette rubrique. À titre indicatif, notons qu’un retour argumenté sera envoyé aux auteurs dans les deux mois suivant leur dépôt initial. Pour plus de précisions, contactez Rémy Besson (postdoctorant à l’Université de Montréal), responsable de la rubrique : remy.besson@umontreal.ca

[1] On pense ici aux notions de réemploi ou de recyclage.

[2] En lieu et place de la plus généralement acceptée « audiovisuelle ».

[3] L’usage du vocable visuel n’est pas ici utilisé comme un synonyme d’images en mouvement (pellicule, vidéo, numérique), des photographies, gravures, dessins, etc. pourront être étudiés s’ils sont mis en rapport avec de l’audio.

Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki

Le 1er juin 2016, dans le cadre du colloque annuelle de l’Assocation canadienne d’études cinématographiques, j’ai présenté un état de la recherche que je mène actuellement sur le film d’Harun Farocki, En Sursis (cf. pour mémoire la bibliographie partagée sur ce carnet il y a quelques semaines). Intitulée Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki à  l’aune de sa pratique du montage pour  En Sursis (2007), celle-ci a pris place dans le cadre d’un panel sur L’Évolution des pratiques en fonction du support audiovisuel (programme complet). Vous trouverez ci-dessous un résumé de la présentation et le diaporama diffusé (sachant que celui-ci contenait aussi des séquences filmées).

En Sursis (38 min., 2007) est un film essai en format vidéo muet du réalisateur et théoricien des médias Harun Farocki. Celui-ci est composé de plans, eux-mêmes sans bande sonore, tournés en 1944 par un interné au camp de transit policier de Westerbork d’où furent déportés la quasi-totalité des Juifs des Pays-Bas. Farocki n’est donc pas l’auteur de ces images. Il les a, par contre, « éditées » (on reprend ici son propre terme) et reliées entre elles par l’usage de cartons écrits en lettres blanches sur un fond noir. Ce dernier défend ainsi une véritable esthétique de l’archive. Il s’inscrit notamment en faux vis-à-vis des films de montage qui ne contextualisent pas suffisamment les plans qu’ils intègrent. Il compare ces « compilations » à un pillage, qui, in fine, trompent les spectateurs plus qu’elles ne les informent. Au contraire, il explique avoir voulu restaurer la valeur documentaire des plans tournés en 1944 en respectant l’intégrité des séquences et leur rythme. Il créé ainsi dans l’ouverture du film et par le discours d’accompagnement de celui-ci l’impression d’une monstration d’une archive quasi brute (dans la première partie du film tout du moins). La question au départ de cette communication pourrait être formulée ainsi : dans quelle mesure le réalisateur donne-t-il à voir une archive et/ou propose-t-il une forme cinématographique élaborée qui s’inscrit dans la continuité d’une démarche de création basée notamment sur une pratique singulière du montage ? Pour répondre à cette interrogation une comparaison systématique entre les plans tournés durant la Seconde guerre mondiale et ceux montés a été menée. Ce travail conduit à souligner le rapport que le réalisateur entretient à la technologie, ainsi qu’à mettre en valeur la manière dont la technologie change également la pratique de la recherche elle-même, ce travail systématique étant difficilement envisageable avant l’ère du numérique.

Globe sonore: Archiver à l’époque du numérique

C’est avec un plaisir sincère, que je partage sur ce carnet une création sonore de 36 minutes, qui s’intègre dans une série intitulée « Contrepoint » conçue par les revues universitaires Circuit et Intermédialités. Il s’agit d’un nouveau résultat du projet Archiver à l’époque du numérique. J’ai écrit le scénario et mené la recherche documentaire de ce projet.  Tout l’intérêt à consister à réfléchir à une forme de médiation, non pas textuelle (comme un article) ou audiovisuelle, mais sonore. Ce travail a été mené avec Philippe Despoix, Solenn Hellégouarch et Pierre Lavoie, que je tiens à remercier vivement. J’espère que le résultat vous plaira et vous donnera envie d’en savoir plus sur ce projet.

Vous pouvez cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder au contenu:

globe

Référence complète:

« L’archive en ligne de la troupe de théâtre Dora Wasserman« , Globe sonore: Contrepoints, produit par les revues Circuit et Intermédialités, réal. Solenn Hellégouarch et Pierre Lavoie, avec la participation de Rémy Besson et Philippe Despoix, texte original: Rémy Besson.

Le webdocumentaire : une création partagée ?

Lundi 9 Mai 2016 je vais participer à un colloque de l’ACFAS qui porte sur  Le webdocumentaire : une création partagée ? Cette journée est organisée par Élène Tremblay, professeure à l’Université de Montréal.  J’y présenterai un projet en cours, un documentaire interactif sur le montage de Shoah qui est associé à un film actuellement en tournage de Catherine Hébert, portant sur Ziva Postec, la monteuse de Shoah. Vous trouverez ci-dessous la présentation générale du colloque (ou une version plus complète sur le site de l’ACFAS).

Depuis quelques années, la forme du webdocumentaire vient modifier la réception du contenu filmique documentaire en proposant des modes de découverte interactifs. Au Canada, particulièrement, cette nouvelle forme a été investie avec succès par l’ONF interactif et ses nombreuses productions interactives. Le webdocumentaire offre la représentation de communautés d’individus et d’espaces au sein de laquelle l’internaute peut librement naviguer. Dans ce contexte, la lecture et l’écriture du documentaire apparaissent plus que jamais partagées entre le créateur et le spectateur. Émergent alors de nouvelles relations au contenu, tant pour les créateurs que pour les spectateurs, le documentaire prenant forme dans les parcours singuliers de chaque internaute à travers les jalons construits par son auteur. Ces choix de parcours laissés au spectateur, qui peut quitter en tout temps, remettent en question le rôle de l’auteur (Gifreu Castells, 2011). À l’ère d’Internet, des mobiles et des réseaux sociaux, les habitudes de spectature ont changé, comment les chercheurs-créateurs du webdocumentaire s’adressent-ils à ce nouveau spectateur? Quelles sont les méthodologies de création adoptées? Quelles formes prennent les webdocumentaires et quel type d’engagement proposent-ils au spectateur? Comment est modifiée l’expérience de réception du contenu documentaire? Ce colloque réunissant chercheurs et chercheurs-créateurs tentera de cerner certains des enjeux de création et de réception soulevés par ce nouvel objet médiatique.

Élène Tremblay, UdeM – Université de Montréal
Présidence/animation : Élène TREMBLAY UdeM – Université de Montréal
9:00 Mot de bienvenue.

9:15 Tamara VUKOV Université de Montréal Penser le webdocumentaire: vers une écologie indépendante des pratiques à petite échelle du webdoc.

9:45 Myriam TREMBLAY-SHER Université Concordia. De spectateur à navigateur : exploration multilinéaire de récits du lieu.

10:45 Gilles TASSÉ UQAM – Université du Québec à Montréal
Du linéaire au stellaire, du film au webdocumentaire : un dispositif de réflexion et de communication sur le réel.

11:15 Sophie Beauparlant Cégep de Jonquière. De quelle façon le webdocumentaire renouvelle‐t‐il les pratiques et les théories du scénario ?

Présidence/animation : Isabelle RAYNAULD UdeM – Université de Montréal
13:15 Diane Poitras UQAM – Université du Québec à Montréal. L’interactivité est-elle une invention du webcinéma ?

13:45 Élène Tremblay, Université de Montréal. Le web documentaire, un mode performatif.

14:15 Karelle ARSENAULT Université du Québec à Montréal. Approche expérientielle du documentaire interactif.

15:15 Monika GAGNON Université Concordia. Réanimation des archives avec Korsakow: Archiving R69 (2010) et Racing Home (2015).

15:45 Rémy Besson Université de Montréal. Vers une écriture interactive de l’histoire : l’analyse du montage de Shoah.

Images animées, archives visuelles et intermédialité