Usages illustratifs et créatifs des archives audiovisuelles

Dans le cadre du cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal, je poursuis la réflexion engagée depuis deux séances sur les usages des archives audiovisuelles. La distinction un peu arbitraire entre usage illustratif et créatif a été complexifié tout au long de la séance. Les notions d’usages trompeur, d’attestation, créatif, symbolique, éthique et fictionnel, ont été proposés. Cette typologie un peu plus fine a donné lieu à un exercice avec les étudiants. Celui-ci a eu pour objet le sixième épisode de la série Les Aventuriers de l’art moderne (Valérie Loiseleux, Amélie Harrault et Pauline Gaillard). Il s’agit pour moi d’une manière de poursuivre le travail engagé avec Karine Abadie lors du colloque de l’ACFAS (mai 2017) et de tester les résultats du travail que j’ai mené pour le dossier de la revue Synoptique.

Je tiens à remercier Isabelle L’Heureux qui a participé à la mise en place de la bibliographie collaborative qui a rendu possible une partie de ce travail.

Archives visuelles et politique

Après quelques séances méthodologiques dont je n’ai pas partagé le contenu sur Cinémadoc, il me semble intéressant de mettre en ligne la présentation de la séance du cours Histoire et cinéma qui a porté sur les liens entre archives visuelles et politique. Il s’est surtout agi de conduire les étudiants à considérer la question politique non pas seulement du point de vue du sujet ou du traitement scénaristique du sujet abordé, mais aussi du point de vue de l’usage des images d’archives comme relevant d’une politique visuelle. Cela a été vu à partir d’une étude portant sur les notions d’illustration et d’usage créatif, ainsi que de transparence et d’opacité médiatique. Le corpus était composé de deux films de Simon Beaulieu, montés par René Roberge qui portent sur deux figures centrales du mouvement indépendantiste québécois. Le premier date de 2011 et est intitulé Godin (l’usage des archives est relativement illustratif) alors que le second Gaston Miron, un homme revenu d’en dehors du monde (l’usage des archives est beaucoup plus créatif) date de 2014.

Repenser le rôle de la Paluche dans Shoah

Dans le cadre du colloque international Cinéma et portabilité qui a eu lieu du 19 au 20 octobre 2017 à l’Université de Montréal, j’ai eu l’occasion de présenter une communication à deux voix et deux approches avec Alexia de Mari (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3). Celle-ci avait pour titre: Repenser le rôle de la Paluche dans Shoah. Nous avons abordé ce sujet à la fois du point de vue de la génétique cinématographique et de l’étude des discours qui ont porté sur le film dans l’espace public. Alexia a apporté son expertise concernant les archives de la société Aaton. Celles-ci sont accessibles à la Cinémathèque française. Son approche a été croisée avec la mienne qui est plus centrée sur les archives du film. Celles-ci sont accessibles à l’USHMM. Cette double perspective nous a permis d’insister sur le rôle de la technique dans le film. La prise en compte de ces archives nous a aussi permis de mettre à distance les discours portant sur Shoah en évitant une interprétation basée sur le face à face entre le chercheur et le film.

Vous trouverez notre présentation ci-dessous:

La Mémoire des anges – OCQ

Cette séance de l’Observatoire du Cinéma au Québec a été consacré à un dialogue avec le monteur Michel Giroux. Le film La Mémoire des anges (Luc Bourdon, 2008) a été projeté au moment même où, sa suite, La Part du diable était diffusé en première mondiale au Festival du Nouveau Cinéma. Il s’agissait de la troisième rencontre de ce type que j’organisait dans le cadre de l’OCQ, après la venue de René Roberge et celle d’Annie Jean.

Ce film composé uniquement d’archives visuelles et sonores de l’ONF portant sur Montréal entre la fin des années 1940 et 1967, nous a permis d’interroger ensemble la dialectique qui existe entre une représentation historique de la ville au cinéma et une représentation de l’imaginaire de la ville construite à partir d’un matériau cinématographique. En effet, les images ne sont que rarement montées dans ce film uniquement pour ce qu’elles donnent à voir de ce qui s’est passé (comme c’est souvent le cas dans les reportages historico-touristiques portant sur les grandes villes), mais bien plus souvent pour ce qu’elles évoquent et donnent à percevoir de l’imaginaire cinématographique de la ville (le film joue en permanence avec le cliché et une critique à la fois sociale et ludique de ces images attendues).

Le film peut être consulté en ligne.

 

Euchronie est en ligne!

J’ai pris l’habitude, depuis plusieurs mois, de vous tenir informés sur Cinémadoc des derniers développements du projet Euchronie. Celui-ci continue son développement. Une phase clé est atteinte aujourd’hui avec la mise en ligne de la première version du site. Vous pouvez le consulter à cette adresse: http://euchronie.org

Je vous laisse aussi prendre connaissance du texte de présentation que nous diffusons en ligne. Vous pouvez également consulter l’entretien accordé par Sébastien Poublanc à L’Histoire. N’hésitez pas à nous faire des retours par courriel.

Toute l’équipe d’Euchronie est heureuse de vous annoncer la mise en ligne du site Euchronie à l’adresse suivante : euchronie.org. Euchronie est un projet collaboratif francophone s’inscrivant dans le domaine des humanités numériques. Partant du constat qu’une abondante production de contenu sur le passé est autopubliée sur le web, le projet vise à agréger, indexer et hiérarchiser une partie de cette multiplicité de contenus. Le projet fait ainsi émerger un nouvel objet de recherche que nous proposons de nommer des connaissances humanistes sur le passé autopubliées en ligne. C’est à la fois une base de données et un média.

Vous trouverez sur le site le contenu produit par 113 sources sur le passé issues de différents médias (texte, images fixes & photographies, audiovisuel & vidéos, ressources sonores et médias interactifs) et classées par catégories (type de média, époques, thématiques et aires géographiques). Cette mise en ligne est l’aboutissement d’un travail de deux ans mené par une équipe de 19 chercheurs à cheval entre la France, le Canada et la Suisse.

Sur le site d’Euchronie, vous disposez d’un moteur de recherche pour interroger la base de données et chaque article vous propose :

  • une partie du contenu publié par la source, accompagné d’un lien de renvoi vers l’article complet ;
  • une fiche de présentation incluant la source originelle, l’auteur, la personne qui a indexé l’article dans Euchronie et la catégorisation du contenu.

Euchronie a été pensé comme un site accessible au plus grand nombre, quel que soit l’âge ou la facilité à naviguer sur Internet. Nous l’avons voulu attractif, attrayant et ergonomique. Toute la navigation se fait à partir d’un seul menu, accessible sur l’intégralité du site, quel que soit l’endroit où la navigation vous a mené.

Enfin, une animation éditoriale dynamique vous est proposée en page d’accueil, incluant trois articles mis en « Une », et l’affichage de 2 catégories thématiques, 1 catégorie temporelle et 1 catégorie d’aire géographique.

Le site a vocation à s’enrichir : de nouvelles sources seront progressivement intégrées au corpus, notamment en provenance des réseaux sociaux ; l’ergonomie du site sera questionnée d’ici un an afin d’intégrer les retours des usagers ; enfin, nous souhaitons répondre aux attentes de la communauté en écoutant et en enrichissant nos contenus. Vous pouvez donc nous contacter par courriel, sur Facebook ou Twitter.

Les Aventuriers de l’art moderne… l’aventure continue!

C’est avec plaisir, que je partage ci-dessous l’appel à publication que nous avons publié avec Karine Abadie, dans le cadre du travail que nous consacrons à la série Les Aventuriers de l’art moderne. Vous vous souvenez peut-être du beau colloque que nous avions tenu dans le cadre de l’ACFAS l’année dernière. (cf. image ci-dessous). Ces articles sont attendus pour le 1er novembre 2017. Ils trouveront leur place dans la revue Synoptique.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter, le site de la revue ou Fabula.

Histoire et Cinéma: représenter le Moyen Age

Dans le cadre du cours Cinéma et histoire de l’Université de Montréal, après une introduction consacrée au thème de l’immersion dans le passé à travers le film Dunkerque de Christopher Nolan, j’ai abordé cette semaine la question des rapports entre représentations dites réaliste et/ou imaginaire du passé à travers un corpus de films portant sur le Moyen Age. Je partage ici la présentation liée à cette deuxième séance du cours. J’ai déjà travaillé ce thème et ce corpus à plusieurs reprises. J’en ai fait quelques billets par le passé (ici et  notamment). Cependant, je pense que cette version est plus aboutie. Elle reprend certaines interprétations et intègre de nouvelles références.

Histoire et cinéma : Dunkerque (Christopher Nolan, 2017)

Cette année, j’ai de nouveau le plaisir de donner le cours Histoire et cinéma (CIN-2111) de l’Université de Montréal. Lors de la première séance, j’ai eu l’occasion de présenter le plan du cours, ainsi qu’une première étude de cas qui a porté sur le film Dunkerque de Christopher Nolan (2017). Je partage ici la présentation liée à cette seconde partie du cours. Cette analyse prendra aussi la forme d’un texte qui sera (normalement) publié dans la revue Mémoire en jeu dans les mois qui viennent.

Images, cinéma et Shoah

Il y a quelques semaines, je partageais sur ce carnet de recherche, l’article « De l’usage de la notion d’authenticité au cinéma Le cas de la réalisation et de la réception de Shoah » que j’ai publié dans l’ouvrage collectif Images, cinéma et Shoah.

Pour une fois, je me permets de reproduire sur ce carnet un texte dont je ne suis pas le signataire. Il s’agit de l’introduction de cet ouvrage. Ce choix s’explique par le fait que ce texte intègre une longue référence (pages 12 à 14) à un court texte que j’ai déjà publié sur ce carnet en 2013: Shoah, entre impression de réel et récit réaliste.

Ce texte est la réponse que j’avais faite à l’appel à communication du colloque qui est à la base de cet ouvrage. Cette référence constitue un bel hommage au travail que j’ai mené sur Shoah, c’est pourquoi j’ai souhaité le partager ici.

Si vous souhaitez citer un extrait du texte en question, je vous invite tout de même à le faire à partir de l’original:

Rémy Besson, « Shoah, entre impression de réel et récit réaliste« , Cinémadoc, 15 juillet 2013.

Entre respect de l’intégrité des sources et volonté de création – Le cinéma de Péter Forgács

Vous trouverez ci-dessous un résumé, ainsi qu’un lien vers l’article Entre respect de l’intégrité des sources et volonté de création – Le cinéma de Péter Forgács publié en Open Access dans la revue Proteus. Il s’agit d’un des résultats de la recherche que je mène depuis plusieurs mois sur les archives des images tournées au camp de Westerbork en 1944. Je vous renvoie à ce sujet à l’article que je viens de publier dans la revue Mémoire en jeu.

Entre respect de l’intégrité des sources et volonté de création – Le cinéma de Péter Forgács

Cet article est une réflexion sur les usages créatifs des images d’archives en lien avec la représentation de la déportation et de la destruction des Juifs d’Europe. Il est fondé sur l’étude comparée de l’usage d’un plan de 1944 dans Meanwhile somewhere. 1940-1943 de Péter Forgács (1994) et dans En Sursis (Harun Farocki, 2007). Il en ressort l’importance de penser le réemploi en termes de dispositifs filmiques conçus lors du montage. Cela conduit à trouver une alternative aux approches abordant cette problématique uniquement en termes d’erreurs d’attribution, de refus de l’archive ou de sacralisation des documents. Les gestes créatifs du réalisateur portant notamment sur la matérialité du document sont alors considérés comme autant de ressources pour articuler passé, présent et futur des archives visuelles (lire la suite).

L’illustration est une capture d’écran issue de Meanwhile somewhere. 1940-1943 de Péter Forgács (1994) .

Images animées, archives visuelles et intermédialité