Essai de typologie des billets sur Cinémadoc (2009-2014)

Actuellement, avec un camarade doctorant à Toulouse, Sébastien Poublanc, nous essayons de définir les différents types de publication de chercheurs en sciences humaines (plus particulièrement en histoire), qui ont lieu directement en ligne. Cela m’a conduit à faire un petit retour en arrière et à consulter les billets publiés sur Cinémadoc au cours des cinq dernières années et notamment les plus vus. Je vous propose donc ici une typologie basée sur les cinquante billets de ce carnet qui ont dépassé les 1000 vues ; au total Cinémadoc comptabilisant 150 000 vues (oct. 2009- oct. 2014). Cette mesure en termes d’audience est très critiquable. En effet, pour le dire certes trop rapidement, les contenus les plus vus sont loin d’être les plus intéressants. Cependant, quand on anime un carnet de recherche c’est aussi pour rencontrer un lectorat plus large que celui de nos seules publications universitaires. A titre d’exemple, un de mes articles préférés a été publié en ligne dans une revue d’UCLA. Il totalise aujourd’hui 150 vues. Il y a donc bien dans ce critère de la visibilité des publications quelque chose qui se joue et qui a à voir avec la fonction de la recherche dans l’espace public. Pour le dire simplement, tenir un carnet c’est aussi vouloir être lu.1 

Bref, revenons-en aux catégories. Sans surprise, les notes historiographiques, sortes de petits points sur un texte d’un auteur de référence que j’ai publié en 2010, ont été très lues. Elles sont au nombre de 22 dans ce « top 50 ». Si celles-ci ont d’abord eu pour objet des recherches portant sur le champ histoire et cinéma, il est étonnant de remarquer que ce sont d’autres notes qui ont été les plus remarquées. Celles-ci n’étaient pas plus détaillées que les autres (parfois moins), mais elles ont semblé répondre à une demande (celles sur L. Marin et G. Genette ont été vues plus de 3500 fois). La présence de comptes rendus d’ouvrages et de notes de lecture (6 occurrences) rend aussi compte de l’intérêt pour des textes synthétiques sur des publications récentes. Une troisième catégorie correspond à des textes publiés à la suite de communication dans des journées d’étude, des colloques ou pour préparer des cours (8 occurrences). Il s’agit d’analyses courtes et circonstanciées portant sur un corpus restreint. Cela me conduit à la quatrième et dernière catégorie l’exposition de la recherche en cours. Il y a là des retours sur expériences (2 cas), des notes au ton assez libre (5 cas) et enfin des contributions ou réflexions méthodologiques approfondies (7 cas). Cette dernière sous-catégorie réunit les billets les plus vus du carnet, elle correspond aussi à l’image que je me fais de ce que doit (pour moi) être un carnet de recherche. Il est intéressant de remarquer, que dans mon activité de carnetier, ces billets ne représentent, en fait, qu’une petite partie des publications. Formaliser des points historiographiques, rendre compte de cours ou de communications, partager des comptes rendus constitue le centre de mon activité ; ou tout du moins de ce qui, dans mon activité, intéresse les usagers de ce carnet (et les internautes de manière plus générale).

Notes historiographiques 22

Recherche en cours 14

Retours sur expérience

Contributions ou réflexions méthodologiques approfondies

Notes plus libres

Communications / Cours 8

Comptes rendus / notes de lecture 6

Pour information, ces cinquante billets totalisent 90 000 vues, auxquelles il est possible d’ajouter les vues sur les pages du carnet (historio, biblio, etc.), un peu moins de 10 000, puis les 200 autres billets, un peu plus de 50 000 (soit entre 250 et 300 vues par billet, ce qui repose sur une estimation basse).

  1. Cependant, cela ne revient pas à écrire pour être lu. Je n’entre pas ici dans les détails, mais ce que je trouve particulièrement appréciable, c’est la manière dont un carnet s’inscrit dans le temps, les billets continuant, sur long terme, d’être découverts, amenant à des prises de contact et autres discussions (en ligne ou non). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *