Limites de la représentation et usages créatifs des archives

Jeudi 9 février 2017, j’ai eu l’occasion de donner une séance du cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal qui est donné cette année par Pierre Chemartin. Cette séance a porté sur Limites de la représentation et usages créatifs des archives. Il n’y a pas là de grandes nouveautés pour les lecteurs de Cinémadoc, mais comme toujours, quelques reformulations et précisions, qui me conduisent à partager, ci-dessous, la présentation en question. L’idée est moins de travailler les limites de la représentation à partir du principe d’un interdit ou d’un limite relative à l’objet étudié, mais plutôt à partir d’une sensibilité dans l’espace public et d’usages créatifs des archives qui permettent de reconfigurer ces limites.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *