Babi Yar. Contexte (2021) de Sergueï Loznitsa : un objet intermédial? – 21 février 2024

Dans le cadre du séminaire du CRILCQ de l’hiver 2024, Intermédialité, Nouveaux matérialismes et post-vérité de Jean-Marc Larrue (cochercheur CRILCQ, Université de Montréal), j’ai le plaisir de donner la conférence « Babi Yar. Contexte (2021) de Sergueï Loznitsa : un objet intermédial? ». L’activité se déroulera le 21 février 2024, de 14h à 15h30, à l’Université de Montréal, Pavillon Lionel-Groulx, local C-8141.

Résumé de la conférence

Cette communication propose un retour réflexif sur la recherche que je mène actuellement à propos du film de seconde main Babi Yar. Contexte de Sergueï Loznitsa. Différents types d’approches que je mobilise seront présentées, dont notamment l’étude des discours portant sur le film, l’analyse de séquences, mais aussi la génétique cinématographique, soit dans ce cas précis la comparaison entre les sources archivistiques mobilisées (photographies, séquences d’actualités filmées pour la propagande, films amateurs, etc.) et les séquences montées dans le film. L’enjeu méthodologique de cette présentation revient à se demander quand et pourquoi les études intermédiales peuvent être convoquées afin d’appréhender ce type d’objet cinématographique singulier.

L’annonce officielle se trouve sur le site du CRILCQ: https://crilcq.org/activites/conference-%C2%A0babi-yar-contexte-2021-de-serguei-loznitsa-un-objet-/

Projection : My Russian 90’s : Chroniques d’une décennie – 15 février 2024

Jeudi 15 février à 19h, j’ai le plaisir d’introduire une projection du film documentaire de Macha Ovtchinnikova, My Russian 90’s: Chroniques d’une décennie qui aura lieu à Montréal à la galerie Dazibao (5455, avenue de Gaspé). Cet événement est organisé avec l’équipe du Vidéographe.

Ce qui m’intéresse particulièrement dans ce film, c’est la manière dont des liens sont tissés entre histoire et mémoire, singulier et collectif, archives (films de famille principalement) et témoignages de femmes proches de la réalisatrice, à travers un dispositif original.

L’événement est présenté ainsi sur les sites des organismes responsables de l’organisation:

Découvrez My Russian 90’s: Chroniques d’une décennie, un documentaire personnel et bouleversant de Macha Ovtchinnikova présenté en collaboration avec Dazibao et Vidéographe dans le cadre de la série dv_vd. Nous suivons la réalisatrice et sa mère lors d’un voyage en Russie qui, en 2003, retrace les conditions de vie qui ont précipité leur émigration. Cette exploration d’abord privée dévoile finalement la réalité des femmes moscovites après le putsch de 1991 et offre une perspective féministe sur cette période politiquement tumultueuse.

Lire la suite: https://www.videographe.org/activite/dv_vd-my-russian-90s-chroniques-dune-decennie/

Pratique documentaire (séminaire, 2024)

Ce semestre (hiver 2024) à l’Université de Montréal, j’ai l’opportunité de donner un séminaire de recherche-création portant sur la Pratique documentaire (CIN-6057).  C’est, pour moi, l’occasion d’échanger avec les étudiant-es autour du rapport dialectique entre observation et performativité. Ce séminaire conduit à la réalisation de deux formes courtes par chacun-e des participant-es. Vous trouverez-dessous la notion d’intention du séminaire en question.

Note d’intention: Pratique documentaire

Au tournant du XXIe siècle, le théoricien du cinéma Bill Nichols a proposé six grandes catégories pour définir ce qu’est le documentaire : poétique, démonstratif, participatif, d’observation, réflexif, performatif (2001 et 2010). Cette cartographie a depuis été contestée. Ces catégories sont aujourd’hui plutôt considérées comme des pôles permettant de comparer différents films documentaires entre eux et d’étudier différentes tendances présentes au sein d’un même film. Au Québec, la notion d’observation a occupé une place centrale depuis le moment du direct (1956-1964), mais aussi bien au-delà de ces bornes temporelles initiales[1]. Nous reviendrons sur la notion d’observation – distincte de celle de direct – qui veut que l’équipe du film adopte une posture relativement en retrait, ne modifiant pas l’espace sociale qu’elle représente et n’interagissant “idéalement” pas avec les personnes filmées telle une “mouche sur le mur”. Depuis quelques décennies, cette manière de faire du documentaire est moins centrale. Cela correspond à un tournant désigné par le terme : performatif (Bruzzi, 2006, voire parfois autobiographie[2]). Dans cette posture, le-la réalisateur·ice agit dans un espace social mis en scène qui n’existe que parce que l’équipe du film est là pour créer quelque-chose (parfois un dispositif). Dans tous les cas, il n’est plus question de capter un réel extérieur à l’équipe du film, mais de le construire, voire de le coconstruire avec d’autres. En partant du partage d’une expérience sensible et/ou d’un récit vécu à la première personne du singulier, l’objectif est de provoquer une réaction affective (empathique et/ou de rejet) de la part des individus qui regardent le film. Au Québec, cette catégorie est désormais très présente chez les jeunes créateur·ices (cf. par exemple, la dernière édition des RIDM à l’automne 2023).

Dans le cadre de ce séminaire de recherche-création, les participant·es seront amené·es à se positionner vis-à-vis de ces deux catégories. Il ne s’agira bien sûr pas de choisir l’une contre l’autre, mais bien plutôt de voir ce que chacun de ces deux grands pôles présents dans nombre des approches actuelles du documentaire peuvent s’apporter l’un à l’autre. En fonction des intérêts des participant.es, des séquences issues des filmographies de réalisateur·ices de renommée internationale tel-les que Wang Bing, Amos Gitai, Alanis Obomsawin, Agnès Varda, Frédérick Wiseman et/ou de plus jeunes créatrices vivant au Canada telles que Carol Nguyen, Sarah Polley, Gisela Restrepo, Camille Salvetti seront présentées. Elles seront, dans tous les cas, discutées en groupe. Les participant·es auront aussi accès à la plateforme Tenk.ca pendant la durée du séminaire afin de pouvoir visionner d’autres documentaires. L’objectif est d’amener chaque participant·e à se positionner afin de développer une perspective située[3]. Cette prise de position conduira à la conception de deux projets de recherche-création (dont le mode d’évaluation est détaillé dans le plan de cours). À partir du mois de février, ces projets prendront une place de plus en plus centrale dans le déroulement du séminaire.

Il est, enfin, à noter que des formations techniques, véritables préalables aux tournages et au montage, seront dispensées par les personnes ressources du département.

[1] Caroline Zéau, Le Cinéma direct. Un art de la mise en scène. L’Âge d’homme, 2020.

[2] Renov, Michael (2004). The Subject of Documentary. University of Minnesota Press.

[3] Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, J. Chambon, 2009.

 

Face aux archives des camps: H. Farocki, En Sursis (2007) – 16 janvier 2024

Dans le cadre du cycle de projections-débats Politiques du film d’archives II : Face à la violence de l’Histoire – Hommage à Harun Farocki (1944-2014) que j’organise avec Philippe Despoix, la première séance est consacrée au thème: Face aux archives des camps: H. Farocki, En Sursis (2007). Cette séance dans laquelle je vais présenter mes propres travaux aura lieu au Carrefour des arts et des sciences (C-1017-02) de l’Université de Montréal le 16 janvier de 16h à 19h.

Ce cycle de projections offre un forum de recherche et de discussion sur les gestes posés par les documentaristes travaillant à partir d’archives et sur leurs effets politiques explicites ou non. Il met en relief l’intérêt d’une approche intermédiale qui relie la question du choix du matériau d’archives (photo, film muet, vidéo, numérique) au mode de son traitement impliquant des transferts de technique, ainsi qu’aux formes de mémoire sociale que la diffusion de ces productions contribuent à créer. Le cycle de ce trimestre est entièrement consacré au documentariste Harun Farocki disparu il y a dix ans. 

Toutes les informations se trouvent dans l’affiche ci-dessous. L’entrée est libre.

Les deux séances suivantes auront lieu le 6 février 2024 à 16h : Archives de temps de révolution. H. Farocki, Vidéogrammes d’une révolution (1992) et autres extraits et le 5 mars 2024 à 16h : Destruction automatisée et archives virtuelles. H. Farocki, Reconnaître et poursuivre (2003) et autres extraits.

Ce cycle se poursuit par deux journées internationales d’hommage à Harun Farocki (21-22 mars 2024), Carrefour des arts et des sciences (UdeM) et cinq projections à la Cinémathèque québécoises, qui seront consacrées à H. Farocki (15 mars et le 22 mars).

 

 

Conseils de lecture pour temps de fêtes (et début 2024!)

C’est toujours un plaisir pour moi de partager quelques idées de lecture avec les membres du comité de rédaction de la revue d’histoire en ligne Entre-temps. Pour cette fin d’année 2023 et début d’année 2024 (!), je me suis penché sur la bande dessinée de Mélanie Leclerc intitulée Contacts. Vous trouverez ci-dessous le court texte que j’ai rédigé. Je vous invite surtout à prendre connaissance des autres propositions des membres du comité d’Entre-temps directement sur le site de la revue: https://entre-temps.net/conseils-de-lecture-pour-temps-de-fetes/

BANDE DESSINÉE – Mélanie Leclerc, Contacts, Outremont, Mécanique générale, 2019, 113 p.

La bande dessinée autobiographique Contacts est le résultat d’un travail mené pendant près de sept ans, d’abord été édité à compte d’auteur en seulement 100 exemplaires (2017). Depuis, une réédition chez Mécanique général (2019) et une certaine reconnaissance auprès du public et de la critique sont venues ! Ce projet singulier de Mélanie Leclerc porte sur sa relation avec son père, Martin Leclerc (lui-même fils du célèbre chanteur Félix Leclerc !) : un chef opérateur de cinéma documentaire québécois ayant travaillé à l’Office national du film du Canada (ONF) entre les années 1970 et 1990, notamment sur La bête lumineuse de Pierre Perrault (1982). Le récit proposé croise l’histoire intime d’une famille sur une vingtaine d’années (1982-2004) et la transmission des gestes de création, principalement autour de la photographie, sans épargner les protagonistes de l’histoire. Notons, pour conclure, que la publication se ferme par une annexe composée d’une série d’une dizaine de photographies de Martin Leclerc.

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille aussi la dernière bande dessinée de l’autrice – Temps libre, 2020 -, qui revient de manière détournée sur son désir de création.

Dossier: Textes et images : transparence et opacité – revue Aletria

Je partage ci-dessous l’appel à contribution pour le volume 35, n. 1, de la revue Aletria (prévue pour une publication en janvier 2025) qui portera sur Textes et images: transparence et opacité. C’est un dossier que j’ai monté avec mes collègues brésilien-nes en études intermédiales: Márcia Arbex (UFMG), Luciene Guimarães de Oliveira (UFSJ) et Biagio D’Ângelo (UnB). La date limite pour le dépôt des articles est le 10 juin 2024.

Ce numéro de la revue Aletria: Revista de Estudos Literários propose accueillir des articles qui adoptent une approche pluridisciplinaire permettant de réfléchir sur le fonctionnement des images en rapport à la transparence et à l’opacité, concepts développés par les études sur l’intermédialité. Comment les déplacements, les appropriations et les hybridations, les recyclages et les remplois, constituent-ils des traits distinctifs des images? Quels procédés médiatiques peuvent être considérés comme plus transparents ou opaques? Est-ce que la nature même des images autorise à dépasser l’idée d’une simple médiation ?  A ce propos, il suffit de penser à l’œuvre d’écrivains comme W.G. Sebald, M. Duras, I. Calvino, A. Smith, D. DeLillo, P. Modiano, par exemple, pour voir comment ces questions peuvent également être soulevées dans la littérature. Les propositions pour ce numéro devront « interroger » l’image à travers des études de cas et de pratiques artistiques et culturelles (sans limitations chronologiques, épistémologiques ou discursives), des arts plastiques à la littérature, de l’architecture au cinéma. Ainsi, au delà de la thématique spécifique sur la transparence et l’opacité, ce dossier propose une approche esthétique, historique, ainsi que politique sur les images en partant du principe qu’elles ne sont jamais une simple apparence et qu’elles sont toujours une ré-interprétation.

Quelques suggestions de références bibliographiques:

  • ALLOA, Emmanuel (dir.). Penser l’image. Dijon: Les presses du réel. 2010.
  • DIDI-HUBERMAN, Georges. Images malgré tout. Paris: Minuit, 2004
  • MARINIELLO, Silvestra, « L’intermédiali té : un concept polymorphe », dans Isabel Rio Nov o, Célia Vieira, Inter Média , Paris, L’Harmattan, 2011.
  • RANCIÈRE, Jacques, Le partage du sensible : esthétique et politique. Paris, La Fabrique éditions, 2000.

Vous pouvez consulter le site web de la revue, pour en savoir plus et pour avoir accès aux versions en anglais et en portugais de l’appel: https://periodicos.ufmg.br/index.php/aletria/announcement/view/496

Le guide de rédaction de la revue est accessible en ligne. Les articles doivent faire entre 7000 et 8000 mots. Il est à noter que dans cette revue seul-es les docteur-es peuvent publier des articles. Les doctorant-es doivent écrire avec un-e docteur-e. https://periodicos.ufmg.br/index.php/aletria/about/submissions

Des corpus audiovisuels en Humanités. Méthodes, expériences, résultats

C’est un plaisir de partager avec les lecteur·ices de Cinémadoc, les premières ligne de l’appel à communication pour le colloque international du consortium CANEVAS (dont je suis membre du comité scientifique), qui portera sur Des corpus audiovisuels en Humanités. Méthodes, expériences, résultats. Ce colloque se tiendra à la MSH Paris Nord, les 30-31 mai 2024.

Présentation:

La conception, l’analyse, la mise en circulation ou encore l’archivage de films ou de vidéos sont au cœur d’un nombre croissant de projets de recherche en Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales. L’avènement d’outils numériques a accéléré ce mouvement : annoter, conserver, partager des documents audiovisuels sont ainsi devenues des pratiques courantes pour nombre de chercheur·se·s, malgré les difficultés techniques et scientifiques que ces corpus continuent de poser. Ce colloque international porte sur les différentes approches et méthodes appliquées à l’exploration de documents audiovisuels nativement numériques ou numérisés. Il vise à réunir des chercheur·se·s de différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, études cinématographiques, arts de la scène, anthropologie, etc.) autour de cas d’études et d’expériences concrètes. (lire la suite)

Les propositions de communication, de maximum 2000 signes (espaces compris, références bibliographiques incluses) accompagnées d’un titre sont à déposer avant le 19 février 2024 sur https://corpusaudiovisuels.sciencesconf.org dans “Soumettre une proposition”. Une réponse sera envoyée le 11 mars 2024. Une publication paraîtra à l’issue du colloque. Les propositions et les communications pourront être en français ou en anglais.

Comment reconstituer les images d’archives ? – étude de cas – 30 novembre 2023

Dans le cadre du colloque international du projet de recherche Arcanes, intitulé Stratégies de tromperie et puissances du faux dans les arts trompeurs et l’écosystème socionumérique contemporain dirigé par Jean-Marc Larrue (UdeM) et  Fabien Richert (UQAM) qui se déroulera du 29 novembre au 1er décembre 2023, je vais présenter une communication portant sur le sujet suivant: Comment reconstituer les images d’archives ? – étude de cas. Cette communication s’inscrira dans un panel du 30 novembre 2023 consacré au thème: Authenticité et stratégies de tromperie.

Comment reconstituer les images d’archives ? – étude de cas.

La question qui sert de titre à cette communication est une citation du réalisateur ukrainien Sergei Loznitsa. Lors de la réalisation du film de seconde main Babi Yar. Contexte (2021), qui porte sur l’histoire et la mémoire du massacre éponyme, ce dernier s’interrogeait en ces termes : comment reconstituer les images d’archives ? En visant non seulement un questionnement de l’ordre de l’usage, mais aussi de la reconstitution, il soulève des enjeux éthiques et politiques auxquels cette communication tente de répondre. Les modalités d’articulation entre une esthétique de la transparence, dans laquelle les images d’archives sont mises au service d’un accès le plus direct possible au passé et une esthétique de l’opacité, qui met plus l’accent sur la matérialité des documents, seront interrogées. Dans une partie conclusive, qui correspondra à une remontée en généralité, les risques d’une esthétique centrée principalement sur la transparence seront soulignés.

Pour atteindre cet objectif, la méthodologie adoptée revient à comparer de manière systématique les séquences d’archives (photographies et séquences d’actualités de propagande nazie le plus souvent) aux extraits montés dans la première partie film (la seconde est composée d’images soviétiques). Cela permet d’identifier des gestes créateurs dont les effets sont parfois trompeurs. Ces gestes portent principalement sur la matérialité de l’image (retouche, recadrage…), la sonorisation et l’ordre des plans. Les choix effectués pour trois séquences seront présentés durant cette communication. L’intérêt du cas étudié est qu’il ne s’agit ni des gestes relevant de l’ordre de la propagande qu’il s’agirait de critiquer sur la base de critères politiques et moraux, ni de trucages innovants mobilisant des technologies de pointe (IA, par exemple). La pratique se situe plutôt du côté du bricolage et du low tech.

Pour en savoir plus, consultez: https://crilcq.org/actualites/colloque-international-du-groupe-arcanes-strategies-de-tromperie-et-puissances-du-faux-dans-les-arts-trompeurs-et-lecosysteme-socionumerique-contemporain/

Le documentaire sonore de chercheur (JE) – 17 novembre 2023

Vous trouverez ci-dessous les informations relatives à la journée d’études Le documentaire sonore de chercheur : Du terrain d’enquête au récit sonore : quels enjeux d’écriture ? organisée par Séverine Leroy à l’UCO. Il s’agit d’une manifestation scientifique organisée dans le cadre du projet Prasore auquel je participe depuis ses débuts. Avec Marie Lavorel (Concordia), j’ai aussi le plaisir de prendre part à cette journée. Entre 16h et 16h30, nous y présenterons notre réflexion actuelle sur un projet de recherche-création sonore. Le titre de la présentation est le suivant « Kwibuka, documentaire sonore (projet PRASORE) : Contexte, terrain et réflexions sur le processus de création. »

Présentation de la journée d’étude:

À l’occasion de cette journée, nous écouterons les processus d’analyse de chercheuses et chercheurs qui ont une expérience de production de documentaire sonore. La position réflexive sera privilégiée et nous permettra d’interroger les principales zones de questionnements que soulève cette pratique d’enregistrement et de réalisation revendiquée comme une écriture alternative de la recherche. Fanny DUJARDIN (CNRS, Prism, Aix-Marseille Université) soulèvera les enjeux éthiques du « don du micro » dans son documentaire Prologue pour un récit d’arrivée qui interroge les conditions de l’hospitalité réservées aux jeunes migrants en France. Marie FIERENS et Ornella ROVETTA (ULB, Bruxelles) partageront l’évolution de la transformation de leur processus de recherche sous l’influence du sonore et la place que ce medium a pris dans leurs modalités d’écriture et de transmission de leurs recherches. Séverine Leroy (CHUS-UCO, Angers) présentera sa recherche sur l’observation de processus de création et le choix du documentaire sonore pour transmettre les expériences vécues. Rémy BESSON (Université de Montréal) et Marie LAVOREL (Université Concordia) présenteront les enjeux soulevés par le projet documentaire qu’ils développent dans le projet PRASORE consacré à la transmission de la mémoire du génocide des Tutsi dans la communauté rwandaise de Montréal. Enfin, les chercheuses et chercheurs du projet PRASORE partageront leur expérience issue de la première résidence de recherche-création qui s’est déroulée en juin 2023 et les questions qu’elles et ils se posent au moment où le tournage de leur projet documentaire se met en œuvre.

Le programme détaillé avec l’horaire est accessible via le site de l’UQO. Vous trouverez ci-dessous le résumé de la communication que nous allons donner à 16h avec Marie Lavorel:

Rémy BESSON (Université de Montréal) et Marie LAVOREL (Université Concordia) : « Kwibuka, documentaire sonore (projet PRASORE) : Contexte, terrain et réflexions sur le processus de création. »

30 ans après le Génocide des Tutsis au Rwanda, les témoignages de la plupart des survivants qui résident à Montréal ont été collectés et leurs récits de vie sont préservés et valorisés. Ce qui nous apparaît désormais comme étant le plus important, c’est d’interroger le rôle que ces témoignages oraux jouent dans la vie des membres de la seconde génération (18 à 25 ans). Plus précisément, nous souhaitons mettre en évidence le rôle actif que ces derniers jouent dans la transmission de cette mémoire collective traumatique et dans son actualisation dans l’espace public canadien. À partir du processus de création de Kwibuka, une création sonore qui sera réalisée en 2024, nous vous présenterons la préparation du terrain de collecte de sons et la mise en place d’un processus collaboratif nécessaire à sa réalisation.

 

Enjeux de l’utilisation des images d’archives – 26 octobre 2023

Dans le cadre des ateliers de travail du Labdoc (Le laboratoire de recherche sur les pratiques audiovisuelles documentaires, dont je suis membre) de l’UQAM, j’ai le plaisir de vous annoncer que je vais animer une séance qui se tiendra de manière virtuelle le jeudi 26 octobre 2023 de 14h à 16h. Le titre de l’événement est: Enjeux de l’utilisation des images d’archives et de la mise en récit pour le webdoc Les dames pensionnaires des hospices religieux québécois, 1690-1975.

Courte description : Les membres du labdoc contribuent depuis maintenant quelques mois au développement et à l’écriture d’un webdocumentaire consacré à l’histoire des institutions de vieillesse et en particulier à la figure des dames pensionnaires. Nous recevons le chercheur de l’Université de Montréal, Rémy Besson, qui nous présentera quelques exemples provenant du cinéma documentaire et qui animera un atelier de travail à partir de documents d’archives du projet.

Participant.es: Aline Charles, Alexandre Klein, Annie-Pier Brunelle, Marie Braeuner , Sylvain Brosset, Florence Gagnon-Brouillet, Marie-Laurence Raby, Rémy Besson, Viva Paci , Diane Poitras , Dishani Samarasinghe et Martin Bonnard. 

Cette séance s’adresse avant tout aux membres du laboratoire, mais n’hésitez pas à me contacter pour obtenir le lien Zoom.

Images animées, archives visuelles et intermédialité

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search