mnèmè et anamnèsis – Paul Ricoeur

“Mon premier souvenir est un souvenir de banlieue. Aux confins de ma mémoire un train de banlieue passe comme dans un film. La mémoire et les films se remplissent d’objets que l’on ne pourra jamais plus appréhender.”

Citation et capture d’écran issues de Maurice Pialat et al., L’amour existe, 1961, 19 minutes.

“La phénoménologie de la mémoire ici proposée se structure autour de deux questions : de quoi y a-t-il souvenir ? de qui est la mémoire ? (…) Le moment du passage de la question quoi ? à la question qui sera encore retardé par un dédoublement significatif de la première question entre une face proprement cognitive et une face pragmatique. L’histoire des notions et des mots est à cet égard instructive : les Grecs avaient deux mots, mnèmè et anamnèsis, pour désigner d’une part le souvenir comme apparaissant, passivement à la limite, au point de caractériser comme affection – pathos – sa venue à l’esprit, d’autre par le souvenir comme objet d’une quête ordinairement dénommée rappel, recollection. Le souvenir, tour à tour trouvé et cherché, se situe ainsi au carrefour d’une sémantique et d’une pragmatique.”

Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 3 et 4.

L’objet premier de ce billet est de s’intéresser aux concepts de mnèmè et anamnèsis. Sur la distinction entre ces deux notions Roger Chartier explique. “La première distinction que met en place Ricoeur est celle qui oppose le souvenir et le rappel, la survenance du passé et le travail de la mémoire. Il en désigne les termes en faisant référence soit au lexique aristotélicien, qui emploie mnèmè pour l’évocation du souvenir et anamnèsis pour le travail mémoriel, soit au vocabulaire de Bergson, qui identifie le travail de l’anamnèse comme rappel laborieux” (in “Mémoire et oubli. Lire avec Ricoeur”, Paul Ricoeur et les sciences humaines, La Découverte, 2007, p. 233). Sabina Loriga pose également :”ici Ricoeur souligne la différence entre la survenance inattendue d’un souvenir et la quête active (“un réapprendre de l’oublié”). Elle correspond à la distinction grecque entre mnèmè (le souvenir comme apparaissant d’une façon presque passive) et anamnèsis (le souvenir comme objet d’un rappel).”1

Si on revient à Ricoeur, cette fois dans un texte publié dans les Annales, contemporain de la publication de La mémoire, l’histoire, l’oubli, on peut remarquer avec lui que

“ce dédoublement entre la mémoire proprement dite et la réminiscence, entre la simple présence d’un souvenir à l’esprit dans son évocation spontanée, et sa recherche plus ou moins laborieuse et fructueuse, donne l’occasion de pointer la marque de l’auparavant – du proteron – sur la chose passée : “La mémoire, écrit Aristote, est du temps” (adjectif partitif : mot à mot de l’advenu, tou genomenou). Plus fortement : on se souvient “sans les choses”, mais “avec du temps”. Avec la mémoire, à la différence de la fantaisie, la marque de l’avant et de l’après est déposée sur la chose évoquée. Cette marque n’abolit pas la première énigme, celle de la présence de l’absent, mais l’étale en quelque sorte dans le temps” (p. 732).

Si on passe de nouveau à l’ouvrage, il est important d’insister sur la distinction entre fantaisie – récit fiction et mémoire. Posée de manière critique, la question que l’on pourrait alors soulever est la suivante “De quelle manière l’imaginaire du passé participe-t-il donc de la mémoire ? Faut-il encore distinguer ces deux visées, qui se compléteraient mutuellement selon une tension allant de l’imitation à la différenciation, ou ne convient-il pas de les fondre ensemble, la mémoire n’étant jamais qu’une forme d’un imaginaire qui prend appui sur ce qui a été, mais sans jamais pouvoir le réactiver, le réactualiser tel qu’en lui-même il a été?”2

La réponse de Ricoeur à ce sujet est limpide “Mais- et c’est ici que nous touchons à l’autre versant de la difficulté – ce n’est pas n’importe quelle sorte d’imagination qui est ainsi mobilisée. A l’inverse de la fonction irréalisante qui culmine dans la fiction exilée dans le hors texte de la réalité tout entière, c’est sa fonction visualisante, sa manière de donner à voir, qui est ici exaltée” (MHO, p. 63). La mémoire est ce qui donne à voir le passé.

On se propose de développer cette idée avec François Bédarida, car il est nécessaire de réintégrer ce voir comme dans le temps. “Ainsi, à l’inverse des notions convenues, Ricœur, dans sa  phénoménologie de la mémoire, propose une nouvelle interprétation de la relation mémoire/histoire, à la recherche de l’objet de la mémoire en même temps que de son processus. Il remarque que les Grecs utilisaient deux mots pour la désigner : la mnémè, qui est « affection » (pathos) en tant que souvenir surgi dans la mémoire et reconnu comme passé, et l’anamnésis, ou anamnèse, qui est rappel, remémoration, recherche du souvenir arraché au passé. Dès lors l’histoire est le « moteur de recherche » qui tente indéfiniment de retrouver ce que Michel de Certeau avait appelé l’absent de l’histoire, c’est-à-dire le souvenir reconnu passé. En conséquence, elle construit en vue de reconstruire. Comme avec le temps nous changeons, il faut à la fois garder quelque chose du passé et avoir un horizon de projet de manière à combiner récapitulation de nous-mêmes et volonté de faire sens.”3

On se propose dans le même mouvement de relance entre le texte des Annales et l’ouvrage d’aborder maintenant la question de la liaison entre image et mémoire chez Ricoeur. Je cite, la question à résoudre se situe à deux niveaux “l’énigme d’une image qui se donne à la fois comme présente à l’esprit et comme image de…, image d’une chose absente” (p.732). Si on suit maintenant Ricoeur dans son dialogue avec Bergson, quelques lignes après le passage cité ci-dessus “la mise en images du souvenir pur : essentiellement virtuel, le passé ne peut être saisi que si nous suivons et adoptons le mouvement par lequel il s’épanouit en images présentes, émergeant des ténèbres au grand jour” (Ricoeur, p. 63, il cite Bergson, Matière et Mémoire, p. 278). La question partout présente est en fait celle de la question de la représentation du passé. Il la formule différemment dans l’avertissement de son livre. “Une problématique commune court en effet à travers la phénoménologie de la mémoire, l’épistémologie de l’histoire, l’herméneutique de la condition historique : celle de la représentation du passé. La question est posée dans sa radicalité dès l’investigation de la face objectale de la mémoire : qu’en est-il de l’énigme d’un image, d’une eikon – pour parler avec Platon et Aristote – , qui se donne comme présence d’une chose absente marquée du sceau de l’antériorité?” (MHO, p.II).

De cette plongée dans le texte, on peut ressortir de nouveau par un recours à l’exégèse critique proposée par Sabina Loriga : “Ricoeur admet que rien ne peut prouver que l’image-souvenir est conforme à l’original, coïncide avec l’expérience première qui a eu lieu” (p.57). Pour autant, l’historien doit “reconnaître sa propre profonde dépendance vis-à-vis de la mémoire, accepter qu’elle soit sa matrice, son sol d’enracinement”. L’auteur-e poursuit par une critique de la trop grande confiance des historiens dans les documents écrits et de leur trop grande défiance en la mémoire. “Au début des années 1990, Jean-Claude Pressac a découvert, aux archives de la Direction des constructions SS (Bauleitung), conservées à Moscou, une lettre concernant l’utilisation du zyklon B, qui avait été écrite par l’ingénieur national-socialise Kurt Prüfer, responsable de la construction des crématoires de Dachau, Buchenwald, Mauthausen et Auschwitz. Il s’agit de la première épreuve écrite de ce genre, en mesure de susciter une pensée apparemment tranquillisante. A savoir : maintenant, devant cette documentation, personne ne pourra plus mettre en doute l’essence la plus profonde du projet nazi. Mais s’agit-il vraiment d’une pensée tranquillisante? Si l’on y réfléchit mieux, l’idée qu’un document technique ait plus de valeur que la mémoire de millions de survivants contient quelque chose d’intolérable. Au-delà de toute considération éthique, elle risque aussi de nous rabattre sur une vision objective de l’histoire, fondée sur l’opposition entre le document et le témoignage (comme si un document était quelque chose de différent et de plus fiable qu’un témoignage)”

Sabina Loriga in “La tâche de l’historien”,  Olivier Abel (dir.), La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricoeur, note 21 p.63

  1. in “La tâche de l’historien”,  Olivier Abel (dir.), La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricoeur, note 21 p. 57 []
  2. Jean-Jacques Wunenberger, “Les paradoxes de l’anamnèse”, Mémoire et identité, Parcours dans l’imaginaire occidental, Presses Universitaires de Louvain, 2008, p. 151 []
  3. François Bédarida « Une invitation à penser l’histoire : Paul Ricœur », Revue historique 3/2001 (n° 619) []

Une réflexion sur « mnèmè et anamnèsis – Paul Ricoeur »

  1. Il faut sans doute analyser le témoignage comme une forme de document & continuer d’en faire la critique interne & la critique externe. La plupart des remarques de ce billet sont d’ailleurs redevables d’une telle approche : quel est le contexte de production (où, quand, par qui, comment) du témoignage ? en quoi cela aide-t-il à situer le degré de fiabilité de ce témoignage ? Quelle place la mémoire visuelle peut-elle jouer dans un témoignage a posteriori.

    C’est évidemment, l’une des problématiques centrales de l’histoire du temps présent…

    http://davidikus.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.