Contre le positivisme – Michel Pastoureau

“Tout ce que l’on peut savoir des outils du combat vient par conséquent des images. Or ce témoignage est mal sur. Il est difficile d’assigner une date à la plupart des œuvres peintes ou sculptées. Et l’on ne peut jamais dire si l’artiste a tenté de reproduire fidèlement ce qu’il voyait, ou s’il a copié d’anciens modèles. Toutefois, par ce que montrent les sceaux, les enluminures, quelques bas-reliefs et l’orfèvrerie des châsses, il est permis d’esquisser la silhouette des combattants de Bouvines.”

Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Gallimard, 1985 (1ère édt. 1973), p. 36

Michel Pastoureau est un historien du Moyen Age passionné de cinéma. C’est tout du moins ce qu’il a confié à Bastien Beverini et Xavier Sené dans un long entretien peu connu de la Revue de l’Association historique des élèves du lycée Henri-IV : L’émoi de l’histoire, en novembre 1999 (publié au printemps 2000). Il dit, entre autres, que sa vocation d’historien lui est venue en visionnant Ivanhoé, puis Les Chevaliers de la Table ronde (Richard Thorpe et al.). Plus intéressant pour nous, il explique également qu’il a été à deux reprises conseiller historique pour le cinéma.

Jeune historien, il a d’abord été contacté par Eric Rohmer qui travaillait à Perceval. L’idée du réalisateur était de proposer une vision distanciée du Moyen Age. Michel Pastoureau dit “je me souviens que (elle) m’avait bien plu cette idée de ne pas mettre en scène un Moyen Age très fidèle dans sa reconstitution historique mais donner l’idée de cette reconstitution” (p. 9). Pour autant, ce que l’homme de cinéma vient chercher auprès de l’historien, ce sont des conseils, des précisions, un savoir en somme. “On a parlé pendant toute une journée, le point de départ étant les armoiries et les costumes : il voulait des renseignements sur les armoiries des chevaliers de la Table ronde et sur la façon dont on était habillé à la fin du XIIe siècle.” (p. 8-9). L’historien lui donne également des conseils sur l’usage de l’héraldique. Il note, cependant et certainement après des pressions des producteurs, que ses conseils n’ont pas beaucoup été suivis.

La seconde expérience de l’historien est bien différente. Cette fois, il s’agit d’un projet sur le plus long terme, impliquant d’un côté plusieurs historiens de l’EHESS, sous la direction de Jacques Le Goff, et de l’autre Jean-Jacques Annaud, qui réalise alors Le nom de la rose (à partir d’un ouvrage d’Umberto Eco). Ce qui m’intéresse ici, c’est moins cette différence de statut que la différence de dialogue entre les historiens et le réalisateur. “Il (Jean-Jacques Annaud) voulait que tout soit bien comme on pense que c’était, les paysages, les bâtiments, les costumes, les rituels, etc. C’était un souci presque positiviste et il n’y avait absolument rien de cette distanciation qui préoccupait beaucoup Rohmer” (p. 13). Le réalisateur “voulait savoir si au réfectoire par exemple, les moines bénédictins ou cisterciens avaient le capuchon sur la tête ou la tête découverte pour montrer à l’écran des gens tonsurés ou encapuchonnés.” (p.14) et aussi “comment on s’assied à table, comment on se rencontre, comme on se dit bonjour et au revoir, quel type de gestes l’on fait, et nous nous sommes aperçus que nous ne savions pas répondre à ces questions.” (p. 13) L’historien conclut sur ce point,”le résultat m’a semblé à l’écran un petit peu lourd comme reconstitution, d’autant que nos savoirs ne sont nullement des certitudes : dans dix, vingt ou cinquante ans, ce que nous croyons en matière simplement de bâtiment, d’ameublement ou de costume sera complété ou corrigé; chaque savoir n’est qu’un état dans l’histoire évolutive des savoirs” (p. 13). Il remet également en perspective les deux films.

Le nom de la rose “a eu un nombre de spectateurs dans le monde beaucoup plus grand que le Perceval de Rohmer, film ambitieux où l’on parle en vers et où les arbres ne sont pas de vrais arbres et où tout est distancié par rapport à un Moyen Age reconstitué par les historiens, qui est lui-même d’ailleurs distancié par rapport au vrai Moyen Age” (p. 16).

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/x27l8v_perceval-le-gallois_shortfilms[/dailymotion]

Il revient enfin, sur le point soulevé par la citation de Duby mise en exergue. Pour mettre en image le Moyen Age, un réalisateur, doit prendre en compte le fait que les sources utilisées par les historiens sont elles mêmes des images (contemporaines de cette période), ces images d’images devraient donc moins viser au réalisme qu’à une dimension poétique (si on suit Michel Pastoureau)  :

“Je pense même à la limite que l’on est plus fidèle à l’atmosphère médiévale en procédant de cette façon-là (en mettant à distance) parce que la reconstitution scrupuleuse vieillit donc fait vieillir le film et lui enlève une partie de sa poésie, et de toute façon, elle est à côté des réalités car pour faire cette reconstitution, nous nous appuyons souvent sur la documentation iconographique; or, en tant qu’historien des images médiévales, je sais très bien que ces images ne reproduisent aucunement la réalité telle qu’elle est vraiment, ni en matière de costumes, de décors, de meubles, d’organisation de l’espace. Croire que les miniatures même du XIVe siècle photographient (sic) la réalité serait bien naïf, puisque le but est idéologique et pas du tout réaliste; ceci est vrai pour toutes les époques, y compris la nôtre : un historien qui dans deux ou trois siècles penserait que nous sommes vraiment habillés comme sur les photos que l’on voit dans les magazines de mode se tromperait complètement, l’écart étant considérable.” (p. 16)

Source : Michel Pastoureau, “La collaboration historique au cinéma: entretien avec Michel Pastoureau”, Revue de l’Association historique des élèves du lycée Henri-IV : L’émoi de l’histoire, 21, tome 1, printemps 2000, pp.6-23

Image en entête : capture d’écran réalisée sur Dailymotion et issue du film Le nom de la rose de Jean-Jacques Annaud et al., 1986.


2 réflexions sur « Contre le positivisme – Michel Pastoureau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.