Au bord de la falaise – Roger Chartier

« Longtemps relégués au rang ancillaire de sciences auxiliaires, ces savoir techniques, qui proposent des descriptions rigoureuses et formalisées des objets et des formes, deviennent (ou redeviennent) essentiels dès lors que les document ne sont plus considérés seulement les informations qu’ils fournissent, mais sont aussi étudiés eux-mêmes, dans leur organisation discursive et matérielle, leurs conditions de production, leurs utilisations stratégiques. »

Roger Chartier, Au bord de la falaise, Albin Michel, 2009 (1ère édition en 1998), p.14.

Publié à la fin de ce qui fut appelé la crise de l’histoire et deux ans avant La mémoire, l’histoire et l’oubli de Ricoeur, Au bord de la falaise est aujourd’hui devenu un classique. Le texte qu’on propose de présenter ici est la postface à sa nouvelle édition, intitulée « Dix ans après. L’Histoire ou la lecture du temps ». Texte d’une trentaine de pages écrits en février 2009, il a été conçu comme une présentation des thèmes que l’historien considère aujourd’hui comme important dans son questionnement des modalités de l’écriture de l’histoire. On se propose de citer l’ensemble des sous-titres. Les deux premiers correspondent à un résumé de sa thèse de 1998.

1/ L’histoire entre récit et connaissance. Il résume dans un dialogue avec Michel de Certeau et Carlo Ginzburg1 , « seules la mise en question de cette épistémologie de la coïncidence [entre Histoire et passé, caractéristique du positivisme] et la prise de conscience de l’écart existant entre le passé et sa représentation, entre ce qui fut, et qui n’est plus, et les constructions narratives qui entendent tenir lieu de ce passé, ont permis le développement d’une réflexion sur l’histoire entendue comme une écriture toujours construite à partir de figures rhétoriques et de structures narratives qui sont également celles de la fiction » (p. 345).

2/ L’institution historique. De nouveau l’historien convoqué comme référence est Michel de Certeau et Roger Chartier note, entre autres, « A chaque moment, l’institution historique est organisée selon des hiérarchies et des conventions qui tracent les frontières entre les objets historiques légitimes et ceux qui ne le sont pas et, donc, doivent être exclus ou censurés » (p. 351).

Il s’intéresse ensuite aux thèmes qui ont pris de l’importance depuis dix ans. Ils sont, pour lui, au nombre de quatre (il termine son chapitre par une note sur « Le temps de l’histoire », qu’on n’abordera pas ici).

1/ Microhistoire et globalité.2 La référence est ici explicitement faite aux travaux menés par Marc Bloch, ainsi que ceux de Carlo Ginzburg à nouveau et de Giovanni Levi. Il s’intéresse aux tentatives d’écrire une histoire au niveau du monde et conclut sur ce point « Il est donc tout à fait impossible de totaliser ces différentes manières de voir le monde et vain de chercher le « lieu de surplomb » d’où elles pourraient être tenues comme commensurables. La mise en garde est utile pour éviter de faux débats sur la supériorité épistémologique supposée de telle ou telle échelle d’observation : la préférence accordée à l’une ou l’autre dépend de ce que l’historien veut voir. » (p. 364).

2/ Les relation au passé. Histoire et mémoire. Après un constat, partagé aujourd’hui par la plupart des historiens « Les œuvres de fiction, du moins certaines d’entre elles, et la mémoire, qu’elle soit collective ou individuelle, donnent elles aussi un présence au passé, parfois ou souvent plus puissante que celle établie par les livres d’histoire », il revient sur les thèses développées par Paul Ricoeur3.

3/ Les relations au passé. Histoire et fiction. On peut résumer sa position en trois points. A/ Une défense de la discipline histoire et de la nécessité d’une approche réflexive, « en un temps où notre rapport au passé est menacé par la forte tentation d’histoires imaginées et imaginaires, la réflexion sur les conditions qui permettent de tenir un discours historique comme une représentation et une explication adéquates de la réalité qui fut, est essentielle et urgente »” (p. 362). B/ Une méfiance envers les usages de la mémoire « dans le monde contemporain, le besoin d’affirmation ou de justification d’identités construites, ou reconstruites, et qui ne sont pas toutes nationales, inspire souvent une réécriture du passé qui déforme, ignore ou occulte les apports du savoir historique contrôlé » (p. 361). C/ Une attention toute particulière portée aux formes littéraires, dans ce cas, quand elles font usages des méthodes de l’Histoire. « (…) la littérature s’empare non seulement du passé, mais aussi des documents et des techniques chargés de manifester le statut de connaissance de la discipline historique. Parmi les dispositifs de la fiction qui sapent l’intention ou la prétention de vérité de l’histoire en en capturant les techniques de preuve, il fait faire place à l’effet de réel » (p. 358-359).

4/ L’histoire à l’âge du numérique. Si, comme vous l’imaginez, ces trois premiers points font largement écho aux problématiques soulevées au sein de l’atelier, ce dernier point est également très important. Roger Chartier écrit, « La textualité électronique transforme, en effet, la manière d’organiser les argumentations, historiques ou non, et les critères que peut mobiliser un lecteur pour les accepter ou les refuser ». Il présente alors les intérêts de l’hypertextualité pour l’histoire, puis note, « du côté du lecteur, la validation ou la récusation d’un argument peut désormais s’appuyer sur la consultation des textes (mais aussi des images fixes ou mobiles, des paroles enregistrées ou des compositions musicales) qui sont l’objet même de l’étude, à condition, évidemment, qu’ils soient accessibles en une forme numérisée. Si tel est le cas, le lecteur n’et plus seulement obligé d’accordé sa confiance à l’auteur, il peut à son tour, s’il en a le goût ou le loisir, refaire tout ou partie du parcours de recherche » (p. 368). Il continue « ces trois dispositifs classiques de la preuve en histoire (la note, la référence, la citation) se trouvent profondément modifiés dans le monde de la textualité numérique à partir du moment où le lecteur est mis en position de pouvoir lire à son tour le livre lu par l’historien et consulter lui-même, directement, les documents analysés. » (p. 369). Il conclut, toujours page 369, « il y a une mutation épistémologique fondamentale qui transforme profondément les techniques de la preuve et les modalités de construction et de validation des discours de savoir ».

L’exposition des enjeux de la mise en place de ce qu’il nomme lui-même le « livre électronique » est ici magistrale. On peut simplement regretter que l’auteur n’évoque l’image qu’à la marge, et penser à l’ensemble des possibilités offertes par ce type de démarche à un historien qui, voyant l’évolution des médias, pense également la fin de la centralité de l’écrit.

  1. avec Ginzburg il écrit « d’où sa conclusion : reconnaître les dimensions rhétorique ou narrative de l’écriture de l’histoire n’implique nullement de lui dénier le statut d’une connaissance vraie, construite à partir de preuves et de contrôles » (p. 346) []
  2. on ne suit pas ici l’ordre de l’ouvrage []
  3. On reviendra sur ces points dans un prochain billet []