Image et contexte – Christian Delporte

“Au total, pour l’historien culturaliste, observateur du politique et du social, il n’est sans doute pas souhaitable, moins encore impérieusement nécessaire, d’isoler l’histoire des images, de la sacraliser, en quelque sorte, en l’établissant comme territoire au sein de la science historique. En revanche, l’image est un outil indispensable pour comprendre et écrire l’histoire, singulièrement celle du XXe siècle et du XXIe siècle naissant”

Christian Delporte, “L’histoire contemporaine “saisie” par les images?”, in Christian Delporte, Laurent Gervereau, Denis Maréchal, Quelle est la place des images en histoire?, Nouveau monde éditions, 2008, p. 63.

L’introduction et l’article, de Christian Delporte, sur lesquels cette note porte, sont issus d’un ouvrage intitulé Quelle est la place des images en histoire? qu’il a co-dirigé avec Laurent Gervereau et Denis Maréchal. Ce dernier est nourri d’une trentaine de papiers d’historiens qui avaient participé à un colloque international du même nom (Paris, avril 2006). Les  sujets qu’ils traitent et les objets qu’ils couvrent sont multiples et portent sur de multiples périodes, on peut citer les, “sculptures, peinture, enluminure, gravure, dessin, carte postale affiches de toutes sortes, bande dessinée, images télévisées, d’information ou de fiction, images cinématographiques, liées ou non à l’actualité, photographie professionnelle ou amateur, etc.” (p. 12). Après avoir identifié un temps des pionniers qu’il fait courir de Mandrou (1958), à Jean-Noël Jeanneney, en passant par Marc Ferro, il identifie un tournant critique et méthodologique à la fin des années quatre-vingt.

Dans son article, il commence par ces mots, “de nos jours, un historien français du contemporain s’intéressant aux images n’est plus tout à fait considéré comme une sorte de marginal – pour ne pas dire un extraterrestre – dans le monde de la recherche” (p. 55). A une période de marginalité des études historiennes sur l’image, il pense même qu’a succédé une période de forte attractivité, “le monde des images fascine, souvent de manière désordonnée. (…) Des rencontre se multiplient, y compris à l’initiative d’institutions traditionnellement réticentes à l’égard de recherches universitaires sur ce domaine. Tant mieux. Réjouissons-nous. Nous nous sentons moins seuls.” (p. 11). A ce titre, il insiste sur le fait que l’accès plus large aux archives depuis une vingtaines d’années a permis le développement, en France, des études sur/ avec le visuel.

L’auteur mène sa démonstration par un système – parfois implicite, d’autre fois explicite – d’oppositions partant de l’état des études sur les images et posant ensuite ce qu’une approche historienne peut leur apporter. Ainsi, aux études en esthétique et en histoire de l’art dites classiques, il oppose la nécessité d’une histoire culturelle des images. Il pose, “l’image; toutes les images. Car, en la matière, l’historien balaie résolument toute hiérarchie fondée sur la valeur esthétique, et se penche avec appétit sur des formes d’expression peu prisée par les historiens de l’art eux-mêmes, de la bande dessinée à la carte postale, de la photo amateur au film de série B” (p. 56).

De même à une histoire des spécialistes de la technique, il oppose la nécessité de penser le visuel comme un tout, ou tout du moins de penser les articulations entre les différents médium et de refuser une trop grande spécialisation. Ainsi, s’il considère “la technique comme préalable à la compréhension. Impossible, donc, de comprendre la photographie sans dominer la technique photographique”, mais il souligne le fait que, d’après lui, “le support à dévoré l’objet; l’objet à dissimulé la source” (p. 59). Il pose, “et, à ce titre, l’image, les images n’entrent pas dans des grilles de lecture particulières réservées à des initiés. Muni de son expérience critique, tout historien est capable d’interroger l’image” (p. 59). Il insiste, “le découpage par supports, en effet, ne favorise guère la compréhension, sinon de la réception, du moins de la perception, et même de la présence du visuel dans les sociétés contemporaines” (p. 62).

En fait, l’optique choisie par l’historien vise à considérer l’image comme une source pour l’histoire (sociale, économique, culturelle, etc.). Il s’agit de considérer, “l’image, moins comme objet que comme source d’expression de construction sociale” (p. 60). Il note, “ces quinze dernière années, les historiens qui se sont intéressés au visuel ont mis en évidence l’image comme miroir des sociétés” (p. 61). Dans ce cadre, il insiste sur “la nécessité de considérer toute le circuit de l’image, en valorisant l’aval et de croiser les supports plutôt que les cloisonner” (p. 62). L’image vaut donc car elle permet un autre accès à ce que l’historien appelle son contexte (de production et de diffusion).

“Ainsi, toute réflexion sur l’image induit-elle une interrogation sur le contexte de production et d’usage qui éclaire son contenu et mobilise-t-elle les réflexes critiques pour l’historien. Pour lui, la dimension stylistique ou esthétique du document visuel importe assez peu. Le langage visuel, porté par ses codes, ses signes, ses symboles, ne vaut pas nécessairement par son abondance et sa diversité, mais d’abord par la manière dont il instruit sur la période de production de l’image. (…) Quoiqu’il arrive, c’est le contexte qui guide l’historien; c’est lui qu’il s’applique à saisir : contexte en amont (production/ création), contexte en aval (usage/ portée)” (p. 61-62).

L’auteur avait déjà présenté cette idée, de manière un peu différente, en conclusion de son introduction à cet ouvrage, “il s’agit surtout de comprendre comment se mêlent les éléments visuels pour composer les imaginaires, quelles sont les modalités de convergence dans les esprits, comment l’image contribue, de l’individuel au collectif, à nourrir les systèmes de représentation. (…) Certes, la source écrite, nous l’avons dit, vient souvent heureusement compléter l’analyse de la source visuelle. Toutefois celle-ci fournit aussi sur la compréhension des sociétés des informations que la première, à elle seule, ne pourra jamais offrir à l’historien. Au fond, nous le savons bien : pour l’historien, les sources n’ont pas de valeur en soi. Ce qui compte, c’est la manière dont on les questionne” (p. 12).

Il conclut, ensuite, en insistant sur l’importance de l’image dans l’écriture de l’histoire contemporaine, se demandant, “comment faire l’histoire politique de la France de ces cinquante dernières années en ignorant la télévision? Sans doute cette question n’aura-t-elle plus beaucoup de sens dans quelques années, à condition qu’au peu d’intérêt apparent ne succède pas la fascination désordonnée” (p. 63).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.