Fellini: constitution d’un objet patrimonial international

Fellini, la Grande Parade, exposition de collections non-film, participe du processus de patrimonialisation de Fellini1. D’un point de vue théorique, trois phases définissent ce processus : la constitution de corpus, leur intellection puis leur mise à disposition ; elles rendent possible l’appropriation des objets patrimoniaux. Les expositions non-film sont des dispositifs spectaculaires destinés à diffuser les collections.
Fellini, la Grande Parade représente l’une des composantes essentielles d’une manifestation conçue comme un événement patrimonial international, qui se caractérise par une inscription dans des temps et des espaces différents contribuant à maintenir Fellini au cœur de l’actualité culturelle. L’itinérance internationale de l’exposition non-film, les interactions médiatiques (expositions non-film, rétrospective et manifestations orales) et l’éclatement entre différents pôles à l’échelle locale (Jeu de Paume, Cinémathèque française, Institut culturel italien, Fnac Montparnasse) représentent autant d’outils d’évenementialisation de cette manifestation culturelle.
Mais l’événement ne peut se résumer à cette construction culturelle délimitée dans le temps et l’espace, et appuyé sur un réseau médiatique : il doit aussi marquer une rupture, amener quelque chose de nouveau. Il s’agit ici de montrer comment cette exposition Fellini fait date dans le champ des expositions cinématographiques. De cette manière, quelques hypothèses pourront être formées sur la manière dont Fellini a progressivement été constitué en objet patrimonial et ceci, au niveau international. Fondées sur des archives de presse, ces propositions mériteraient une étude plus approfondie à l’appui d’autres sources ; elles permettent toutefois d’esquisser quelques pistes de réflexion.

Contours d’un objet patrimonial

Le programme de la Cinémathèque française qui présente la rétrospective Fellini, l’introduit en ces termes : « Fellini est non seulement l’un des plus importants cinéastes italiens, mais également l’un des plus grands artistes de l’histoire du cinéma mondial. » (p.59). L’importance de Fellini se définirait donc à deux échelles : nationale et internationale. Et c’est effectivement cette dualité qui caractérise la constitution de Fellini en objet patrimonial, dans une sorte de va-et-vient entre gloire nationale, voire même locale, et référence mondiale.

Au fil de sa carrière le cinéma de Fellini, « oscarisé » à plusieurs reprises, est progressivement devenu un élément de mémoire visuelle, célébré notamment par les cinéphiles. La mort du cinéaste, en 1993, provoque un basculement. D’une composante de la mémoire visuelle plus ou moins largement partagée, Fellini devient un objet patrimonial, c’est-à-dire une matière à s’approprier et à transmettre dans le cadre de ce que l’on pourrait qualifier de nécessité commémorative.
En effet, les obsèques du cinéaste à Rimini donnent lieu à des effusions populaires : alors que le cortège devant le cinéma Fulgor, où  « Le Maestro » vit ses premiers films, la foule s’arrête, applaudit, pousse des acclamations. A cette même occasion, la place de l’Indépendance à Rimini est renommée place Fellini. On décide aussi de créer une Fondation en sa mémoire. Mais sa mise en place prend un certain temps, et le Musée Fellini de Rimini ne sera inauguré qu’en 2003, alors que les collections sont toujours en cours d’acquisition, avec deux expositions temporaires. L’une présente des photos de tournage de Huit et demi, l’autre des costumes de Fellini-Roma et Casanova. De plus, un colloque, présidé par Ettore Scola, étudie l’influence internationale de Fellini. Cet autre témoignage de l’application de la matrice événementielle aux manifestations culturelles, restitue aussi la tension entre enjeux locaux et internationaux dans la constitution de l’objet patrimonial.
Dans le processus de patrimonialisation, le musée représente un aboutissement en donnant à la fois une corporéité et une permanence au « lieu de mémoire » cinématographique qu’est l’œuvre de Fellini. Lieu de mémoire qu’est certainement le cinéaste lui-même, par la coalescence de l’homme et de l’œuvre. Les dix années qui séparent l’ouverture du musée de la mort de Fellini marquent la genèse d’un objet patrimonial à l’échelle internationale. Elles s’organisent entre deux pôles majeurs : la constitution de collections et leur diffusion.

Genèse d’un  objet patrimonial (1993-2002)
– 1993 : création d’une association à Rimini pour la mise en œuvre de la Fondation Fellini.
– juillet 1994 : La Villette inaugure son Ve festival de cinéma en plein air, intitulé « La route, de La Strada à Easy Rider ». L’ouverture du festival est l’occasion de célébrer Fellini, décédé l’année précédente. La Strada et Les Clowns sont programmés, alors que des performances circassiennes sur les musique des films de Fellini et une exposition « Fellini Rimini » accompagnent les projections.
– janvier 1995 : une exposition célèbre le 75e anniversaire de la naissance de Fellini, elle est organisée avec le soutien de sa famille et de ses collaborateurs. Après avoir été inaugurée à Rome, elle est censée poursuivre sa route par New-York, Los Angeles, Paris et Tokyo ; mais aucun document ne confirme cette information.
L’exposition évoque les événements marquants de la biographie de Fellini à travers des dessins, des manuscrits et des costumes. La principale curiosité présentée est le Livre des songes.  Le studio de Corso Italia à Rome a aussi été reconstitué. Elle se tient dans deux bâtiments : l’un où sont abordés les prémices, racines et clés des œuvres de Fellini, l’autre tout l’artisanat entourant la création de ses films. Une installation de 23 écrans diffuse en boucle des extraits de chacun de ses films, excepté Bloc Notes d’un cinéaste.
Par ailleurs, le ballet Fellini est créé en hommage, au Teatro dell’ Opera de Rome. Ce passage au spectacle vivant marque une autre forme d’appropriation patrimoniale.
– 1995 : création de la Fondation Fellini de Rimini.
– mars 2001 : inauguration par Ettore Scola à l’Atelier Renault, sur les Champs Elysées, d’une exposition d’une quarantaine de dessins de Fellini réunis par sa nièce et collaboratrice, Daniela Barbiani, dans le cadre du 16e festival du film de Paris.
– juillet 2001 : création de la Fondation Fellini de Sion, en Suisse, à partir de la collection de Gérald Morin, débutée en 1971.
– octobre- décembre 2001 : la Fondation Federico Fellini de Sion inaugure sa première exposition, La Città Fellini. Elle s’étend dans toutes les parties ouvertes au public du Collège des Creusets, à Sion. Elle présente des documents originaux, des éléments de décors issus de sa collection. Des extraits de films sont projetés en permanence.

2003 : l’Année Fellini.
2003 marque le 10e anniversaire de la mort de Fellini, c’est donc une année de célébration et une charnière dans le processus de constitution de Fellini en objet patrimonial.
– janvier 2003 : annonce officielle de la construction d’un musée Fellini à Rimini.
– mai 2003 : Hommage à Fellini au Festival de Cannes, en plus de la rétrospective des films quelques dessins du Livre des songes sont exposés par les héritiers Fellini. Par ailleurs, lors d’une fête du cinéma suisse sur la plage du Carlton, les lieux sont décorés par des affiches de films de Fellini, tirées des collections de la Fondation Fellini de Sion.
– juillet 2003 : lancement du cycle Fellini par l’ADRC. Cette Agence de développement régional du cinéma, liée à l’Etat, possède une section patrimoine qui permet de diffuser les films de répertoire dans les cinémas commerciaux de France. Trois films sont proposés : Il Bidone, Fellini-Roma et Fellini-Satyricon ; et il peuvent être présentés par un intervenant à la demande du programmateur.
– octobre 2003 : le Guggenheim de New-York accueille une exposition de dessins de Fellini ainsi qu’une rétrospective complète des films de Fellini est proposée (tous les films, dont certains restaurés récemment, les publicités et documentaires). Elle est inaugurée par la projection de Tutto Fellini ! (documentaire sur Le voyage de G. Masorna).
– octobre 2003 : Maurice Béjart crée Ciao Federico au Théâtre de Beaulieu à Lausanne ; spectacle hommage à Fellini.
– 7 novembre 2003 : inauguration du Musée Fellini à Rimini.
– novembre- décembre 2003 : la ville de Rome rend un important hommage à Fellini. L’événement est surnommé « Romarcord ». Au programme : des concerts de ses musiques de films, des conférences, des projections et expositions. Une installation photographique géante signale les lieux liés à Fellini : la via Margutta, où il vécut ; la Via Veneto, filmée dans la Dolce Vita. Une exposition de plus de 300 photographies évoque La Rome de Fellini, depuis son arrivée en 1939 à sa mort en 1993. Une exposition Fellini au féminin est également présentée au Musée du Travestere. Elle comprend 34 dessins réalisés par Fellini les deux dernières années de sa vie.
– décembre 2003 : rétrospective Fellini à l’Institut Lumière de Lyon.

Dans la succession de ces deux grands moments, la première phase (1993-2002) correspond plutôt à l’institutionnalisation et à la promotion des collections. Les expositions proposées paraissent souvent monumentales. Destinées à montrer la richesse des collections relatives à Fellini, elles permettent d’asseoir sa légitimité en tant qu’objet patrimonial. Même si ces manifestations circulent, on voit comment Fellini est réapproprié comme symbole de l’Italie.
En l’année 2003 s’opère un recentrage sur les formes visuelles : restauration des films, rééditions, rétrospectives et expositions de dessins.  L’accent est surtout mis sur la circulation mondiale de ces formes visuelles. Le Livre des rêves est surtout valorisé : il s’agit de mettre en évidence que le dessin est la « première pulsion créatrice » de Fellini, selon l’expression de Vittorio Boriani (directeur de la Fondation Fellini, Rimini). Il y a une rupture avec la composition très hétérogène des premières expositions, où les dessins étaient noyés parmi des pièces de toutes sortes.
Une transition s’effectue donc d’une période de célébration votive, où l’on montre tout, à des présentations plus sélectives et analytiques. Mais le culte du créateur perdure en cette commémoration de Fellini, artiste pluriel, non seulement cinéaste mais aussi dessinateur. En 2004, la Fondation Fellini de Rimini annonce que les dessins seront récupérés auprès de la famille courant 2005. Un ouvrage est ainsi publié en 2007, et clôt en un sens une période d’exploitation de cette curiosité graphique.

2004 coïncide aussi avec le début du travail de Sam Stourdzé sur Fellini. Cette année se pose donc doublement comme une charnière vers une nouvelle période de réévaluation visuelle du travail de Fellini. En 2009, Fellini, la Grande Parade représente l’un des aboutissements de ce mouvement, auquel les lieux patrimoniaux mais aussi la critique et les chercheurs contribuent également.
Le parti-pris adopté par Sam Stourdzé est clairement énoncé au début de l’exposition : il s’agit de s’extraire de l’hagiographie pour entrer dans la profondeur des images, en les explorant dans le cadre d’un « laboratoire visuel ». C’est précisément cette perspective d’histoire à la fois visuelle et culturelle de l’univers fellinien qui fait événement, tout en signalant l’entrée de Fellini dans une nouvelle période de son appropriation patrimoniale.

Stéphanie E. Louis.

Pour citer cet article : Stéphanie E. Louis, « Fellini : constitution d’un objet patrimonial international », Cinémadoc sur Culture Visuelle, 12 novembre 2009.

  1. Contribution de Stéphanie Louis, doctorante au Lhivic à l’EHESS sous la direction de Christian Delage dont la thèse porte : Itinéraires d’un patrimoine, les expositions cinématographiques en France de 1936 à 2006, présentée lors de la 2e séance de l’atelier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *