Séance du 3 novembre 2010

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire

Séance du 3 novembre 2010 avec André Gunthert, INHA bibliothèque du CEHTA, 17h.-19h.

Cette séance sera divisée en deux temps. Tout d’abord, je profiterai de celle-ci pour vous présenter les nouveaux enjeux (ils sont nombreux) et les séances à venir (vous pouvez consulter le pré-programme). Ce sera aussi l’occasion de revenir rapidement sur les billets historiographies mis en ligne entre le 3 juin et le 8 août 2010 sur Cinémadoc.

Dans un second temps, cette séance sera surtout l’occasion d’entrer directement dans le vif du sujet avec une intervention d’André Gunthert autour des rapports entre images et textes dans la presse et en ligne. On travaillera donc la question du lien entre valeur a priori documentaire et illustration. Je me permets citer le chercheur, “En mettant systématiquement l’accent sur la dimension documentaire, l’histoire et la théorie de la photo ont soigneusement effacé l’autre usage de l’image, à savoir l’illustration, qui préexiste à la photo, et que la pratique magazine (Life) va largement amplifier. Ce qui compte dans l’illustration, ce n’est plus la photo, c’est le *rapport* entre texte et image (…) autre point sous-évalué: la dimension de structuration éditoriale de l’image, qui sert aussi à indiquer une hiérarchie de l’information, à souligner un énoncé, ou à mémoriser une information. Plus on joue de l’éditorialisation visuelle, plus on recourt à l’illustration de préférence au document. Or le web, dont les caractères éditoriaux sont beaucoup plus frustes, joue énormément de l’image comme facteur structurant.” (source : André Gunthert, commentaire du profil “a tout (enfin) tout compris!”, sur Facebook, 26 septembre 2010 à 13h14).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.