Les suites du petit livre rouge…

“(…) si les activités culturelles sont inégalement pratiquées selon le groupe social d’appartenance des enquêtés, cela ne doit pas faire oublier que la même personne (assignable à une catégorie) peut avoir des goûts et des pratiques très différentes selon les domaines, les circonstances de la  “consommation” ou les types d’activité culturelle considérés (cinéma, musique, littérature, etc.) et que ce genre de variation – statistiquement répandu dans la population – n’en est pas moins social.”

Bernard Lahire, La Culture des individus, La Découverte, 2004, p. 24.

Capture d’écran représentant Pierre Bourdieu, in Gilles L’Hôte,  Sur la télévision (18 mars 1996), Collège de France et CNRS arts et éducation, mai 1996.

Dans un rebond à la note consacrée au petit livre rouge de Pierre Bourdieu, André Gunthert pointe le fait que l’approche des média que le sociologue défend ne lui semble pas la plus pertinente, car elle est uniquement critique (et finalement peu argumentée). Cette réponse me conduit à expliciter un peu plus les présupposés et l’enjeu du billet écrit sur Cinémadoc. Ce qu’ il m’intéressait de souligner, c’est le fait, que l’ouvrage de Bourdieu avait pour moi, à 18 ans, constitué une entrée dans l’univers du sociologue. Ce que ce court texte m’avait permis, c’était d’oser lire un livre de Bourdieu ou, pour reprendre ses termes, de franchir une barrière symbolique. Quand on sort juste du lycée et qu’on ne vient pas d’un milieu socio-culturel dans lequel cela est “naturel”, il faut s’autoriser à lire Bourdieu. La large distribution, le prix et le fait que le sociologue intitule son court ouvrage Sur la télévision, n’avait certainement pas été étranger au fait que je l’acquière. J’étais alors un téléphage compulsif. Aujourd’hui, ce livre conserve une place particulière dans ma bibliothèque, car il constitue un point de départ. Le pamphlet (pour reprendre le terme du commentaire de Jean-no), dans son efficace politique, conduit à la lecture d’autres textes. En effet, c’est dans une période contemporaine à la découverte de cet ouvrage, que j’avais commencé à lire régulièrement Le Monde Diplomatique, Chomsky et autres Nouveaux chiens de garde, à regarder – à l’époque à la télévision – Arrêt sur Images, et si cela avait été possible à l’époque, je serais allé sur le site d’Acrimed. La critique des média et l’identification/ déconstruction des modalités de leur fonctionnement, étaient alors ce qui m’apparaissait comme le plus important.

Ce qu’André Gunthert reproche à Bourdieu c’est de passer à côté de la télévision comme pratique culturelle partagée. Il me semble, effectivement, qu’à l’époque, cette question était très éloignée des préoccupations du sociologue. Les conférences qui sont à la base du petit livre rouge ont été données le 18 mars 1996 (et sont accessibles en ligne). Les grèves contre le plan de réforme des retraites et de la Sécurité sociale défendu par Jacques Chirac et Alain Juppé viennent de se terminer (24 novembre – 15 décembre 1995). Bourdieu s’était engagé contre la réforme. Dans le contexte de ce mouvement social d’ampleur national, il s’était confronté plus directement que jamais pour lui à la question de la prise de parole dans l’espace public. Il est allé à la télévision, comme on va chez l’ennemi. L’intérêt de Bourdieu, n’est donc pas pour la télévision, mais contre le pouvoir politique, dont il voit dans une certaine forme de télévision une continuation. L’ouvrage constitue, en fait, une réflexion critique (souvent lapidaire)  portant sur l’état du champ journalistique, qui s’articule plus avec son Propos sur le champ politique (1999) qu’avec ses recherches précédentes sur les pratiques culturelles. En cela, comme le dit, André Gunthert, il s’inscrit dans la filiation des recherches menées par l’école de Francfort. Pour autant, je ne crois pas que le sociologue puisse être assimilé aux intellectuels méprisant le médium par principe et par posture. En tant que téléphage, à l’époque, je ne m’étais à aucun moment senti visé par la verve de l’auteur, car ce à quoi Bourdieu s’attaquait, comme toujours, c’était à l’exercice de la violence symbolique légitime par ce qu’il identifiait comme un groupe social constitué (les journalistes du pouvoir et les intellectuels médiatiques).

Aujourd’hui, ce sur quoi André Gunthert insiste c’est sur la nécessité d’appréhender autrement la télévision (et plus largement les média). Ce que l’on revendique, sur Culture Visuelle, c’est la possibilité de mener d’autres recherches sur les médias : de s’intéresser à leur appropriation, aux cultures qu’ils génèrent, aux usages des spectateurs, etc. Christian Delage réalisant un film, André Gunthert concevant un média social d’enseignement et de recherche, la mise en place du live streaming avec Lucas Morlot, le travail commun sur la notion de récit appliqué au visuel, constituent autant de tentatives de construction avec les média.

Si on en revient aux limites du livre de Bourdieu, en élargissant l’objet de la télévision jusqu’aux pratiques culturelles, on peut mobiliser l’ouvrage, légèrement postérieur (2004), de Bernard Lahire :  La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi. Si le texte de Bourdieu était bref, celui de Lahire est, lui, épais et dense (778 pages divisées en 5 parties pour un total de 17 chapitres, suivis d’une conclusion et d’une postface). Dans une optique strictement sociologique1 et phénoménologique2, l’auteur s’inscrit à la fois dans la continuation de Bourdieu (il reprend la division entre culture “légitime” et “illégitime”…) et tente de s’en distancier (il choisit de s’intéresser au niveau de l’individu…). Il se différencie de la vision critique telle qu’elle est présentée, par exemple, dans Sur la télévision (sur le mode de celle proposée par l’École de Francfort), notant, « en prenant à bras-le-corps cette tâche critique-là, les sociologues critiques ont donc accepté tacitement le terrain problématique (ou double sens du terme) qu’on leur proposait et les limites méthodologiques et interprétatives qu’on leur fixait. » (p. 11). Face à cette tradition, il propose un autre modèle sociologique, indiquant que son ouvrage « (…) vise à proposer un autre tableau tout aussi fondé empiriquement, un tableau qui n’aurait pas été imaginable sans le travail réalisé par les peintres du passé, mais qui ne donne pas à voir les mêmes formes. Ce nouveau tableau, qui compose différemment la même réalité, a été rendu possible par un changement d’échelle d’observation : il offre l’image du monde social que peut produire un regard qui commence par scruter les différences internes à chaque individu (variations intra-individuelles) avant de changer d’angle de vue et de viser les différences entre classes sociales (les variations inter-classes). En portant ce regard, il met en lumière un fait fondamental, à savoir que la frontière entre la légitimité culturelle (la « haute culture ») et l’illégimité culturelle (la « sous-culture », le « simple divertissement ») ne sépare pas seulement les classes, mais partage les différentes pratiques et préférences culturelles des mêmes individus, dans toutes les classes de la sociétés » (p. 13).

Il insiste à la page suivante, « plutôt que de présupposer la systématique influence d’un passé incorporé nécessairement cohérent sur les comportements individuels présents, plutôt que d’imaginer que tout notre passé, comme un bloc ou une synthèse homogène (sous la forme d’un système de dispositions ou de valeurs), pèse à chaque moment sur toutes nos situations vécues, le sociologue peut s’interroger sur le déclenchement ou le non-déclenchement, la mise en œuvre ou la mise en veille, par les divers contextes d’action, des dispositions et des compétences incorporées. La pluralité des dispositions et des compétences d’un part, la variété des contextes de leur actualisation d’autre part sont ce qui peut rendre raison sociologiquement de la variation des comportements d’un même individu, ou d’un même groupe d’individus, en fonction des domaines de pratiques, des propriétés du contexte d’action ou des circonstances plus singulières de la pratique. » (p. 14).

  1. “On verra, tout au long de ce travail, que les variations intra-individuelles des comportements culturels sont le produit de l’interaction entre, d’une part, la pluralité des dispositions et des compétences culturelles incorporées (supposant la pluralité des expériences socialisatrices en matière culturelle) et, d’autre part, la diversité des contextes culturels (domaine ou sous-domaine culturel, contextes relationnels ou circonstances de la pratique) dans lesquels les individus ont à faire des choix, pratiquent, consomment, etc. L’origine et la logique de telles variations sont donc pleinement sociales”, p. 17 []
  2. “La meilleure manière d’accéder à l’inaccessible « intériorité » [de l’individu] est en fait d’objectiver le plus finement possible les comportements individuels et, plus que cela, d’objectiver les comportements d’un même individu dans des contextes différents de la vie sociale : la « vérité individuelle » ne se trouve pas comme enfermée ou encapsulée dans les limites d’un cerveau et d’un corps, mais se révèle dans le déploiement et la variété (diachronique et synchronique) des actions et pratiques de l’individu en question”, p. 17 []

2 réflexions sur « Les suites du petit livre rouge… »

  1. Pour parler des choses de la librairie, un “mauvais livre” servira de “bonne” porte d’entrée suivant l’auteur – ou l’éditeur : en l’occurrence, il me semble qu’il s’agit de Pierre Bourdieu lui-même. Il me semble. Et la pratique de l’édition a beaucoup à voir avec le contexte dans lequel le livre a été produit : il n’est pas douteux que la télévision, et plus particulièrement le journalisme issu de ce médium, a été, est, et sera, pour beaucoup dans l’extinction des luttes, des batailles et des guerres que ce médium – et son bras plus ou moins armé, le journalisme- donne à voir, le soir vers vingt heures (à ce moment, tout s’arrête et chacun est fiché devant son poste…).Et en tout cas, on n’a (encore?) jamais vu les journalistes (ou les points de vue dont les images sont issues) se tenir d’un autre côté que celui d’où ils parlent (l’Etat et les forces de l’ordre).
    J’ai bien aimé, il y a quelques mois, le billet paru dans Le Monde, signé Gérard Mordillat et Bernard Franck, par exemple : la colère que nous ressentons envers cette caste qui retransmet ce qu’elle veut bien retransmettre parce qu’on lui dit de retransmettre ce qu’il faut retransmettre, est complètement fondée.
    En décembre 1995, il y avait un type qui disait “je ne bouge pas tant qu’ils ne sont pas 2 millions dans la rue”. Et aussi : “je reste droit dans mes bottes” (c’est à hurler de rire, ou à vomir c’est selon). Ce type est aujourd’hui ministre d’Etat. J’adore la polémique, la discussion, les arguties même de mauvaise foi (j’aime bien me marrer) : dans le cas de SLT (me fait penser à SLC…), qu’on en parle encore quinze ans plus tard prouve au minimum sa qualité, sinon sa vérité. A mon sens, et je partage volontiers cette position avec qui veut la défendre, Pierre Bourdieu n’a pas à être rangé dans une case (sociologue, CSE, EHESS, EPHE ou n’importe quelle autre position éditeur Liber ou défenseur d’une Cause Ultime) : c’est un type qui vivait son époque, qui en parlait et qui n’avait pas d’adversaire, mais des ennemis. “La sociologie est un sport de combat”.

  2. Ce que nous reprochons à Bourdieu avec SLT, c’est de n’avoir pas été assez bourdieusien ;) Ce qui frappe à la relecture, c’est à quel point les notions que Bourdieu a lui même contribué à forger à propos des mécanismes culturels ne sont pas encore monnaie courante pour leur auteur… Le fait que nous soyons désormais plus bourdieusiens que B est un bel hommage à l’efficacité de sa pensée, et le témoignage des progrès de la compréhension des phénomènes culturels en l’espace d’une quinzaine d’années…

    Mais je trouve aussi très revigorante l’idée qu’un mauvais livre puisse être aussi une bonne porte d’entrée. N’oublions pas non plus (en bons bourdieusiens…) qu’un livre n’est pas que le projet d’un auteur, mais aussi celui d’un éditeur. Il appartient à l’économie culturelle qu’un certain stade de notoriété s’accompagne de la production d’objets de librairie qui sont certainement plus décidés par leurs éditeurs que par leurs auteurs. La fin de la vie de Derrida illustre encore plus abondamment que celle de Bourdieu ce passage à un rythme de publications sans commune mesure avec l’activité intellectuelle, attestation du fait que “Derrida” est devenu une marque bankable pour l’industrie culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.