Séance du 26 janvier 2011 – Marie Voignier

Séance du 26 janvier 2011 avec Marie Voignier et Stefanie Baumann, INHA, Bibliothèque du CEHTA, 18h.-20h.

La première séance de l’atelier de cette année 2011 constituera l’occasion de s’interroger avec Marie Voignier (réalisatrice) et Stefanie Baumann (son assistante et doctorante à Paris8) sur le montage de son dernier film; L’hypothèse du Mokele-Mbembé (2011). Celui-ci a été tourné en 2010 au Sud du Cameroun et le montage vient d’être terminé (il va être présenté pour la première fois le 21 janvier à Roubaix). Nous consulterons ensemble les rushes d’une ou de deux séquences (une vingtaine de minutes par séquence), puis une étape intermédiaire du montage, jusqu’au montage final (deux à sept minutes par séquence). Ce film est particulièrement intéressant à étudier dans le cadre de l’atelier, car la vidéaste questionne depuis maintenant plusieurs années la porosité entre fiction et documentaire, imaginaire et réalité, construction et captation du réel, Marie Voignier présentant en ces termes son film :

Le Mokélé-Mbembé est décrit par les Pygmées comme une sorte de grand rhinocéros avec un très long cou, une petite tête et une large queue puissante, capable de renverser les pirogues. Certains Pygmées affirment avoir vu des empreintes de pattes munies de trois griffes dans le sol. Cet animal terrifiant qui ressemble à un dinosaure est présent dans les récits des Pygmées Baka depuis plus de deux siècles. Cependant, son existence n’est pas reconnue scientifiquement. Aucun spécimen, aucun squelette ni aucune dent n’ont à ce jour été portés à la connaissance des zoologistes, qui ne croient pas en l’existence de cette espèce autrement que sur un plan mythologique. Michel Ballot est quant à lui convaincu que les récits de cette région de l’Afrique ont un fond de vérité et que cette bête existe bel et bien. Pour tenter de le prouver, il organise régulièrement des expéditions dans les zones où elle aurait été aperçue. J’ai proposé à Michel Ballot de faire un film de l’une de ses expéditions. L’intention n’est surtout pas de prendre parti pour ou contre l’existence du Mokelé-Mbembé.
Je souhaite plutôt faire corps avec l’expédition menée par Michel Ballot, me mettre au service de sa recherche et suivre sa logique aussi loin que possible, jusqu’à ce que le spectateur puisse, en le suivant dans sa recherche et en écoutant les récits des Pygmées, imaginer la bête, la distinguer tapie derrière un buisson ou immergée au fond de la rivière. Le sujet du film n’est donc pas le Mokele-Mbembé. Le sujet du film est la croyance : la croyance d’un homme dans sa quête ; la croyance des Pygmées dans cet animal; et la croyance éprouvée du spectateur.

Cette séance s’articule avec une autre séance qui aura lieu le mardi 1er février entre 17 et 20h et qui constituera une occasion d’échanger avec l’historien Henry Rousso qui est le co-auteur du film Pétain (2010, Arte). Ce dernier viendra également présenter plusieurs séquences et plans de travail. Dans les deux cas, il s’agira concrètement de s’interroger ensemble sur la manière dont un film se construit et sur l’étape essentielle que constitue le montage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.